Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > A Lyon Perben jette toutes ses forces dans la bataille

A Lyon Perben jette toutes ses forces dans la bataille

Le maire de Lyon Gérard Collomb le sait : il fait la course en tête pour les municipales. Mais pour confortable qu’elle soit, cette position n’est pas assurée. Un accident de parcours, une petite phrase malencontreuse ou une attitude jugée arrogante sont si vite arrivés ! Comme l’Olympique lyonnais l’a montré bien souvent, un match n’est jamais joué avant le coup de sifflet final.

C’est pour cela que l’outsider Dominique Perben, qui vient de passer des semaines difficiles, a décidé de jeter toutes ses forces dans la bataille. Et si les sondages lui sont défavorables, ses équipes ont noté quelques faux pas dans la campagne concurrente.
Une tour de 130 mètres dans le quartier de Gerland ?
C’est tout d’abord la maire sortante du 5e arrondissement, Alexandrine Pesson, qui a visiblement fait une "bourde" en annonçant que la SACVEL, organisme dont elle est présidente, allait construire une tour de 130 mètres, voire 150 mètres de haut à Gerland. "Gerland, c’est un quartier qui est devenu très joli, pratiquement une ville dans la ville", s’insurge le candidat pour le 7e arrondissement Pierre Delacroix. "Les habitants sont indignés par ces pratiques qui consistent à annoncer des projets sans concertation"... Il semble que l’équipe de Gérard Collomb a très vite pris conscience de son erreur puisque "le maire du 7e lui-même, M. Flaconnèche, s’est prononcé contre cette tour", note Pierre Delacroix.
Michel Havard enfonce le clou
Le jeune député UMP, Michel Harvard, candidat dans le 5e arrondissement, enfonce le clou. "Cela est typique de l’arrogance et de l’improvisation de l’équipe Collomb"... Et de marteler : "la politique ça ne se fait pas contre ou pour les uns ou les autres, ça se fait ensemble, dans la clarté et la concertation". Et il insiste : "Si je suis élu maire du 5e, je devrais automatiquement prendre la présidence de la SACVEL". C’est une société anonyme, mais la mairie y est majoritaire et elle a une vocation sociale. "Notre priorité sera de rénover et reconstruire l’habitat social, pas de concurrencer le secteur privé de la construction !". Et lorsqu’on lui objecte que ces constructions très lucratives pourraient aider à financer le logement social, il répond que ce n’est pas la vocation d’un organisme (semi-) public et que les fonds bloqués dans l’investissement auraient très bien pu servir à rénover dès maintenant les logements insalubres et à faire baisser les charges.
Un "vrai projet pour les musiques actuelles"
Autre exemple de mauvaise concertation et d’improvisation de l’équipe Collomb, selon les candidats de la droite, celui des musiques actuelles. "Il y a dans l’agglomération 500 groupes, 2 000 musiciens, 250 structures professionnelles, 60 000 musiciens amateurs qui organisent entre 2 000 et 3 000 concerts par an", rappelle Pierre Delacroix. Et ces musiciens perdent peu à peu leurs lieux d’expression. Une pétition circule en effet sur les 1er et 5e arrondissements contre la fermeture des petits cafés concerts (voir article sur LYonenFrance). Les partisans de Dominique Perben reprochent à la municipalité actuelle d’avoir beaucoup promis à ces jeunes, mais de ne faire que du "paillette", selon l’expression de Fabienne Levy. Candidate dans le 1er arrondissement (les pentes de la Croix-Rousse), elle a été en charge de la culture à la région Rhône-Alpes dans les années 2000. "Ce qui manque c’est une véritable gouvernance", attaque-t-elle, "la musique est le parent pauvre de la politique culturelle dans cette ville"... Elle reconnaît que la région a bien une action dans ce domaine, mais, selon elle, "Lyon devrait être la ville-phare de cette région, c’est la capitale régionale... et c’est le parent pauvre"... "On fait un festival et on croit que cela constitue une politique".
Des projets pour les jeunes Lyonnais

Pierre Delacroix a eu une idée. Son fils n’ayant pas voulu suivre de longues études, il l’a inscrit à la "Music Academy International" de Nancy. Une école privée qui "professionnalise" des jeunes passionnés de musique. Pourquoi ne pas créer à Lyon une antenne de cette école ? Les contacts sont pris et le lieu pourrait être trouvé. Les anciens entrepôts des bus TCL, une friche industrielle dans le quartier Jean-Macé. Selon les équipes de Dominique Perben, il ne resterait plus qu’à construire cette école, dans la transparence et la concertation bien sûr !

Voir le site LYonMunicipales2008
Le site de la Music Academy International à Nancy

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LYonenFrance


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès