Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Campus on Air de Metz, soirée de clôture (18-10-08) : à l’Est, y a (...)

Campus on Air de Metz, soirée de clôture (18-10-08) : à l’Est, y a du nouveau !

"Pour moi, Metz c’est la ville de l’Est qui reste quand tu dézoomes sous Google Earth", annonce Romain de Debout Sur Le Zinc. Il semblerait qu’il faille s’y habituer : pour Metz, la belle endormie, l’heure du réveil a sonné.

Alors, par où commencer un article plus qu’enthousiaste pour vous parler de cette douce - et néanmoins glaciale - soirée de samedi, place Saint-Louis ?
Peut-être en marquant ce 18 octobre d’une pierre blanche. Blanche comme les esprits givrés ; blanche comme vierge de tout ; blanche comme l’introduction à une nouvelle vie, qui donne davantage de place à la possibilité de s’exprimer.
Et niveau expression, chacun y a mis du sien, dépassant les clichés et le froid régnant. Car faire bouger plus d’un millier de personnes à Metz après le couvre-feu de 22 heures et ce en plein mois d’octobre, cela relève presque du miracle.
Miracle possible grâce à une organisation réussie, une association - Diffu’Son - présente et dynamique dans tous les instants et une communication soutenue par la mairie de Metz.

Place donc aux concerts.

Sur les coups de 20 heures, tandis que les membres d’ENNERI BLAKA - voisins strasbourgeois - s’installent sur scène, un rapide coup d’œil à la "foule" fait peur. En effet, on peut constater que la place est cruellement dégarnie et que seuls les plus résistants ont tenu à battre le pavé pour entendre la musique funk des huit compères.
Le groove s’installe rapidement, le groupe s’échauffe vite et bien - encore une fois, la température ne donne pas envie de se planter comme un piquet sur scène - et finalement, l’ambiance se réchauffe assez vite, le nombre de spectateurs gonflant de minutes en minutes.
C’est donc pendant un show de près d’une heure que ces joyeux Alsaciens nous ont transportés dans leur univers électro funk’n’roll, où les cuivres se mêlent à un bassiste groovie et à un chanteur charismatique. Un seul bémol à signaler au niveau du son, la voix du chanteur n’étant pas assez mise en avant.
Mais une grande révérence à ce groupe qui n’a pas hésité à finir en partie au milieu du public et à s’offrir un sit-in en plein milieu des aficionados ravis de les accompagner.
De l’énergie à revendre, une musique entraînante et qui plus est travaillée, un brassage de styles et de cultures détonant, le tout mêlé à un jeu de scène revigorant ; un bon conseil : si vous ne connaissez pas ce groupe, courez vite sur leur site !
Après un court entracte rythmé par les élèves du conservatoire loin d’être en reste et avides de faire partager à la foule massée autour d’eux des sonorités très empruntées aux musiques des films d’Emir Kusturica, nous nous retrouvons toujours avec ce grand sourire face à DEBOUT SUR LE ZINC.

Bien que glacé et les mains engourdies - avec notamment William le bassiste-contrebassiste, pieds nus et en chemise transparente comme à son habitude -, « DslZ » a décidé de faire la fête. Les premiers morceaux mettent un peu de temps à prendre, les conditions n’étant pas idéales, mais au final le public va répondre présent, avec conviction même.

Enchaînant chansons phares et titres du nouvel album - sortie prévue le 27 octobre -, « DslZ » s’amuse, prend du plaisir et on ne compte plus les sourires affichés par le groupe réclamé à corps et à cris par le public, disons-le, en délire.
Tellement actifs, tellement survitaminés, que, comme pour Enneri Blaka, il en devient même difficile d’en tirer des photos nettes et précises, l’éclairage n’aidant pas vraiment. Mais qu’importe, le but ce soir était de se faire plaisir, de faire danser et de sauter sur l’occasion de passer une excellente soirée.

Disponibles, sincères et pro à la fois, les deux groupes présents sur la place Saint-Louis samedi soir méritent des remerciements sans compter pour « service rendu à la ville », auteurs d’une démonstration de bonne humeur et d’une facilité à faire un pied de nez au climat même si, dixit l’ensemble de Debout Sur Le Zinc : « Plus jamais par un froid pareil ! »

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS ICI

Ugo Schimizzi (rédacteur sur www.melting-actu.com )


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Barbarus Barbarus 23 octobre 2008 17:39

    Enfin il se passe des choses à Metz, ça fait du bien. Merci pour ce reportage

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès