Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Après Pompidou-Metz, Center Parcs !

Après Pompidou-Metz, Center Parcs !

Les habitants de ce petit village isolé vont désormais devoir s’habituer à voir déferler des voitures aux plaques d’immatriculation lointaines. La signalétique est opérationnelle et les routes aux abords du site sont soit flambant neuves, soit en chantier. Derniers témoins des travaux pharaoniques d’un montant de 250 millions d’euros qui ont été engagés par le groupe Pierre & Vacances afin de faire sortir de terre le Domaine des Trois forêts. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le nom n’a pas été usurpé. Pins, épicéas, hêtres, chênes … la nature y est omniprésente et florissante. Le Club vosgien y a même balisé les sentiers. Une rivière artificielle de 2 km coule harmonieusement au milieu du site. Les 870 cottages en bois, dotés de larges baies vitrées ouvertes sur la forêt, sont disséminés aux endroits où la tempête de 1999 avait tout emporté, de manière à préserver la magie de la forêt.
 
A l’intérieur du site, les voitures sont de même à peine tolérées, car les déplacements doivent se faire ici à pied, sur l’un des 1 800 vélos mis à disposition, en voiturette électrique, à dos de poney ou en petit train. Le concept proposé se veut en tout point respectueux de l’environnement. 38 000 plantes exotiques prospèrent dans la serre tropicale, dont un arbre particulièrement emblématique : un ficus religiosa centenaire, trouvé au pied d’un monastère cambodgien (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/04/10/le-roi-de-la-foret-est-arrive-a-center-parcs/). Dans cet éden de verdure, trois restaurants, un bar, une épicerie, une boulangerie et une boutique ont été installés. Tout a été prévu pour que le client ne manque de rien. L’arbre à eau est une autre fierté du parc. Toutes les dix minutes, les baigneurs, prévenus par une cloche qu’un récipient de 900 litres va se déverser sur eux, se pressent au pied de la structure pour une douche tonifiante. Le point d’orgue du complexe reste néanmoins l’espace aquatique, nimbé de plantes tropicales. Le fameux Aqua Mundo (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/09/15/center-parcs-le-dome-deploie-ses-ailes/), fleuron de la marque, qui peut accueillir 1 500 baigneurs dans un décor hollywoodien de 5 000 mètres carrés. Plages, cocktails à boire les pieds dans l’eau, toboggans à sensations fortes, piscine à vague, bain bouillonnant, mur d’escalade, palmeraie, jungle tropicale et bambouseraie, le visiteur plonge à chaque fois dans un univers différent et dépaysant.
 
Le plus grand Center Parcs de France avec sa superficie de 435 hectares, par comparaison, le deuxième, en Normandie, qui comprend quasiment autant de lits, ne fait que 186 hectares, vaut vraiment le coup d’œil. Ses 870 cottages dessinées par Jean de Gastines, un des architectes du Centre Pompidou-Metz, qui offrent 4 340 lits, ont tous trouvé preneur. 120 autres sont d’ores et déjà en construction pour faire face à la demande. Ces résidences de tourisme labellisées très haute performance énergétique ont d’ailleurs été commercialisées en moins de deux ans, entre 2006 et 2008. Quand la crise a débuté, 90 % des cottages avaient déjà été vendus. 30 % des propriétaires sont du grand Est, dont 150 Lorrains et Alsaciens. Ceux-ci devancent ainsi les Britanniques, qui sont plus d’une centaine à avoir craqué. Les autres acheteurs sont Belges ou Luxembourgeois. Mais il n’y a pas d’Allemands. Un paradoxe, quand on sait qu’ils constitueront au moins 45 % de la clientèle du Domaine des Trois forêts. Le prix des résidences oscillaient entre 180 000 et 350 000 euros pour des habitations de 52 à 95 mètres carrés (hors terrasses de 20 mètres carrés chacune), comportant de deux à six chambres. Trois gammes différentes étaient proposées : le « VIP style » (sauna ou hammam privé, cheminée, home cinéma et salle de bains pour chaque chambre), le « Premium style » (cheminée, cuisine américaine, salle de bains avec baignoire à remous), ainsi que le « Comfort style » (convivial et fonctionnel). A noter qu’une seconde extension de 400 logements est en projet au Domaine des Trois Forêts.
 
Les responsables de la structure mosellane tablent sur le même taux d’occupation que les autres Center Parcs, à savoir 80 %. L’avantage du site est qu’ici les vacances scolaires des pays limitrophes sont souvent programmées à des périodes différentes. A l’heure actuelle, plus de 16 000 réservations ont été enregistrées et 375 000 nuitées sont assurées de juin à septembre. 
D’un point de vue économique, l’ouverture de ce Center Parcs dans le Pays de Sarrebourg est du pain béni. A moins de dix kilomètres de l’ancienne usine Bata à Moussey (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/05/01/reconversion-culturelle-pour-bataville/), où près de 1 000 salariés ont été licenciés en 2001, ce ne sont pas moins de 612 emplois directs (466 équivalents temps plein) qui ont été créés. La Lorraine entre ainsi dans l’ère du tourisme industriel. A lui seul, le site va quasiment doubler le nombre de nuitées enregistrées en Moselle, qui était jusque-là de 1,4 million. 8,5 millions d’euros devraient de même être réinvestis chaque année dans le secteur. Les clients devraient ainsi dépenser en dehors du parc 3,5 millions d’euros par an. Une partie de la masse salariale annuelle de 7 millions d’euros sera de même forcément injectée dans l’économie locale, ce qui devrait générer environ 40 emplois. D’après une étude réalisée par le conseil général de la Moselle, Center Parcs devrait réinjecter 5 millions d’euros par an dans l’économie locale pour son bon fonctionnement. Soit 55 emplois supplémentaires.
 
Vous l’aurez compris, cette installation d’envergure est une véritable chance pour les artisans lorrains qui seront sollicités pour la maintenance des locaux, l’entretien de la voirie et des réseaux, le nettoyage, la sécurité … Certaines activités, comme l’école de pêche ou le centre équestre, ont été externalisées, tout comme certains services avec la vente des fournitures alimentaires, de tabac et de bois pour les cheminées. Des produits du terroir seront également vendus sur place. Coiffeurs, esthéticiennes ou garagistes pourraient aussi tirer leur épingle du jeu. C’est tout un cercle vertueux qui se met en place. En outre, les différentes taxes versées par Center Parcs devraient offrir de nouvelles perspectives aux communes et collectivités territoriales. A noter que la manne glanée grâce à la taxe de séjour sera restituée dans la valorisation de la filière touristique.
 
Les habitudes de la clientèle des autres Center Parcs font apparaît que celle-ci recherche généralement une visite proche, familiale et spectaculaire lorsqu’elle s’aventure au-delà du centre de vacances. Dommage pour Nancy situé à 73 km et Metz à 130 km, trop loin de l’épicentre pour pouvoir bénéficier de cette manne touristique. Peu friande de sorties culturelles, la clientèle ne devrait pas non plus prendre en masse la direction du musée de Sarrebourg et du parcours Chagall à 20 km de là, ni du musée du cristal de Baccarat à 33 km. Si bien qu’à ce petit jeu, les grands gagnants devraient être le train à vapeur du chemin de fer forestier d’Abreschviller à 15 km, le parc animalier de Sainte-Croix à Rhodes à 25 km, les péniches et les bateaux de plaisance du fameux plan incliné de Saint-Louis-Arzviller à 30 km, et peut-être le faste du château des Ducs de Lorraine à Lunéville à 43 km, surnommé le « Versailles lorrain ». Ces quatre sites présentent a priori le profil idéal, à condition de rendre leur offre ludique et attractive, notamment pour les enfants.
 
Entre l’installation du Centre Pompidou-Metz et celle de Center Parcs, en l’espace de quinze jours, la Lorraine vient de renvoyer au reste du monde une image aux antipodes de son passé industriel et militaire. L’arrivée du géant du tourisme ne peut avoir enfin qu’un impact positif et décisif dans la bataille de l’image (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/04/12/lorraine-la-bataille-de-limage/).
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • moebius 27 mai 2010 22:09

    la bataille de l’image d’épinal ?


    • moebius 27 mai 2010 22:09

      dixit le sapeur camembert


      • moebius 27 mai 2010 22:10

        ....un normand engagé dans la bataille de l’image


        • Georges Yang 28 mai 2010 10:28

          A priori, belle aubaine pour l’emploi et le commerce local. Mais ce tourisme genre club Med vert est -il souhaitable pour les populations environnantes qui ne travailleront pas pour ce complexe ?
          Car une fois dans leur « petit paradis », il est probable que les acquéreur et les visiteurs vivent en autarcie sans contact avec les autochtones
          Il est encore trop tôt pour évaluer les effets positifs et négatifs de ce complexe touristique


          • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 16 juillet 2014 19:33

            Près de 250 000 personnes, essentiellement des familles, viennent chaque année profiter des installations de Center Parcs qui se déploient dans un écrin de verdure de 435 hectares dans le Bois des Harcholins à Hattigny, près de Sarrebourg. Il s’agit du plus grand complexe du genre en France avec 951 cottages, une bulle tropicale de 5 000 mètres carrés et 2 km de rivière navigable.

            L’implantation du centre a immédiatement eu un impact positif sur l’économie du territoire. 57 % des travaux de construction du Domaine des Trois-Forêts ont bénéficié à des entreprises lorraines, 75 % en comptant les sous-traitants. 610 emplois ont été créés pour une masse salariale de 5,8 millions d’euros par an, auxquels il faut ajouter 275 emplois induits.

            Quatre ans plus tard, l’effet Center Parcs est toujours perceptible dans le tissu socioéconomique local. Selon un rapport présenté par le groupe Pierre & Vacances, les subventions publiques sont déjà rentabilisées et chaque nuitée passée à Center Parcs rapporte 18,20 euros de Produit Intérieur Brut au département de la Moselle. A raison de plus d’un million de nuitées par an, la manne financière est loin d’être négligeable.

            Mais ce qui fait la spécificité du site d’Hattigny, c’est la longueur des séjours : 4,5 jours en moyenne. Les vacanciers disposent par conséquent de suffisamment de temps pour visiter les sites touristiques environnants. Ces derniers ont d’ailleurs tous constaté une augmentation de leur fréquentation. L’impact est également perçu dans les commerces et les restaurants du secteur. Quant aux professionnels, ils peuvent compter sur des marchés de fournitures et d’approvisionnement qui s’élèvent à 7,4 millions d’euros par an.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès