Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Union bancaire : la victoire par KO de Berlin

Union bancaire : la victoire par KO de Berlin

L’accord sur l’union bancaire auxquels sont parvenus les 27 hier n’est en aucun cas historique. D’abord, il ne résoud pas grand chose avec son fond ridicule de 55 milliards. Mais en plus, il consacre la toute-puissance de Berlin, qui y trouve un moyen de défaire en partie ce qui avait été fait avec le MES.

L’Allemagne obtient tout ce qu’elle veut
 
Il est assez étonnant que cela ne soit pas tellement souligné dans l’analyse médiatique de l’accord trouvé par les ministres de l’économie des 27 mercredi. Dans le détail, les membres de l’Union Européenne, après s’être mis d’accord pour faire de la BCE l’instance de régulation des grandes banques de la région,  se sont accordés sur des règles communes pour renflouer ou liquider les banques européennes qui en auraient le besoin. L’Allemagne a bien protégé ses intérêts en obtenant que le seuil retenu pour la supervision des banques épargne ses caisses d’épargne régionales, qui financent l’industrie.
 
Comme le rapporte ce papier du Monde, les pertes seront d’abord imposées aux actionnaires, puis aux créanciers, en fonction de leur niveau d’assurance (des moins bien assurés jusqu’aux plus seniors) et en dernier recours aux déposants, au-delà de 100 000 euros. Ensuite, pourront être sollicités des fonds nationaux de résolution, financés par les banques et enfin des ressources soit nationales, soit européennes. Un fond de 55 milliards sera monté d’ici à 2025 par des prélèvements sur les banques, mais cette somme est totalement ridicule au regard de la crise de la 2008. Après 2025, le MES pourrait servir, mais les conditions sont encore très floues, et cela est très lointain.
 
En fait, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande voulaient absolument éviter tout recours à l’argent public. En clair, les pays créanciers voulaient quelque part revenir sur les engagements pris avec le MES, qui permettaient d’utiliser l’argent pour les banques de tous les pays. Avec ce nouveau mécanisme, il devient extrêmement peu probable que les contribuables allemands puissent être mis à contribution pour le sauvetage d’une banque étrangère. Non seulement Angela Merkel a réussi à éviter d’engager son pays plus encore, mais elle a réussi à faire reculer ses engagements !
 
Nous sommes tous des chypiotes en puissance

Il y a des éléments positifs et d’autres très négatifs dans cet accord. En positif, au final, la marche fédéraliste est arrêtée en matière bancaire puisque si le mécanisme de résolution est commun à l’échelle de l’Europe, il n’inclut pas un centime d’argent public et maintient les Etats dans le jeu. Nous sommes bien loin du chèque en blanc que certains eurocrates cherchaient à obtenir. Les euro obligations sont un lointain souvenir. Point positif également, les actionnaires et les créanciers seront mis à contribution avant les contribuables : ainsi, ils seront poussés à faire un meilleur travail de contrôle des banques.

En revanche, il est absolument scandaleux d’institutionnaliser le mécanisme mis en place à Chypre, à savoir que les épargnants pourront être mis à contribution dans le cas d’une faillite bancaire. Certes, il s’agit uniquement des dépôts supérieurs à 100 000 euros, mais cela est totalement anormal. Dire que les partisans de l’euro disaient que l’euro protégeait l’épargne. Dans la réalité, c’est l’inverse. Cette remise en cause formelle de l’intégrité de l’épargne est une grave remise en cause du lien de confiance qui devrait normalement exister entre les banques et les épargnants.
 
Il y a un grand vainqueur dans cette négociation sur l’union bancaire : le contribuable allemand. Berlin a réussi à bien mieux le protéger que cela avait été fait au moment du MES. Et comme sous Nicolas Sarkozy, l’Allemagne dicte ses conditions à une France qui accepte toutes les contraintes bien sagement.

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 20 décembre 2013 12:17

    J’ai 100025 euros dans ma tirelire smiley
    Pourrais-je me faire chyprioté ? smiley

    Mr Pinsolle, ici, ce n’est pas seulement une boîte à lettres
    On peut intervenir...


    • claude-michel claude-michel 20 décembre 2013 12:41
      (la victoire par KO de Berlin)....Vous en doutiez..l’UE est un ramassis de collabos qui travaillent pour l’Allemagne... !

      • Fergus Fergus 20 décembre 2013 12:48

        Bonjour, Laurent.

        Je ne suis pas un spécialiste des questions bancaires et je doute que cet accord soit aussi avantageux qu’il a été dit dans les médias pour les pays du sud.

        Pour autant, avec cet accord, le label européen s’appliquera désormais sur toutes les banques de l’UE et devrait, de ce fait, protéger celles qui sont bien gérées mais souffrent, dans ces pays du sud, d’une situation économique dégradée qui met leur existence en péril. Mais peut-être n’ai-je pas tout compris...


        • scorpius scorpius 20 décembre 2013 14:03

          Tout ça, c’est du flanc ! 

          Les allemands restent quoiqu’ils fassent complètement dépendants des autres banques européennes. Et ils morfleront comme tout le monde !
          Ils sont au milieu du château de carte. 
          Les 55 000 milliards de cds de la Deutschbank, ils concernent qui à votre avis ?   smiley

          • BA 20 décembre 2013 15:06

            Lisez cet article hilarant :

             

            Avant de se retrouver à 28, les ministres de la seule zone euro s’étaient réunis mardi soir pour se mettre d’accord concernant le “filet de sécurité” public, ou “backstop” à mettre en place pour que le système puisse fonctionner en attendant que le fonds atteigne sa pleine capacité, qui devrait être de 55 milliards d’euros en 2026.

             

            J’éclate de rire !

             

            Si tout va bien, le fonds européen atteindra 55 milliards d’euros en 2026 !

             

            55 petits milliards d’euros en 2026 !

             

            Hier, nous apprenions que le secteur bancaire espagnol était dans une situation encore pire que ce qu’on pensait :

             

            les banques espagnoles ont dans leurs livres 190,97 milliards d’euros d’actifs pourris !

             

            Rien qu’en Espagne, le secteur bancaire est dans une situation qui nécessiterait des sommes bien plus énormes que ces ridicules 55 milliards d’euros en 2026 !

             

            Lisez cet article :

             

            Espagne : les créances douteuses au plus haut en cinquante ans.

             

            Les créances douteuses des banques espagnoles ont grimpé à 13% du total des crédits en octobre, soit un record historique en plus de cinquante ans, malgré la prochaine sortie du pays du programme d’aide européen au secteur, selon les chiffres officiels publiés mercredi.

             

            Ces créances, surtout présentes dans l’immobilier (crédits de promoteurs et de particuliers risquant de ne pas être remboursés), s’élevaient à 190,97 milliards d’euros en octobre, soit trois milliards de plus qu’en septembre, a annoncé la Banque d’Espagne.

             

            http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hAsYS9stMmzhIJle0pSIjFVF m6qg?docId=e58107cf-beea-4051-a767-a414d978a93a



            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2013 20:37

              Cet article de la Tribune ne doit pas être lu par nos journalistes, sinon, ils ne présenteraient pas une défaite en rase campagne comme une victoire....

              «  Comment l’ Allemagne a saboté l’union bancaire »

              Pour avoir un aperçu de ce qui nous attend grâce au super programme de la coalition menée par Merkel, «  Les Sociaux démocrates ont vendu leurs convictions européennes pour un plat de lentilles »

              En remerciement, ils ont obtenu 6 postes de Ministres...


              • baldis30 20 décembre 2013 21:39

                s’en prendre aux épargnants... même seulement au-delà d’un certain seuil .... je vois très mal la chose s’appliquer sans troubles graves car
                - si les chefs de la police et de l’armée sont touchés et je vois très mal la suite de la situation
                - si ceux qui tiennent la force productive sont touchés je vois fort mal comment se retrouvera le pays en cause.....
                Et dans la conjonction des deux hypothèses ....... no comment

                Quant à l’Allemagne qu’on nous cite en modèle social ( il y avait un volet social dans les traités européens ... j’aurais dû écrire il y eut) , avec de soi-disant smic par branches , laissez-moi rire ..... passant par un bureau d’interim on paye ce qu’’on veut bien payer, tout en envoyant la personne faire n’importe quelle activité hors des circuits dits sociaux .

                Les gouvernants devraient se souvenir de la pensée de Lincoln : « on peut tromper tout le monde quelque temps, on peut tromper quelqu’un tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps » 


                • kalon 21 décembre 2013 06:46

                  On voudrait foutre le système financier européen en l’air qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

                  Après tout, c’est peut être cela qu’ils souhaitent vu que ce truc est irréparable.

                  Il est évident que tout les dépôts supérieurs à 100.000,00 euros vont quitter l’Europe !

                  Ce qui ne fera qu’augmenter le manque de liquidité pour l’économie réelle.


                  • kalon 21 décembre 2013 06:58

                    Il semble évident que la politique allemande fait de plus en plus le jeu de la Russie car pour Poutine, il sera plus facile de traiter avec une Europe divisée et affaiblie !

                    Je vous fiche mon billet que l’Allemagne n’entrera jamais dans le traité de libre échange atlantiste et se tournera vers la Russie, l’Asie et les pays émergeants du BRICS.

                    Autre scenario, après la période des fêtes, le CAC40 s’effondre et les banques européennes suivent, et comme à Chypre, tout les montants inscrits en compte et supérieurs à 100.000,00 euros seront bloqué pour éviter la fuite des capitaux hors d’ Europe et renflouer le tonneau des danaïdes qu’est devenu l’ensemble du système bancaire.

                    En allant vite pour faire les transferts avant début Janvier, cela peut être une belle opportunité de miser sur le franc suisse !


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 décembre 2013 07:58

                      kalon,
                      C’est aussi l’avis du Chef économiste de Saxo Bank, qui fait des prévisions alarmistes pour la France en 2014, effondrement du CAC 40 etc
                      « Les prévisions chocs pour 2014 »


                      • damocles 21 décembre 2013 10:42

                        « L ’Allemagne obtient tout ce qu’elle veut  »
                        ...eh oui....
                        même plus besoin de nous envahir et d’entretenir une armée plethorique ....
                        .
                        Frankreich ist der sechsente land vor Deutschland

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès