Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Europe : débats autour de la réforme institutionnelle

Europe : débats autour de la réforme institutionnelle

 

Les 19 et 20 octobre 2006, le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, accueillait les groupes parlementaires socialiste et social-démocrate du Parlement européen. Au cours de cette réunion, les socialistes européens ont reconnu l’importance de relancer le débat institutionnel européen et proposé l’idée que l’Allemagne élabore une « feuille de route » en 2007, qui pourrait être mise en œuvre par la France à l’occasion de sa prise de fonction de la présidence du Conseil de l’Union européenne, le 1er juillet 2008.

A l’occasion d’une réunion à Nantes, les 19 et 20 octobre 2006, les groupes parlementaires socialiste et social-démocrate du Parlement européen ont tenu à rappeler leur engagement en faveur de la relance du projet de Constitution européenne.

En présence de Margot Wällstrom, commissaire européen en charge des affaires institutionnelles et de la communication, le président du groupe parlementaire du Parti socialiste européen, Martin Schultz, a dessiné les enjeux du débat institutionnel : "Les Etats-nations ne peuvent plus affronter seuls les énormes défis que sont la gestion de l’énergie, le développement des hautes technologies ou le contrôle des flux migratoires. Pour toutes ces raisons, nous avons besoin de l’Europe, et nous avons besoin d’un cadre juridique. Ce cadre n’est pas le traité de Nice."

Le maire de Nantes, Jean-Marc AyraultAyrault, abonda dans ce sens : "Selon moi, nous devons rapidement sortir de cette période de réflexion et définir ensemble les initiatives qui permettront d’évacuer tous les encombrements."

Margot Wällstrom insista pour que "les citoyens ordinaires soient mieux impliqués dans la production d’un nouveau projet européen. Ils ont besoin d’être convaincus de la nécessité de la réforme."

Durant le forum, les participants s’accordèrent sur l’idée que l’Allemagne, qui assurera la présidence du Conseil de l’Union européenne à partir du 1er janvier 2007, dessine le contour d’une feuille de route pour relancer le projet de traité.

La France aurait alors pour tâche de la mettre en application lors de sa présidence, qui débutera le 1er juillet 2008.


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Neos 26 octobre 2006 13:18

    CORRIGENDUM

    Chacun aura corrigé l’erreur : c’est bien de Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes, dont il s’agit dans cet article, et non pas de « Jean-Jacques Ayrault ».


    • Laurent_K (---.---.107.46) 26 octobre 2006 19:59

      Encore faudrait-il savoir ce que contiendrait cette feuille de route (c’est pour éviter le mot constitution peut-être qu’on emploie ce terme ?).

      S’agira-t-il encore une fois d’une convention nommée qui nous sortira un copier/Coller du texte précédent ? D’une mouture à peine édulcorée du traité constitutionnel ? Ou alors d’un texte portant véritablement sur le fonctionnement des institutions européennes et instaurant enfin une démocratie ?


      • Sam (---.---.116.120) 26 octobre 2006 20:29

        l’Allemagne...dessine le contour d’une feuille de route pour relancer le projet de traité.

        A new TCE. On va encore être obligé de dire NON. Si le droit de dire NON est encore maintenu par le cheval de Troie des lobbies. smiley


        • remondin (---.---.162.23) 28 octobre 2006 08:17

          Tiens ! on reparle de la constitution europeenne ? Il leur a fallu le temps aux grand penseurs pour se pencher sur le problème. La devise de l’UE serait-elle « pas de vagues » ? Que l’initiative soit socialiste peut réjouir. Mais si le proletaire Fabius était élu président de la répubique, que ferait la France, elle dirait encore et toujours « non » pour continuer à faire de lEurope un nain politique ? Excellent programme et bonne question à poser au candidat à la candidature...


          • steph (---.---.153.173) 31 octobre 2006 16:45

            On ne parle pas assez de l’UE dans les médias, c’est une catastrophe. Alors un grand merci à Neos de prendre le temps d’en parler sur Agoravox , c’est une initiative qui a besoin d’etre encouragée. Schultz dit vrai, tout le monde sait ce qu’il dit. Je regrette un peu néanmoins qu’à chaque fois que nos hommes politiques veulent justifier la construction européenne, ils laissent entendre qu’elle n’est pour eux qu’une obligation pour atteindre la taille critique permettant de faire face à tel ou tel problème. Ils expriment tous un besoin et non une envie d’Europe. Je pense qu’il y a des gens, et surtout dans les jeunes générations, qui ont vraiment cette envie de construire une Europe unifiée, juste pour la beauté du projet, juste parce que le projet en lui-meme est un projet merveilleux pour lequel on a envie de s’engager, et pas seulement parce qu’on en a besoin. cette justification par la négative de la construire européenne trahit le manque de conviction européenne de la grande majorité de nos hommes politiques, leur enfermement dans la sphère nationale (un homme politique francais qui veut réussir se doit de rester en France faire carrière, c’est une évidence, son horizon est la France), est pour beaucoup dans le désamour pour l’UE de nos concitoyens. Et pas seulement en France. Il faut retrouver le lyrisme, le romantisme et la passion des pères fondateurs. Citons Hugo qui il y a plus d’un siècle déjà revait d’Europe. L’Europe doit retrouver sa dimension de reve.

            ******************************************

            Discours de Victor Hugo prononcé le 21 août 1849 lors du Congrès de la paix.

            "Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains, à vous aussi ! Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres, entre Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et qu’elle paraîtrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie. Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l’Alsace, toutes nos provinces, se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées. - Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d’un grand sénat souverain qui sera à l’Europe ce que le parlement est à l’Angleterre, ce que la diète est à l’Allemagne, ce que l’Assemblée législative est à la France ! (Applaudissements.) Un jour viendra où l’on montrera un canon dans les musées comme on y montre aujourd’hui un instrument de torture, en s’étonnant que cela ait pu être ! (Rires et bravos.) Un jour viendra où l’on verra ces deux groupes immenses, les États-Unis d’Amérique, les États-Unis d’Europe (Applaudissements), placés en face l’un de l’autre, se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies, défrichant le globe, colonisant les déserts, améliorant la création sous le regard du Créateur, et combinant ensemble, pour en tirer le bien-être de tous, ces deux forces infinies, la fraternité des hommes et la puissance de Dieu ! (Longs applaudissements.)

            Victor Hugo

            Le 17 juillet 1851, devant l’Assemblée législative, à l’occasion de la révision de la constitution, V. Hugo affirme la nécessité de fonder les États Unis d’Europe « l’idéal des grands philosophes, réalisé par un grand peuple ».. Cette idée sera approfondie en exil, il définit alors les moyens qui devraient permettre de réaliser son idéal : « L’inévitable avenir de l’homme, c’est la liberté ; l’inévitable avenir des peuples, c’est la république ; l’inévitable avenir de l’Europe, c’est la FEDERATION. Suffrage universel, république universelle, voilà ce que fondera le XIXème siècle, voilà ce que recueillera le XXème » (cité par H.Pena-Ruiz et J.P. Scot, Un Poète en politique , 2002) *******************************************


            • Neos 4 novembre 2006 11:36

              Quel orateur ce Steph ! (sourire)

              Merci pour ce clin d’oeil historique.

              Superbe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès