Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Une TV-Europe

Une TV-Europe

Comment imaginer que l’Union européenne puisse se passer de sa propre chaîne de télévision ?

Alors que la France va tenter d’obtenir une mouture réduite du traité constitutionnel, qui puisse être votée par l’Assemblée nationale, le rôle des médias pour faire évoluer le logiciel culturel européen est capital. Comme c’est la télévision qui forme aujourd’hui l’esprit public, la question du lancement d’une « TV-Europe » devient une question d’actualité. Au-delà des multiples problèmes techniques concernant le rôle de la Commission, du Parlement, du Conseil... est-il possible de dessiner le « noyau dur » de la future Union, qui devra représenter plus de 400 millions de personnes, sans avoir une chaîne de télévision européenne pour faire évoluer les esprits nationaux (voire régionaux) vers un esprit européen ? La Convention qui a produit le « traité constitutionnel » n’a pas bénéficié des retombées d’une « TV-Europe » - ce qui explique peut-être l’impasse dans laquelle se trouve aujourd’hui l’Union du fait de son rejet par la France et les Pays-Bas. A l’évidence, la pédagogie déployée par ceux qui étaient favorables à son approbation a été submergée par les déclarations démagogiques de ceux qui ont fait de cette consultation par référendum une tribune politicienne. Le déficit de communication n’explique pas tout, mais il est clair qu’un peu plus d’esprit européen dans la tête des Français et des Néerlandais aurait pu inverser le résultat. Et qui mieux qu’une chaîne de télévision européenne aurait pu contribuer à créer cet élan indispensable sans lequel rien de nouveau ne sera fait par les chefs d’Etat et de gouvernement, quelles que puissent être leurs intentions et leur attachement à l’idéal européen ?

« TV-Europe » peut voir le jour rapidement ; il faudra certes régler quelques problèmes : les langues (traduction simultanée en une vingtaine langues), le choix des présentateurs, des programmes, la désignation du management, etc., etc. Comment faire à 27 quelque chose d’homothétique à ARTE ? Mais après avoir réussi à faire une monnaie commune, les pays membres de l’Union européenne devraient être capables de faire une chaîne de télévision européenne ! Sinon, faut-il aller plus loin dans la recherche d’une Europe à 27 ?

Pour faire la percée institutionnelle nécessaire au fonctionnement d’une Union européenne à 27, on ne peut attendre que l’évolution de l’esprit public se fasse d’elle-même Il faut donc briser le cercle pervers qui consiste à considérer que cette télévision européenne ne saurait naître que de nouvelles institutions, institutions qui dépendent bien évidemment de l’évolution de l’esprit public, évolution qui ne se fera vraiment qu’avec une télévision européenne. Tournez manèges ! C’est donner du temps au temps... prétexte pour ne rien faire, ce que veulent tous ceux qui entendent que l’Europe reste thatchérienne, c’est-à-dire un vaste espace commercial que l’on bricole en fonction des intérêts du moment et du poids des lobbies. Est-ce cette Europe là que veulent les 400 millions de citoyens européens ? Non, assurément.

Effet collatéral positif : les travaux du Parlement de Strasbourg et de la Commission de Bruxelles pourraient être ainsi en prise directe avec les citoyens européens, ce qui contribuerait à apporter de la lisibilité dans ce qui est, hélas, considéré aujourd’hui, non sans raisons, comme une usine à gaz.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • non666 non666 25 mai 2007 12:51

    Il n’y aura pas de TV « europe ».

    D’abord parce qu’effectivement, le probleme des langues vient generer des couts qui sont hors de portée des critères de rentabilité.

    Ensuite parce que l’experience presidentielle française a montré que des medias aux mains de Patrons avides faisaient plus avancer l’Europe vers ce qu’elle prentend devenir qu’une chaine sous controle public...

    Des TF1, des M6 , des Figaro, des Liberations qui font gagner un camps et perdre un autre ont permi de mettre en place le pion qui fera avancer l’Europe vers ce qu’ils veulent tous : un cheval de Troie de la mondialisation sous protectorat militaire US

    Alors oui, il faudrait une chaine « Europe » ou l’on parlerait une seule langue, un esperanto qui nous mettrait tous a egalité...

    Mais oui, c’est une Utopie car les gagnants previsibles ne mettront jamais en oeuvre une oeuvre qui les desservira.


    • tvargentine.com lerma 25 mai 2007 17:00

      Pourquoi vouloir toujours rechercher des financements publics alors qu’il vous suffit d’avoir l’esprit d’entrepreneur.

      Créér vous même TVEUROPE comme j’ai créé TVARGENTINE !


      • Krokodilo Krokodilo 25 mai 2007 17:44

        Et Euronews ?

        Sinon, je partage votre avis, et j’ajoute qu’il est urgent d’arrêter de financer France 24, cette gabegie financière qui ne sert qu’à subventionner la langue anglaise. Avec une télé européenne multicanal, on pourrait aussi bien diffuser des films en VO sous-titrée de toutes les langues européennes, mais aussi doublés si on ne veut pas se prendre la tête, et soutenir aussi l’espéranto. Par exemple, il existe déjà un très amusant programme éducatif d’apprentissage des langues fait par la BBC, « Mazi » (le nom de l’extraterrestre), dont les premières leçons existent aussi en espéranto.


        • GNU jbpichancourt 26 mai 2007 15:39

          Oui Euronews, même si le contenu laisse à désirer : c’est l’équivalent de France info, une chaine qui passe en boucle de l’info et quelques courts reportages.

          Un ARTE version Européenne serait mieux. Avec le choix de la langue et/ou des sous titres (comme un DVD).


          • moebius 26 mai 2007 21:23

            Pourquoi faire ? il est trés facile de se connecter sur toute les chaines européennes dont « la plus française », TFI


            • bivipi 26 mai 2007 22:41

              Il faut vivre dans un autre monde pour mentionner l’esperanto comme langue d’avenir. Il existe déjà une langue internationnale -l’anglais- acceptée comme telle par tous les pays, sauf quelques pays, principalement francophones, dont la France.

              Seul un pays jacobin, centralisé comme la France peut se faire des illusions sur la faisabilité d’un projet de chaine européenne jouant dans la cour des grands. Bien sur, on peut toujours imaginer une arte à l’échelle européenne ; mais elle aura une audience tout aussi confidentielle.

              Penser globalement, agir localement. C’est la clé du succès : les exemples abondent comme google, yahoo, orange, e-bay, voire meetic le site de rencontres.

              On peut imaginer que la mondialisation (globalisation en Anglais) amène l’émergence de réseaux de chaines nationales ou locales, comme elle a amené l’émergence de réseaux bancaires, de réseaux de téléphonie, de réseaux dans les airs. Mais la particularité de ces réseaux c’est tout sauf de vouloir être des entités supranationales. Un abonné Neuf-télécom n’a certainement pas l’impression de faire partie d’un réseau italien. Un abonné orange à Londres n’a certainement pas l’impression de faire partie d’un réseau Français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès