Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Union Européenne : fédéralisme économique ou fin de l’Euro, il faut (...)

Union Européenne : fédéralisme économique ou fin de l’Euro, il faut décider

Vous avez certainement lu que l’Euro était fragile car la zone euro n’était pas une Zone Monétaire Optimale. Il est bon que ce constat soit posé, mais il ne dit finalement pas grand chose, voire endort. Essayons de voir plus loin et d’en tirer toutes les conséquences.

La définition d’une Zone Monétaire Optimale nourrit de doctes querelles. Mais nous comprenons qu’il s’agit d’une zone homogène à l’intérieur de laquelle les facteurs de production sont mobiles, qu’il existe une compétence de régulation/dérégulation fort couvrant toute la zone ainsi que la possibilité de transferts financiers (redistribution, investissement publique ou mixte..) aptes à faire face aux chocs ou à compenser les écarts de productivité.

Le drame de l’Union Economique et Monétaire est que les attributs d’une Zone Monétaire Optimale ont été abandonnés par les Etats sans être repris par une organisation supranationale. Bien au contraire, on a fait attention à ce que l’UE ne puisse décider de rien : unanimité requise dès que sa zone de compétence effleure les questions fiscales et sociale (1), budget ridicule (2), y compris les fonds structurels qui ont été asséchés par l’élargissement "à coût fixe", absence statutaire de solidarité fiscale. 
Dans la mesure où les capitaux sont infiniment plus mobiles que les travailleurs, que les Etats n’ont pas le droit d’en contrôler les mouvements et qu’ils ne peuvent plus jouer sur leur monnaie, ils n’ont plus guère de cartes en mains.
Jouer sur une forte implication des pouvoirs publics par l’investissement industriel et de puissants services publics ? Impossible, c’est anti-conccurentiel et les Etats ne peuvent financer par une monnaie qui refléterait la qualité de leur choix passés (vertu, investissement, stratégie...). Réguler ? Même combat ; l’inverse est encouragé. Redistribuer (forme de régulation) : fuite des capitaux assurés, l’Union elle-même est rongée par les paradis fiscaux qui sont encouragés dans les faits.
C’est exactement ce que veulent les grands capitalistes : l’obligation permanente pour la puissance publique de ne rien faire, excepté du moins-disant fiscal et social. Les cartes qui sont laissées au Etats ? Guerre fiscale, sociale, spéculation financière/immobilière et spécialisation à outrance. Cartes jouées et rejouées par l’Espagne, l’Irlande et d’autres qui se sont ainsi imaginé pendant des années être les gagnants malins de l’Union Economique et Monétaire. Ceux-çi, à qui on a laissé les mêmes cartes en main vont les jouer jusqu’à l’épuisement, épuisement d’eux-mêmes et de leurs partenaires (3). 
Comprenons-nous : il faut pouvoir déréguler, c’est parfois nécessaire. Mais il est tout aussi nécessaire de pouvoir réguler.
L’Union Economique et Monétaire est une automobile sans frein, avec un accélérateur bloqué et un volant qui ne tourne que dans une seule direction (avec un moteur faiblard). 

Les Etats ne peuvent adopter une conduite adaptée à leur structure et personne n’est au dessus pour réguler.

Pieds et poings liés, ils dérivent dorénavant autour de l’Allemagne et de quelques satellites d’Europe du Nord qui considèrent, parce qu’ils exportent, avoir eux une structure socio-économique équilibrée, solide et travailleuse. L’Allemagne est au centre et les autres dérivent par la force centrifuge. Ils dérivent à une vitesse relative à leur éloignement, mais ils dérivent tous. Et notre tour viendra. Car notre tendance à l’endettement et à la perte de compétitivité n’est contrebalancée par rien.

L’Allemagne ne travaille pas pour nous en travaillant plus, ce n’est pas exact (4). En revanche, on peut dire que l’Allemagne exporte pour nous en sachant se serrer la ceinture et soigner son appareil productif. Ce qui permet à la BCE de maintenir la monnaie avec des taux d’intérêts faibles, ce qui nous pousse à la dette. 

En France, désindustrialisation, perte de compétitivité, dette ne feront que s’aggraver. Il est déjà particulièrement difficile d’y échapper en ayant perdu nos leviers traditionnels, mais sans la maîtrise de notre monnaie, c’est impossible.

Il ne sert à rien de se contenter de crier à la vertu : il suffirait de faire "comme" l’Allemagne. Les stratégies économiques et les ajustements correspondent à des structures économiques mises en places il y a bien longtemps. Le Royaume-Uni financier ? C’était déjà le cas il y a un siècle. L’Allemagne championne de l’intégration industrielle verticale ? Idem. 
La France joue toujours sur une économie diversifiée de consommation, d’assez bonnes positions en télécoms, médias, banque-assurance, et de quelques secteurs clés bâties uniquement grâce au volontarisme et à l’économie mixte : nucléaire, aéronautique, armement, agro-alimentaires, mais sur lesquels nous comptons trop, qui sont trop gros vont perdre en valeur ajoutée. Contrairement aux déclinistes, je pense que nous avons un tissu économique équilibré et un bon potentiel. Le gâchis en cours est immense. 

Ces spécificités changent lentement : en matière de structure socio-économique, et même démocratique, il y a l’échelle d’un pays une grande inertie (ce qui n’empêche pas des évolutions majeures, mais lentes). On ne brasse pas tout cela en 10 ans par la magie d’une monnaie commune seule. L’Euro sera mort bien avant dans la situation actuelle.

Avant l’euro on tentait de coller à l’Allemagne avec un franc fort. Ce qui impliquait des taux d’intérêt élevés, et donc un fort chômage, malgré des fondamentaux bons en terme de compétitivité, d’épargne et de balance commerciale. Combien de fois ai-je entendu des ministres et économistes se plaindre de cette apparente contradiction, qui n’était que le résultat de choix politiques.

Bons choix ou mauvais choix, au moins des choix il y en avait, discutés, débattus, votés. Les conséquences de l’endettement étaient immédiates. Il n’y en a plus, de choix, et après nous le déluge.

Ce qui est particulièrement dramatique pour la France car face à ses concurrents et néanmoins amis, et face à ses propres "faiblesses", elle a toujours compensé avec de fortes possibilités d’interventions publiques et de régulation macro-économique.

Face à la puissance grandissante des marchés financiers, ces cartes devenaient dans les années 80/90 moins intéressantes, mais elles existaient. Des Etats moins puissants les ont gardé en main. Avec l’acte unique puis Maastricht, elles ont disparu. Ce qui n’aurait pas été grave et même bénéfique si elles avaient été données à un joueur plus imposant, l’Europe, chargée des intérêts de tous les européens (et donc forcément démocratique). Cela n’a pas été le cas. Elles ont été dispersées, jetées par la fenêtre. 

La monnaie unique était nécessaire vu l’affaiblissement des Etats membres sur la scène mondiale, mais la monnaie unique sans aucune politique sociale, économique et financière commune, sérieuse est dévastatrice. Dans ce cas il vaut encore mieux ne rien faire. Un pacte de stabilité décrédibilisé et un budget commun de 1%, ce n’est pas sérieux. L’impossibilité de décider quoi que ce soit en matière fiscale et sociale, hors la libéralisation indirecte, ce n’est pas sérieux en plus d’être antidémocratique. 

Aujourd’hui les Etats pour toute réponse à la crise nous rejouent le pacte de stabilité, qui a échoué et qui échouera encore puisque seul, sans politique économique, sociale et financière fédérale, il ne fait qu’accroître les écarts de compétitivité.

Face à la crise de la zone euro, il ne s’agit plus d’être pour ou contre l’intégration, il faut faire un choix.

Solution numéro 1 : Une zone monétaire optimale par un fédéralisme économique social et financier. Un budget de niveau fédéral de 10% du PIB européen (alimentés par les impôts utilisés en général pour la guerre fiscale) et la possibilité de mise sous tutelle des finances d’un Etat. Des Fonds structurels sérieux. Une Cohésion fiscale et sociale avec possibilité de déréguler OU de réguler selon les besoins. Un Volontarisme industriel possible. La possibilité de contrôler les mouvements de capitaux.

Solution numéro 2 : Sortie de l’Euro avant le crash. Cela sera en tout état de cause douloureux.

Solution numéro 3 : il n’y en a pas.

Les termes justes sont donc : l’Euro est condamné tant que la zone euro ne sera pas une Zone Monétaire Viable.

Je ne plaide pas en faisant ce constat pour une sortie de l’Euro et un retour au franc. Ma préférence va à l’intégration économique réelle : finances européenne, cohésion fiscale et sociale (donc fin de l’unanimité en la matière), politique industrielle soit européenne, soit autorisée au niveau national. Les allemands peuvent garder l’indépendance absolue de la BCE. 
Je plaide pour la lucidité. Soit on passe au fédéralisme financier, social et fiscal, soit on arrête les frais et on met fin à l’Euro. Les gouvernants doivent faire un choix. Je préfère la première solution car 1990, c’était il y a 20 ans, les 30 glorieuses sont loin, la France n’arrivera à rien seule, et l’histoire doit avancer. Mais la pire des options est le statut quo actuel, qui va nous faire perdre nos dernières cartes et nous ruiner définitivement, comme tous les autres pays, y compris l’Allemagne, lorsque tous ses partenaires (et clients) proches auront été ruinés, et que les "émergents" n’auront plus besoin de ses produits. Seuls auront gagné les grands capitalistes et les spéculateurs.

Un économiste dit "libéral" peut militer pour des "réformes structurelles" (ce qui signifie automatiquement libéralisation, félicitations pour le coup de force sémantique) tout en sachant raisonnablement qu’il y a un moment ou le retrait de la régulation et de l’intervention publique ainsi que de toute redistribution devient structurellement dangereux. Le problème est que la force grotesque et reptilienne qui le pousse, les intérêts immenses de la classe capitaliste "dérivante" selon le terme d’Emmanuel Todd, iront eux jusqu’au gouffre, ils l’ont déjà montré. Ils s’en sortiront mieux et avant les autres.

On peut être pessimistes. Il nous faudrait, au moins à la tête de la France et de l’Allemagne, des dirigeants de la trempe, de la clairvoyance et de la persévérance d’un Roosevelt, d’un Schumann, d’un Churchill. Bon courage. Mais nous avons aussi les dirigeants que nous méritons.

(1) Art 94 Traité de Lisbonne, Art 175 Traité de Lisbonne, Art 176A Traité de Lisbonne, Art 190 Traité de Lisbonne....

(2) Lire en rétrospective :
(3) Ainsi l’Irlande procède à une cure d’austérité (qui est peut-être nécessaire) mais sans remettre en cause son taux prédateur d’impôt sur les société.
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2664

(4) Les différences légales et surtout mythologiques sur la durée du travail et l’âge de départ à la retraite sont fortes ; mais la réalité est bien plus nuancée :
La crise illustrée par l’Irlande :
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • BA 8 mai 2010 09:22

    La zone euro traverse une « crise systémique », selon Nicolas Sarkozy.

    Eviter l’effet domino. Le président français Nicolas Sarkozy a estimé vendredi que la zone euro traversait une « crise systémique » et que cela nécessitait une « mobilisation générale » à l’issue d’un sommet des dirigeants de la zone euro à Bruxelles.
    « Cette crise est systémique, la réponse doit être systémique », a estimé Nicolas Sarkozy à l’issue d’un sommet consacré intialement à la crise grecque mais qui s’est transformé en conclave pour défendre toute la zone euro contre les attaques des marchés.
    « Nous sommes maintenant dans des mécanismes communautaires, c’est toute la zone euro qui a décidé de se défendre » et il s’agit donc « d’une mobilisation absolument générale », a déclaré le président français.
    Selon lui, « il faut doter la zone euro d’une véritable gouvernance économique ». Car « la zone euro traverse sans doute la crise la plus grave depuis sa création » et « désormais les spéculateurs doivent savoir qu’ils en seront pour leurs frais », a-t-il ajouté.
    Auparavant, les dirigeants ont annoncé la mise en place prochaine d’« un mécanisme de stabilisation », un fonds pour aider leurs pays qui seraient confrontés à des difficultés financières et validé le plan d’aide à la Grèce.

    http://www.20minutes.fr/article/403231/Economie-La-zone-euro-traverse-une-crise-systemique-selon-Nicolas-Sarkozy.php

    Il y a donc deux questions qui se posent :

    1- Première question : avec quel argent les pays européens vont-ils créer ce fonds ?

    Avec quel argent ?

    Est-ce que chaque Etat européen va devoir verser plusieurs milliards d’euros pour abonder ce fonds ?

    2- Seconde question : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets à plein régime ?

    Concrètement : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets pour acheter les dettes souveraines des Etats européens ?


    • darius 8 mai 2010 16:16

      Meuh non, l’europe va emprunter pour preter a la grece, et aux dominos.
      La vrai question que vaut la signature de l europe ?(pas le rating de l ’agence trucmuche, le vrai risque apprécié par celui qui va y mettre ses sous)
      Ca risque d’etre saignant, moi je ne preterais pas un radis a une communauté qui est visiblement fichue.


    • Alexandre Damiron 8 mai 2010 19:25

      « Est-ce que chaque Etat européen va devoir verser plusieurs milliards d’euros pour abonder ce fonds ? »


      D’après les dernières informations ce serait la commission (qui n’a pas d’argent) et les Etats - qui n’en ont pas et ne veulent pas payer.
      L’incompétence le dispute à l’aveuglement

      « Concrètement : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets pour acheter les dettes souveraines des Etats européens ? »
      Hum, ça demande vérification mais je ne crois pas qu’elle en ait le droit. Elle prête à des institutions privées qui prêtent au Etats - Oui il y a de quoi se frapper la tête contre les murs. C’est pourquoi je crois qu’elle avait il y quelques semaine accepté des « obligations grecques » en garantie de ses prêts pour contourner le problème (et s’en vantait en pensant avoir trouvé la solution).


    • Laurent_K 8 mai 2010 16:52

      Juste une petite remarque sur "C’est bien l’incompétence de la technocratie bruxelloise qui aura de toutes pièces créé un monstre hybride". Les états membres y ont leur part aussi. Leurs dirigeants se sont très bien accommodés de ce monstre hybride et si l’UE éclate, nous ne serons pas sorti d’affaires tant qu’un grand ménage n’aura pas été fait dans les écuries d’Augias chez nous aussi. 


    • Peretz Peretz 8 mai 2010 20:41

      Le problème d’une dette survient à partir de la date de son exibilité. Peu importe le montant. C’est le temps qui régit tout : si la dette est à long terme, cela donne le temps de trouver l’argent pour la rembourser. Pour les titrisations, le système consiste justement à se refiler la patate chaude. Chacun emprunte pour rendre au plus pressé, ce qui reporte la dette à plus long terme. Le problème existe quand la chaîne s’interrompt parce que quelqu’un ne peut plus rembourser au bon moment. Ce qui s’est passé avec les subprimes. Concernant les dettes des pays surendettés, la chaîne peut s’interrompre parce que certains prêteurs ne croient plus qu’ils vont être remboursés à temps : simple question de confiance. Faire crédit veut dire je crois que…

      Dans ce cas, il faut créer de la monnaie en la fabriquant, ce qu’on faisait et fait encore quand un pays a sa propre monnaie. Ce qui n’est plus le cas pour les pays de la zone euro. Or la BCE n’a pas le droit de créer des euros pour payer des dettes : avec comme conséquence de l’inflation, ce que justement elle censée juguler. Quant à ce que Sarko a dit en qualifiant la crise de systémique, il devrait se méfier : il ne connaît pas le sens du mot. Pour changer de système il faudrait tellement modifier les règles actuelles qu’il serait emporté par les vagues que cela soulevrait. Mais c’est de toute façon ce qui risque de se produire, mais de façon probablement incontrôlable.


    • darius 8 mai 2010 16:13

      Ce sui va se passer :
      Les eurocrates veulent garder leur fierté et le juteux fromage qui les nourrit, donc l’euro sera préservé par tous les moyens.
      Donc la deflation imposée a la grece, puis aux autres domino, n’est pas tenable par les populations, et surtout ne resoudra pas les problemes de productivité, l’australie ne sera jamais le japon car les avanatages competitifs sont differents.

      Donc ca impliquerait des remises a niveau deflationiste reguliere jusqu’a ce que la grece fasse des mercedes, mais qui ira passer ses vacances dans la ruhr ?

      Donc la grece est et restera la grece, meme si elle peux mieux faire, ca ne sera jamais l’allemagne.

      La solution suivante en cours, l europe emprunte pour financer les cigales, mais il va y avoir arbitrage entre signature de l euro et ponderation des signatures des pays, donc le taux des emprunts union europeenne va peut etre etre une mauvaise surprise.
      De toute facon si on veut faire durer l ’euro il faut des sous, donc on va finir par arriver a la planche a billet=monetisation de la dette, on imprime ce qui manque donc inflation.
      Mais meme avec un euro drachmeisé, les ecarts de competitivité subsistent, et donc quand on aura tout essayé, on aura perdu du temps, les eurocrates auront encaissé leurs super salaires quelques années en plus, les populations auront souvert durant ce temps, et enfin l’euro mourra !
      La difference c’est que les banques auront eu le temps de recuperer leurs sous qu ’elles ont imprudement prété a des cigales, et ca sera le citoyen qui paiera l’addition de ce gachis, prolongé expres pour sauver les banques et les fauteuils des eurocrates.
      J’avai voté contre maastricht, alors pourquoi dois je payer ?


      • Alexandre Damiron 8 mai 2010 19:28

        « Donc ca impliquerait des remises a niveau deflationiste reguliere jusqu’a ce que la grece fasse des mercedes, mais qui ira passer ses vacances dans la ruhr ? »

        Très bon  smiley

        ça fait du bien de rire un peu sur cette histoire toute cette médiocrité gravissime au sommet me fait pleurer

      • Totoro 10 mai 2010 09:25

        Et la France retournera au bon vieux franc et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes...
        « c’était bien mieux au bon vieux temps ».
        Merci de continuer cette petite analyse au delà de la mort de l’Euro qui semble vous réjouir.
        Que va t il se passer quand on aura retrouvé nos petites monnaies nationales ?
        Les marchés oublieront notre dette et nos déficits ? On fera des dévaluations « compétitives » en cascade comme à la grande époque....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès