Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Des projets pour la Petite ceinture

Des projets pour la Petite ceinture

Le dernier conseil d’arrondissement tenu mardi 2 mai a vu aboutir, enfin, un projet tenant à l’aménagement de la Petite ceinture. Projet datant des années 1990. Les pressions mises sur RFF depuis cinq ans ont finalement permis d’obtenir un agrément entre la mairie et l’organisme gérant les infratructures ferroviaires, afin de mener à bien de nouvelles initiatives sur cet espace. Un premier projet a ainsi été présenté par René Dutrey, afin de mettre en place des jardins partagés sur les talus de la Petite ceinture, au niveau de la rue de Coulmier. Portés par les habitants et par plusieurs associations, ces jardins partagés permettent aux riverains de s’approprier cet espace pour y faire un lieu d’échanges et de convivialité. Cette petite bouffée d’air pur permet à quelques Parisiens de reprendre contact avec une nature qu’ils ont souvent eu tendance à oublier. Cela est probablement plus important que les qualités gustatives des légumes - voir la teneur en métaux lourds - qui seront cultivés sur ces petits lopins de terre.

Premier projet lié à cette convention avec RFF, ces jardins partagés augurent de nouveaux espaces verts qui pourraient s’incrire dans des projets d’aménagement voyant notamment l’accueil de piétons et de cyclistes sur cette Petite ceinture, et aussi de prolongement par l’aménagement de nouveaux espaces verts.

Priorité aux hérissons ?

Cette vision ambitieuse d’un aménagement fut cependant contrecarrée par les positions de Pascal Cherki (radicaux de gauche) appelant à plus de réalisme, et notamment à fixer les priorités entre les projets d’aménagements réels de certains lieux. En effet, plusieurs projets présentent actuellement des difficultés, notamment financières, pour aboutir. Dans un esprit un peu polémique, celui-ci a demandé quelles priorités donner aux habitants (aménagement du square Gaston Baty...) ou au maintien de la richesse de la faune et de la flore des friches ferroviaires, tout en se déclarant grand ami des hérissons (sic)...

Enfin, comme il est d’usage lorsque les voies ferrées sont mentionnées en Conseil d’arrondissement (et uniquement dans ce cas), les élus communistes sortirent de leur léthargie pour faire un discours de politique générale sur l’état de la France. Et de se prononcer contre tout projet, et notamment celui-là, mettant en péril la propriété de la SNCF (ou de RFF).

L’opposition choisit, quant à elle, soit de se prononcer en faveur (UDF) de cette délibération, soulignant l’aspect positif de cette avancée sur des projets de longue date, soit de s’abstenir (UMP), ne disposant pas de suffisamment d’éléments.

Un peu de verdure avant les wagons de marchandise

Au-delà des critiques émises, il est néanmoins nécessaire de souligner que ces projets ne sont que temporaires. La convention avec RFF porte sur une durée de cinq ans. Mais au-delà des délais fixés, un paradoxe heurte l’aménagement de la Petite ceinture. La prise en compte du développement durable prime sur la simple saignée de verdure dans l’arrondissement. Pour René Dutrey (les Verts) ou Geneviève Bellenger (PS) l’objectif à terme reste l’utilisation en frêt de la Petite ceinture. Position cohérente par rapport au Plan de déplacement, ceux-ci soulignent l’importance d’utiliser la Petite ceinture pour le transport de marchandises, afin de réduire le transport par les véhicules de type camionnette ou camion entrant dans Paris. La SNCF elle-même a budgété les études sur la pertinence de ce type de transport depuis plusieurs années, sans les engager cependant.

S’il est annoncé que les projets ne sont pas entièrement contradictoires (maintien d’une piste cyclable le long des voies ferrées...), le développement durable risque bien de n’apporter aux riverains qu’un peu de verdure, de façon éphémère.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Maxman (---.---.48.80) 5 mai 2006 12:13

    Lourd !

    Elle était agréable à visiter sous forme de friche cette voie ferrée. On espére juste qu’ils laisseront un passage pour circuler (rails) et que l’on pourra tjrs s’y balader meme si c’est interdit et que l’entrée est parfois facturée fort cher par la police.


    • GUY METZLER (---.---.145.191) 6 mai 2006 00:43

      L’histoire de cette ceinture, depuis sa création jusqu’à sa quasi-désaffectation, en dehors de quelques tronçons, est symptomatique et exemplaire. Dès 1938, création de la SNCF, et a fortiori àprès la Libération,il aurait ete logique d’en faire l’artère naturelle de transit entre réseaux ferrés, permettant des liaisons province-province via Paris, au lieu d’aboutir bêtement en cul de sac dans des stations terminales, entraînant une exploitation difficile. Pour des raisons complexes qu’il est inutile d’exposer ici, cette simple logique n’a jamais séduit les décideurs de la SNCF. Et celà bien avant la mise en service des premiers TGV. Si la SNCF avait fonctionné comme n’importe quelle entreprise privée, cette logique aurait prévalu. A savoir l’utilisation d’une infrastructure déjà en place, certes au départ d’« intérêt local »,mais modifiée et améliorée de manière à devenir ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être, c’est à dire un outil performant. Mais on ne peut pas demander à une Administration, avec toutes ses pesanteurs et ses boulets culturels, d’être efficace, hélas. Et nous payons aujourd’hui soixante années de politique imbécile. La partie sud de la ceinture n’ayant pas été retenue pour l’établissement du tramway , puisque le tracé par les boulevards des maréchaux a finalement été préféré,( la encore, inutile de polémiquer, chaque partie ayant des arguments valables), il est fortproblable que tous ces vestiges retomberont en léthargie, et pour longtemps. A moins que.....


      • alberto (---.---.68.226) 7 mai 2006 17:17

        Bien d’accord avec vous M. Metzer sur le temps perdu et les occasions perdues pour l’utilisation de cette petite ceinture.

        Mais je ne pense pas qu’il faille incriminer la seule SNCF dont d’autres ont su utiliser la lourdeur pour paralyser l’émergence de tout projet de réutilisation de cette petite ceinture à des fins de transports en communs, en attendant des jours plus favorables à la promotion immobiliaire...


      • Tontoupithou (---.---.37.45) 6 mai 2006 10:21

        La meilleure solution ne serait elle pas de faire de qui a été réalisé en certains endroits (notamment dans le 14ème vers la porte de Vanves) lorsque la PC est en tranchée : la couverture par une dalle de béton. Ainsi on garde l’infrastructure en état pour le fret ou plus tard une ligne de transport voyageurs (train, tram, métro, peu importe)et en surface on peut aménager des espaces verts ... au niveau du sol, ce qui est meilleur pour leur accessibilité. Comme ça tout le monde est content et ce n’est pas si coûteux que ça.


        • brigetoun (---.---.68.6) 8 mai 2006 22:53

          ce serait formidable de retrouver le petit train de ma jeunesse, et tant pis pour la coulée verte en ce cas, mais en effet depuis qu’on en parle ..


          • brigetoun (---.---.68.6) 8 mai 2006 22:54

            ce serait formidable de retrouver le petit train de ma jeunesse, et tant pis pour la coulée verte en ce cas, mais en effet depuis qu’on en parle ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès