Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Union bananière européenne

Union bananière européenne

L’affaire est entendue : les Irlandais ont mal voté en juin dernier, ils devront donc retourner aux urnes en novembre 2009 pour autoriser la ratification du Traité de Lisbonne.

Les 27 pays membres de l’Union européenne sont en effet arrivés à cette conclusion aujourd’hui, au terme du dernier conseil européen sous présidence française.

A vrai dire, cette décision n’est pas une grande surprise.

Dès l’annonce de la victoire du NON à 53% dans le seul Etat ayant organisé un référendum, on savait bien que les eurocrates n’allaient pas en rester là.

Cela fait maintenant quatre ans qu’ils s’évertuent à faire passer leur Constitution européenne, rebaptisée Traité de Lisbonne après le double NON franco-néerlandais de 2005. Peu importe les moyens, la fin est ardemment recherchée.

Cette décision appellent quatre réflexions :

1. Pour ceux qui en douteraient encore, voilà l’ultime preuve que l’Union européenne est devenue une machine antidémocratique.

Une lente mais sûre dérive depuis les années 1980 et l’Acte unique a conduit les "élites" européennes à se couper progressivement de leurs peuples, qui de façon de plus en plus récurrente se sont mis à rejeter les Traités qu’on leur concoctait.
Il y avait eu les seconds votes au Danemark (pour le Traité de Maastricht), et déjà en Irlande (Traité de Nice), dans les années 1990.

Il y eut le passage en force contre le double NON référendaire à la Constitution européenne : les parlementaires ont été appelés à la rescousse pour valider des textes rejetés massivement dans les urnes (rappelons qu’en 2005, quand 54,7% des Français disaient NON, 93% de leurs députés et sénateurs disaient OUI. Le vote positif des parlementaires étaient donc acquis, sans besoin d’un quelconque débat démocratique).

Il y eut l’accord des 27 à ne pas soumettre au référendum le Traité de Lisbonne. Seule l’Irlande n’a pu y échapper, contrainte par la jurisprudence de sa cour constitutionnelle.
Il y a enfin ce nouveau vote programmé des Irlandais.

L’Europe de Bruxelles s’est longtemps faite dans le dos des peuples, elle se fait maintenant ouvertement contre eux. Le président de la République tchèque Vaclav Klaus n’exagère pas quand il affirme que "c’est la post-démocratie qui gouverne l’Union", comme il l’a déploré ce week-end, répondant à une interpellation de Daniel Cohn Bendit. C’est une dérive plus qu’inquiétante que beaucoup dénoncent et à laquelle il est urgent de mettre un terme. Les élections européennes nous donneront une bonne occasion d’agir en conséquence ;

2. On peut ensuite s’étonner du fait que la décision de faire revoter les Irlandais soient le résultat d’un "compromis entre les 27 Etats membres de l’Union et la Commission européenne".

Dans une démocratie, le mode de consultation du peuple est une affaire de stricte souveraineté nationale.

Il n’y a guère que durant les périodes les plus sombres de notre Histoire que les Etats furent déssaisis de cette liberté démocratique élémentaire ;

3. On remarquera que contrairement à ce que nous ont dit et répété en 2005 les fanatiques de la Constitution européenne, un pays qui dit NON n’est pas en position de faiblesse à la table des négociations.

Au contraire, à condition qu’il y ait une volonté politique énergique, il peut défendre ses positions plus efficacement. Les quelques concessions faites à l’Irlande, tel que l’octroi d’un commissaire européen permanent, sont certes très loin de répondre aux attentes du peuple irlandais, mais elles prouvent que ce ne sont pas les pays béni-ouiouistes qui obtiennent des avancées et une meilleure promotion de leurs intérêts ;

4. Sur le fond même du Traité enfin, on ne peut s’empêcher de relever l’insupportable décalage entre les discours et les actes.

Alors que nos dirigeants sont tout occupés depuis quelques semaines à dénoncer les excès du libéralisme, de la mondialisation débridée, et des règles européennes de la concurrence, les voilà qui s’acharnent à faire voter un Traité qui accentue précisément toutes ces dérives !

Pacte de stabilité, culte de la "concurrence libre et non faussée", régime dogmatique de contrôle des aides d’Etat, libre-échange intégral intra et extra-européen, déréglementations des services publics, tout y est ! Tout se trouve inscrit noir sur blanc dans le Traité de Lisbonne. Aucune leçon n’a en réalité été tirée de la très grave crise que nous traversons. Il n’y a que des mots, des belles paroles, des leurres.

Sur ces quelques réflexions, que pouvons-nous souhaiter ?

Que les Irlandais disent NON, tout simplement. Que, plus nombreux encore qu’en juin dernier, ils assènent une vraie leçon de démocratie à nos eurocrates. Qu’ils leur signifient qu’on ne peut plus accepter un tel recul des principes démocratiques. Qu’ils réalisent sur le fond des choses que la crise que nous traversons est précisément la crise du modèle économique bruxellois, fondé sur le culte de l’argent, des marchés et de l’ouverture à tous les vents.

Quelles que puissent être ses convictions en matière de politique économique et européenne, tout démocrate digne de ce nom est scandalisé par ce qui se passe.

Tout démocrate digne de ce nom a le devoir de se sentir solidaire d’un peuple irlandais bafoué dans sa liberté. A travers ce que l’on fait aux Irlandais, c’est l’ensemble des citoyens d’Europe que l’on touche.
Réagissons, vite.

http://www.levraidebat.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (102 votes)




Réagissez à l'article

227 réactions à cet article    


  • morice morice 13 décembre 2008 08:59

     a peine l’annonce du deuxième vote irlandais, une déclaration de notre homme affirmant qu’il allait recommencer : j’en connais un qui va dépenser des sous là..


    • morice morice 13 décembre 2008 09:02

       croire que cette élection a été démocratique avec les moyens mis en place par Declan Ganeley est pure ineptie, pardonnez-moi d’avoir à vous le dire. Vous n’avez pas conscience de ce qu’il a pu faire et de l’argent mis en place pour faire échouer ce vote : les populations, ça se manipule, et vous semblez l’ignorer totalement...


      • Le pirate des caraibes 15 décembre 2008 10:13

        Merci de cette declaration .
        N’oublie pas morice que les hommes politiques de gauche ont également votés pour le traité de lisbonne...

        Ils sont complices, comme les autres


      • morice morice 13 décembre 2008 09:02

         Ganley pardon...


        • MarcDS MarcDS 13 décembre 2008 10:40

          On s’en fout de ce type, comme du fait qu’il y ait l’ultra-droite souverainiste parmi les partisans du Non. Si le Traité était réellement un projet de société pour les peuples plutôt que pour la finance et les affaires, ce ne sont pas ces zigotos qui feraient qu’une majorité de gens s’y opposent.


        • Alpo47 Alpo47 13 décembre 2008 14:17

          Apparemment, la démocratie européenne consiste à faire revoter ... jusqu’à ce que le résultat lui convienne, c’est à dire jusqu’à ce que le peuple dise OUI à ce que l ’on veut lui imposer.
          Question : Et là où les peuples ont voté oui, comme en Espagne, est ce qu’on peut faire revoter jusqu’à avoir un NON ?
          Et pourquoi non... ?

          Nous sommes, hélas, devenus une caricature de démocratie, où les oligarchies au pouvoir se font voter des lois et réglementations afin de mieux affermir leur pouvoir d’une part, créer une société ouverte aux "PREDATEURS" d’autre part ...

          Les individus ne sont plus considérés que comme une main d’oeuvre de plus en plus taxable et corvéable à merci, maintenus dans l’insécurité, désinformés, manipulés ...

          Vive la démocratie du XXIe siècle !



        • Romain Desbois 14 décembre 2008 20:53

          D’accord avec vous alpo
          Autant nous dire ce qu’il faut que l’on vote, on gagnera du temps et de l’argent (cher la démocratie cher !).
          Contrairement à ce qu’il est maintant coutume de dire, les promesses n’engagent que ceux qui les font !
          L’Etat Français, l’Europe n’ont pas de parole.


        • zarathoustra zarathoustra 13 décembre 2008 10:37

          IL est illusoire de croire que cette europe fabriqué par des thecnocrates a la solde des multinationals en tout genre a pour but l’intéret des personnes qui y vivent .Cette europe la elle est faite pour vous ligotez ,vous baillonez ;vous pressez comme des ccitrons ,vous tondres comme des moutons pour le plus grands profit de quelques malade qui décide de tout qui ont pris le pouvoir par ce que nous les avons laisser faire ,par ce que nous n’avons pas eu le courage d’assumé notre devoir de liberté ,par ce que nous nous somme résigner a la dictature du fric et des paillettes comme des lache que nous somme hélas ! La liberté est un joyaux qu’il faut conquérire de haute lutte et ne jamais perdre de vue que quelqu’un essaira toujour de vous dérober.Ceux et celles qui attendent je ne sais quel miracle ou quel libérateur mouront enchainer .Parlé a vos voisins a vos amis ne rester devant votre télé a regarder le vide qui vous habite et la vie que vous laisser passer sous votre nez ! Organisé des commités de d’himeuble ,de quartier ,dépendé le moins possible de cette chose noir et pouris que l’on appele état ,consomé avec reflextion ne manger plus dans les vastes food on l’on vous servira du poison ,sous forme d’O G M ,d’ormone ,colorant ;conservateurs, et autre saloperies chimique les moyens de lutter existes faisons preuve d’imagination ,bien a vous tous avec tout mon amour .


          • Oreille Oreille 13 décembre 2008 11:00

            Quelle orthographe déplorable vous avez ! Et on supprime des postes dans l’enseignement...


          • Fergus fergus 13 décembre 2008 11:02

            Oui, Zarathoustra, nous devrions tous agir pour mobiliser notre entourage, trop souvent anesthésié par la communication lénifiante des gouvernants.
             
            Cela dit, et ne le prenez pas mal, je vous suggère d’écrire vos commentaires sur un traitement de texte possédant un correcteur d’orthographe avant de les poster sur AgoraVox. Merci.


          • Cha-No-Yu 13 décembre 2008 11:15

            Je me demande s’il faut comprendre le poste de Zarathoustra au premier ou au second degré, tellement le "tout pourri" est caricatural !
             smiley


          • foufouille foufouille 13 décembre 2008 11:41

            ils sont ou tes ploutocrates honnetes ?


          • Kelsaltan Kelsaltan 14 décembre 2008 05:54

            pur bon sens, pas pure.... faites un petit peu attention, Cassandre !


          • Oreille Oreille 14 décembre 2008 09:43

            @cassandre
            Tu te trompes d’article... vas plutôt faire tes parenthèses Louis 14 ici : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=48682 , tu seras mieux écoutée. Quant au commentaire en question, j’ai pas réussi à le lire jusqu’à la fin et j’ai trouvé ça dommage, ça n’a donc rien à voir avec mon avis.
            Passer pour un con, je veux bien, mais "pédant", pour le coup c’est un peu l’hopital qui se fout de la charité non ?


          • Oreille Oreille 13 décembre 2008 11:07

            La seule façon de changer le vote des Irlandais sera la tricherie, alors vigilance !
            53% de ’non’ au premier essais ..., le fait qu’on se foute de leur avis ne fera que renforcer leur position, je parierais bien sur un 57% de ’non’ au deuxième essais.

            Du ’non’ on passera au ’NON !’.


            • Oreille Oreille 13 décembre 2008 11:15

              On peut surtout souligner la malhonnêteté révoltante du gouvernement français, j’en ai encore des maux d’estomac.


            • Cha-No-Yu 13 décembre 2008 11:17

              Quelle malhonnêteté ?


            • Oreille Oreille 13 décembre 2008 11:26

              @cha-no-yu
              J’ai retrouvé ça pour toi : http://www.dailymotion.com/video/k2f2FbHVkDs3eNLqVG


            • Fergus fergus 13 décembre 2008 11:53

              Pour bien connaître les Irlandais, je pense en effet que l’on sous-estime leur fierté. Au final, il est possible que des partisans du NON se rallient au OUI grâce aux concessions obtenues, mais il est possible également que des partisans du OUI se rallient au NON précisément en raison de cette fierté parfois chatouilleuse. Quoi qu’il en soit, le résultat restera incertain jusqu’au bout.


            • Cha-No-Yu 13 décembre 2008 15:04

              @Oreille
              Merci !
              Mais Etienne Chouard n’a jamais réussi à me convaincre.
              Je me souviens de son texte qui voulait démontrer que le TCE n’était pas une constitution (absence d’assemblée constituante...). Certes, mais comme le TCE n’est pas une constitution, mais un traité international comme les autres...
              Démontrer que ce qui n’est pas n’est pas, c’est un peu du vent.
              (Même s’il est assez intéressant à lire)


            • Emmanuel38 13 décembre 2008 16:25

              " mais on peut souligner l’honnèteté de leur gouvernement, qui ne bypasse pas le peuple, qui préfère organiser un nouveau referendum que de faire comme ça à été fait en france. "

              Grand naïf ! -)) 
              Il n’a pas préfèré un référendum : c’est la Constitution du pays qui l’y a contraint...et forcé !


            • arturh 13 décembre 2008 11:33

              Vous vous trompez : cette décision est une chance extraordinaire pour les citoyens de l’UE (je dis bien les citoyens et non "les peuples", cette notion qui a fait tant de dégâts dans l’Europe du 20ème siècle).

              Et c’est une chance extraordinaire pour la Démocratie dans l’UE.

              En effet, en relançant l’idée d’un référendum en Irlande en octobre 2009, la méthode inter-gouvernementale à l’oeuvre en UE qui court-circuite l’expression des citoyens des Etats membres de l’UE, les citoyens de l’UE donc, va donnner une chance extraordinaire à tous les citoyens européens de se pronconcer sur le fond sur le Traité de Lisbonne en particulier et sur les institutions politiques de l’UE en général.

              En effet, en juin 2009, avant le référendum prévu en Octobre en Irlande, les Irlandais vont élire leurs représentants au Parlement Européen. Cette élection aura lieu en même temps en juin 2009 dans tous les Etats membres de l’UE, où tous les citoyens de l’UE voteront en même temps.

              La campagne électorale va être en réalité lancée dès janvier prochain. Et on peut déjà être certain, grâce à cette annonce malencontreuse que dès janvier prochain, le premier thème de la campagne pour les législatives européennes en Irlande sera la question de savoir si les candidats sont pour ou contre le Traité de Lisbonne et pourquoi. Et ce qu’ils comptent y faire une fois qu’ils seront élus...

              Ce thème de campagne va se généraliser dans tous les Etats membres, chez tous les autres citoyens de l’UE, en particulier, évidemment, en France, en Hollande etc... Il n’est pas besoin d’être devin pour deviner que la majorité des citoyens qui ont voté NON au TCE en 2005 et qui ont vu approuver le même texte par le voie parlementaire trois ans après vont être les premiers à aborder la question de la ratification du Traité de Lisbonne.

              Le Traité de Lisbonne n’y survivra pas... parce que très vite la majorité des Irlandais, qui ont encore la possibilité d’arrêter ce processus qui est un déni de tous les principes de la Démocratie, ne sont pas seuls en UE. Qu’ils représentent, dans leur majorité, les aspirations de la majorité des citoyens de l’UE.

              Cette annonce est une chance extraodinaire pour la Démocratie dans l’UE.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 13 décembre 2008 17:33

                Cette majorité très imaginaire de députés nonistes ne changera rien aux traités existants du fait qu’elle n’en a pas la compétence !

                Et je suis en effet prêt à parier qu’elle sera, une fois élue et à l’expérience de la responsabilité, beaucoup moins noniste qu’elle ne le prétendait avant l’élection.


              • orsi 13 décembre 2008 11:33

                Il faudrait qu’on envoie une proportion significative de députés anti -traité de Lisbonne aux élections européennes de juin prochain, un parti qui ne soit ni d’extrême gauche, ni d’extrême droite. Quelle claque pour Bruxelles si un parti unifié européen contre le Traité avait plusieurs élus venant de pays différents. Qui parmi le sélecteurs du non au référendum a envie de voter à cette élection là pour des partis de gouvernement qui les ont trahis ?


                • arturh 13 décembre 2008 11:48

                  Vous vous trompez. D’abord les "partis européens" existent déja. Et la camapgne pour les législatives européennes va tous les affecter. 

                  Le Parti Socialiste Européen, qui regroupe les députés au Parlement Européen du parti Socialiste en France, vient de lancer son programme pour les législatives européennes, Le programme a donc évidemment été adopté le Parti Socialiste. Il commence par : "People first". Pour le traduire, les socialistes français avaient le choix : soit prendre le sens nationaliste en traduisant "Le peuple d’abord...". mais ils ont fait le bon choix : Ils l’ont traduit dans le sens anglo-saxon du terme : "Les citoyens d’abord..."

                  Et quand les citoyens qui votent pour le Parti Socialiste en France se seront fait entendre, il ne restera plus grand chose du Traité de Lisbonne. En effet, le Parti Socialiste, surtout en se moment, ne peut pas recommencer deux fois l’erreur de 2005 quand la direction du PS demandait de voter OUI au TCE alors que la majorité des électeurs socialistes votaient NON.

                  On est dans un processus politique implacable. La Démocratie cette fois à une vraie chance de gagner en UE.


                • Laurent_K 13 décembre 2008 13:41

                  Le PS a soutenu la constitution et le contournement du résultat du référendum de 2005. Ses dirigeants continuent de s’entretuer pour éviter de faire changer quoique ce soit en son sein et vous croyez encore que ce parti ne va pas « recommencer » ?


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 13 décembre 2008 17:37

                  Il y faudrait un miracle politiquement improbable : trouver un parti bien organisé et puissant non extrémiste qui irait jusqu’àn détruire l’Europe réelle au nom de quoi et pour quoi faire ? Une Europe idéale, pas d’Europe du tout ? Mystère et boule de gomme...


                • dom y loulou dom 14 décembre 2008 23:08

                  exact cher Sylvain


                • beubeuh 16 décembre 2008 12:12

                  Il y faudrait un miracle politiquement improbable : trouver un parti bien organisé et puissant non extrémiste qui irait jusqu’àn détruire l’Europe réelle au nom de quoi et pour quoi faire ? Une Europe idéale, pas d’Europe du tout

                  Pourquoi vouloir a tout prix détruire l’Europe ? Si vous êtes contre Sarkozy, voulez-vous détruire la République Française qui l’a porté au pouvoir ?

                  Si on commençait par avoir une majorité de gauche au Parlement (ce qui historiquement ne s’est jamais produit), nous verrions peut-être les choses différemment.
                  Mais le problème du Parti Socialiste Européen est qu’il s’est bien donné un programme commun mais que cela risque d’être un coup d’épée dans l’eau s’il ne parvient pas à se donner un candidat commun pour succéder au sinistre Barroso.


                • beubeuh 16 décembre 2008 16:31

                  Barroso représente surtout la droite libérale qui domine politiquement l’Europe parce que les soi-disants antilibéraux ne font rien pour l’empêcher...


                • pissefroid pissefroid 13 décembre 2008 11:35

                  ça me rappelle que notre président bien aimé a fait modifier la constitution pour que le traité soit adoptable par la représentation nationale. C’est une iniquité qui n’a pas été combattue par le parti socialiste.
                  J’espère que l’année 2009 verra un score significatif au NPA car cette europe est une europe capitaliste donc anti-sociale.


                  • Cha-No-Yu 13 décembre 2008 15:12

                    "Capitaliste donc anti-sociale" ???
                    Pourriez-vous préciser ce "donc" ?

                    Vous voulez mettre quoi à la place ?
                    Je n’ai toujours pas compris...


                  • Zygomar 13 décembre 2008 17:09

                    "Capitaliste donc anti-sociale" ? ? ?
                    Pourriez-vous préciser ce "donc" ?

                    Vous voulez mettre quoi à la place ?
                    Je n’ai toujours pas compris... "


                    >> besancenot, tiens pardi !! Lui, c’est un vrai démocrate, traditionnellement soucieux du bien être du peuple......


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 13 décembre 2008 17:49

                    Votre affirmation est erronée : la,possibilité de changer la constitution et de faire ratifier les traités internationaux par la voie parlementaire existe depuis toujours dans nos constitutions successives. Le dernière réforme par la voie parlementaire ne porte pas sur ce point.


                  • dom y loulou dom 14 décembre 2008 23:17

                    Il ne s’agit pas d’un point de vue mais d’apport d’info au débat. Du coup c’est idiot de le moinsser, grotesque.

                    Ce que dit monsieur Reboul ici est exact, comme à sa belle habitude d’ailleurs.


                  • Eloi Eloi 13 décembre 2008 11:49

                    Une manière de relancer l’Europe politique serait, plutôt que ce traité non démocratique, l’élection d’une Assemblée Constituante Européenne. Les députés de cette Consituante (mettons 1 pour 1 million d’habitants en première approximation) seraient élus au suffrage universel, au même moment dans tous les pays européens, sur un programme politique et leur vision de la Constitution Européenne. Cette Assemblée ne serait pas dissoute tant qu’une Constitution qui fait consensus ne soit pas dégagée. Constitution qui sera ensuite votée par référendum dans tous les pays européens, en même temps.

                    Là, elle aurait une véritable légitimité

                    Pourquoi ne l’avons-nous pas fait plutôt ? Pourquoi ce sentiment qu’il est trop tard pour l’Europe ?


                    • arturh 13 décembre 2008 11:58

                      Pourquoi ce pessimisme ? pourquoi ce défaitisme ?

                      Il n’est pas trop tard. Cette élection pour une "Constituante" aura lieu quand on élira nos représentants au Parlement Européen en juin 2009.


                    • Laurent_K 13 décembre 2008 13:44

                      Là, c’est vraiment n’importe quoi. Nos euro-députés ont plusieurs fois voté des motions appelant à ne pas respecter les référendums... S’ils avaient voulu faire une constituante, ils avaient tout le temps de le faire avant les élections. Ils ne l’ont pas fait parce qu’ils se trouvent très bien avec le système actuel.


                    • Cha-No-Yu 13 décembre 2008 13:50

                      @Eloi

                      Oui, mais cela voudrait que nous voulions un état européen qui remplace les états européens.
                      Et nous n’en sommes pas là ! Peu en voudrait !!!

                      De plus, qui définirait la constitution de la constituante ?
                      Tu proposes 1 députés pour 1 million d’habitants, mais les petits états seraient contre.
                      S’il y a un jour un accord sur la constituante, elle devra être obtenu par les états ! Houlà, là, ce n’est pas démocratique diraient certains...
                      Il serait possible de faire un référendum européen pour se mettre d’accord sur cette constituante, mais de facto les petits pays seraient défavorisés et refuseraient un tel système peu favorable.
                      Et on se mord la queue...

                      C’est quoi la "véritable légitimité" ?

                      Actuellement dans l’UE, il y a un principe de double majorité (état/population), qui a ses limites mais aussi ses avantages. Mais son plus grand avantage : c’est qu’il est accepté par tous.

                      Voir de l’anti ou du non démocratique partout, c’est un peu à la mode...
                      Mais ce n’est ni factuel, ni pragmatique...


                    • Cha-No-Yu 13 décembre 2008 13:59

                      @Laurent_K

                      Le parlement européen est un parlement européen, il ne peut aller au delà de son rôle purement européen défini dans les traités (Il n’est pas trans-national mais multi-national).
                      Les seuls à pouvoir modifier en profondeur les traités sont les signataires donc les états (souverainetés nationales) et nullement le parlement européen.
                      Donc, vos remarques de "tous pourris" sont particulièrement injustes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès