Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Euro 2016 : quid de Nancy ?

Euro 2016 : quid de Nancy ?

Nous avons certaines craintes par rapport à cette décision. Pourquoi ? Tout simplement parce que la désignation des 9 villes organisatrices et des 3 suppléantes aurait déjà du se faire au plus tard le 15 février 2010. Il n’en a rien était malheureusement. A cette époque-là, l’ombre d’un certain Michel Platini, président de l’UEFA, planait au-dessus du stade Marcel Picot, tout comme sur la candidature de la France. Cette dernière aurait-elle pu accueillir la prestigieuse compétition européenne sans Nancy, c’est-à-dire sans la ville de cœur du Lorrain qui est à la tête de l’UEFA ?

En ne sélectionnant aucune ville « titulaire » pour recevoir des matchs de l’Euro 2016, la France entretenait tous les espoirs de la cité ducale. Un mirage en fait. Car si la France avait présenté sa candidature en déclarant que Nancy ne serait qu’une ville suppléante, quelle aurait été la réaction de Platini ? Son soutien aurait-il été le même ? Maintenant que la France a obtenu ce qu’elle voulait, c’est-à-dire l’organisation de l’Euro 2016, elle peut bien évincer la cité ducale et qu’importe l’avis de Platini puisque la décision est désormais prise. C’est pour cela que le fait de ne pas avoir dévoilé les villes sélectionnées et les villes suppléantes n’est pas bon signe pour Nancy, à notre humble avis. 

Nous ne vous cacherons pas bien entendu que l’élimination de Nancy nous mettrait dans une colère noire après celle de Metz, dans la mesure où le dossier technique est solide, le projet structuré et le mode opératoire bien réparti entre l’ASNL et la Communauté urbaine. Mais ne nous sommes pas à l’abri d’un coup vicieux et sournois de la part de la France et de la Fédération Française de Football. Car même si des stades sont encore plus virtuels que concrets comme à Lille, Lyon, Bordeaux ou Nice, et même si des solutions sont plus coûteuses et difficiles à financer que celle proposée par Nancy, il n’est pas exclu qu’au moment du sprint final un lobbying politique et économique agressif fasse pencher la balance du mauvais côté. Auquel cas la défaite serait injuste et la déception immense.

Et dans ce domaine attention à nos voisins alsaciens qui n’en manquent d’ordinaire pas une pour supplanter les Lorrains sur le fil. Alors exit Nancy parce que Strasbourg ? Rappelons que la candidature alsacienne, qui prévoie une rénovation particulièrement onéreuse du vieux stade de La Meinau et non plus la construction aussi utopiste que disproportionnée d’un Eurostadium, faute de financement suffisant, n’avait alors pas plus de légitimité que celle des deux métropoles lorraines. Pourtant Strasbourg est toujours là, bien que son club est depuis sombré corps et âme en National, soit la troisième division française. 

Il n’en faut donc pas plus pour que des pronostics circulent déjà. Selon certaines sources, Nancy ne serait que ville suppléante en compagnie de Saint-Etienne et de Toulouse. Pour d’autres ce seraient le Parc des Princes, Lens et Strasbourg qui passeraient à la trappe.

Quoiqu’il arrive, Marcel Picot sera agrandi et doté d’un toit rétractable. Mais compte tenu des enjeux et des retombées qui en découlent, mieux vaudrait que l’Euro 2016 passe par Nancy et la Lorraine.

Rappelons enfin que les BLE sont partenaires de la candidature de Nancy depuis le début de cette aventure.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • brieli67 18 juin 2010 00:27

    Nancy sans la Rouille et sans C.Jérôme, c’est quelque chose !


    • ravachol 18 juin 2010 09:01

      Tres bel article,mais vous n’avez pas quelque copains pour aller parler de cela au bistrot du coin devant un bon petit ricard ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès