Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Jean-Pierre Brard, apparenté montreuillois

Jean-Pierre Brard, apparenté montreuillois

Je lisais l’autre jour dans Montreuil Dépêche Hebdo, l’organe inénarrable de l’autorité locale, j’ai nommé Jean-Pierre Brard, l’annonce du dernier conseil municipal de son mandat. Mon coco, me dis-je, - je ne suis pas communiste, attention, les antiquités me rebutent - c’est le moment où jamais d’assister à la cérémonie municipale ; après, sait-on jamais, le bonhomme risque de ne plus siéger en la haute assemblée. En effet, malgré la méthode Coué largement diffusée, qui répète inlassablement « on va encore gagner, on va encore gagner ! » et qui lui prédit un cinquième ou sixième mandat, je ne sais plus, sur le terrain, comme on dit, les vrais gens, ceux qui votent, lui assurent, on les comprend, qu’ils commencent à trouver le temps long et qu’ils en ont assez, de lui et de ses costumes blancs, jaunes, rosés, multicolores qui lui donnent cette allure ma foi sympathique d’éternel estivant, égaré au-delà du périphérique.

Mais enfin, me direz-vous, que reproche-t-on à M. Brard, sommité blanche et locale ?

Je vouerai au mépris ces rumeurs persistantes qui attribuent au personnage, en plus d’un ego, un pouvoir occulte surdimensionné. Allons, tout cela est du ragot, voyons, on n’est pas dans une mauvaise BD ! Tiens, j’en reprends une au hasard, de ces fausses rumeurs, celle qui attribue à notre homme une force de frappe terrible au sein du PC. Mais mon coco, voyons, Brard n’est même plus communiste, renseigne-toi, il n’est plus qu’ « apparenté » ! Ah ! oui, « apparenté », j’oubliais : c’est-à-dire quoi, que notre homme a un parent communiste, une sœur, un cousin, une belle-mère, peut-être ?... Sacrée belle-maman, pour un peu, tu me ferais passer pour communiste ; que nenni, que nenni, moi, je suis Montreuillois.

Nous y voilà.

Le grand dada de l’Elu à la barre de la cité, c’est ça : Montreuillois, Montreuillois, j’aime ma ville, moi, voilà ce qu’il serine à longueur de journée, l’arpenteur inusable des trottoirs municipaux. C’est-à-dire que les autres, évidemment, ne l’aiment pas, Montreuil ; ou pas assez. Pourquoi ? Mais c’est qu’ils ne peuvent pas, vous dis-je : ils sont arrivés bien après lui, depuis un an, deux ans, trois ou quatre ans, guère plus. Suffit pas ! On est Montreuillois si on l’est de naissance ou alors depuis au moins aussi longtemps ! Combien d’années font de vous un vrai Montreuillois ? C’est simple, ronronne Brard : ça fait 35 ans - putain, 35 ans ! pardon - que je siège au conseil municipal ? Donc, voilà, il faut être là depuis 35 ans.

Ce qui signifie donc que votre serviteur, Montreuillois depuis dix ans à peine - mille excuses, pour un peu, je me demanderais si j’ai le droit de voter - n’est pas encore un vrai Montreuillois ! Alors, je suis quoi, moi ? Je cherche encore. Oui, répond l’Elu du coin, mais rassure-toi, tes enfants sont nés à Montreuil, n’est-ce pas ? Bien, ils sont donc, eux, de vrais Montreuillois, des Montreuillois de sol ! Et toi, donc, un peu avec eux, grâce à eux.

J’ai trouvé ! Je suis donc « apparenté » Montreuillois ! C’est ça !!!

Notre sommité a donc instauré, à sa façon, un droit du sol local, un droit du sang, voire ! C’est cette discrimination douteuse, pour le moins, qu’il envoie à la figure de tous ceux qui osent, depuis des décennies, lorgner sur son sempiternel fief. C’est à moi, Montreuil, vous dis-je, rien qu’à moi ! Et les autres, i font rien que m’embêter, na !

Cette année, le bonhomme se crispe, il en fait des tonnes, car il sent bien que le vent tourne, que Dominique Voynet, finalement, a une autre stature que les adversaires qui se sont mis sur sa route, lors des cinq derniers mandats. Les communistes eux-mêmes, en coulisses, avouent qu’ils ont le moral dans les chaussettes ; qu’ils voient bien comment, sur le terrain, à la distribution de tracts, ils sont accueillis par la population. On dit même que certains d’entre eux, secrètement, espèrent sa défaite, assurant que si l’homme passe encore, il règnera encore plus seul ; même les communistes, Brard ne les supporterait plus ? C’est dire à quel degré de solitude il semble arrivé !

Mais non, pour corriger un peu le tir, ce ne sont pas les communistes que Brard ne supporte plus : ce qui le hérisse, ce sont les personnalités qui ont quelque envergure et qui pourraient lui faire de l’ombre. Ainsi de cet épisode déjà fameux : il y a quelques mois, on s’en souvient, la section locale du PC voulut mettre à profit en vue de l’échéance électorale à venir, - c’était légitime - l’installation de Clémentine Autain dans notre désormais bonne ville de Montreuil. Je dis « bonne ville » et je le pense, énervé au plus haut point lorsque le discours en vogue, médiatique au rabais, parle, pour qualifier une ville située au-delà du périphérique, de « banlieue ». Banlieue, banlieue, j’habite en banlieue ! On sait quel mépris et quels a priori accompagnent généralement l’expression : banlieue-égale-jeunes-de-banlieue-égalent-délinquants-égalent-reste-au-delà-du-périph, mon gars ! Mais quoi ? Mon fils puîné, passerait encore, il est brun, peau foncée, et je sens que, si je n’y prends garde, il va se mettre à parler comme ça : zyva, mon darron il est relou ! Mais mon néné, non, mon aîné, blond comme on n’en fait plus, yeux bleus, grand mince, amateur de Picasso - le peintre, pas la voiture - et-tout-et-tout, un gosse de banlieue ? Oui, justement, mais ça, qui le dit, qui le voit ?

Mais bon, nous nous égarons, revenons à notre sujet : Autain s’installe donc à Montreuil ; bienvenue ? Que nenni ! Elle signale sa volonté de participer aux élections, d’aider les « camarades » à remporter une nouvelle victoire. Bien mal lui en prit : et le bonhomme Brard de la renvoyer à son Paris : nouvelle Montreuilloise, sempiternel défaut et puis, le secret de l’histoire : trop connue, elle ferait de l’ombre à l’Elu local. Politique de l’après-moi-le déluge, en somme.

Mais qu’est-ce qui fait dire à beaucoup, cette année, que Brard, risque de perdre sa mairie ? Toutes ces promesses non tenues depuis cinq mandats ? Allons ! C’est le jeu politique, le lot commun, dira-t-on. Oui, mais ça commence à se voir et notre bonhomme a de plus en plus de mal à mettre sur le dos de la droite au pouvoir tout ce qui ne va pas à Montreuil, toutes ces choses que la droite l’aurait empêché de faire à Montreuil, comme si le maire d’une ville de 100 000 habitants, député qui plus est, n’avait aucun pouvoir local ! Comme si, avant la droite, la gauche n’avait pas été au pouvoir national, dans le même temps que Brard était maire local ! Cette promesse particulière, ou plutôt ce souhait, également non respecté et formulé dans son unique livre, Les Racines de l’avenir de ne pas voir un maire exercer plus de 3 mandats ? Certes. Mais s’il y a une chose, plus encore que les autres, que les Montreuillois n’ont pas digérée, et qu’ils risquent de lui faire payer, c’est le dernier scrutin législatif. Rappelons-les faits : au premier tour, le bonhomme arrive en tête, mais de peu, devant Mouna Viprey, la candidate du PS. Tous deux sont les seuls qualifiés pour le second tour. Mais que demande-t-on à Viprey ? De se retirer ! Union de la gauche et tradition de désistement républicain, tatati-tatata, serine-t-on. Oui, mais le hic, c’est que cette stratégie, par ailleurs fortement discutable, n’avait aucune raison de s’appliquer, alors, puisque aucun parti de droite ne se trouvait au second tour ! Viprey, la mort dans l’âme, se retire néanmoins et Brard se retrouve seul candidat au second tour, élu avec 100 % des suffrages ! Cas unique, dans toute la France !

Le bonhomme s’en est vanté longtemps : 100 %, imaginez-vous ! Mais au total, combien de Montreuillois l’ont élu ? A peine 30 % des inscrits ! Ce qui fait de l’Elu local le député le plus mal élu de France, pas moins. Belle victoire !

Belle victoire, mais peut-être la dernière. Décidément, il faut que je me presse, le dernier conseil municipal de Jean-Pierre va bientôt commencer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 25 février 2008 12:23

    J’ai bien connu une Maryline de Montreuil qui ressemblait à Diane Tell.

    Pour un tel article ce serait sympa de présenter les forces en présence voire les enjeux locaux. Si je fais un article sur Saint Julien en Genevois sans vous dire qui est qui, je doute que cela vous intéresse !!!


    • leonmarchenoir leonmarchenoir 25 février 2008 13:02

      Cet article, comme vous le voyez, est placé dans la rubrique "Informations locales", qui porte bien son nom ; cependant, sachez que bien d’autres "citoyens" que ceux de Montreuil connaissent JPBrrrrrard... sans parler de Dominique Voynet... Cela dit encore, mon prochain article, promis, concernera la terre entière ! smiley

      Bien à vous


    • leonmarchenoir leonmarchenoir 25 février 2008 13:05

      Et puis Montreuil quand même ... c’est en "banlieue", en "banlieue", je l’écris ; et je laisse deviner quelle banlieue, aussi, non ? Le 93 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

leonmarchenoir

leonmarchenoir
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès