Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Union européenne : faut-il faire le pari de Tony Blair ?

Union européenne : faut-il faire le pari de Tony Blair ?

Le poste à pourvoir n’est pas encore créé. Mais déjà le débat est lancé et il va s’intensifier : faut-il miser sur Tony Blair pour la future présidence du Conseil de l’Union européenne ?

Sarkozy fait davantage que miser : il soutient, veut propulser, fait campagne pour ce « grand Européen »... Pourtant, Blair n’a pas tenu sa promesse de rendre ses concitoyens moins europhobes. Et, plus que tout autre en Europe, il a pour les Etats-Unis de Bush une admiration qui le conduit à un suivisme aveugle, voire à une allégeance bien éloignée des accents gaulliens de « l’Europe européenne ».

Un « europhile », Tony Blair ? Il a effectivement tenu bien des discours dignes d’être réécoutés (devant le Parlement européen notamment quand il a assuré sa dernière présidence tournante du Conseil de l’Union). Mais son bilan européen de PM de Sa Gracieuse Majesté n’est bon que si on le compare à celui de Maggie Thatcher qui avait fait perdre temps, énergie et substance à l’Union...

Il a transmis le flambeau à Gordon Brown en lui laissant un Royaume-Uni qui veut toujours être à la fois au balcon et dans la rue, dans les gradins et sur la pelouse et qui joue au foot avec un ballon de rugby. « Opinting out » ; ici dérogations, là blocages, ailleurs... Il a plaidé pour l’euro, mais la livre anglaise est toujours là. Il a conclu des accords à Saint-Malo sur la défense européenne qui sont restés lettre morte ou presque... Londres a fêté le "non" français à la Constitution au champagne après avoir empêché les partisans d’une Europe « intégrée » de doter l’Union d’outils dignes de ses ambitions et avant d’imposer aux vrais héritiers de Monnet et de Schuman des concessions sur les symboles, sur l’Europe « sociale », sur l’europe fiscale et sur l’Europe politique...

Thatcher avait donné raison à de Gaulle : « Les Anglais vont tenter de détruire de l’intérieur ce qu’ils n’ont pas réussi à empêcher de l’extérieur ».

Blair a donné raison à Monnet : « Ne faites jamais de concessions aux Britanniques. Ils en réclameront toujours plus ». Et, surtout, à Churchill : « Entre le grand large et l’Europe, l’Angleterre choisira toujours le grand large ». Fruit de l’histoire et obsession maladive : Londres rêve toujours d’un continent privé d’unité réelle...

Autant dire que c’est sous Blair que « l’Europe à l’anglo-saxonne » s’est développée au détriment de l’Europe à l’européenne » : coopération plus qu’intégration, diversité plus qu’unité, hypercapitalisme sauvage à l’américaine plus que capitalisme rhénan, commerce plus que production, intégrisme « libéraliste » (comme disait Croce) plus que libéralisme authentique, individualisme plus que personnalisme...

Blair s’est converti au catholicisme en restant politiquement très « anglican ». Très insulaire. Et très national-mondialiste... Il ne prône un « élargissement » optimal de l’Union que pour entraîner la dissolution de ce qui a été fait et empêcher tout « renforcement »...

Dans ces conditions, pourquoi l’UMP, aux ordres de Sarkozy, le fête-t-il comme un héros européen de ce temps ? Et pourquoi le président français lui fait-il autant confiance ? SOS psychanalyse... La géopolitique doit reconnaître ses limites. De Gaulle réveille-toi ! Les nostalgiques de « l’Entente cordiale » se déshabillent devant cette Angleterre que le général voulait « toute nue ».

De fins observateurs expliquent que la France approuve cette candidature avec quelques contreparties en vue... sans contrepartie. « la France a demandé à Londres de préserver les aides avantageuses aux agriculteurs français lors des négociations à venir sur la réforme de la PAC », dit l’un. Belle promesse que ne tiendront ni les travaillistes ni les conservateurs. D’autres, comme Raffarin, tentent d’expliquer avec un art de manier paradoxes et contradictions, que « l’Europe de Blair est la nôtre ». Ah ! Bon... Et les conseillers de Sarkozy développent des arguments qui vont être mâchés comme un chewing-gum.

>>>Blair, s’il est élu, ne sera plus soumis à la pression de l’opinion publique britannique. Il pourra donc mettre en œuvre son europhilie sans obstacles.

>>> Blair est tout à fait qualifié pour un poste qui, s’il l’obtient, redorera le blason de l’Union. Blair est un négociateur hors-pair. Ce n’est pas faux. Et il a une bonne connaissance des dossiers internationaux (du Proche-Orient, notamment).

>>>Blair a une stature internationale qu’aucun de ses potentiels rivaux, Guy Verhofstadt, en premier lieu, ne peut concurrencer.

>>> Blair a le potentiel d’être « le catalyseur d’une réforme profonde de l’Union ». En apportant la culture britannique de transparence et d’efficacité. Et en jouant les conciliateurs entre les « droites » et les « gauches » européennes. Il est vrai que ce « travailliste » est plus estimé par la droite que par la gauche... En France, Hollande, non sans argument, ne voit pas en Blair l’homme « idéal » tel qu’on le voit de l’Elysée et tel qu’il bat Sarkozy à l’applaudimètre du Conseil national de l’UMP.

>>> L’arrivée de Blair devrait permettre de « huiler » les relations entre l’Union et Londres.

Tout cela mérite évidemment débat. Ce qui serait très bien c’est que la nomination de ce président de l’Union soit faite après une vraie campagne auprès des peuples européens entre plusieurs candidats qui personnifient des visions différentes du futur européen... C’est encore la période des vœux : on peut rêver...

Daniel Riot

Rappel : actuellement, la présidence du Conseil de l’Union revient à un État membre et alterne tous les six mois. Le traité de Lisbonne, s’il est ratifié, verrait la création du poste de président du Conseil, élu à la majorité qualifiée pour deux ans et demi, non seulement pour assurer la direction du Conseil, mais aussi assurer la représentation de l’Union sur les "matières relevant de la politique étrangère et de sécurité commune". Le poste reste mal défini car ses compétences sont en compétition avec celles du Haut-Représentant de l’Union ainsi qu’avec celles le Président de la Commission sur les questions de représentations.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • morice morice 15 janvier 2008 11:22

    Comme ministre plénipotentiaire au Vatican du prochain remaniement Sarkozyste, je le vois bien ça...


    • ZEN ZEN 15 janvier 2008 11:31

      "il a une bonne connaissance des dossiers internationaux (du Proche-orient, notamment)"

      On l’a vu en Irak, notamment...


      • Krokodilo Krokodilo 15 janvier 2008 11:48

        Et puis, il parle bien anglais.


        • ZEN ZEN 15 janvier 2008 12:05

          @ Kroko


        • ronchonaire 15 janvier 2008 12:14

          Merci pour cet article, c’est une question qui mérite d’être posée, en effet. Pour pouvoir y répondre, il faudrait d’ailleurs commencer par savoir quelles seront les prérogatives dévolues à ce poste ; or, comme vous le remarquez, nous ne savons même pas ce qui sera du ressort de ce "Président" de l’Europe (au passage, vu que cette personne quelle qu’elle soit ne sera pas élue, il faudrait appeler ce poste "Directeur" de l’Europe plus que "Président").

          Concernant Tony Blair, il est clair que sa "carrure" joue clairement en sa faveur, tant il est connu (et reconnu) internationalement. Nommer une personalité aussi forte d’emblée à ce poste serait également un signal fort qu’il ne s’agirait pas d’un poste de représentant "potiche" de l’UE, mais bel et bien celui d’un véritable dirigeant de l’Union. Reste son bilan international en tant que dirigeant du RU, et notamment son alignement quasi-systématique sur les positions américaines. Or, sans pour autant chercher l’affrontement systématique avec les EU, l’Europe se doit d’avoir une politique internationale indépendante. Pas sûr que Tony Blair soit la personne la mieux indiquée pour cela...


          • caramico 15 janvier 2008 16:53

            C’est bien un menteur à la tête de l’Europe, ça va relever le niveau..


            • joseW 15 janvier 2008 17:15

              Tony Blair s’est récemment converti à la religion catholique, première religion en Europe (et de loin)...

              Etait-ce pour faire plaisir à sa femme ou vait-il des projets en tête ? 

              Voire les 2 ?

              En tout cas la désignation de Blair-le-Caniche à la tête du Conseil de l’Union Européenne serait un signe évident d’allégeance aux néoconservateurs pro-étasuniens...

              Ce serait une forme de hold-up sur l’UE, venant qui plus est d’un pays qui refuse catégoriquement l’Europe (refus de la monnaie notamment).

              Bref, ce serait à coup sûr affaiblir l’Europe des peuples et renforcer l’Europe des lobbies néoconservateurs pro-US.

              Plus d’infos sur le dessous des cartes :

               


              • Sigefroid 15 janvier 2008 17:41

                On peut penser par exemple que Sarkho, fin politique s’il en est (joke) se dit qu’en soutenant Blair sur ce coup-ci, l’autre le soutiendra au même poste quand il se verra virer de la présidence française ! C’est pas de chance pour Juncker, Scipion l’Européen, qui a soutenu Strauss Khan pour le FMI espérant aussi un retour d’ascenseur pour son envolée vers la présidence tant espérée ! Tous des parasites !


                • Krokodilo Krokodilo 15 janvier 2008 20:59

                  Tony Blair ne peut pas être président européen, même symboliquement -surtout symboliquement -, car il a été celui du pays le moins européen, qui n’a pas accepté l’euro, qui demande et obtient systématiquement des statuts dérogatoires, qui retire une fortune de l’hégémonie de l’anglais sans aucune gêne, et parce qu’il a menti à ses concitoyens en soumettant au monde entier un document vidéo bidonné par ses services secrets présentant les fameuses armes de destructuion massive de l’Irak (personne n’a été viré à cause de ce document... aucune enquête parlementaire).

                  C’est vrai qu’il est difficile de trouver un politicien qui n’a jamais menti, mais là... c’est du lourd !

                  Inversement, on peut dire qu’il a toutes les qualités : baratineur, ment très bien, parle anglais mieux que beaucoup de politiciens européens, le parfait symbole de l’UE marché commun libéral en route vers la dérégulation totale et la fin des services publics.

                   Demain vos enfants seront collés à l’anglais dès la maternelle et Mac Do livrera les repas de la cantine scolaire ! The future is in marche.


                  • armand armand 16 janvier 2008 09:17

                    Sachant combien Blair a bafoué et détourné les institutions de son propre pays pour s’arroger un pouvoir quasi-dictatorial, on peut s’attendre au pire au cas où il serait placé à la tête d’une eurocratie qui, déjà, se moque pas mal de l’opinion de ses administrés.


                    • Gilles Gilles 16 janvier 2008 11:47

                      Et pourquoi pas :

                      Berlusconi ?

                      Aznar ?

                      Schroeder (acheté par Gazprom) ?

                      Giscard ?

                      Merde alors, tous les poids lourds européens, connus internationalement, sont tous des cadors à la solde des néolibéraux et des lobbies.....

                      Faudrait plutôt une personne non passée par la tête de son état et un vrai européen


                      • parousnik 16 janvier 2008 11:55

                         Blair est le Goering de Bush. Il sera au même titre que ce dernier et qlqs autres, jugé un jour pour crime contre l’humanité... car les Afghans, les Irakiens, les Iraniens et les New-Yorkais sont aussi des humains, alors envisager que cet assassin puisse être président de l’Europe, c’est détruire l’Europe...


                        • hahahaha 16 janvier 2008 11:56

                          Daniel,

                          Blair, est effectivement l’homme idéal pour redorer le blason perdu de cette Europe, divisée entre pays arrogants comme la France, Allemagne et les pays de l’ancien bloc de l’est, comme Pologne ou Hongrie qui eux regardent vers l’avenir.

                           

                          Bien à vous.


                          • non666 non666 16 janvier 2008 13:22

                            Sarkozy n’a tenu qu’une seule promesse , en fait : celle qu’il a faite a jerusalem et a new york de leur faire aimer la France...

                            Depuis qu’il est au pouvoir, il n’a ceser de s’aligner sur TOUTES les positions et TOUS les interets des pays anglo-saxons et d’israel.

                            1) On est en train de nous preparer a un retour sous commandement US, au sein de l’OTAN.

                            2) Le TCE qui valide l’Europe vassale des etats unis est ressucité, malgrès l’avis des peuples et tue sans debat l’alternative d’une Europe souveraine

                            3) L’union mediterannéenne n’est que la face publique du projet consistant a nous faire entrer, de gres ou de force, Israel et la Turquie dans l’UE

                            4) DSK est nommé au FMI pour soutenir le dollar en faillite et assurer la rente de situation que represente cette monnaie pour les etats unis.

                            5) Blair, le moins europeens des europeens, chef d’un pays qui a toujours affirmé s’opposer par tous les moyens a toute remise en cause du leadership US va etre nommé president de l’UE...

                            Les gesticulations de Sarkozy ont finit de faire effet dans tous les domaines.

                            a) Plus personne ne croit qu’il est un LePen light qui va faire reculer l’immigration : Attali se prepare a lui donner des arguments pour que l’immigration, on en mange encore plus.

                            b) Plus personne ne croit qu’il est le leader "dur" qui va renvoyer les clandestins chez eux.

                            Son "rendement "est de moins de 10% des entrées de clandestin, depuis 6 ans...

                            c) plus personne ne croit au "choc de confiance" qui va relancer l’economie, augmenter les salaires, creer des emplois...

                            Les promesses n’engagent que ceux qui y croient disaient son mentor, Pasqua, qui lui a laissé son depârtement contre l’immunité a vie, au senat...

                             

                            Non mais la seule constante de son "règne" sera le service des interets de puissances etrangères, le ridicule de la France, la chute de sa stature internationnale et de sa dignité.

                            Jusqu’a Chirac, la France "tenait encore son rang".

                            Apres Sarkozy, nous sommes dans le vulgaire pour camoufler le fondamental : la trahison.

                             

                             

                             


                            • non666 non666 17 janvier 2008 13:21

                              Il n’est pas besoin de remonter a Chrchill.

                              Blair a par deux fois repeter que son pays s’opposerait a toute remise en cause du leadership US et a toute tentative de mettre l’UE en concurrence avec les etats unis pour la premiere place.

                              Le planning defense guidance de 1992 avait clairement expliqué que le but des etats unius etait desormais d’empecher toute nouvelle puissance d’emmerger et d’etre en concirrence avec les etats unis.

                               

                              Blair, Sarkozy , Giscard et Veil travaillent apparement dans le meme but.


                            • Jean-Paul Doguet 8 février 2008 13:53

                              Avis à tous les anti-Blair dont je suis : une pétition sur internet circule contre sa nomination, qui serait vraiment désastreuse, et qui mentionne tous les arguments décisifs, dont celui que l’article n’évoque même pas : que son pays n’appartient pas à l’espace de Schengen, pas plus qu’à la zone euro.

                               site www.stopblair.eu 


                              • reveillerleurope 12 février 2008 20:12

                                www.reveillerleurope.com/blog . Pour un article fondamental complétant la réflextion initiée ici sur la présidence de l’Union, rendez-vous ici !!! Ecrit par des pontes de la construction européenne (Danzin, Masurel...) ce blog a tout pour une réflexion construite sur l’Europe. Courez-y !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès