Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Jeu de dupes en Polynésie

Jeu de dupes en Polynésie

Les anciens doivent être des sages, c’est du moins ce qu’indique le tradition populaire. J’avoue avoir été trop optimiste lors de mon papier de la semaine passée sur le résultat des dernières élections polynésiennes.

Eh bien non ! Cela n’est pas possible en Polynésie, les anciens n’y sont pas des sages, l’élection du président du territoire en est la preuve manifeste. L’ancien président Gaston Flosse, ayant perdu les élections territoriales de ce début d’année, a trouvé le moyen de reprendre son siège d’une manière très cavalière. La victoire électorale de son ancien dauphin Gaston « Iti » Tong Sang (27 sièges), fut une sanction pour son parti le Tahoera, une hémorragie de 17 sièges. On pouvait espérer qu’il resterait fidèle à une voie politique autonomiste qu’il défend depuis de nombreuses années, en apportant son soutien au parti de Gaston « Iti », auquel il manque 2 sièges pour obtenir la majorité, pour former un gouvernement. Tahiti Press du 11/02/08 écrivait : « Gaston Flosse : "Gaston Tong Sang sera élu à la présidence de la Polynésie" »

Mais c’est sans compter sur son ego démesuré. Jouant « l’humble-personnage-qui-reste-en-retrait-pour-prodiguer-ses-conseils », il délégua son vice-président E. Fritch pour mener les négociations en vue de la formation de l’équipe gouvernementale. Semaine difficile, faite d’accords partiels, de désaccords, de déclarations, de pleurnicheries, bref un petit bras de fer. Pour parvenir finalement le 21 février une heure avant l’élection du président de l’assemblée, à l’acceptation par E. Fritch des conditions proposées par Gaston « Iti », soit cinq ministères, la présidence de l’Assemblée, et quelques commissions. Soulagés, Gaston Tong Sang et ses élus votent donc pour E. Fritch, en se fondant sur la parole donnée car dans la précipitation il n’était pas possible de signer un protocole.

L’élection du président du territoire par les représentants se tint le samedi 23 février, et ce fut le coup de théâtre. Gaston Flosse se fit élire à la présidence par les membres de son parti (10 sièges) et ceux de son vieil ennemi Oscar Temaru (20 sièges), moins une abstention. Association contre-nature de deux adversaires de 30 ans qui trouvent ainsi tous deux l’occasion de retrouver le pouvoir, au détriment des électeurs qui ont voté majoritairement pour une assemblée autonomiste.

Ainsi M. « l’humble-personnage... » était donc en pleine négociation avec son ennemi/ami Oscar, pendant que M. Gendre Fritch distrayait les masses en jouant l’honnête négociateur avec Gaston « Iti ». La négociation fut donc la suivante : « Tu me laisses MON palais présidentiel, et tu prends l’Assemblée. »

Mais que cherche Gaston Flosse sinon son plaisir personnel de reprendre son poste de président, de retourner dans son palais construit par ses soins avec l’argent du territoire, mais dont il n’a que peu profité finalement ? Contrairement à ce que pensent certains analystes politiques et malgré certaines de ses déclarations, il ne s’agit pas de sa part d’une réaction à l’appui de M. Etrosi pour Gaston « Iti » mais bien d’un problème d’ego. A 77 ans il n’a trouvé que ce moyen, trahir ses électeurs pour satisfaire ses envies personnelles.

Oscar Temaru se présentera vendredi 29 février à la présidence de l’Assemblée, poste libre depuis la démission « par respect pour ceux qui l’ont élu » de E. Fritch. Ses propos sont d’ailleurs sidérants de mauvaise foi : « E. Fritch officialise sa démission de la présidence de l’Assemblée de Polynésie » (Tahiti Press du 26/02/08).

Nous avons donc un gouvernement en cours de constitution qui sera composé de 5 ministres Tahoera (autonomistes) et 10 UPLD (indépendantistes), ce qu’avait négocié en fait E. Fritch avec Gaston « Iti ». Seules les présidences sont interverties, ce qui prouve bien qu’il ne s’agit là que de satisfaire le bon plaisir d’un personnage. Il faut lire le blog édifiant de C. Bourne, chantre de la mauvaise foi, qui est la « voix » de G. Flosse. Dans une même page on y trouve toutes les contradictions, éloges des uns, dénigrements de autres, au fil de la trahison de G. Flosse. http://www.tahititoday.com/confidences.htm

Désormais Gaston Tong Sang mérite davantage le titre de « Nui1 » que son aîné, car l’accession à la présidence de Gatson Flosse est un coup d’une telle bassesse que « Iti2 » lui ira comme un gant.
Il ne reste plus aujourd’hui qu’à espérer une réaction de la part de certains élus Tahoera, comme Armelle Merceron (l’abstentionniste ?), pour contrecarrer les envies et caprices d’un ancien qui n’a rien d’un sage.


Sites à visiter : Tahiti-Pacifique Magazine

http://www.tahitipresse.pf/


1Nui : Grand en polynésien

2Iti : Petit en polynésien


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 28 février 2008 12:39

    Comment peut-on parler de politique dans un aussi joli pays ? smiley


    • matapala 28 février 2008 12:49

      Malheureusement, toutes les derives de la politique metropolitaine s’y retrouvent amplifiees par la petite taille du territoire.


    • Castor 28 février 2008 13:39

      ...et le tout exacerbé par les milliards d’euros qui affluent chaque année pour soutenir un territoire en faillite.


    • Castor 28 février 2008 13:43

      Ah, et Ia ora na l’auteur !

      Mauruuru aussi pour cet article qui rappelle un peu du fenua et de ses frasques !


    • ragoa 28 février 2008 16:56

      @Castor

      La Polynésie en faillite ? Comment est on fabriqué dans sa tête ou dans son coeur pour être capable de véhiculer de telles imbécilités, de telles méchancetés.

      Ah ! oui, je vois, le territoire reçoit de la France 1 milliards d’€ qui vient compléter son Budget, ah ! bon d’accord. Mon dieu, mais j’y pense, il me semble que c’est aussi le cas des régions non ? des départements aussi. Diriez de toutes nos régions et départements qu’ils sont en faillite ?...Pourquoi des obligations constitutionnelles ici deviennent d’un coup pour la bas de l’assistanat.


    • Castor 28 février 2008 17:29

      Désolé mais j’ai du mal à compatir quand je vois que l’on soutient artificiellement le cours du coprah, que l’on injecte des milliards dont la quasi-totalité sert à financer les palais de ces rois que sont les dirigeants(la mairie de Papeete, franchement...) ...

      Franchement, heureusement que le pain pousse dans les arbres et que le poisson est à deux pas des assiettes, heureusement aussi que l’on pousse le tahitien de base à s’endetter pour pouvoir s’offrir le 4x4 de ses rêves.

      Oui, le Paradis est en faillite et il y en a même qui pensent que le tourisme forcené ne le sauvera pas !

      Pourquoi ? Parce qu’il y a bien d’autres iles de par le monde qui sont aussi belles mais où la vie y est terriblement moins chère, les habitants bien plus accueillants (mets un sourire à ton accueil !!!) et la gabegie moins visible !

      C’est mon sentiment, et je le partage.


    • ragoa 28 février 2008 20:05

      @castor

      On ne vous demande pas de compatir, juste de ne pas colporter des bêtises. Ne soyez pas désolé non plus, au plus vous en direz d’inepties, au plus les rectifications seront bienvenues. Histoire de tordre le coup aux idées reçues. par exemple.

      Vous parlez du soutien au coprah, écoutez, tout d’abord c’est un travail extrêmement pénible. Ensuite, Il me semble que, c’est de la responsabilité des dirigeants de décider, quelles aides apporter à un secteur touchant une population démunie de tout, parceque vivant dans les îles épars. Quel scandale y at’il, dans le fait d’aider les habitants des tuamotus à vivre ? d’autant que les sommes engagées (et je vous rappelle le budget d’un territoire aussi grand que l’europe ; 3 milliards d’€) sont ridicules et sans commune mesure comparitivement aux aides de la politique agricole commune par exemple ou encore aux soutiens à l’économie us que la Fed s’apprête à activer.

      Vous parlez de milliards déversés mais lesquels ? juste 1petit milliard d’€ et encore c’est très mal payé. Vous voulez peut être parler des investissements défiscalisés. Alors juste un rappel, ils profitent surtout au prêteur, l’emprunteur local se doit de rembourser, au prix fort souvent,...vous parlez d’une aide. D’autant que tous les acteurs ne sont pas locaux. Dans les faits, c’est plutôt un appauvrissement local, les capitaux et la valeur ajoutée quittent la Polynésie pour revenir dans la poche de l’investisseur. Alors qd l’investisseur en profite pour s’autofinancer un paquebot, c’est le jack pot. On l’oublie trop souvent.

      Quand au Tourisme, il parait évident que vous êtes ancrés dans les schémas classiques. Mais je peux vous assurer qu’il suffit d’un flux de 150 visiteurs par semaine, pour générer l’équivalent du Budget de la Polynésie, sans compter les bienfaits collatéraux engendrés y compris dans les pays clients (emploi etc...). Et si vous voulez me mettre au défit de le prouver, c’est 100 k€ sur la table, non pour vos beaux yeux.

      S’agissant de votre critique du quotidien, arbre à pain, poissons, endettement, vous savez, ce n’est pas très différent du bérêt, de la baguette, du pinard et du surendettement. À chacun son fardeau. Adessias pitchoun


    • Castor 28 février 2008 20:34

      Vous plaisantez, sûrement...

      le taux de remplissage des hotels dépasse rarement 60 % mais il continue à s’en construire encore et encore.

      Pourquoi ? A cause des subventions, on gagne plus avec elles qu’avec le tourisme.

      Le coprah est soutenu par la France à raison de deux fois son cours mondial.

      On finance aussi les poti marara, les pensions de famille, la perliculture, bref, il n’y a pas un pan de l’économie polynésienne qui n’échappe à la règle (pas même la politique).

      Ca se passerait dans une région ou un département de métropole, je vous dis pas les dégâts !!!

      Quant aux clichés que vous m’accusez de colporter, il y en a un tenace... l’accueil des tahitiens !

      Ils sont souvent trop fiu pour travailler ou sourire et ils ont vécu dans la béate croyance qu’il n’y avait pas plus beaux paysagex que leurs îles...

      Au point qu’en 1991, une campagne de pub a été faite sur le territoire  : "mets un sourire à ton accueil".

      Alors vraiment, j’adore ce pays, j’adore ce peuple et sa culture mais je vous en prie, ne me soutenez pas que chaque euro envoyé là-bas est un euro bien utilisé...


    • Castor 28 février 2008 20:43

      Ah, et pour être précis, quand je parle d’un territoire en faillite, je parle de la failite du système tel qu’il fonctionne depuis trop longtemps avec ses dérives monarchiques, ses dépenses de fonctionnement...

      Et pour être encore plus précis, peut-être que les 190 iles sont étalées sur la superficie de l’europe, mais il y a quoi, 190.000 habitants en tout et pour tout ?

      Ramenée par tête de pipe, les subventions sont déjà plus conséquentes


    • zOoO zOoO 28 février 2008 21:18

      Si vous voules etre précis, soyons le : 

      en 2006 population 259 800,

      nombre d’iles 118, désolé le nombre n’augmente pas comme pour la population,

      superficie terrestre 3 521 km²,

      superficie de la ZEE 5.5 millions de km².


    • Castor 29 février 2008 10:59

      Merci !!!

      Moins conséquentes, du coup


    • ragoa 29 février 2008 16:45

      @castor

      j’ai du mal comprendre ceci alors "les milliards d’euros qui affluent chaque année pour soutenir un territoire en faillite." Que le systême en place ne vous plaise pas, c’est votre droit, mais ne vous autorise pas pour autant à dire n’importe quoi, à commencer par "les milliards d’€"

      Tout les griefs, que vous faites, relèvent de l’action d’un gouvernement qui ne peut agir que dans le cadre de son enveloppe bugétaire et pas plus. Les méthodes n’ont rien d’exceptionnelles par rapport à ce qui se pratique ici, vous trouverez ici autant d’aides à la création d’entreprise ou à l’investissement qu’en Polynésie et même des reprises en direct d’entreprise, j’en veux pour preuve smt electronic dont l’Etat rachete le capital et investit de mémoire quelque chose comme 200 millions d’Euro. Les exemples ne manquent pas.

      Et encore une fois, pourquoi cette différence de traitement, ici des investissements et la bas subventions/gabegie ? Vous citez l’hotellerie. Celà n’a pas grand chose à voir avec des subventions/gabegies.

      La défiscalisation autorise un abaissement conséquent du point mort d’exploitation. Là ou il fallait 50% de taux de remplissage, de mémoire, il me semble que 28% suffisait pour l’atteindre. Dans ces conditions, cette vague de construction n’est pas du tout étonnant. Sans connaitre les promoteurs, ces constructions sont à coup sur initiées par des non résidents. C’est le jeux de la défiscalisation. Certes, Il y a bien,une perte de recette (et non pas subvention accordée) pour le budget territorial. C’est en celà qu’il y a un appauvrissement du territoire, la valeur ajouté repart de Polynésie, sans parler des tentatives d’imposer au territoire le rachat de ces actifs (hôtels et autre) devenus non rentables à l’issue de la période de défiscalisation.

      Il en va de même pour la flotte de pêche, pour le logement, pour la flotte aérienne internationnale et régionnale. Avez vous noté ces temps derniers, l’achat d’un nouveau ATR en défiscalisation et la revente d’un ancien par Air tahiti ? Effet défiscalisation, l’acheteur, filiale d’Air France, y fait une excellente affaire, tout comme Air Tahiti. De même, Air Tahiti Nui procèdera de la même manière lorsqu’un airbus arrivera en fin de défiscalisation.

      Voilà, rectification étant apportée, pour le reste, le goût et les couleurs relèvent du ressenti personnel et la Polynésie a, semble t’il, bel et bien perdu, un fan potentiel. Mais est ce une perte pour ce territoire ? La est toute la question. Adessias Pitchoun


    • bobb 28 février 2008 20:18

      Pour rajouter quelques commentaires à l’intention de l’auteur de l’article....G.F a sans aucun doute un ego surdimensionné mais cette fuite en avant est également en lien avec le comportement du nouvel exécutif à Paris…Ce proche de Chirac se sait dans le collimateur de l’Elysée et ne compte pas se laisser dézinguer sans réagir quel qu’en soit le prix.

      D’ailleurs, on peut quand même tirer notre chapeau à Estrosi, le discours toujours paternaliste et interventionniste n’a fait que pousser au rapprochement des durs du Tavini et du Tahoera’a…A Tahiti, les hommes politiques français arrivent avec leur gros sabeaux en terrain conquis et parlent un langage que peu de gens comprennent. L’Etat a donc aujourd’hui une lourde part de responsabilité quant à la situation actuelle mais aussi celle à venir !

      Pour finir, même s’il n’y a pas de mots pour qualifier le peu de moral de G.F et des siens (A.Merceron exceptée, le bulletin blanc est bien d’elle), Tahoera’a et UPLD regroupent aujourd’hui la majorité de la population, la démocratie a aussi ses limites….Et Même si le Tahoera’a se dit autonomiste, il a toujours eu de forts accents « nationalistes » et l’idéologie de ses membres n’a jamais été trop éloignée de celle du Tavini.

      En fin de compte, trop de gens ont été laissés sur le bord du chemin alors que les nantis s’entassaient sur les hauteurs, trop peu de jeunes ont eu accès à une bonne éducation pour comprendre les enjeux à venir, et les électeurs continuent malheureusement à suivre leurs « metua » (guide) qui leur mentent sans scrupule…

      A l’arrivée, on assiste encore une fois à la victoire de la bêtise mais à qui la faute ?

       


      • Helena 29 février 2008 08:45

        Réponse à John Eastwood :

        Air Tahti Nui est sous perfusion quasi permanente !

        TNTV est certainement subventionnée !

         

        Répnse à Bobb :

        "G.F a sans aucun doute un ego surdimensionné mais cette fuite en avant est également en lien avec le comportement du nouvel exécutif à Paris…Ce proche de Chirac se sait dans le collimateur de l’Elysée et ne compte pas se laisser dézinguer sans réagir quel qu’en soit le prix."

        C’est vrai ! GF est complètement mégalo et cela fait des années que nous pensons que c’est lui qui mènera la Polynésie à l’indépendance, pas OT ! Il a obtenu l’autonomie interne et de plus en plus de pouvoirs. POUR LUI !!! Il espère sûrement être réélu sénateur afin de bénéficier de l’immunité alors qu’il traîne un chapelet de plaintes depuis une vingtaine d’années !!!

        Jetez un oeil à l’article du Tahiti Presse :

        http://www.tahitipresse.pf/index.cfm?snav=see&presse=23252

        " Gaston Flosse présente son équipe gouvernementale

        5 ministres de Flosse(soi-disant autonomistes) et 10 de Temaru (essentiellement indépendantistes) !
        Pas mal pour une Polynésie qui a voté à 64 % AUTONOMISTE !!!
        C’est prendre les électeurs et leurs familles pour des imbéciles !!!!!!

        En plus, on peut commencer à jouer au jeu des 7 familles :

        Après le beau-père (Gaston Flosse) et ses deux gendres (Edouard Fritch et Teva Rohfritsch), voici le père (Oscar Temaru) et sa fille (Teua Temaru, 26 ans).

        A quoi cela vous fait-il penser ?


        • gnaume 29 février 2008 16:27

          mais au fait ... qu’est devenu Jean-Pascal Couraud ?

          Dangereux le métier de journalister avec GF au pouvoir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès