Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Commerce de proximité à Paris - suite 4

Commerce de proximité à Paris - suite 4

Voire les articles du 25 Mai - 7 Juin - 13 Juin - 22 Juin

Notre petite série d’articles ne serait pas complète si nous n’avions pas le point de vue de la Mairie sur cette question. Non pas que nos élus y soient des acteurs majeurs, le commerce restant avant tout une activité régit par les règles du marché, mais ces élus peuvent avoir une influence non négligeable sur l’environnement économique. Paris Neuvième a donc rencontré l’Adjoint au Maire du 9ème chargé entre autres du commerce et le chargé de mission travaillant sur cette question.

Dans la vie quotidienne des commerces, un des points le plus souvent abordé par les commerçants est le comportement de la Police, prompte à verbaliser les entorses au règlement comme un dépassement de surface de terrasse, une enseigne mal sécurisée, etc. ... Nos élus reconnaissent bien volontiers et, disons le dans une optique très politique des choses, qu’après une période de laxisme total sous l’ancienne Municipalité, on est passé à l’excès inverse c’est-à-dire à trop de verbalisations. Cet excès a eu comme effet positif de remettre dans le « droit chemin » les commerçants qui abusaient sans vergogne et profitaient de ce laxisme, mais il a eu aussi comme effet négatif de « punir » des commerçants dont les infractions sont plus que mineures. Il semble que le manque de formation et de tact des policiers en charge de faire respecter la réglementation soit en grande partie la cause de ce problème, travaillant avec zèle et sans discernement. Le problème est assez général à Paris, la Mairie en a pris conscience et le Préfet de Police a été interpellé par le Maire pour que ces actions soient menées de manière plus équilibrée. Sans être encore véritablement réglée, il semble que la question prenne le chemin d’un meilleur équilibre par une application « intelligente » de la réglementation.

La question des taxes « de trottoir », elle aussi sujet du mécontentement récurent des commerçants, est plus ou moins niée par nos élus. Une révision de la nomenclature des zones ayant pour conséquence une redéfinition des taxes liées à l’occupation des trottoirs a été entreprise. Les élus de l’arrondissement se déclarent incompétents sur le sujet qui est traité directement par l’Hôtel de Ville mais on prétend à la Mairie du 9ème que le problème ne se pose pas vraiment dans notre arrondissement.

La question du maintien des commerces de proximité est regardée par la Mairie sous deux aspects. D’abord celui de la vie quotidienne des commerces, ensuite l’évolution dans le temps. En ce qui concerne la vie quotidienne des commerces, la Mairie se veut être un « facilitateur » sans être un acteur direct. C’est ainsi que nos élus dans le 9ème ont mis en place un système de concertation permanente par un contact direct entre eux et les commerçants du quartier. Ils cherchent à assurer le minimum de coordination nécessaire pour des projets communs comme par exemple l’illumination des rues mais aussi l’existence d’associations de commerçants réellement actives comme par exemple la création de la nouvelle association des commerçants rue des Martyrs, sans intervenir directement dans la création de celle-ci bien entendu mais en mettant en contact les intéressés sous l’égide de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Paris pour ce qui concerne la nouvelle association des commerçants de la rue des Martyrs. C’est donc a un travail quotidien au cas par cas que se livre la Mairie.

A propos du devenir des commerces de proximité, la question se pose dans tout Paris et est suivie directement par l’Hôtel de Ville. Il s’agit surtout d’éviter la disparition des commerces et l’installation d’une mono activité comme cela a été le cas dans le 11ème arrondissement avec le textile chinois. Dans les limites de ses compétences qui sont en vérité assez limitées en la matière, la Municipalité regarde comment intervenir très en amont lors qu’un commerçant manifeste le désir de céder son établissement et d’essayer de favoriser la reprise du commerce dans de bonnes conditions pour la quartier. Les règles du marché étant ce qu’elles sont, il est bien difficile d’intervenir dans ce processus mais des incitations voire des facilités pour les nouveaux arrivants peuvent être proposées. Chacun voit bien les limites de cet exercice. Notre arrondissement n’est pas encore touché par ce phénomène. Certes, une évolution de la nature des commerces est bien engagée, due essentiellement à la profonde mutation dans la sociologie des habitants du quartier mais la diversité des commerces reste une réalité dans le 9ème. En dehors des activités de commerce « de bouche », c’est-à-dire tout ce touche à l’alimentaire au sens large, la Mairie du 9ème va essayer de mettre en place des actions de mise en valeur des commerces « rares » encore existant dans l’arrondissement.

De cette rencontre avec nos élus locaux, nous tirons la conclusion qu’il y a bien une sensibilisation et une volonté concernant le maintien des commerces de proximité dans leur diversité mais que les moyens, les champs d’intervention, restent limités à cet égard. Nos élus sont les premiers à reconnaître que ce maintien passe d’abord et avant tout par la capacité des commerçants eux-mêmes à s’adapter aux nouvelles donnes, que ceux qui sont imaginatifs et capables de s’adapter s’en sortiront bien mieux que ceux qui restent figés dans des schémas plus ou moins dépassés.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès