Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Église et tauromachie

Église et tauromachie

Pour dénoncer la complicité de certains hommes d’Église avec le milieu taurin, un groupe de « sentinelles » de l’Alliance pour la suppression des corridas a manifesté aux portes d’un colloque sur la tauromachie, organisé par un abbé nîmois, dans le cadre des événements proposés par l’association Arts-culture et foi catholique...

Quelques insultes ont fusé, ce 10 décembre 2005, à Nîmes, lors d’un colloque sur la tauromachie au XXIe siècle, organisé par l’abbé Teissier, dans le cadre des événements proposés par l’association Arts-culture et foi catholique.

En effet, un groupe de sentinelles de l’Alliance était présent, à l’extérieur, pour dénoncer la complicité de certains hommes d’Église avec le milieu taurin.

Bâillonnés, pour rappeler que nous sommes privés de tout moyen d’expression (campagnes d’affichage, publicité radiophonique ou subventions), nous étions munis de panneaux : « Non à l’Église complice », « Tu ne tueras point », « Non au curé torero », « Oui au respect de la vie ».

Saisi une première fois, en 2003, pour lui demander que l’Abbé Teissier cesse de s’afficher dans les arènes en tant que spectateur, mais aussi en tant qu’acteur, Mgr Wattebled nous a répondu  : « La chapelle des arènes ne dépend pas de l’Évêché, et j’ignore comment son aumônier est désigné. Je n’y suis donc pour rien ! »

Cette fois, notre courrier et notre campagne sur Internet n’ont reçu aucune réponse...

C’est oublier un peu vite que rien, dans les textes sacrés, ne justifie la corrida. Quant au nouveau catéchisme de 1993, il dit clairement « Il est contraire à la dignité humaine de faire souffrir inutilement les animaux et de gaspiller leurs vies.  »

C’est oublier aussi l’intervention de deux évêques nîmois, Mgr Plantier, en 1863, et Mgr Besson, qui déclara, en 1885 : « Nous blâmons sans détour les courses qui sont en usage dans quelques paroisses... Nous faisons aux journaux catholiques de notre diocèse la défense formelle de prêter aux combats de taureaux leur publicité et leurs réclames. S’ils doivent élever la voix, c’est pour les condamner hautement. »

Face à ce qu’un grand nombre de nos adhérents chrétiens considère comme un dévoiement de la religion, n’aurons-nous pas d’autre choix que d’aller bientôt manifester devant les églises  ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.54/5   (127 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • (---.---.200.162) 13 décembre 2005 17:52

    Super ! Mais dommage que vous n’ayez pas mis des photos de votre action.


    • (---.---.207.110) 14 décembre 2005 00:35

      Tu pourras même rentrer à l’église elle sera ouverte. Ensuite qu’un curé aime la tauraumachie c’est son droit. Pour le reste les insultes c’est le néant du discours alors que vous avez des références qui ne peuvent que faire réfléchir l’évêque du lieu.


      • (---.---.104.4) 14 décembre 2005 00:57

        J’avoue franchement méconnaitre les arguments des anti tauromachie. A partir du moment ou je mange du boeuf, je ne peux m’offusquer de la mort d’un taureau. De plus, j’aime ces taureaux de combat, leur allure, leur force, leur courage. Si on interdisait les corridas, cette race n’aurait pu lieu d’être et dispraitrait. Quel domage !


        • (---.---.200.162) 14 décembre 2005 14:41

          Un taureau de corrida est torturé pendant 20 minutes avec la devise, la pique, les banderilles, les épées, le descabello et la puntilla.

          Un boeuf de boucherie est étourdi pour être insconscient au moment de l’abattage. Voilà la différence.


        • frans (---.---.31.66) 16 décembre 2005 10:25

          Il ne s’agit pas de s’offusquer de la mort d’un taureau, le problème de la tauromachie, c’est que l’on fait de la souffrance et de la mort d’un animal un spectacle qui par définition procure du plaisir ; c’est le même concept pour la chasse, qui est le plaisir de tuer : dans les deux cas, cette jouissance de faire souffrir m’est incompréhensible ; l’argument de la ’tradition ancestrale’ souvent évoqué me révolte : pour progresser, l’humanité doit faire le tri des traditions humanistes et barbares.


        • cricri (---.---.199.108) 15 février 2006 16:11

          Si je suis ta reflexion personne n’est utile sur cette terre et encore moins les humains qui ne font pas vraiment partis d’un éco-système. Pourquoi une race devrait disparaîte car aucun intérêts à en tirer ? J’adore les taureaux aussi, je les ai vus vivants et en semi liberté dans la région désertique de l’extremadura en Espagne. Une émotion intense devant ces mastodontes sereins.


        • cricri (---.---.199.108) 15 février 2006 16:20

          Voici un lien vous expliquant la corrida, toute la torture que subi avant et pendant le combat la victime désignée :

          http://www.anticorrida.com/html/pagecrac.htm

          Vous découvrirez qu’au 20 minutes d’arène s’ajoute une préparation du taureau tout aussi sadique.

          Allez voir dans la petite rubrique « corrida ? » et descendre jusqu’au titre comprenant ces termes « un combat perdu d’avance »

          Et ensuite allez dans la rubrique « la preuve en image »

          Faites moi part de vos réactions SVP.

          Cricri


        • bruno (---.---.59.105) 14 avril 2006 15:28

          Lis les « empereurs du fast-food » et dis moi aprés ça qui aura le plus souffert durant son existence - le taureau de combat et celui qui fini dans ton assiette (pour ne parler que de la souffrance de l’animal nettement plus respecté lors du corrida qu’à l’abattoir)


        • nie (---.---.148.27) 14 avril 2006 17:06

          on peut manger de la viande sans pour autant torturer un animal. Cela semble logique non ? la torture est le propre de l’être humain et non celui de l’animal. C’est horrible de savoir cela et de laisser agir des bourreaux de cette maniére.


        • r.boy (---.---.128.218) 15 février 2006 20:27

          Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, voici un le très bon site de l’Alliance pour la Suppression de Corridas et son blog :

          http://www.petition-anticorrida.com/

          http://parolesdanti.midiblogs.com/

          Voici également une pétition : http://www.petition-anticorrida.com/


          • Georgette (---.---.100.67) 16 février 2006 18:31

            Pour ma part je préfère, et de loin, les trois super sites documentés et sérieux de l’Alliance pour la suppression des corridas, première association anticorrida.


            • machinchose (---.---.129.40) 16 février 2006 18:58

              hum

              quel animal souffre le plus : celui qui vit 6 mois engrossé massivement, parqué loin du jour au milieu de ses congénaires, et conduit en ligne directe à l’abattoir dans des conditions lamentables bien souvent ou bien l’animal de combat (ça a un sens chers antropomorphistes, pensez au lion ou au cobra ou au cerf) qui vit en liberté (oui oui, allez donc visiter la camargue ou bien les domaines espagnols) entouré de soin et de respect (et pendant votre visite discutez avec le proprio qui connait chacune de ses bêtes) pendant plusieurs années avant de mourrir selon sa nature dans un spectacle qui le RESPECTE (ne parlez pas de ce que vous ignorez, relisez hemingway et revoyer cocteau ou picasso et tous les autres et trouvez moi UNE SEULE MARQUE DE MÉPRIS POUR LA NOBLESSE DE CET ANIMAL, une seule) à l’issue duquel il meurt après avoir combattu (eh oui la mort nous entoure, partout, et pour une fois elle n’est pas cachée derrière les murs de l’abattoir) quelqu’un qui s’est mis en danger. ET ÉVITEZ par pitié le couplet odieux du « le combat n’est pas égal ». Heureusement qu’il n’est pas égal ! vous voudriez qu’ils meurent tous ! vous souhaiteriez la mort d’autres hommes ???

              Maintenant raisonnons pragmatique : que se passe t il pour cette race de toreau lorsque la corrida est interidite ??? fini les prés, fini, les manade, les ganaderias ou ils peuvent gambader des années...

              fini la race des toreaux de combat !

              voilà. supprimez le spectacle de la mort et vous acheverez la disparition d’une espèce. BRAVO !


              • machinchose (---.---.129.40) 16 février 2006 19:00

                ah ah ah ! quelle hypocrisie ! parlez moi de la vie du boeuf AVANT

                (et ce ne sont pas les mêmes races donc évitez les amalgames qui vous arrangent)


                • machinchose (---.---.129.40) 16 février 2006 19:02

                  il faudra nous expliquer comment elle va subsister parce que s’ils sont dans ces étendues c’est précisemment GRACE à la corrida, parce qu’ils sont aimés et élevés dans des conditions qui à notre époque coute une fortune !


                  • Nicolas Cadène (---.---.208.2) 17 février 2006 15:53

                    En effet, les arguments que l’on peut lire ici à l’encontre de la corrida sont assez « faciles ».

                    pourtant la corrida n’est en rien « facile ». C’est très loin d’être à ce point réductible.

                    Les arguments de « machinchose » me semblent nettement plus réfléchis, et d’ailleurs, personne n’a encore su lui répondre correctement.

                    Concernant l’abbé Teissier, je ne vois pas le mal. Il a tout à fait le droit d’apprécier les corridas, puisqu’il ne les considère pas (à juste titre) comme des « pêchés » (comme semble les considèrer l’auteur de l’article).

                    Par ailleurs, c’est sans doute le meilleur « homme d’église » de Nîmes. Et je dis cela objectivement, puisque Protestant et issu d’une famille de Protestants depuis toujours !

                    Je suis également Nîmois issu de Nîmois, et aficionado. Je pense donc connaître un peu mieux la culture tauromachique que nombre d’intervenants (et je ne dis pas cela par manque de respect).

                    Simplement, quelques commentaires :

                    - D’une part, les lectures ici conseillées sont à ma connaissance tout à fait subjectives et sans intérêt. Il est plutôt à conseiller les lectures de « Toréro d’or » de Catherine Clément et François Coupry, ou encore « Comment voir une corrida » de José Antonio del Moral. Il y a de multiples ouvrages traitant du sujet et écrits par des auteurs réellement qualifiés.

                    - D’autre part, je comprends tout à fait que certains n’apprécient pas la corrida, la détestent même.

                    Pour autant, ce qui est inaceptable, c’est de constater le mépris et la vulgarité de certains à l’encontre de ceux qui aiment la corrida, ou même, de ceux qui « font » la corrida.

                    En effet, comment peut-on insulter ou mépriser ces hommes qui, plus que quiconque (cela je peux le garantir), aiment le « toro », ce « toro » ?

                    Ces hommes, ce sont les éleveurs, manadiers, toréros, qui travaillent dur (très dur) pour préserver une race animale incroyablement unique. Cette race, c’est celle qui descend des aurochs.

                    Elle est constitué de « toros bravos » qui n’ont rien à voir avec les boeufs que l’on engraisse, que l’on maltraite (et bien plus que ce que croit un des intervenants), pour nos belles petites assiettes...

                    Car, oui, ces « toros » sont libres et vivent dans d’immenses étendus sans que l’homme intervienne (ou très peu). Oui, ces « toros » ont une mort digne et magnifique.

                    En effet, qui (de ceux qui se disent connaître la corrida mais qui s’y opposent) est assez naïf pour croire que ce « toro bravo » est un « tendre et doux animal » ?

                    Il faut savoir que régulièrement ces toros meurts, mais pas dans l’arène tués par des toréros. Ils meurts parce qu’ils se battent entre eux, parfois jusqu’à la mort.

                    Ils se battent d’eux mêmes, car ils ont besoin et envie d’expulser et d’exprimer leur combatitivité.

                    Alors, s’il vous plaît, un peu de sérieux, ne jugeons pas la corrida aussi simplement, aussi caricaturalement.

                    La corrida, c’est autre chose, et je puis vous l’assurer, c’est passionnant.


                    • Icks PEY (---.---.232.221) 29 mars 2006 17:44

                      Vous dites :

                      « En effet, comment peut-on insulter ou mépriser ces hommes qui, plus que quiconque (cela je peux le garantir), aiment le »toro« , ce »toro«  ? »

                      Je n’ose pas imaginer ce que la torero fait à sa femme lorsqu’il lui dit qu’il l’aime !!


                    • machinchose (---.---.129.40) 29 mars 2006 19:03

                      argument typique qui prétend dire l’animal dans les termes de l’homme. c’est un glissement douteux.


                    • l1dit (---.---.54.30) 14 avril 2006 15:50

                      Comparer la souffrance dans l’arène et celle dans l’abattoir n’a pas de sens : au final, l’animal meurt et on ne sait vraiment pas pourquoi. Pour l’ arène parce que l’on peut vraiment se réjouir d’autres spectacles que la mort ; pour l’abattoir parce que l’on peut se nourrir autrement qu’avec des protéïnes animales.Et si je peux indiquer une priorité : supprimons l’arène pour la corrida ; donnons y des spectacles de danse, de théatre ou de sport mais arrêtons de justifier un appétit sanguinaire par des motifs traditionnels. Il fut un temps où des hommes mangeaient des hommes et merci nous avons accepté d’évoluer !


                      • dominique (---.---.243.251) 22 avril 2006 12:02

                        Bonjour,

                        Se dire chrétien et ètre pro-corrida ,c’est faire preuve d’incohérence totale . Les deux attitudes sont idéologiquement en opposition totale . Je vois mal le Christ débarquer au beau milieu d’une corrida et dire : " tout cela est bien et beau ,continuez mes enfants,Dieu est avec vous, et surtout continuez à faire aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’ils vous fasses !allez mes enfants ,persévérez dans ma paix et dans ma joie, Amen !" .


                        • SIMONNEAU (---.---.79.176) 31 octobre 2006 21:15

                          Je suis Catholique et pratiquante. Je suis irrévocablement contre les corridas, spectacles vulgaires et dégradants tant pour les organisateurs, les danseuses de la mort, et aussi des spectateurs qui pour justifier leur goût du sang et de la violence clament sur tous les toits leur attachement à la tradition et à l’art. Anne Marie SIMONNEAU


                          • wrisya (---.---.1.82) 31 octobre 2006 21:21

                            Bonsoir,

                            C’est vrai que tuer une bête juste par plaisir, que ce soit un gamin qui fait éclater un chat ou bien un type en costard qui tue, après moult tortures de la bête, un taureau c’est du pareil au même. C’est de la torture, c’est tout : vouloir y donner un sens poétique n’engage que les amoureux du jeu... Si les règles étaient changées et que c’était un taureau géant qui attaquait un petit homme pour une mise à mort magistrale, je doute que certains soient aussi enthousiastes...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès