• lundi 21 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Europe > Union Européenne : un pas de plus vers la dictature
13%
D'accord avec l'article ?
 
87%
(57 votes) Votez cet article

Union Européenne : un pas de plus vers la dictature

Super-Maastricht ne doit pas passer

le nouveau traité européen est une véritable déclaration de guerre contre les peuples

Le 2 mars à été signé le traité sur la règle d'or interdisant les déficits, le 27 février Sarkozy écartait tout référendum sur le sujet, se félicitant que ce traité s'appliquera aux gouvernement « de droite , de gauche , du centre , ce que vous voulez » .

Ceux qui ont signé ce traité déclarent par là-même qu'ils s'acharneront contre les travailleurs pour rembourser à marche forcée la « dette publique », dette créée et creusée année après année par les subventions et les aides aux banques et aux grands patrons.Comme en Grèce !

Qu'impose ce traité ?

Le déficit autorisé passe de 3% à 0,5% du PIB !

Cela signifie concrètement 80 milliards d'euros de coupes budgétaires ou d’impôts nouveaux puisque le déficit de l'état français ne pourrait excéder 10 milliards d'euros.

C'est ce que signifie la règle d'or !

Combien de milliards d'euros ponctionnés sur le budget de l'éducation ou sur la santé ?

En cas de dépassement, un mécanisme correctif immédiat !

Concrètement, si le déficit dépasse la limite autorisée, des coupes budgétaires devront être appliquées immédiatement !

Avec une telle règle d'or, (elle n'est d'or que pour les banquiers) la nation abdique toute souveraineté et il n'y plus besoin de parlement.

Obligation de réduire de 5% par an la dette de l'état !

Comme la dette est aujourd'hui d'environ 1700 milliards d'euros, il va falloir ponctionner les budgets sociaux de 85 milliards d'euros supplémentaires chaque année ( 5% de 1700 milliards ) pour réduire de 5% la dette.

Il s'agit là d'une véritable déclaration de guerre contre les travailleurs !

Ils veulent ponctionner le budget de la nation de 215 milliards d'euros ( 80 de réduction du déficit et 85 pour la réduction de la dette auxquels il faut ajouter les 50 milliards du paiement des intérêts de la dette).

C'est impossible car il faudrait pour parvenir privatiser les écoles et les hopitaux.

Ces règles sont à inscrire dans chaque constitution nationale !

Que resterait-il de la souveraineté d'une nation ? Que resterait-il de la démocratie ?

Parvenir à de telles ponctions sur le budget de la nation implique d'écraser le peuple travailleur, à commencer par tous les droits sociaux et politiques arrachés ces dernières décennies.

Ils nous menacent d'un chaos social équivalent à celui de la Grèce !

Des « programmes de réformes structurelles » obligatoires sous la surveillance de la commission européenne.

En cas de dépassement du déficit autorisé, la commission européenne s'autorise à contraindre l'état fautif à mettre en œuvre un programme de réformes structurelles dont le contenu et le format seront définis par directives imposées par la commission.

Ce traité est une véritable déclaration de guerre contre les peuples, contre les travailleurs.

C'est pourquoi rien n'est plus important que de tout mettre en œuvre pour qu'il ne soit pas ratifié.




par chapoutier lundi 12 mars 2012 - 26 réactions
13%
D'accord avec l'article ?
 
87%
(57 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par skyrl (---.---.17.235) 13 mars 2012 04:44

    Seule solution après 32 ans de politiciens qui nous promettent « Une Autre Europe », quitter l’Union Européenne et en refaire une autre, culturelle, universitaire et artistique uniquement, bâtie sur le Conseil de l’Europe.

    De François Mitterand à Jacques Delors et après le TCE, tous nous on promis une autre Europe alors que jamais les Français n’ont demandé à participer à tel mécanisme. Maastricht n’a réuni que 34% des élécteurs inscrits, réalisant un petit 51% des voix en sa faveur grâce aux abstentionnistes.

    Alors qu’aujourd’hui Seguin passe pour un prophète, l’Europe sociale qu’ils nous avait promis n’est jamais venu et ils nous ont imposés l’Euro sans qu’on le choisisse.

    La France, fidèle à son histoire, a été conjointement aux Pays-Bas la lumière des nations européenne en s’opposant à 55% (moins de 25% des inscrits favorables) au Traité Constitutionnel Européen le 29 mai 2005.

    Au lieu d’en tenir compte et proposer une autre constitution, voire une constituante, les gouvernants européens et des 27 états ont bafoué le suffrage populaire en imposant le TCE à travers Lisbonne, contenant tous les articles du TCE, mis dans un ordre différent.

    On observe le résultat aujourd’hui. Une Europe fascisante, des états à l’agonie, une paupérisation et un chômage en pérpetuel acroissement depuis 30 ans, le trucage des chiffres pour maintenir le mythe virtualiste de l’Europe de la Paix.

    Ce n’est pas l’Europe qui a fait la Paix, c’est la Paix qui a fait l’Europe.

    L’Europe est par ailleurs la nouvelle guerre, invisible et économique contre les peuples. 800 emplois industriels détruits tous les jours en France, 800 agriculteurs qui se suicident tous les ans en France. Et toujours le chômage, la précarité, plus de SDF, 12.000 suicides, des services publics à l’abandon, la plus mauvaise redistribution des richesses depuis 1914, le bloc continental ayant la plus faible croissance au monde... Voilà leur Europe !

    Et leur rêve d’« une autre Europe » cent fois entendu n’y changera rien : les pouvoirs que les nations des 27 ont transférés à l’UE ne leur laisse plus aucune marge de négociation, sous peine de se voir réprimander par le Conseil Européen, ses ministres, ou directement la BCE. Maintenant, ce MES et les 6pack/2pack qui l’accompagne légitimerons encore plus la casse sociale qui va s’opérer.

    « L’Europe procède d’un despotisme doux et éclairé » disait Delors. Vas-t-on attendre comme des vaux de passer à l’abattoir ? Après les Grecs, le Portugal, L’Irlande, L’espagne, L’italie, combien de plans sociaux (3° en France) avant de réagir et reprendre notre destin en main ?

    Qui pourrait incarner ce changement ? Il existe un homme, énarque et HEC, qui dénonce la construction européenne et propose de démocratiser la France, renationaliser, établir un quatrième pouvoir pour les médias, mettre en place le référendum d’initiative citoyen, interdire le cumul des mandats. Il reprend point par point le programme du CNR de 1944 et propose de remettre en place tous les filets de sécurité qui ont été patiemment pilonnés par les directives européennes, le MEDEF, le FEP (Syndicat des 90 plus grosses entreprises française), par les acteurs économiques lobyistes et politiciens de carrière pratiquant l’entrisme et faisant du parlement et des gouvernements leur cour des miracles, mais aussi et enfin par les syndicats jaunes qui sont financés par le CES (Confédération Européene des Syndicats, qui leur diffuse leur doctrine sur inéluctabilité de la réforme des retraites tandis qu’il font un raoult d’honneur pour simuler un rapport de force qu’ils ont perdus depuis longtemps).

    Tout ceci est un scandale, et un seul homme le dénonce, muselé par les médias pour qu’un minimum de français connaisse ses idées, et qui fait par ailleurs tribune régulièrement sur Agoravox. Le Saviez-vous ? Son mouvement l’UPR réunit déjà 1330 adhérent, 4900 sympathisants, 40.000 abonnés, plus d’un million de vues cumulées, sur ses conférences et vidéos. Il est le 8° parti politique de cette campagne dans le classement indexé Alexa, 9° sur twitter selon Atlantico, malgré le fait qu’il ne dispose d’une audience nationale que depuis une semaine, au prix d’un acharnement sans relâche pour obliger les médias à l’inviter.

    L’espoir à un nom : François Asselineau

    Venez découvrir cet homme, son programme et ses idées, pour comprendre « Qui Gouverne la France », « pourquoi l’Europe est comme elle est », « Pourquoi ne faut-il pas avoir peur de sortir de l’Euro » et les « 10 raisons de sortir de l’Union Européenne » qui vous révéleront les incroyables mécanistes de verrouillage démocratique de l’Europe, asservissant les peuples à une dette mécaniquement exponentielle.

    Mieux : Rejoignez les 220 bénévoles qui recherchent ardement les dernières signatures qu’il lui faut au plus tard vendredi 16 mars, pour porter ce débat du MES, de l’UE dans les médias grâce à la règle de l’égalité du temps de parole qui s’appliquera dès le 20 mars.

    C’est l’avenir de la démocratie et de vos droits sociaux qui est en jeu ! Pensez aux Grecs ! Réinformez-vous sur l’Union Européenne, ce Léviathan qui fait la guerre contre nos cerveaux.

  • Par gorgonzola (---.---.250.224) 13 mars 2012 07:02

    Et après ce traité il y en aura un autre, et puis encore un autre, et puis encore un autre qu’il faudra à chaque fois combattre...

    Je sais que la pensée unique dit que... mais l’Union Européenne n’est pas la solution, c’est le problème.

  • Par Aldous (---.---.239.209) 13 mars 2012 11:12
    Aldous

    L’UE n’a été possible que du fait de cette corruption du système politique français, mais aussi, allemand, belge, Italien, grec etc.

  • Par Richard Schneider (---.---.181.167) 12 mars 2012 18:34
    Richard Schneider

    Très bonne analyse. 

    Sur ce point JLM et même MLP ont raison : ce nouveau traité européen est un un scandale !
    Dire que l’on voue aux gémonies Hollande parce qu’il demande (bien timidement) une petite révision de ce traité - en y incluant un simple § sur la croissance ! Au lieu de nous proposer un référendum sur la longueur des sucettes, Sarkozy, Hollande, Bayrou auraient sauvé leur honneur en organisant un grand débat national sur le MES et la règle d’or.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération