Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > A Annecy, nous ne « Bosson » plus pour très longtemps !

A Annecy, nous ne « Bosson » plus pour très longtemps !

Comme son père Charles trente ans plus tôt, Bernard Bosson a annoncé le 5 janvier sa démission de la mairie d’Annecy après vingt-quatre années consécutives à sa tête et un mandat de conseiller municipal. C’est donc la fin de la dynastie Bosson dont le règne aura duré un demi-siècle dans cette splendide ville du Nord des Alpes. « BB » ne profitera donc pas de l’année supplémentaire accordée à tous les maires de France depuis que le gouvernement a décidé de repousser d’un an les élections municipales pour cause de prétendue cacophonie électorale (!).

Fidèle à une tradition centriste, il reçoit certainement plus d’éloges des élus de gauche que des élus UMP qui se positionnent depuis longtemps en « opposants ». L’ayant rencontré en privé une fois (dans ma jeunesse), je me souviens qu’il m’avait fait un certain éloge de Gaston Deferre, ce que j’avais trouvé, à l’époque, surprenant pour un homme « de droite ».

Cette démission est moins une décision sage d’un homme politique usé par le pouvoir qu’un acte stratégique visant à repousser les attaques des rapaces locaux. Et des rapaces, dans les Alpes, il y en a !

Effectivement, Bernard Bosson est un vrai cumulard et ne compte pas abandonner la politique, puisqu’il annonce briguer un nouveau mandat de député (il est élu ou ministre depuis 1983) et reste président de la communauté de communes du Bassin annécien. Très en vogue dans les années 1990, sa progression a été stoppée net lorsque Bayrou a pris le pouvoir dans le parti centriste en écartant et en repoussant toute concurrence potentielle. La vraie sagesse aurait été de quitter totalement le monde politique après ses derniers projets ou combats.

Mais c’était sans compter sur la gourmandise des barons locaux qui s’expriment depuis longtemps avec véhémence et agressivité. Bernard Accoyer (UMP), député-maire d’Annecy-le-vieux, vise la présidence de l’EPCI et Pierre Hérisson (UMP) sénateur-maire de Sévrier cherche, semble-t-il, à contourner la loi électorale pour prendre la mairie d’Annecy. La gauche sera donc un opportuniste outsider et cherchera certainement à profiter d’un éventuel élan royaliste pour débuter un nouveau règne...

Dans cette arène digne des plus beaux combats de gladiateurs, tous les coups seront permis. Les dents longues de certains risquent de faire saigner plus d’un homme, dont le premier adjoint actuel poussé par Bosson, Jean-Luc Rigaud. Ce dernier est tout sauf une bête politique, mais certainement un homme de bon sens, qui aime sa ville et les Annéciens. Il a maintenant un an devant lui pour faire ses preuves. Ses premiers mots furent consacrés à la force de la collaboration intercommunale... Bonne chance !


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • carolus (---.---.120.230) 9 janvier 2007 20:00

    Merci de cette nouvelle illustration de la situation féodale dans laquelle nous vivons (sur ce point comme sur d’autres, Corinne Lepage a diablement raison d’ailleurs). Ils s’accrochent ils s’accrochent à leurs siège...

    Non cumul, interdiction d’exercer + de 2 mandats successifs (en tous cas pendant un temps), ainsi que d’autres mesures, ça devient vraiment incontournable. Il faut faire pression.

    De l’air !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès