Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Fermeture de Souches Papers dans les Vosges ou histoire d’un énième (...)

Fermeture de Souches Papers dans les Vosges ou histoire d’un énième gâchis

Le Tribunal de Commerce d’Epinal a dernièrement prononcé la liquidation de Souche Papers, entreprise d’Arnould spécialisée dans la production de papier pour l’impression d’affiches et d’étiquettes. 117 salariés perdent leur emploi. Un énorme coup dur pour la vallée qui voit disparaître tout un savoir-faire et l’une des dernières industries du secteur.

La décision du Tribunal vosgien a mis fin à près de deux siècles d’histoire. Fondée en 1820, l’unité avait commencé par la fabrication de papier à cahier et pour enveloppes. A son apogée, au début du siècle dernier, plus de 1 000 personnes y travaillaient.

L’entreprise était en sursis depuis plusieurs années. Elle avait déjà été liquidée en décembre 2010 et 168 salariés avaient alors été licenciés. Mais les ouvriers avaient décidé de relancer leur usine. 94 étaient ainsi devenus actionnaires de la holding créée en avril 2011. Malheureusement, leur société a succombé à un manque de trésorerie d’un montant de 2 millions d’euros. Elle affichait encore pourtant en mai dernier un carnet de commandes bien rempli et n’aurait jamais dû en arriver là.

En 2011, au moment de relancer l’activité, les nouveaux dirigeants avait vendu une partie de leur quota de CO2, afin d’avoir de la trésorerie pour acheter des matières premières. Mais leur dossier, géré par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) de Lorraine, avait étrangement été bloqué sous prétexte que la société ne pouvait pas disposer de ce quota pour en céder tout ou partie. Cette opération est pourtant prévue par la loi. L’entreprise finit par récupérer son quota fin juillet 2011. Trop tard, car elle avait déjà perdu 95 % de sa clientèle partie s’adresser aux concurrents.

Par ailleurs, aucun organisme financier n’a souhaité soutenir Souches Papers. Oséo (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/04/22/le-scandale-de-l%E2%80%99eolienne-domestique-lorraine/), les banques, le Fonds Stratégique d’Investissent, tous ont considéré que l’entreprise ne remplissait pas leurs critères arbitraires d’éligibilité, à savoir trois ans d’ancienneté et au moins une année bénéficiaire. Ce qui n’a aucun sens lorsqu’on démarre une activité !

Les salariés-associés ont également vu leur Prime d’Aménagement du Territoire (PAT), d’un montant de 800 000 euros, bloquée, ce qui les a mis en difficulté. Ils remplissaient pourtant parfaitement les critères (création d’emploi, projet d’investissements, cotisations sociales et fiscales à jour). La machinerie administrative française est incompréhensible. Si bien qu’au fur et à mesure du décalage des commandes, les clients se détournèrent de Souches Papers. Une situation inadmissible qui s’est conclue par un dépôt de bilan le 24 juillet dernier. Ironie du sort, la PAT a était attribuée la veille.

La liquidation de Souches Papers représente à nos yeux un énième gâchis social et humain, une perte de savoir-faire, alors même que l’entreprise avait innové en se lançant dans le papier ignifugé. Tout semble avoir été fait pour couler la boîte. A un tel niveau administratif, difficile de croire aux coïncidences. Alors que la crise socioéconomique fait de plus en plus de ravages et que notre pays peine à trouver sa place dans le grand concert de la mondialisation, comment ne pas être indignés de voir que l’on se met nous-mêmes des bâtons dans les roues. L’industrie lorraine est plus jamais en voie d’extinction. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • armand 17 septembre 2012 12:37

    Votez mieux en Lorraine, c’est possible non ?


    • spartacus spartacus 17 septembre 2012 12:45
      Avertissement a tous ceux qui font des dossiers Oséo, 
      Laissez tomber, c’est une affaire de réseaux. 
      Un pret ? une aide ?
      Trop innovant, ou pas assez. Pas dans priorités de l’agence. Dossier trop complet, ou pas assez complet. Bilan trop bon : n’a pas besoin d’Oséo, bilan trop mauvais : trop de risques pour Oséo. Priorité aux ...introduits.

      Si t’es pas du réseau, on te dira que t’es jamais dans la bonne case.

      Pour ma part, même quand on y a droit, on n’essaye même plus. On y gagne du temps et de l’argent. 
      La dernière fois ils ont voulu nous rencontrer, puisqu’ils nous ont pas en carte de visite

      Trop de temps perdu, commissionite aiguë, priorités aux passe droit. le temps que le résultat arrive t’es passé a autre chose.






      • jef88 jef88 17 septembre 2012 13:03

        entreprise d’Arnould ???? non Anould

        pour le fond ...
        c’est le sort des entreprises qui marchaient ....
        - elles sont rachetées par des ricains (les Papeteries du Souche deviennent Anould Papers)
        - l’acheteur devient « propriétaire » de la clientèle, de la marque etc...
        - au bout de quelques années il délocalise dans un pays à bas cout de main d’oeuvre et ferme la boutique.
        - les employés créent une SCOP mais le système bancaire les coule
        - les pouvoirs publics ne voient rien n’entendent rien ne font rien !

        elle est pas belle la vie ?


        • Richard Schneider Richard Schneider 17 septembre 2012 17:41

          @jeff88 :

          Vous avez résumé d’une façon magistrale la situation ... Si les employés créent une SCOP, les banques s’en fichent ... et les pouvoirs publics aussi. Alors, la messe est dite !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès