Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Union Européenne : « Mais qu’on leur donne du FN »

Union Européenne : « Mais qu’on leur donne du FN »

Les résultats de la dernière élection européenne positionnant le FN en première position des suffrages exprimés, n'est pas le résultat d'un désaveu de la gauche, mais l'aboutissement de la crise. 

Tandis que la panique saisit nos hommes politiques, les élites économiques, consciemment ou non, constatent le résultat de leur logique menée à l'échelle européenne. 

En effet, bien que les nationalistes s'opposent à une Europe de la finance, ils en sont sa conséquence. 

Certes la thèse d'un nationalisme promut par les intérêts financiers n'est pas nouvelle : d'Hitler à Pinochet, les exemples sont légion, le capital a parfois besoin ou a pour conséquence le nationalisme pour justifiant une organisation injuste de la société générée artificiellement par des politiques économiques de pillage.

Nous verrons comment, une idéologie prétendument en faveur de la souveraineté populaire peut cimenter et justifier les inégalités créées par un ordre libéral, à s'opposer au principe de solidarité.

 

I) La souveraineté populaire

Contrairement aux antifascistes primaires, qui pensent que combattre le fascisme se résume agir comme dans le jeu vidéo Wolfestein, il est essentiel de mener une réflexion légitime sur les origines du nationalisme. 

En 1648, le traité de Westphalie établit le principe de souveraineté en Europe, résumé par la phrase latine " cujus regio ejus religio", le traité de Westphalie stipule que chaque souverain est seul maitre de son territoire et que nul n'a le droit d'intervenir dans les affaires internes d'autrui. 

Le principe de la souveraineté du souverain sera alors théorisé par Thomas Hobbes qui établit le Léviathan comme souverain suprême légitimé par le peuple. 

Il faudra alors attendre les lumières pour établir la souveraineté du peuple, avec Jean Jacques Rousseau pour en arriver à l'idée d'un peuple souverain. 

Les révolutions américaines puis Française permettront de concrétiser ce principe. 

Le peuple est le souverain", ce principe nouveau sera pour Hegel la fin de l'Histoire, ou actualisation de la vie éthique, marqué par la première victoire d'une armée de citoyen face aux troupes prussiennes à Valmy. 

La souveraineté populaire et tant qu'idée n'est donc pas un fantasme nazi, il est la conséquence des idées des lumières. Il sera d'ailleurs à juste titre le modèle des révolutions anti-impérialistes de la décolonisation. 

Mais comment, de cette idée très légitime, en arrive-t-on aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale ? 

 

II) Quel peuple ? 

Si les idées des lumières affirment que le peuple est le seul souverain légitime, très vite, un questionnement sur la nature du peuple est mis sur la table. 

Tandis que les lumières avaient établi des caractéristiques purement civiques, comme principe d'appartenance au peuple, les mouvances nationalistes dans toute l'Europe vont alors essayer d'établir un principe unificateur sur les bases du language, puis de l'ethnicité et enfin la biologie.

Cette tentative de préciser où commence et où se termine le peuple sera alors la principale source de tensions liées au courant nationaliste. 

Comme durant la période de la démocratie athénienne, plus de deux millénaires avant, le statut de citoyen est restreint. Ainsi, les droits de l'homme excluent la femme, mais de manière plus tacite, ceux-ci, au gré de la croyance populaire dominate, excluent les minorités qui menacent " la souveraineté nationale ". 

En effet, si les royaumes d'Europe s'étaient constitués par la mise en place de règles communes et de souverains communs appliquées à des peuples très différents, tant par leur language que par leurs ethnies, les nationalistes vont baser le principe de l'unité sur des caractéristiques identitaires et non de règles communes. Difficile de définir le souverain si celui-ci est par nature très abstrait. 

Tandis que Louis XIV était le roi des Bretons, des Basques, desLorrains, qui ne parlaient pas le Français, mais bénéficiaient des memes lois, routes, ponts, taxes, monnaie, écoles. 

Les nationalistes ethniques choisissent des critères bien plus triviaux. 

Le nationalisme ethnique qui se base sur une délimitation du peuple souverain sur des critères autres que celui de la loi et des institutions, se trouve alors obligé d'exclure plutôt que de fédérer. Ce sera le cas tout au long du 19ème et du 20ème siècle. 

Même si de telles limites ne signifient pas forcément les chambres à gaz, elles mèneront forcément à des déportations de minorités.

 

III) Libéralisme et nationalisme 

Si la révolution industrielle avait permis d'invalider l'analyse de Thomas Malthus sur les revenus agricoles et la démographie, le capitalisme dans son incapacité à répartir équitablement les richesses, a généré artificiellement des situations de pénurie .

La rareté engendrant la guerre de tous contre tous entraine alors les peuples à penser dans le cadre d'un jeu à somme nulle. 

Puisque pour gagner il faut que d'autres perdent, la restriction de la citoyenneté aux seuls bons éléments, permet, dans "esprit de certains, le salut de la nation et de rétablir la souveraineté populaire. 

On comprend donc très vite comment la situation de crise précède la formation de nationalisme restrictif. "on ne peut pas nourrir tout le monde" donc il faut bien trouver des critères pour désolidariser ou exproprier. 

Ainsi, si tout oppose nationalisme et libéralisme, l'un engendre l'autre. 

La disette ne permet pas d'être généreux. Ainsi, dans ce jeu à somme nulle créée par le pillage capitaliste, les nationalistes établissent des critères restrictifs qui permettre de justifier l'abandon de solidarité. Au lieu de combattre les causes du déclassement social, les nationalistes ethniques s'y adaptent. Pourquoi exclure si on peut accroitre le gâteau ? il semble que la prospérité ne mène généralement pas à la restriction identitaire.

 

IV) Progrès collectif 

Il est au lecteur de décider si la souveraineté populaire est tributaire d'un caractère ethnique, mais l'argument de la rareté engendrant le phénomène de restriction des critères définissant le peuple est un élément non négligeable dans cette analyse. 

C'est bien suite à la crise économique et aux conditions d'austérité imposées par le traité de Versailles que la montée d'Hitler et de ses thèses a été rendue possible.

Si les 30 glorieuses forçaient la nécessité d'accroitre le nombre de Français par l'immigration, les 30 piteuses culminées par la crise des sub-primes et des dettes souveraines mène certains aux limites de leur générosité identitaire. 

Ainsi, dans un jeu à somme nulle, engendré par le modèle économique actuel, chacun cherche à établir un narratif justifiant sa primauté sur les autres, et la légitimité d'avoir une plus grosse part du gâteau. 

Mais comme nous l'avons expliqué plus haut, Malthus a eu tort. Nous ne vivons pas dans un monde à somme nulle car la rareté est essentiellement relative. 

Il parait donc que le nationalisme ethnique, vers lequel tend le front national, ne s'inscrit pas en dehors de cet état de pillage des peuples à l'échelle européenne et planétaire, il en est la continuité.

Car si un peuple choisit de s'adapter à cette vision, il sera alors forcé d'exclure de plus en plus, et d'inventer des critères d'exclusion plus fantasques les uns que les autres. Cela signifie-t-il être souverain ou être esclave de la doctrine anglo-saxonne ? À vous d'y répondre. 

Une chose est sûre, en 1648 et en 1789, la France n'a pas marqué l'Histoire en excluant autrui, bien au contraire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • lsga lsga 16 juin 2014 10:10

    « En effet, bien que les nationalistes s’opposent à une Europe de la finance, ils en sont sa conséquence.  »

     


    • lsga lsga 16 juin 2014 10:16

      « Le peuple est le souverain », ce principe nouveau sera pour Hegel la fin de l’Histoire, ou actualisation de la vie éthique, marqué par la première victoire d’une armée de citoyen face aux troupes prussiennes à Valmy. « 

       
      Puis :
       
       »La souveraineté populaire et tant qu’idée n’est donc pas un fantasme nazi, il est la conséquence des idées des lumières. « 
       
      C’est assez mal exprimé. Les idées sont des conséquences, elles n’ont pas de conséquences. C’est l’industrialisation qui va provoquer le passage au Capitalisme puis à la République, pas »les lumières" (ou indirectement, en tant que Théorie Révolutionnaire, en cela qu’elles ont nourri la conscience de classe de l’époque et permis l’émergence de la Révolution.)
       
      Vous auriez du conclure :
       
      La souveraineté exprimait au début la propriété du souverain sur son royaume, à partir de l’émergence du Capitalisme et de l’industrie, elle exprime la division de la propriété du Royaume et de ses industries entre les membres de la bourgeoisie. Il s’agit du passage d’une propriété agricole par un souverain à des propriétés privés bourgeoisies industrielles par des bourgeois. 
       
      L’État change de régime, mais sa fonction est la même : gérer cette propriété. 

      • lsga lsga 16 juin 2014 10:22

        « Tandis que Louis XIV était le roi des Bretons, des Basques, desLorrains, qui ne parlaient pas le Français, mais bénéficiaient des memes lois, routes, ponts, taxes, monnaie, écoles.  »

         
        Par contre :
         
        « Tandis que les lumières avaient établi des caractéristiques purement civiques, comme principe d’appartenance au peuple, les mouvances nationalistes dans toute l’Europe vont alors essayer d’établir un principe unificateur sur les bases du language, puis de l’ethnicité et enfin la biologie. »
         
        Je ne sais pas de qui vous parlez quand vous dites « les nationalistes dans toute l’Europe », mais l’unification linguistique (et certainement pas ethnique) en France n’a eu lieu qu’au 20ème siècle, et dans le reste de l’Europe, elle n’a pas eu lieu du tout (en Espagne par exemple, le Catalan reste la langue maternelle de plusieurs millions de personnes.). 


        • lsga lsga 16 juin 2014 10:28

          Concernant le point 3 :

           
          Oui, l’Industrie a invalidé Malthus. Oui, le Capitalisme a créé des situations de pénurie artificielle. Mais la mécanique vous en échappe :
           
           
          Pour résoudre la crise de surproduction, les Capitalistes doivent :
           
          « Le système bourgeois est devenu trop étroit pour contenir les richesses créées dans son sein. - Comment la bourgeoisie surmonte-t-elle ces crises ? D’un côté, en détruisant par la violence une masse de forces productives ; de l’autre, en conquérant de nouveaux marchés et en exploitant plus à fond les anciens. A quoi cela aboutit-il ? A préparer des crises plus générales et plus formidables et à diminuer les moyens de les prévenir. Les armes dont la bourgeoisie s’est servie pour abattre la féodalité se retournent aujourd’hui contre la bourgeoisie elle-même »
           
          C’est la conquête nécessaire des nouveaux marchés qui provoquent les Guerres.
           
          Sur ce point, les guerres Napoléoniennes en sont un excellent exemple. 

          • lsga lsga 16 juin 2014 10:31

            Toujours sur le point 3, les Nationalistes au 18ème siècle vont proposer de mettre l’Europe à feu et à sang (Napoléon) ; puis au 19ème siècle vont proposer de mettre l’Afrique à feu et à sang : pas de mettre fin à une solidarité nationale qui n’existe de toute manière pas à cette époque. 

             

            • lsga lsga 16 juin 2014 10:36

              Pour conclure : la souveraineté populaire n’existe pas, c’est une chimère idéaliste.

               
              Ce qui existe, c’est la République Bourgeoisie permettant à la bourgeoisie industrielle nationale de gérer ses affaires.
               
              Or, la bourgeoisie industrielle nationale est elle-même laminée. Soit elle est devenu Oligarchie Financière Mondialisée, soit elle a sombré. 
               
              La République Bourgeoise n’a donc plus de raison d’exister, et doit laisser la place à une organisation internationale des marchés. 

              • DanielD2 DanielD2 16 juin 2014 12:59

                " Face à elle, il ne nous faut pas des « peuples » castrés par les Nations, mais un prolétariat organisé à l’échelle internationale « 

                Si vous n’êtes même pas capable d’ »organiser le prolétariat « à l’échelle nationale, comment vous voulez qu’on prenne ça au sérieux ? C’est comme si un mécanicien n’arrivait pas a réparer un moteur de twingo et disait  » Ca ne sert à rien, de toute façon mon but c’est de réparer la fusée Ariane. "

                C’est de l’utopie et ça ne sert à rien ce que vous racontez.


              • lsga lsga 16 juin 2014 13:27

                L’utopie ?

                 
                Alors : soit on organise le prolétariat à l’échelle internationale pour démarrer une guerre civile mondiale contre la bourgeoisie, soit on file droit vers la 3ème Guerre Mondiale.
                 
                Quelle belle utopie ! 

              • DanielD2 DanielD2 16 juin 2014 13:48

                « on organise le prolétariat à l’échelle internationale pour démarrer une guerre civile mondiale contre la bourgeoisie »

                Mais oui, mais oui. Bon courage hein.


              • lsga lsga 16 juin 2014 13:55

                le courage d’unir le prolétariat mondial nous vient d’Amérique du Nord

                 
                Donc, toi, tu préfères une « bonne » guerre mondiale, c’est ça ? 

              • DanielD2 DanielD2 16 juin 2014 11:46

                Isga nous refaire une attaque d’une maladie très grave qui s’appelle le « moi-je-suis-un-vrai-communiste  », appelez un médecin svp.

                A l’auteur, vous oubliez quand même que le programme du FN ne se limite pas à réduire les avantages des immigrés. Les taxes anti-délocalisations aux frontières par exemple.

                Et je ne vois pas le problème avec le fait par exemple que les Roms ou autres communautés de casse-couille restent chez eux.


                • Castel Castel 16 juin 2014 12:11

                  L’impossibilité de considérer l’existence de races différentes au sein d’une entité administrative comme la nation créé un problème insoluble, ou soluble par la destruction de l’idée même de nation.
                  une nation est créé par un peuple. Si vous changez le peuple, quel est la réalité ou l’intérêt de la nation ?
                  Si vous mettez 40% de chinois naturalisés dans la population française avant sa révolution de 1789, aurions-nous fait la révolution française ? Je vous le demande.


                  • lsga lsga 16 juin 2014 12:21

                    la France est pluri-ethnique et pluri-culturelle dès ses origines : c’est même cela qui a fondé le concept de Nation : tous les citoyens, indépendamment de leur langue et de leurs origines. 

                     
                    Hey : vous avez lu l’article ? 

                  • Castel Castel 16 juin 2014 13:36

                    Hey, l’homme superficiel, vous allez bien ?

                    La France est un pays pluri-ethnique depuis ses origines. Disons plutôt que la France est un conglomérat de peuples qui s’entendent bien et ont pu créer une nation. Quid d’une nation quand elle est un conglomérat de peuples qui ne s’entendent pas ? Elle implose par son absence de sens, vous l’avez dans le mille.


                  • lsga lsga 16 juin 2014 13:46

                    ah... vous n’hésitez pas à changer de discours toutes les 2s vous hein ?

                     
                    hey : le plat préféré des français, c’est le couscous ; leur acteur préféré c’est Jamal ; leur présentateur préféré, c’est Anouna ; leurs films préférés c’est le Chti (joué par 2 arabes dans le rôle des chtis) et Intouchable ....
                     
                    Ne vous inquiétez pas : la France était amoureuse de l’Algérie ; et les prolétariats français et arabes s’entendent très bien. 

                  • Castel Castel 16 juin 2014 13:51

                    Vous devriez arrêter le café, ça vous fait débiter des conneries.


                  • lsga lsga 16 juin 2014 17:34

                    Olala nanigogo, si tu ne vois pas que Fernandel n’a pas la même gueule que Boureville, on ne peut rien pour toi. 

                     
                    Le Sud de la France est « ethniquement » très proche des autres populations de la méditerranée, surtout des espagnols avec qui ils partagent les ancêtres Wisigoths (que vous autre négationniste appelez « celtes-ibériques ») . Au niveau de la Cuisine : franchement, la cuisine Catalane est 1000x plus proche de la cuisine tunisienne que de la cuisine alsacienne. 
                     
                    Le Sud de la France a été envahie et soumis de force par les Francs (qui étaient des germains). Tu fais remonter la France à Clovis ( Chlodowig pour les intimes...) alors que les Allemands considère Charlemagne (Karl der Große pour les intimes) comme un empereur Allemand. 
                     
                    Toutes ces ethnies, avec des cultures, des langues et des religions différentes, vont créer une seule et unique Nation dans le cadre de la Révolution. 
                     
                    D’ailleurs, tu n’arrêtes pas de parler de cette Histoire depuis qu’on en a longuement débattu ensemble. Cela t’obsède : tu te rends compte petit à petit que c’est vrai, et que ta version de l’Histoire de France est factice. 
                     
                    Hey, mon grand : l’Histoire de France, on s’en fou. Aide nous à faire la Révolution en Europe, et tu verras comment on fait pour créer une Nation. 

                  • lsga lsga 16 juin 2014 18:22

                    Alalal : ça t’obsède ces histoire hein ? ça te trotte dans la tête : tagadactagadactagadac... 

                     
                    Donc oui, l’Occitanie, c’est la Terre des Wisigoths, pas de francs :
                     
                    Leur capital était Toulouse : tu comprends ça : TOULOUSE, PAS PARIS, TOULOUSE ! PAS AIX LA CHAPELLE (ENFIN AACHEN) : TOULOUSE !
                     
                    Pour ton information, la moitié de la Catalogne est en France : Perpignan, ça dit quelque chose à ta culture de parisien mondialisé ? 
                     
                    Et je peux te dire que la cuisine du sud de la France ressemble FURIEUSEMENT à celle de la Tunisie, et n’a rien à voir avec celle de l’Alsace. Mais franchement : On s’en fou, c’est inintéressant. 
                     
                    Pour ton information, dans ma famille, comme dans de nombreuses familles, on a encore des Grands Parents qui ne parlent pas un mot de français (ou alors en roulant gravement les « r ») et qui ne parlent qu’Occitan. Tu devrais aller faire un tour dans les maisons de retraites à Carcassonne, ta mono-culture parisienne mondialisée en prendrait un coup.
                     
                    L’ancienne Gaule n’existe pas. Il y a LES gaules :
                     
                    qui allaient de l’Espagne à la Pologne. 
                     
                    Les Nations sont un produit artificiel, un produit secondaire des révolutions. 
                    Fait la Révolution avec nous à l’échelle de l’Europe, et tu verras de tes yeux comment on fera une Nation unie à partir de toute cette diversité ethnique et culturelle. 

                  • Yurf_coco Yurf_coco 16 juin 2014 12:22

                    Article assez claire qui résume un peu le cycle croissance/inégalité/extrémisme/guerre cqfd.


                    Malgré la bonne vulgarisation et un traitement du fond, il n’empêche que certains ne pourront pas lire les arguments... ça ricoche sur les neurones et donc il y aura forcement des commentaires tel que @DanielD2 qui dégouline de racisme détestable.

                    • DanielD2 DanielD2 16 juin 2014 12:35

                      « DanielD2 qui dégouline de racisme détestable. »

                      Ho non pitié, pas ça ! Je me repends ! Je me repends ! N’appelez pas la Licra !


                    • 65beve 16 juin 2014 22:54

                      DanielD,


                      J’aime bien votre « Je me repends ! Je me repends ! »

                      cdlt

                    • LE CHAT LE CHAT 16 juin 2014 12:29

                      , n’est pas le résultat d’un désaveu de la gauche

                      25000
                      Adhérents en moins au PS depuis 2 ans , vous appelez ça comment ?


                      • 1871-paris 1871-paris 16 juin 2014 16:59

                        un désaveu au PS....


                      • alinea alinea 16 juin 2014 12:50

                        "Qui va leur expliquer pourquoi nous notons sur nos bâtiments publics «  Liberté-Égalité-Fraternité », message universaliste ouvert à tout être humain, et que les réunificateurs de l’Allemagne contemporaine firent graver sur le Bundestag : « au peuple allemand » ?« ( Jean-Luc Mélenchon ; blog)
                        La France est une République dont le peuple qui la constitue n’est pas une ethnie !
                        Sûrement plus difficile à fédérer, à unir »contre" ! malgré tout, le message de la Révolution nous a constitués.


                        • Onecinikiou 16 juin 2014 13:26

                          L’universalimse est un absolutisme. Un de plus. Un béquille morale pour esprit faible.

                          Plus encore, il est une chimère porteuse de graves dangers à terme, et pour l’intégrité de la nation et celle de son peuple, et pour l’équilibre des puissances et la coexistence pacifique entre ces dernières. L’universalisme justifie par compréhension même du principe l’ingérence dans les affaires d’autrui. Il déconsidère les frontières, les déligitime. 

                          En cela il est le parfait allié, le parfait complément de l’idéologie droit-de-l’hommiste, qui se révèle dans les faits, non dans les délires de notre vénérable maçon, le faux nez des intérêts de l’impérialisme américano-sioniste le plus belliciste, et du mondialisme le plus prédateur. L’européisme n’étant ici qu’un de ses avatars.

                          Enfin l’universalimse est un leurre, une prétention folle car pour qu’un système de valeurs se prétende universel encore faudrait-il qu’il fasse unanimité sur terre. Nous en sommes très loin. Le simple fait que des civilisations différentes y prétendent, défendant en leur sein des valeurs divergentes voire antagonistes, prouve s’il le fallait encore que l’universalisme est une pure illusion, un fantasme, de surcroit potentiellement criminelle.

                          Qui fait l’ange fait le Méchancon.

                        • alinea alinea 16 juin 2014 14:02

                          Non, pas du tout, en tout cas cela ne devrait pas l’être ( mais l’a été hélas) ; donc je vous suis, tout est perverti par l’homme médiocre ; avoir un bel idéal n’est pas mauvais en soi, penser qu’un groupe de gens peuvent vivre ensemble parce qu’ils ont « signé » un accord, acceptent les mêmes règles et s’ouvrent à tous ceux qui veulent les rejoindre, c’est plutôt quelque chose de novateur, de moins coincé, de moins restreint ! Le tout est de savoir ce que l’on en fait ; mais décréter que l’on ne vivra ensemble que parce que nous sommes issus de la même souche, cela fait beaucoup de consanguinité, non ?


                        • Castel Castel 16 juin 2014 14:11

                          "penser qu’un groupe de gens peuvent vivre ensemble parce qu’ils ont « signé » un accord, acceptent les mêmes règles et s’ouvrent à tous ceux qui veulent les rejoindre, c’est plutôt quelque chose de novateur, de moins coincé, de moins restreint !"

                          Si tout le monde était capable de suivre cela, ça serait bien, mais ce n’est pas la réalité.


                        • lsga lsga 16 juin 2014 17:09

                          nanigogo : tu pourrais développer ? 


                        • 1871-paris 1871-paris 16 juin 2014 17:16

                          Isga, nanigo, je crois qu’il est a fond ! Ah non on me dit au fond de la salle qu’il aurait oublié que la Fance, c’est aussi, la traite de noir, le travail des enfants durant le 19éme, les guerre napoléonienne a plus de 300 000 morts rien que chez nous, enfin par certain coté aucun regrets que du bonheur cette France monar’con.


                        • 1871-paris 1871-paris 16 juin 2014 17:18

                          l’universalisme de certaines valeurs existe, Anti-gauche que tu le nie ou pas, ce postula de départ est irréfutable.


                        • lsga lsga 16 juin 2014 17:24

                          nanigogo est un gamin qui est intoxiqué par la propagande néo-nazi des négationniste. Mais bon, il s’est mis à lire Marx, donc si il le fait sérieusement, il ne va pas tarder à devenir communiste. 


                        • lsga lsga 16 juin 2014 18:03

                          « J’ai lu marx » lol

                           
                          Tout ? Qu’est-ce que tu as lu de Marx ? dis moi, ça m’intéresse. 

                        • stetienne stetienne 16 juin 2014 13:15

                          on a de la chance il remonte pas le temps au dela de 1643 lol


                          • 1871-paris 1871-paris 16 juin 2014 17:06

                            pas la paine depuis clovis, jusqu’a 21 janvier 1793 ils se sont tous donné la main pour nous exploité, apres ils ont passé le relais au possédant de la valeur mobilière...

                            iil y a que depuis 1936 et apres vers 1945 que l’on a eu du répis les petites gens....


                          • Julien30 Julien30 17 juin 2014 09:14

                            Le communard, vous avez une vision de l’histoire encore plus caricatural que celle d’un enfant de 8 ans qui la découvre à l’école, bref vous êtes un gauchiste, tiens au fait l’interdiction des corporations, ça remonte à quand ?


                          • non667 16 juin 2014 13:59

                            à whistle
                            à quand un article sur les bienfaits du N.O.M. = judéo-mondialo -capitalisme ?

                            le pen vite ! smiley smiley smiley


                            • 1871-paris 1871-paris 16 juin 2014 17:01

                              Va reprendre une petite dose de divant...

                              c’est vrais que de dire N O M ca evite de plsu réflichir a la complexité des interactions politiques entre les partis d’epicier Fn compris (bataille d’epicier entre père et fille actuellement...)


                            • lsga lsga 16 juin 2014 17:38

                              ça évite surtout d’avoir à étudier le fonctionnement du Capitalisme et de la Mondialisation, ainsi que les moyens de passer à la suite. 


                            • lsga lsga 16 juin 2014 19:37

                              Alors, le NOM : c’est l’Ordre Nouveau, le projet NAZI d’internationale opposé au projet socialiste d’internationale. 

                               
                               
                              Toi qui t’es mis à lire Marx, et qui est confronté à la force de ses analyses, voilà un énoncé que tu peux comprendre : Pendant que vous courrez désespérément après l’analyse des complots de la bourgeoisie (ex : le 11 septembre), vous n’étudiez pas le fonctionnement du Capitalisme. Vous croyez que le problème est un problème de personnes, ou de nations, quand il est un problème d’organisation des moyens de production. 
                               
                              Tous ces gamins qui passent des heures à étudier les différentes théories du complot ne passent pas ces heures à étudier l’Histoire de la Lutte des Classe en France, ni à comprendre le fonctionnement du Capitalisme. Ils croient qu’il y a un complot, organisé par des personnes, et qu’il suffit d’éliminer ces personnes. 
                               
                              Réclament-ils l’abolition de la propriété privée des moyens de production ? Le renversement mondial de la bourgeoisie ? L’instauration de comité de planification économique remplaçant le système financier ?
                               
                              Non, ils pensent que le problème de la finance, c’est qu’elle est dirigée par des juifs ; ils pensent que le problème de la mondialisation, c’est qu’elle est pilotée par les USA ; et surtout, ils pensent que leur bourgeoisie nationale pourrait les protéger.
                               

                            • lsga lsga 16 juin 2014 20:28

                              Alalal : Il y a deux projets mondialistes :

                               
                              1. Le projet d’internationale socialiste, conceptualisé par les socialistes au 19ème siècle.
                               
                              2. Le projet de domination mondiale du Capitalisme et de la race blanche, conceptualisé par les NAZI au 20ème siècle, en opposition au premier. 
                               
                              Votre « NOM » n’en est qu’une nouvelle incarnation.
                               
                              En étudiant « les complots », qui sont un épiphénomène sans intérêt, vous n’étudiez pas le fonctionnement du Capitalisme, pire, vous vous trompez sur sa nature. 
                               
                              Tiens, lis ça :
                               
                              Le principe fondamental du matérialisme est que que les événements historiques sont influencés par les rapports sociaux, en particulier les rapports entre classes sociales, donc par la situation réellement vécue par les êtres humains plus que par les idéologies.
                               
                              Vous, vous courrez après les idéologies, donc :
                               
                              Vous pensez que le problème de la finance, c’est qu’elle est dirigée par des juifs ; vous pensez que le problème de la mondialisation, c’est qu’elle est pilotée par les USA ; et surtout, vous pensez que votre bourgeoisie nationale pourrait vous protéger.
                               
                              Nanigogo : Il faut abolir la propriété privée des moyens de production, renverser l’Oligarchie Internationale ; et ça ne peut se faire que par une union mondiale du prolétariat. 
                               
                              Si au lieu de passer des heures à lire des fadaises complotistes, tu passais plus de temps à lire Karl Marx, tu comprendrais cela. 
                               
                              Tu ne m’as pas répondu : as-tu lu le Manifeste en entier ? 
                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

whistle


Voir ses articles






Les thématiques de l'article

FN


Palmarès