Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Commerce de proximité à Paris - suite 1

Commerce de proximité à Paris - suite 1

Revenons sur deux ou trois aspects des problèmes rencontrés par les petits commerçants dans notre 9ème arrondissement suite à notre article du 27 Mai. Ces problèmes d’ailleurs ne sont pas spécifiques à notre quartier et ce sont ceux qui sont le plus rapidement évoqués par les commerçants lors de discussions informelles.

La question financière est bien sûr primordiale. Considérant le tarif des baux commerciaux pratiqué dans une rue comme celle des Martyrs par exemple, il est clair que seuls les commerçants ayant une assise financière solide peuvent s’y installer. Le prix élevé des baux commerciaux a donc deux conséquences quasi mécaniques : 1) les boutiques passent aux mains de chaînes qui ont les moyens de se payer le bail car possédant une capacité financière supérieure aux individuels 2) les boutiques passent à des commerçants faisant partie d’un groupe se déclarant solidaire du commerçant et lui garantissant donc une capacité financière là encore supérieure à celle des individuels. La politique déclarée de la Mairie de Paris sur le maintien des commerces reste pour l’instant sans grands effets, simplement au niveau des déclarations d’intention. Il faut note sur le sujet que les quelques tentatives d’actions concrètes lancées dans d’autres arrondissements de Paris comme le 11ème par exemple, se concentrent plutôt sur la question des loyers que sur celle du montant des baux commerciaux. Cette question financière explique à elle seule la multiplication des nouveaux commerces dans Paris comme la location de DVD par des chaînes spécialisées, des agences immobilières en franchise, etc. ...

La question de la circulation automobile est récurrente dans Paris depuis des années. Il est à craindre que les points de vue sur le sujet ne sont pas près de converger, entre les commerçants partisans d’une circulation importante susceptible d’apporter des clients « nomades » et celle de certains autres, souvent appuyés par les habitants du quartier, qui préfèrent une rue avec moins de circulation pour mieux en profiter.

Nous avons rapidement abordé la question de la police dans notre dernier article. Il y a certes les questions liées à la sécurité pour lesquelles chacun reconnaît le besoin d’une présence policière, mais c’est surtout contre des excès de policiers spécialisés dans le respect des normes que les commerçants se plaignent. Telle enseigne non conforme, tel étalage dépassant les limites du magasin, telle terrasse empiétant trop sur le trottoir, etc. .. bref, à en croire les commerçants du 9ème, l’interprétation des règles par la police est excessive et manque singulièrement de flexibilité. Il est vrai que recevoir une amende parce que deux chaises de votre terrasse dépassent les limites autorisées est assez curieux. L’avis de la police va être intéressant à recevoir sur ce point.

A suivre.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • jean Marien (---.---.135.249) 7 juin 2005 14:11

    Ah nos pitoresques commerçants ! Ah nos charmants limonadiers que le monde entier nous envie (si si il parait qu’aux US c’est ce que l’on dit !). Toujours prêt à brocarder le voyou « Mais que fait la police » Et à défendre son dur gagne pain. Et bien non. Lorsque vos terrasses débordent sur les trottoirs vous obligez les piétons à descendre sur la chaussée et je ne parle pas des parents avec landeau ou des handicapés. Prendre une bière en terrasse aujourd’hui est devenu un luxe que je ne m’offre plus. Ne parlons pas des nouvelles pizzerias rebatisées en trattoria. Le prix du plat de pâtes dépassent l’imaginable. les commerçants de Paris ne sont vraiment pas à plaindre. Les prix ont explosés rue des Martyrs. Depuis l’Euro ? Depuis le changement de population du quartier ? En tout cas les commerçants s’en tirent plutôt bien. Note : J’habite la rue des Martyrs depuis plus de 30 ans, je sais de quoi je parle. Remarque : Il serait dommage que cette tribune « citoyenne » devienne le vivier d’un poujadisme toujours renaissant. N’est elle pas modérée ? Jean Marien


    • Didier Vincent Didier VINCENT 7 juin 2005 14:42

      Que les faits ne vous plaisent pas, c’est là bien votre droit ! mais de là à dire qu’en les relatant on tombe dans le poujadisme, vos convictions vous égarent. D’ailleurs, et en ce qui concerne la police, vous lisez l’article de manière partielle si ce n’est partiale puisqu’il est clairement dit que la parole lui sera donnée sous peu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès