Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Ayrault, héraut de l’anti-Bretagne !

Ayrault, héraut de l’anti-Bretagne !

Alors que le président Sarkozy avait évoqué le rattachement de la Loire-Atlantique à sa région historique, la Bretagne, le maire socialiste de Nantes vient d’user dans l’ombre de son influence pour faire retirer la proposition du rapport Balladur. Faisant fi de la majorité de l’opinion bretonne et de Loire-Atlantique ainsi que de la majorité des élus locaux, Ayrault joue les Sarkozy de mauvais jours en faisant censurer une proposition mûrement réfléchie.

C’est le quotidien Le Monde qui nous l’apprend, Jean-Marc Ayrault a fait supprimer une disposition qui ne lui convenait pas dans le rapport Balladur.

Dès qu’il a appris que Edouard Balladur s’était déclaré favorable au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, Jean-Marc Ayrault, le maire PS de Nantes, a exercé des pressions fortes sur Pierre Mauroy et André Vallini, les deux élus socialistes du comité, pour sortir cette proposition du rapport final.

Jean-Marc Ayrault a été informé des propos de Balladur grâce à ses dons d’espion et, semble-t-il, à la complicité du restaurateur breton Le Divellec, un grand restaurant parisien, ou de ses clients.

Voilà un élu socialiste qui apprend vite ses leçons auprès de Sarkozy, il pourrait demander à faire partie d’un gouvernement d’ouverture et rejoindre ainsi ses copains Besson et Kouchner.

Bien sûr, les élus ont manifesté leur mécontentement en apprenant cette manoeuvre peu délicate et peu démocratique, mais Balladur leur a jeté un de ses "je vous demande de vous arrêter  !" prétendant qu’il ne se passait rien du tout. M. Balladur a qualifié de "bobards" les faits rapportés.

Jean-Marc Ayrault s’est toujours prononcé contre la réunification de la Bretagne. Ce que veut Ayrault, c’est la création d’un "Grand Ouest" sans attaches historiques ni personnalité forte, une région économique sans plus. Il y aurait dans cette région la Bretagne administrative, les Pays de la Loire, et le Poitou-Charente. Ayrault ayant décidé d’imposer sa ville de Nantes comme capitale de ce curieux ensemble. Je ne sais pas ce qu’en pensent les poitevins et les Charentais d’être ainsi annexés à Nantes et à la Bretagne.

On mesurera toute la modernité du concept ! Le « Grand Ouest » est un concept inventé par la DATAR dans les années 1970. Et la Bretagne administrative date du gouvernement de Vichy !

C’est pourtant Jean-Marc Ayrault qui, le 5 février, qualifiait d’anachronique le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne. Des propos offensants pour toute la Bretagne et tous ceux qui défendent une cause reconnue juste. Mais, l’anachronisme n’est-il pas plutôt le fait que Nantes, la plus grande ville de Bretagne, ne soit plus dans la région Bretagne depuis le régime de Vichy ?

Ayrault semble décidé à se poser en héraut de l’anti-Bretagne et de défendre pied à pied sa position personnelle contre l’avis majoritaire et insistant des Bretons depuis plusieurs générations.

Monsieur Ayrault, vous seriez bien aimable de cesser d’intervenir personnellement et avec autoritarisme dans le processus démocratique de la réunification de la Bretagne pour lequel le comité Balladur et le chef de l’Etat ont exprimé leur position favorable.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • dezanneau 28 février 2009 18:23

    Encore un petit effort et il revient à la taille du bassin versant Loire-Bretagne...Nantes à l’embouchure normal ! Mais il lui faut impérativement annexer l’Auvergne en passant ! C’est la faiblesse d’ambition qui perd les socialistes à mon avis...

    Plus sérieusement, 5-6 grandes régions calquées sur les bassins versants, pour l’écologie et la dépollution de l’eau etc...ça ne serait pas du luxe ! (cf mon blog, sur la réforme territoriale)

    Ce qui me sidère tout de même, c’est que personne n’est capable de mettre sur la table des principes pour l’aménagement au mieux du territoire !
    Personne pour sortir de considérations bassement politiciennes...


    • Gasty Gasty 28 février 2009 18:27

      Nantes a toujours été en bretagne, son histoire le confirme. Nantes et Rennes sont deux villes rivales. Rennes a déjà prévu le coup en tentant et d’ailleur tente toujours en placardant à qui veut le voir que Rennes n’est plus l’ille et Vilaine mais la Haute Bretagne.

      Haute Bretagne, rien que ça. Bien entendu Nantes si elle le désire pourra s’appeler la Basse Bretagne.

      Je n’ai pas d’avis sur la répartition des régions, seulement il est difficile de croire que Le mans ou Laval sont des régions de la loire. il serait bon de séparer l’histoire des régions avec l’administratif.

      Pour moi, Nantes a toujours été en Bretagne.


      • Fergus fergus 28 février 2009 19:34

        Oui, Gasty, Nantes a toujours été bretonne. Elle a même été la capitale des ducs de Bretagne et Rennes la ville du Parlement de cette même Bretagne. Des arguments de poids pour chacune d’elles dans un bassin de population quasiment égal.

        Il faudra donc s’attendre, en cas de rattachement de la Loire-Atlantique, à une lutte féroce entre les deux villes pour le leadership de la nouvelle entité : pas question pour les Rennais d’abandonner le Conseil de Région !

        Pour en revenir à Ayrault, il est évident qu’il joue perso dans cette affaire, mais ni plus ni moins que 90% des élus direcetement concernés par cette réforme territoriale.


      • pragma 28 février 2009 20:51

        D’après vous qui a mis le feu au Parlement de Bretagne ?


      • Céline Ertalif Céline Ertalif 28 février 2009 23:20

        Haute Bretagne, rien que ça. Bien entendu Nantes si elle le désire pourra s’appeler la Basse Bretagne.

        Je ne sais pas s’il faut lire ça au premier ou au 2ème degré... Je précise tout de même pour nos amis étrangers, français ou basques, que la Basse-Bretagne est à l’ouest et la haute Bretagne est à l’est, et que ça marche aussi bien si vous tenez votre carte à l’endroit qu’à l’envers.

        Cordialement.


      • Fergus fergus 1er mars 2009 09:25

        Merci pour ces précisions, Céline. La Haute-Bretagne (Breizh Uhel, appellation noon usitée) n’existe en effet que par différenciation avec la Basse-Bretagne (Breizh Izel).
        Et il ne faut voir là que des notions purement géographiques, la Finistère n’étant nullement froissé de son appellation de Basse-Bretagne ou de "bout du monde" (Pen ar Bed).
        Une "basse" Bretagne qui possède en outre dans les monts d’Arrée les principaux sommets de la province avec le Tuchenn Kador, le Menez Sant-Mikel (mont Saint-Michel de Brasparts) et le très connu Roc’h Trevezel dont les pics de schistes perçent les lambeaux de brume qui montent du Yeun Elez (le marais de l’Enfer), tous culminant à plus de 300 m d’altitude.
        Et que dire de la Haute et Basse Normandie ?


      • Gasty Gasty 1er mars 2009 11:12

        @ celine ertatif

        Bien d’accord, les confusions sont néanmoins utile à valoriser un département au détriment d’un autre.Les gens ont certainement plus d’ attachement à leur département, en d’autre temps " Loire inférieur" est devenu " Loire atlantique". La confusion géographique du nom "Cote du Nord" a ainsi renommé le département" Côte d’armor" initiative applaudie à l’unanimité.
         Le finistère s’appelle le finistere. L’ille et vilaine veut s’octroyer le nom de Haute Bretagne, quelle prétention !


      • dezanneau 28 février 2009 18:34

        J’ai oublié...Sur quelle base le rattachement ?


        - A l’arrivée des Francs (500), Rennes et Vannes sont déjà des villes gallo-romaines...

        - A leur phase maximale d’extension territoriale, les Bretons sont incapables de résister aux invasions normandes(9em).

        - Au 13èm, les ducs de Bretagne ont leur palais ducal sur Paris...


        - Sur la plus grande partie du territoire breton, la langue est le Gallo, langue romane...

        Si c’est pour désagréger la France, la faire imploser pour lâcher la bride sur le coup au monde de la finance, des multinationales ou des banques, avec la bénédiction de l’Europe institutionnelle, merci bien...

        Le retour dans l’Otan peut d’ailleurs amener à la fin de la dissuasion française, Brest s’appellera alors Gandrange2...Pour moi c’est la même logique en oeuvre qui amène Sarkozy à parler d’autonomie pour les Antilles alors que personne n’a rien demandé, diviser pour mieux régner...


        • ASINUS 28 février 2009 20:58

          yep nos eminences umps se comportent tels de petits hobereaux defendant leur pré carré
          le Bretagne , ma bretagne survivras à leurs turpitudes en ne jouant pas leurs jeux mortiferes


           Le breton est-il ma langue maternelle ? Non : je suis né à Nantes où on ne le parle pas. .
          Suis-je même breton ? Vraiment, je le crois 
          Mais de « pure race », qu’en sais-je et qu’importe ?

          • "Vous n’êtes donc pas raciste ?
          • Ne m’insultez pas.
          • Séparatiste ? Autonomiste ? Régionaliste ?
          • Tout cela, rien de cela. Au-delà.
          • Mais alors, nous ne nous comprenons plus. Qu’appelez-vous breton ? Et d’abord, pourquoi l’être ?Question nullement absurde. Français d’état-civil, je suis nommé français, j’assume à chaque instant ma situation de Français ; mon appartenance à la Bretagne n’est en revanche qu’une qualité facultative que je puis parfaitement renier ou méconnaître. Je l’ai d’ailleurs fait. J’ai longtemps ignoré que j’étais breton. Je l’ai par moment oublié. Français sans problème, il me faut donc vivre la Bretagne en surplus ou, pour mieux dire, en conscience : si je perd cette conscience, la Bretagne cesse d’être en moi ; si tous les Bretons la perdent, elle cesse absolument d’être. La Bretagne n’a pas de papiers. Elle n’existe que dans la mesure où, à chaque génération, des hommes se reconnaissent bretons. À cette heure, des enfants naissent en Bretagne. Seront-ils bretons ? Nul ne le sait. À chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance.
          Morvan LEBESQUE

          • Fergus fergus 1er mars 2009 10:24

            Etre Breton, Basque, Picard ou Alsacien est avant tout une question d’adhésion à une culture régionale, à une histoire locale et à des comportements humains. Personnellement, bien que non breton (mes racines sont en Auvergne) je me sens beaucoup plus breton que nombre des Rennais.


          • Booz Booz 28 février 2009 23:44

            N’importe quoi cet article.

            "Jean-Marc Ayrault a été informé des propos de Balladur grâce à ses dons d’espion .."


            La commission Balladur n’est pas une réunion de la mafia, elle réfléchi et fait des proposition publique, il n’y a donc pas besoin de les espionner. En plus cela m’étonnerait qu’Ayrault "a fait supprimer une disposition qui ne lui convenait pas" vu que le rattachement de la Loire atlantique est toujours d’actualité.


            • Fergus fergus 1er mars 2009 10:27

              Vous avez raison, Booz. Il était ,semble-t-il, prévu de citer plusieurs exemples dans ce rapport. Balladur a renoncé à le faire, non sur l’injonction de Ayrault, mais pour faire taire les polémiques qui montaient d’ores et déjà de divers horizons.


            • yann44 1er mars 2009 02:52
              Les bretons veulent la démocratie et le respect de la voix du peuple ? Pas de problème, le rapport Balladur est très clair :
              Pour supprimer la Loire Atlantique des Pays de la Loire et la coller en bretagne, il faudra un referendum, qui couvre les 2 régions concernées, ce qui est la moindre des choses si on veut respecter la voix de TOUS les français concernés par cette éventualité(plus qu’hypothétique).
              Et là, problème ! Les bretons voient tout de suite qu’ils n’ont aucune chance de décrocher une majorité sur les 2 régions !
              Alors évidemment, ils proposent un truc hyper démocratique : interdire à 4 départements des Pays de la Loire de voter et d’exprimer leur attachement à leur région actuelle !
              Ben voyons, on va quand même pas faire voter ceux qui ne pensent pas comme nous, on s’en balance de l’avis de ces abrutis de ligériens.
              On leur supprime leur capitale Nantes, et ils n’ont qu’à se taire ! Voila la conception de la démocratie bretonne !
              Et bien nous les Nantais, on est bien content d’avoir évité de vivre dans une telle pseudo-démocratie bretoneuse !
              Merci à Mr. Balladur et merci aux 2 maires de Rennes et Nantes qui sont contre l’annexion de Nantes par la bretagne !
              Et longue vie à notre éternelle capitale ligérienne Nantes !

              • olivier 1er mars 2009 06:47

                pour réagir à yann 44 :

                C’est le fascisme, en 1941, qui a retiré nantes à la bretagne. 800 000 personnes privées de nom (les bretons ) et d’histoire locale...sans référemdum et sans être a "titre expérimental" mais de manière autoritaire et anti-démocratique !!
                Yann, il ne serait pas bon de tomber ds la révisionisme comme le font les quelques fonctionnaires pays-de-la-loiriens attachés à leur fauteuil, privant la france de réformes justes,cohérentes et indispensables.
                L’UNESCO ( internationale et neutre), reconnait seulement la bretagne historique...de nantes à brest,...aussi le val de loire ( anjou-touraine-orléanais ) en devenir.
                Les élus du cg 44 (pays nantais) ont choisis avec les élus de la bret. amputée...la réunification ! par votes démocratiques, allant ds le sens des sondés en 44, 60 à 70% de votes favorables à la réunification !
                La justice et la démocratie doivent être entendue, c’est le moment !


              • Pourquoi ??? 1er mars 2009 06:08

                "L’annexion de Nantes par la Bretagne"... On aura tout entendu ici !

                Nantes a été annexée par les pays de Loire, c’est très récent, et on n’a pas consulté les Bretons pour savoir s’ils étaient d’accord avec cette annexion de leur capitale historique.

                Alors vos leçons de démocratie, Yann...

                Remerciez le gouvernement de Vichy. Sans lui vous seriez né Breton, quelle horreur !



                • La Taverne des Poètes 1er mars 2009 09:28

                  Cet homme donnait des leçons de démocratie à la France entière en chantant la Marseillaise au pied de l’Assemblée nationale !


                  • melanie 1er mars 2009 18:18

                    Juste une question :

                    Je ne suis pas Bretonne même si ma grand mère maternelle l’était et est enterrée au Pelerin, et tout cela me parait très exotique vue de Montpellier où les querelles de villages existent et me sidèrent - en 2007 Georges Frêche a voullu cecesionner tout seul en créant à grand frais une région l’ "Occitananie" qui a fait flop, mais c’est une autre histoire ,

                    Comment se situent les Nantais ?
                    Combien parmi les Nantais se considèrent comme bretons ?

                    Comnien ne Nantais sont de souche bretonne . ?
                    Et combien viennent de régions différentes ?

                    Est ce que la population de Rennes n’est pas moins cosmopolite que celle de Nantes ???

                    L’important selon moi n’est pas l’histoire qui ne parle qu’à certs, mais le ressenti des populations.

                    Si les Nantais ne se sentent pas bretons, pourquoi les ratacherait on à la Bretagne ?
                    Rennes a des atouts ...bretons, Nantes en a d’autres ,non ????


                    • Yann Ker 1er mars 2009 20:47

                      SI l’on pousse votre raisonnement , Les Chinois au Tibet ne se sentent pas Tibétains, alors pourquoi le Tibet ne resterait pas en Chine.
                      Appartenir à la Bretagne est plus un facteur d’ouverture que d’exclusion. Les Pays de Loire ne sont pas ouverts sur la mer à part la Loire Atlantique et la Vendée, ce n’est pas du tout la même culture entre le littoral et la Mayenne ou la Sarthe, ni les mêmes horizons. Quel rapport entre Nantes et Le Mans ?


                    • La Taverne des Poètes 2 mars 2009 08:57

                      Une majorité de Nantais se réclame de la Bretagne.


                    • melanie 2 mars 2009 11:26

                      Commentaire idiot :


                      Les tibetains ont étés envahis, déculturés, colonisés, leur religion interdite, leur culture immémoriale et encestrale minée et l’armée chinoise fonctionne à Lhassa comme les nazi occupant Paris.

                      Quand on y connait rien et que l’histoire vous échappe ,on s’abstient.



                    • olivier 2 mars 2009 22:18

                      En réponse à "commentaire idiot" :
                       
                      pour comparer la situation du tibet et de la bretagne :

                      Les 2 ont perdu leur souveraineté ds un rapport de force.

                      Paris à interdit à 2 générationsde parler breton (= disparition programmée = ethnocide), pékin autorise le tibétain obligatoire à coté du chinois !

                      paris à amputer la bretagne (dyn. éco), pékin n’a pas démantelé le tibet !

                      Les anciennes croyances celtiques (dites paiennes) réprimées ds le sang , la spiritualité tibétaine idem !

                      paris a étouffé la marine marchande bretonne (1 ère d’occident en 1492 (c.colomb)) = appauvrissement, le tibet sans doute aussi ?

                      bref, en plusieurs siecles, la bretagne a perdu plus que le tibet (qui souffre bcp, c’est sur !), ou qu’une palestine (encore de langue et conscience arabe) qui souffre aussi...sur 50 ans.
                       
                      pour info, et au cas où nous serions ignorant.

                      Un Breton, citoyen du monde. 


                    • Job Morro Job Morro 1er mars 2009 19:15

                      La ballade des gens qui sont nés quelque part

                      C’est vrai qu’ils sont plaisants, tous ces petits villages,
                      Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités,
                      Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages,
                      Ils n’ont qu’un seul point faible et c’est d’être habités,
                      Et c’est d’être habités par des gens qui regardent
                      Le reste avec mépris du haut de leurs remparts,
                      La race des chauvins, des porteurs de cocardes,
                      Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

                      Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
                      Empalés une fois pour toutes sur leur clocher,
                      Qui vous montrent leurs tours, leurs musées, leur mairie,
                      Vous font voir du pays natal jusqu’à loucher
                      Qu’ils sortent de Paris, ou de Rome, ou de Sète,
                      Ou du diable vauvert ou bien de Zanzibar,
                      Ou même de Montcuq, il s’en flattent, mazette,
                      Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

                      Le sable dans lequel, douillettes, leurs autruches
                      Enfouissent la tête, on trouve pas plus fin,
                      Quand à l’air qu’ils emploient pour gonfler leurs
                      baudruches,
                      Leurs bulles de savon, c’est du souffle divin.
                      Et, petit à petit, les voilà qui se montent
                      Le cou jusqu’à penser que le crottin fait par
                      Leurs chevaux, même en bois, rend jaloux tout le monde,
                      Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

                      C’est pas un lieu commun celui de leur naissance,
                      Ils plaignent de tout coeur les malchanceux,
                      Les petits maladroits qui n’eurent pas la présence,
                      La présence d’esprit de voir le jour chez eux.
                      Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire,
                      Contre les étrangers tous plus ou moins barbares,
                      Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre,
                      Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

                      Mon Dieu, qu’il ferait bon sur la terre des hommes
                      Si l’on n’y rencontrait cette race incongrue
                      Cette race importune et qui partout foisonne :
                      La race des gens du terroir, la race des gens du cru.
                      Que la vie serait belle en toutes circonstances
                      Si vous n’aviez tiré du néant ces jobards,
                      Preuve peut-être bien de votre inexistence :
                      Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

                      G Brassens

                      			 			 			 		 			 		 		Voilà , tout est dit et qu’on ne me parle plus des mecs " de souche" Le boursoufflé de La Trinité a déjà suffisemment éructé sur ce thème éculé, passéiste et pour tout dire complètement débile !

                      C’est avec ce genre de débat qu’on arrive aux pires massacres. Faut-il encore refaire l’histoire des génocides ?

                      Bon vent à Tous !!



                      • Yann Ker 1er mars 2009 20:42

                        Vous avez sans doute un compte à régler avec vous-même et si vous connaissez Brassens — qui d’ailleurs vivait à Lézardrieux et s’y sentait bien, vous connaissez mal la Bretagne.


                      • olivier 1er mars 2009 23:38

                        brassens, l’anarchiste...ok, et sa maison à lézardrieux (22) parmis l’esprit fondamental des celtes,...en osmose !! Nous aimons tous ! Cela n’empêche que ce qui fait la beauté du monde , c’est bien la diversité...en découle aussi des fusions. il faut tout simplement du RESPECT pour cette diversité ! 
                        La moustache de brassens, c’est comme par exemple la bretagne...chatouillez là...et vous aurez un re-VER ! 
                        Krennlavar drouidigezh (bzh), ( dicton druidique) :
                        Vérité et bonté. 


                      • Job Morro Job Morro 1er mars 2009 20:55

                        Re bonsoir !
                        Le texte de G Brassens : "les imbéciles heureux qui sont nés quelque part" me semble répondre parfaitement au débat... dommage qu’il ne soit pas accepté intégralement en ces lieux !
                        Rien à dire de +
                        Salut et bon vent.


                        • La Taverne des Poètes 2 mars 2009 08:59

                          Je répondrais à Brassens s’il était encore là. Mais il est mort comme vous savez.


                        • melanie 2 mars 2009 12:00

                          être né quelque part....

                          Ce débat est édifiant en fait de cette revendication de celtocentrisme qui fait ressembler les bretons aux corses- qui ont pour excuse leur insularité-

                          Un jour autour d’un thé, à Montpellier, j’ai discuté avec une délicieuse vielle dame - 60 ans ,juste "sénior" - galloise qui me disait à quel point elle sentait sa culture proche des bretons.

                          A ce tittre pourquoi ne pas rattacher la bretagne au pays de Galles qui manifestement partage avec vous cette revendication de racines celtiques  ????

                          Ce serait plus logique que de vous rapprocher du Poitou Charentes ou de la vendée qui ont des cultures différentes .

                          Je réside à Montpellier où 80% des habitants sont venus de l’extérieur et qui souffre et jouit de ce cosmopolitisme qui permet à ex strasbourgeois, ex lorrains, ex parisiens, ex lillois, ex ...de se cotoyer avec un formidable esprit d’ouverture .

                          J’ai caressé parfois l’envie de "monter" à Nantes, qu’on m’avait dit sympathique, agréable - sauf le climat .. !- et ouverte : J’ai peur maintenant de cet celtocentrisme un peu étriqué qui semble habiter les bretons ...

                          Je deteste cette mentalité partout en France de territorialité qui me semble tellement obsolète en regard du cosmopolitisme obligé pour des raisons de travail.Je trouve au contraire riche une mixité culturelle qui vous, bretons semble vous faire peur .

                          Mais , il faut bien reconnaitre que les spécificités culturelles et gastronomiques ont leur charme et que je ne vois pas pourquoi hormis pour "reformer" la France, obscession pathologique du sarkozysme, il aurait été urgent de foutre le bordel alors même que Nantes est Nantes, Rennes plus nordique est bretonne et basta ....



                          • La Taverne des Poètes 2 mars 2009 12:31

                            "une mixité culturelle qui vous, bretons semble vous faire peur" : il n’y a pas de plus grande mixité culturelle qu’en Bretagne. Par exemple, la musique bretonne s’est internationalisée, elle a emprunté à plusieurs cultures du monde. D’où le succès mondial des festivals comme le Festival interceltique, par exemple. D’où le succès aussi des musiques bretonnes au cinéma y compris étranger.

                            Il n’y a que Le Pen qui a peur de la une mixité culturelle mais ce sont surtout les non bretnos qui votent pour lui !


                          • melanie 2 mars 2009 12:46

                            Vous parlez de musique Bretonne ou celtique ???

                            Car la culture celtique essaime partout.

                            Contes, musiques, folklore, la Bretagne tient à ce que ses racines ne meurent pas.
                            C’est bien mais reste à savoir si Nantes et les nantais se sentent bretons .
                            Ma grand mère disait que oui.Mais les choses changent .
                            Est-ce si important ?
                            Est-ce que la Bretagne se sent orpheline et moins forte économiquement sans Nantes ???

                            Ici, c’est drôle il existe des festivals d’ Occitanie mais Montpellier est tout sauf occitanne et ce sont les régions annexes qui sont célébrés....


                          • La Taverne des Poètes 2 mars 2009 13:03

                            Oui. Nantes et les Nantais se sentent bretons, nettement, selon un récent sondage (Le maire de Nantes se fout donc de l’avis de ses administrés) mais on peut faire un référendum pour confirmer. Mais je ne vois pas pourquoi les gens de Pays de Loire ou du Poitou ou d’ailleurs auraient à se prononcer sur le retour d’un territoire dans la Bretagne historique. En quoi seraient-ils concernés ? Aux Nantais seuls de décider, monsieur Ayrault ! Et à l’Etat bien sûr.


                          • Neozenith 11 mars 2009 09:57

                            "A ce tittre pourquoi ne pas rattacher la bretagne au pays de Galles qui manifestement partage avec vous cette revendication de racines celtiques ????"

                            A cause de siècles divergents et d’un parler qui n’est plus le même !

                            "Ce serait plus logique que de vous rapprocher du Poitou Charentes ou de la vendée qui ont des cultures différentes ."

                            Quand a-t-il été question de rapprocher la Bretagne à la Vendée ou au Poitou Charentes ?

                            "Je deteste cette mentalité partout en France de territorialité qui me semble tellement obsolète en regard du cosmopolitisme obligé pour des raisons de travail.Je trouve au contraire riche une mixité culturelle qui vous, bretons semble vous faire peur ."

                            Il faudrait arrêter de juger sans avoir vu et entendu. Malheureusement, vous avouez vous même (et semblez en être fière) que vous le faites. Rennes et Nantes (je peux aussi parler de Vannes, puisque j’ai vécu dans ces villes) sont beaucoup plus cosmopolites que toutes les autres villes françaises dans lesquelles je suis allé. La diversité culturelle y est énorme (faites-y des marchés, promenez-vous dans les rues, ...) !!!
                            Je pense qu’en terme de "mixité culturelle", puisque c’est le terme employé, les Bretons vous en apprendraient !

                            Alors s’il vous plait, arrêtez de parler de "celtocentrisme" et de sous entendre que les Bretons sont xénophobes, il n’y a rien de plus faux !
                            Et venez constater de vous-même la richesse (des paysages, culturelle, gastronomique, artistique,...) de la Bretagne avant de pouvoir prétendre en parler en de si mauvais termes !


                          • merlinou 2 mars 2009 12:27

                            On parle d’aménagement du territoire, on nous rétorque "imbéciles heureux nés quelques part". Je ne pense pas que Brassens évoquait un quelconque questionnement sur le fonctionnement des institutions dans sa chanson. S’il y a de tels imbéciles heureux dans ce forum, tant pis pour eux, mais est-ce une raison pour escamoter la question du découpage des régions ? Ne pas confondre identité et nationalisme !
                            Force est tout de même de constater que la France n’est pas uniforme, et c’est tant mieux ! S’il n’y avait pas eu des sensibilités diverses, des langues et des cultures variées dans notre beau pays, quel intérêt y trouverait les nombreux visiteurs étrangers ? Il n’est pas question de se glorifier de telle ou telle appartenance, mais bien de constater. Tout cela est factuel, il y a une Bretagne, avec son histoire, tout comme il y a une Savoie et une Normandie.
                            Maintenant, rien n’est figé et aucune muraille ne sépare la Bretagne de ses voisins. La Bretagne meurt doucement en Anjou, en Poitou ou en Normandie, et nombreux de ses "pays" traditionnels sont partagés avec les régions voisines, comme le marais breton-vendéen, le choletais ou la région du Mont-Saint-Michel. C’est alors l’idée de département, plus que de région qui à mon sens fausse le débat, même à l’intérieur de la Bretagne, comme dans le Pays de Redon par exemple. Pourquoi ne pas reprendre administrativement ce qui a toujours existé naturellement, à savoir des micro-régions où les échanges se font indépendamment des limites de département, de région ? Chacun y retrouverait sa place, sa sensibilité propre, son identité ? Après tout, il est tout aussi légitime à un Nantais de se sentir Breton ou non, et je ne vois pas de quel droit on lui refuserait d’être ce qu’il ressent ! Au-delà de l’histoire d’une région, il y a nos propres histoires, familiales, et l’ensemble de ces histoires colorent un territoire, loin de toute idée de régionalisme, d’autonomisme. Tous ces "imbéciles heureux" ont permis à la Bretagne d’être ce qu’elle est et d’y trouver quelque intérêt à venir sy promener ou y habiter ! La Bretagne est multiple et se nourrit des histoires de chacun, en Loire-Atlantique comme ailleurs, si c’est le choix d’une majorité des habitants ... Commençons par le commencement, posons clairement la question aux habitants de Loire-Atlantique, on verra bien ! Inutile de poursuivre le débat si une majorité ne se dessine pas en faveur de son bien-fondé.


                            • melanie 2 mars 2009 12:40

                              "Posons clairement la question aux habitants de Loire Atlantique" : enfin ....



                              • Arbeg 17 mars 2009 17:13

                                Breton vivant depuis 20 ans aux Pays-Bas, j’ai toujours le sentiment d’avoir un lien avec mes racines.
                                Le Breton n’est pas refermé sur son bout du monde, il vit souvent loin, beaucoup à l’étranger.
                                 Par contre il nóublie jamais d’ou il vient. Demandez aux bretons de New-York !
                                Cést peut-être étrange, mais les Bretons sont très attachés à leurs origines.
                                Les gens qui ne sont pas nés en Bretagne peuvent síls le ressentent faire partie du clan.
                                Tout le monde est le bienvenu. Les Nantais( une partie de ma famille habite Orvault) sont libres de penser ce quíls sont vraiment Nantais- Bretons-Francais-Européens- Citoyens du monde.
                                L’identité bretonne existe, ce nést pas de la politique...

                                Kenavo
                                Breton Amsterdam


                                • Pamirgam 25 mars 2009 21:35

                                  Pourquoi partage le gateau avec les Bretons de Bretagne alors qu’il est si doux avec les Bretons de Nantes. Tous les mêmes ils pronent des principes mais ils s’y assoyent dessus dès qu’ils sont concernés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès