Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Contre les éoliennes près du Château de Malbrouck !

Contre les éoliennes près du Château de Malbrouck !

Le Land de Sarre n’entend pas stopper le projet d’éoliennes géantes porté sur son territoire par l’entreprise allemande VSE, à proximité immédiate du Château de Malbrouck, à Manderen. Le permis de construire a été accordé. Les travaux de terrassement ont commencé. Des dizaines d’hectares ont été déboisés. La mise en exploitation est programmée pour début décembre !

Le projet concerne l’installation de 7 éoliennes de près de 230 mètres de haut. Deux d’entre elles seront érigées dans l’alignement direct et à seulement 1,2 km du Château de Malbrouck, site touristique emblématique de Lorraine classé aux Monuments Historiques. Outre les nuisances sonores évidentes, évaluées à 35 décibels sans vent pour ce genre d’équipements, ces éoliennes auront un impact visuel énorme qui entachera irrémédiablement le décor de carte postale du château. 

Les autorités françaises ont dernièrement affirmé qu’elles n’avaient pas été informées de ce projet. Le Land de Sarre a de son côté retoqué qu’un dossier d’information a été envoyé au mois de mars à la préfecture de la Moselle. Un couac énorme que dénonce à virulence le Groupe BLE Lorraine. La gestion de cette affaire transfrontalière, qui met en péril le cadre d’un monument phare du patrimoine lorrain, est en effet plus que lamentable.

D’autant plus que lors de l’anniversaire du Traité de l’Elysée, célébré le 22 janvier 2013, les gouvernements français et allemand avaient appelé de leurs vœux « à réussir la transition énergétique et écologique dans [les] deux pays et à travailler ensemble au déploiement des énergies renouvelables ». Or rien dans les textes et dans les accords entre Etats ne permet de s’immiscer dans les affaires d’Outre-Rhin. En effet, l’Allemagne n’a toujours pas retranscrit dans sa législation la convention internationale Espoo de 1997. Celle-ci impose des études d’impact sur l’environnement entre pays frontaliers avant d’autoriser une activité sur son territoire. De son côté, la France l’a bien intégrée au Code de l’Environnement. C’est la raison pour laquelle la commune allemande de Merzig a pu se prononcer contre un projet éolien côté lorrain, à Ritzing, Waldwisse et Launstroff, dans le paysage des Menhirs de l’Europe (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/12/19/des-menhirs-de-launstroff/). Si Ritzing a finalement été écarté de ce projet, deux éoliennes ont été rognées de 69 mètres en raison cette fois … de la proximité du Château de Malbrouck !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • oncle archibald 3 août 2013 09:01

    La constructions de machines dont l’impact visuel est très important sans se soucier des particularités du site d’implantation est une véritable catastrophe culturelle. On peut parfaitement concilier la mise en oeuvre d’éoliennes et la protection des sites, à condition de ne pas céder aux caprices de tel ou tel élu qui a envie de se faire mousser et qui veut absolument se donner des airs d’écologiste en attirant sur sa commune les industriels du vent. 

    Je suis tout à fait pour la recherche de systèmes de production d’énergie qui soient des alternatives au nucléaire, mais les grandes éoliennes peuvent et doivent être intégrées aux paysages, accompagner une courbe, surligneur une crête, voire être implantées en très grand nombre sur un tracé géométrique orthogonal dans une plaine comme autant d’arbres géants, bref il faut réfléchir en termes d’impact sur le paysage et le bâti existant avant de décider de leur implantation. Des éoliennes cela peut même être beau à condition qu’elles soient bien placées. En général c’est plus joli quand il y en beaucoup.

    Quand je vois cinq machines plantées à 300 mètres d’un village ou d’un monument et qui massacrent toutes les belles perspectives que l’on pouvait avoir auparavant j’ai envie de mordre. Du village (ou du château) et des éoliennes l’un n’est pas à sa place, et le village ne peut pas déménager. Conclusion : c’est ailleurs qu’il fallait construire ces éoliennes. 

    • vesjem vesjem 3 août 2013 19:23

      la durée de vie du château est de plusieurs siècles ; celle des éoliennes est éphémère (à l’échelle millénaire du temps) ; dans quelques décennies voire quelques siècles les éoliennes seront remplacées par des générateurs relevant de la « science fiction » pour un quidam contemporain ; le château toisera toujours nos descendants 


    • foufouille foufouille 3 août 2013 12:08

      je vois l’intéret de raser une forêt pour des éoliennes de 230m de haut
       


      • foufouille foufouille 3 août 2013 12:10

        je vois pas l’intéret


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 août 2013 12:34

        Bonjour,

        on ne dit plus « Les autorités françaises » mais nos paillassons locaux, d’ailleurs " ils ont dernièrement affirmé qu’ils n’avaient pas été informés de ce projet...on ne les consulte même plus pour activer le plan mondial, juste pour transmettre la facture au client contribuable d’office.

        La véritable transition énergétique passe par une relocalisation de la source d’énergie comme chez ce monsieur : http://www.youtube.com/watch?v=eSmhzO_IHRQ http://www.dailymotion.com/video/xzey0n_autonomie-les-quatre-saisons-de-sarenne-avec-fabrice-andre_news#.UYTN68pCKbp&nbsp ; ou celui ci : http://www.youtube.com/watch?v=0jk0h1laL-0

        L’ Autonomie vaut mieux que lotomanie...


        • mortelune mortelune 3 août 2013 13:09

          La privatisation de l’Europe a été mise en place avec le consentement de la France. Nous en paierons tous, un jour ou l’autre le prix. Les autorités françaises se moquent des français depuis très très longtemps et il ne faut pas s’étonner qu’elles ne soient plus consultées par les lobbies internationaux.

          Ceci étant dit, rien n’empêche quelques groupes de résistants d’abattre ces moulins disgracieux.
          Il serait temps que les peuples européens prennent leurs responsabilités s’ils veulent être écoutés.

          • mipik 3 août 2013 14:20

            D’un sens c’est pas faux , les grandes éoliennes modifie la nature du paysage.

            Mais il serais important aussi de s’informer sur la réalité énergétique du lieu en question. Malbrouk est a seulement 20Km de la centrale nucléaire de cattenom. Les allemands importent de l’électricité depuis la France. Nul a douté que celle ci viennent de cattenom parfois.

            Ces éoliennes leur donneront plus d’indépendance.

            Et qui doit avoir le plus d’inquiétudes de l’approvisionnement energetique de ses voisins. Les francais qui auront peu etre un leger desagrement visuel (durant un siecles au plus). Ou les allemands qui peuvent craindre un accident nucléaire majeur qui rendrais une grande partie de la sarre inhabitable pendant des millénaires ???


            • TSS 3 août 2013 15:29

              Outre les nuisances sonores évidentes, évaluées à 35 décibels sans vent

              35 db c’est le bruit d’un lave vaisselle ,alors si vous l’entendez à 300 m,vous avez de sacrés

              oreilles, par contre une tondeuse c’est 90 db et comme c’est une progression logarithmique,

              je vous laisse imaginer... !!


              • Stof Stof 3 août 2013 18:48

                Sans parler des tous ces sales oiseaux qui font du bruit et qui nous gâchent notre beau ciel !


                • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 4 octobre 2013 21:34

                  Sept éoliennes de 196 mètres doivent être érigées d’ici la fin de l’année à Perl à moins de deux kilomètres de la frontière lorraine. Deux d’entre elles seront situées dans le secteur de Rödchen, à 1 km de la frontière, 1,7 km du Château de Malbrouck et 1,2 km de la première habitation de Tunting, annexe de Manderen.

                  Rappelons qu’un projet éolien avait été retoqué à juste titre côté lorrain en raison de la proximité du Château de Malbrouck, classé Monument Historique, et d’une zone Natura 2000. Par ailleurs, lors du 11ème Sommet de la Grande Région, un code de bonne conduite avait été adopté. Ce dernier suppose de respecter le voisin. Sur ce projet, c’est tout sauf le cas. C’est pourquoi le Conseil Général de la Moselle demande à Bruxelles la non-construction ou le démontage des éoliennes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès