Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Jean-Luc Benhamias soutient les Fosséens dans leur lutte contre (...)

Jean-Luc Benhamias soutient les Fosséens dans leur lutte contre l’incinérateur

Vendredi 1er juin à 18h30, Jean Luc Benhamias vient à la permanence du candidat du Modem Jean Fayolle à Fos-sur-Mer (13e circonscription des BDR) pour le soutenir et demander un moratoire dans la construction de l’incinérateur. On ne s’attendait pas à un reportage au 20 heures de PPDA , mais là, aucune chaîne de télévision, aucune radio, aucun journaliste de la presse locale, pas un chat. Si, juste un, devinez lequel...

Pourtant , Jean-Luc Benhamias, c’est quand même une pointure, député vert européen rallié depuis un mois à François Bayrou, conseiller régional PACA, connu nationalement et habitué des plateaux de télévision.

Mais black out total ! même pas une ligne dans La Provence le lendemain matin . Les ordres ont été donnés par les gens du pouvoir local qui ne veulent pas se faire voler la vedette par le Modem et ont tout fait pour étouffer l’information.

Jean Luc Benhamias arrive donc à la permanence à l’heure juste et c’est à ce moment qu’une femme gare sa vieille Supercinq à quelques mètres, moteur fumant , l’eau coulant par en dessous .Retroussant ses manches, il soulève le capot et détecte sans peine une fuite au radiateur. Il est comme ça , notre député écolo, resté un homme simple et accessible malgré une carrière politique déjà bien remplie.

C’est sans chichis que Jean-Luc Benhamias s’adresse à la trentaine de personnes présentes, anciens de l’UDF, écologistes indépendants, cybercitoyens, nouveaux adhérents au Modem. J.-L. Bennhamias connaît bien Nicolas Hulot, comme lui il pense qu’écologie et économie ne sont pas incompatibles. L’écologie doit transcender les partis politiques, priorité est donnée à l’action concrète.

Jean-Luc Benhamias fait un rappel historique de la sage de l’incinérateur. Initié par Bernard Granié, l’ancien maire de Fos en 1999, voté par lui au conseil général , l’incinérateur doit être construit sur un terrain de 18 hectares appartenant au Port autonome de Marseille , situé entre Fos-sur-Mer et Port-st-Louis. Jean-Claude Gaudin avait pensé le construire sur des terrains situés au nord de Marseille , mais devant le refus de ses concitoyens , il a préféré externaliser son problème de déchets ménagers ( 450 000 tonnes /an).

Devant la levée de boucliers de la population de Fos et des environs, revirement complet de Bernard Granié fin 2002 , qui prend la tête de la croisade contre l’incinérateur , trouvant là une opportunité de faire oublier ses turpitudes passées et ses multiples casseroles. Se succèdent de multiples manifestations à Fos-sur-Mer ainsi qu’à Marseille. Le front citoyen de résistance du golfe de Fos ne laisse aucun répit à Jean-Claude Gaudin et à Christian Frémont, le préfet de région, qui répliquent en envoyant les CRS pour toute réponse. Deux référendums, dont un à plus de 98%, exprimeront le rejet massif de toute la population fosséenne.

Les procédures judiciaires se succèdent les unes aux autres car les instigateurs du projet veulent passer en force, malgré le refus de la population. José Bové et Dominique Voynet viendront en personne apporter leur soutien aux anti-incinérateur, alors que l’ancien ministre Nelly Ollin déclare en octobre 2006 qu’elle n’a pas à intervenir, alors qu’elle était en déplacement à Sausset-les-Pins .

Il faut avoir conscience que c’est à Fos-sur-Mer que tout se joue, tous les regards sont braqués sur le désormais célèbre incinérateur dont seules les fondations ont vu le jour actuellement , les lobbies industriels français et européens ont fort à perdre si l’incinérateur n’est pas construit.

Ce n’est vraiment pas ce qu’il aurait fallu faire, l’incinération n’est pas considérée par le Parlement européen comme une véritable gestion des déchets et le projet de la communauté urbaine de Marseille s’oppose à la stratégie européenne en matière de réduction des émissions de polluants.

Marseille est complètement en retard sur le traitement des déchets par rapport au reste de la France, c’est pourquoi J.-C. Gaudin et le préfet Frémont veulent aller vite. J.-C. Gaudin, comme beaucoup de ses semblables, semble sensible aux arguments des groupes industriels auxquels il a accordé d’importantes délégations de pouvoirs. Il aurait fallu choisir une solution durable avec tri sélectif à la base et récolte en amont. Jean-Luc Benhamias déplore qu’on ait le même problème avec le traitement de l’eau alors que maintenant on peut recycler l’eau chez le particulier, les entreprises du bâtiment ont déjà la technique. Il est toujours plus facile de traiter les problèmes en amont qu’en aval. Quant à la décharge d’Entressen, on sait faire maintenant des décharges propres aux normes.

Benoit Petit , de CAP 21 Marseille , prend la parole à son tour , pour rappeler la dangerosité des incinérateurs, et qu’on aurait dû appliquer le principe de précaution. Les incinérateurs émettent dioxines, particules, métaux lourds et renforcent le taux d’ozone dans l’atmosphère. Il est inadmissible que l’on veuille construire au mépris de l’avis exprimé légitimement par les populations, sur une zone où se concentrent déjà des activités industrielles très polluantes et aussi émettrices de dioxines, un incinérateur de 400 000 tonnes de capacité. A Fos-sur-Mer se concentrent déjà sidérurgie (Sollac , Ascométal) , pétrochimie (Arkema, Total) ainsi que l’usine Solamat merex qui incinère les déchets industriels. Cette usine a dû suspendre provisoirement son activité car elle dépassait les normes autorisées en rejet de dioxines.

Benoit Petit, qui connaît bien Corinne Lepage, ancien ministre de l’environnement d’Alain Juppé, nous dit que nous n’avons rien à espérer de lui. L’incinérateur, il s’en fout comme de ses premières bottes ! Les bottes ne risquent pas de ramollir d’autant plus qu’il a nommé directeur de cabinet Christian Frémont, l’ancien préfet PACA pro-incinération. Il n’y a rien à attendre du nouveau pouvoir.

Benoit Petit nous dit que Jean-Luc Benhamias a travaillé au parlement européen sur le thème des incinérateurs ainsi que sur de multiples autres dossiers environnementaux. Un des gros problèmes en France est qu’il n’existe aucun organisme indépendant du pouvoir pour faire des recherches et mesurer les émissions toxiques et leurs effets sur la population.

Jean Luc Benhamias rappelle qu’il n’y a plus que 18 mois pour arrêter le projet et trouver une alternative faisant la part belle au recyclage. Ayant été sur place, il loue les nouvelles éoliennes et prône l’installation d’un grand parc d’éoliennes dans cette zone où cela ne gênerait personne et fournirait une énergie propre et du travail non délocalisable. Il nous fait part de sa crainte que Nicolas Sarkozy, l’homme qui veut aller vite, risque fort de cristalliser les rancoeurs, alors que pour faire évoluer les choses, on a besoin au contraire d’une société apaisée, du temps pour faire évoluer les mentalités pour pouvoir agir, et non pas de vouloir tout bousculer sans pédagogie. Le député vert nous dit que Jean Fayolle est le meilleur candidat pour porter l’espoir de ceux qui refusent l’incinérateur, car vraiment indépendant.

Jean Fayolle déclare quant à lui que le sortant communiste Michel Vaxès n’a rien fait d’efficace contre le projet, sinon on n’en serait pas là. René Raimondi (PS), que les gens du coin qualifient de marionnette de Granié, n’est guère plus crédible. Encore moins l’est Alain Aragneau de l’UMP, car comme tous les candidats de son parti , il a signé la promesse d’obéir sans faillir aux ordres venant d’en haut.

Jean Fayolle promet de s’opposer farouchement à l’installation de cet incinérateur s’il est élu . Vient enfin le moment où Jean-Luc Benhamias pose entre le candidat et sa colistière Delphine Gallin pour la photo finale .

Voilà ce que je voulais écrire sur la venue boycottée par les médias de Jean-Luc Benhamias, qui demande un moratoire dans la construction de l’incinérateur honni, symbole du mépris que le pouvoir et les lobbies industriels ont de la population locale, qui subit déjà un cumul de pollutions qui va au-delà du raisonnable et vit dans une zone où sont fréquemment dépassés les seuils de pollution à l’ozone.

Habitants du golfe de Fos, résistons jusqu’au bout !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 5 juin 2007 10:00

    Le danger qu’il y a avec ces supers démagos qui débitent des aneries à longueur de journée sur l’écologie c’est qu’ils arrivent à trouver des partis politiques pour les acceuillir alors qu’ils n’ont plus aucune crédibilité.

    L’exemple des élus verts à la ville de Paris est cruel.

    Ces opportunistes,n’ont qu’un objectif,c’est de s’en mettre plein les poches à coup de salaire élevé aux frais du contribuable et d’avoir un maximum d’avantages.

    Le MODEM,parti populiste et démagogue semble vouloir accueillir tous ces loosers verts ,c’est son choix mais cela démontre que le MODEM n’est pas crédible.


    • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2007 10:37

      voici un site avec la longue histoire du combat contre l’incinérateur de bernard Granié depuis qu’il s’est rangé dans le front du refus http://www.ouestprovence.fr/fr/enviro/incinerateur/historique.htm

      celui de cap21 marseille concernant l’incinérateur http://cap21paca.over-blog.com/categorie-644576.html

      et la création du front de résistance du golfe de FOS

      http://marseille.indymedia.org/print.php?id=4490


      • Gasty Gasty 5 juin 2007 11:49

        Bon courage dans ta lutte « LE CHAT ». A bien des endroits les habitants doivent se battre contre ces types de projets notamment d’enfouissements de déchets ultimes.

        C’est un combat qui n’en fini jamais. Les décideurs procèdent en plusieurs étapes, le projet, puis le balisage de la zone concernée malgré les protestations des habitants et des municipalités. On teste les opposants, on évalue les manifestations successives durant de longs mois puis on abandonne le site pour de plus amples études.

        Mais rien n’est fini car 10 années plus tard, ils sont de retour après avoir déminé la région de ses opposants.


        • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2007 11:59

          @gasty

          merci pour ton soutien , mon minou . Ici , la démocratie et le droit sont bafoués ! c’est une question de santé publique également .


        • bernard29 candidat 007 5 juin 2007 16:54

          Si je me souviens bien, cet incinérateur c’est pour régler en partie le problème des déchets ménagers et de la décharge monstrueuse à ciel ouvert de la région de Marseille.

          Pouvez-vous nous assurer que vous réglez totalement le problème sans la construction d’un incinérateur ? Oubien vous en acceptez un plus petit, mais pas là, ?

          Bien sûr il faut faire le tri sélectif, si ce n’est pas encore effectif, etc etc.. C’est le Ba ba, mais le tri ne règle pas tout me semble t’il ?

          J’aurais aimé une argumentation plus complète sur cette question du traitement de ces déchets dans votre région et sur l’éradication de cette décharge.


          • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2007 17:31

            @candidat007

            cet incinérateur , Gaudin veut l’imposer de force aux fosséens parce que SA population n’en veut pas .Il a assez de terrains pour incinérer que le strict minimum au nord de Marseille , et valoriser le reste par tri selectif et compostage . Même s’ils sont moins polluants qu’il y a une trentaine d’années , ces incinérateurs sont d’une technologie déjà dépassée .Cela aménerait en plus 200 poids lourds de plus sur la zone de Fos alors que la rn 568 commence largement à saturer , un flux pareil ça se gère ! il y longtemps que la poubelle à ciel ouvert d’Entressen aurait du être gérée autrement ,quand un tri sélectif est rondement mené , les déchets ultimes peuvent être coulés dans des blocs de béton et enterrés sans danger pour l’environnement dans des décharges au fond protéges par des bâches plastiques pour qu’aucunes infiltrations soient possibles vers les nappes phréatiques .le tout est par la suite recouvert de terre et reboisé ; c’est une question de volonté

            bien à toi


          • bernard29 candidat 007 7 juin 2007 13:45

            Merci beaucoup pour vos précisions. Je vous souhaite de réussir. j’ai participé à de nombreux combats (manifs et réunions) contre la vogue des incinérateurs dans le finistère il y a quelques années. (Risque de fuite en avant parce qu’aprés il faut les rentabiliser et donc fournir des déchets - rejets polluants des fumées et de la dioxine - question des déchets ultimes - construction mal située ( en particulier je me souviens d’un incinérateur construit sur une zone humide.. etc..)....

            Bon courage.


          • LE CHAT LE CHAT 7 juin 2007 14:14

            candidat 007

            la camargue devrait être inondée d’ici 2050 ..... pour ceux qui aimeraient s’informer sur la dangerosité des résidus d’incinération http://www.randophoto.com/GEBJ38-LesMachefers.html


            • Le Panda Le Panda 26 juin 2007 16:53

              Salut Le Chat,

              décidemment tu passes partout y compris dans les incinérateurs et tu en sors vivant !! Décidement tu as raison, vient lire les articles sur l’incinérateur que j’ai écrit si tu le veux.

              Amicalement,

              Le Panda

              Patrick Juan

               smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès