Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > L’histoire oubliée (cachée) de la Bretagne...

L’histoire oubliée (cachée) de la Bretagne...

De nos jours, la Bretagne est surtout connue pour ses crêpes, ses galettes, ses paysages de campagne, pour ses maisons anciennes achetées par des Britanniques, voire pour son football. Mais saviez-vous que la Bretagne est surtout un ancien Royaume celte et Duché indépendant qui ne fut rattaché à la France qu’en 1532 ? La Bretagne n’est donc française que depuis 477 ans !

Tous les ans, le 19 Mai, les Bretons du monde entier fêtent “Gouel Erwan” (la Saint-Yves), c’est-à-dire la fête nationale bretonne, l’équivalent de la Saint-Patrick pour les Irlandais ! Cette fête se déroulait cette année du 15 au 24 Mai, au travers de plus de 200 événements en Bretagne et ailleurs dans le monde.

Mais une autre date, tout aussi importante, est de plus en plus célébrée en Bretagne, celle du 22 Novembre. C’est en effet le 22 Novembre 845, à Bains-sur-Oust, qu’eut lieu la victoire de Ballon. Le Comte de Vannes, Nominoë, infligea une cuisante défaite au roi des Francs, Charles le Chauve. La victoire remportée scella l’unité du Royaume de Bretagne et inaugura une période d’indépendance qui ne devait s’achever qu’en 1488.

LA BRETAGNE ? PAS SEULEMENT LE PAYS DES CREPES  !

Voici donc une excellente occasion de revenir sur ce qui a fait de la Bretagne ce qu’elle est aujourd’hui… Car de nos jours, la Bretagne est surtout connue pour ses crêpes, ses galettes, ses paysages de campagne, pour ses maisons anciennes achetées par des Britanniques, voire pour son football (surtout depuis la finale de la Coupe de France de football qui opposa pour la première fois deux équipes bretonnes, Guingamp et Rennes).

Mais saviez-vous que la Bretagne est surtout un ancien Royaume celte et Duché indépendant qui ne fut rattaché à la France qu’en 1532 ? La Bretagne n’est donc française que depuis 477 ans !

DES RACINES BRITANNIQUES

Avant sa conquête romaine, les anciens habitants de la Grande-Bretagne, les Bretons, comprenaient de nombreux peuples et tribus celtes, en particuliers dans le sud et à l’embouchure de la Tamise.

Entre le 4è et le 5è siècle, fuyant des massacres perpétrés par leurs ennemis Anglo-saxons, supérieurs en nombre, les Bretons de Grande-Bretagne passèrent la Mor Breizh (« Mer de Bretagne », nom qu’ils donnaient à la Manche, et que celle-ci porte d’ailleurs toujours en langue bretonne) pour se réfugier dans la presqu’île armoricaine. Cet exode et le peuplement de l’Armorique par les Bretons sont des événement totalement inconnus de nos jours des Français ou des Britanniques. Tout comme est inconnu (ou ignoré) le fait que les Bretons nommèrent la péninsule armoricaine « petite Bretagne », avant qu’elle ne devienne tout simplement Bretagne (il existe encore de nos jours, à Londres, une rue se nommant Little Britain - Petite Bretagne - dans laquelle s’était autrefois établie l’Ambassade du Duché de Bretagne).

Les Bretons exilés contribuèrent à la création de la langue bretonne, le Brezhoneg, qui est une langue celtique, sœur du Gallois et du Cornouaillais. Saviez-vous d’ailleurs que le Breton est beaucoup plus ancien que le Français ? Le texte plus ancien en langue bretonne date de 590, tandis que le texte le plus ancien en Français date de 843, c’est-à-dire plus de 250 ans plus tard !

UN ROYAUME INDEPENDANT

Depuis leur arrivée en Armorique, les Bretons vivaient surtout en tribus et se mélangeaient avec les autochtones. Et c’est Nominoë (Nevenoe en Breton), Comte de Vannes et premier Duc de Bretagne, qui créa le premier Royaume de Bretagne en 845. Un Royaume uni et indépendant, créé après que les Bretons aient vaincu l’armée du Roi de France, lors de la bataille de Ballon. Nominoë est connu depuis comme le “Père de la Nation” bretonne (“Tad ar Vro”). Il fut couronné Roi de Bretagne à la Cathédrale de Dol en février 848.

Alors qu’ils venaient de défaire une seconde fois l’armée française, en 851, sous le Roi Erispoë (fils de Nominoë), le contrôle des villes de Rennes, Nantes et du Pays de Retz fut garanti et, par-conséquent, le Roi Charles-le-Chauve dut reconnaître l’indépendance de la Bretagne et définir sa frontière avec la France.

QUAND LES FRANÇAIS ENVAHIRENT “FINALEMENT” LA BRETAGNE

Les Français avaient-ils peur des Bretons ? Il fallut attendre 1488 (plus de 600 ans plus tard) pour que l’Armée française ne parvienne finalement à défaire l’Armée bretonne, avec l’aide de 5.000 mercenaires Suisses et Italiens. Après la défaite des Bretons lors de la Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, le traité de Sablé dit « traité du Verger » est signé par Charles VIII, Roi de France, et François II, Duc de Bretagne le 19 août 1488. Il stipule que l’héritière du Duché ne peut se marier sans l’accord du roi de France.

LA COLONISATION DE LA BRETAGNE

Dans son livre “La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale”, l’historien américain Eugen Weber pointait en ces termes les conséquences de la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier : « Après l’union forcée avec la France, les villes bretonnes furent envahies par des Français qui écrasèrent ou même remplacèrent les commerçants locaux, francisèrent les gens qu’ils employaient ou touchaient d’une autre façon. Les ports du roi comme Lorient ou Brest, étaient des villes de garnison en territoire étranger et le terme de colonie était fréquemment employé pour les décrire ».

Les Français forcèrent donc le Duc de Bretagne François II à se soumettre à un traité donnant au Roi de France le droit de déterminer qui la fille du Duc devait épouser. La Duchesse Anne, 12 ans, était l’unique héritière du Duc et fut également la dernière souveraine indépendante du Duché. Elle fut finalement obligée d’épouser le Roi de France Louis XII.

Bien qu’à sa mort, le Duché devait être transmis à sa fille, la Bretagne fut en fait incorporée dans le Royaume de France en 1532 par le Roi de France François 1er, à travers l’Edit d’Union entre la Bretagne et la France. La Bretagne devint alors un Duché colonisé, ne retenant que certains “privilèges” (législation et impôts spécifiques).

Pour en savoir plus sur les guerres entre la Bretagne et la France, cliquez ici…

DIVISER POUR MIEUX REGNER
(OU LA FIN DE LA BRETAGNE INDEPENDANTE…)

Après l’Edit de 1532, la Bretagne conserva donc tout de même une certaine autonomie fiscale et administrative. Mais lorsque la Révolution française éclata, l’Assemblée nationale constituante unanimement proclama la fin des privilèges féodaux. Le 4 août 1789, furent abolis tous les privilèges en France. La Révolution française de 1789 marqua ainsi la perte totale d’autonomie de la Bretagne en cassant l’Edit d’Union de 1532 qui garantissait cette même autonomie. La Bretagne devint alors totalement “française” !

La Révolution française n’apporta rien de bon aux Bretons puisque, après avoir perdu leur autonomie, ils se virent imposer que leur territoire soit divisé en 5 “départements”. Sous la monarchie, les rois français ne se souciaient guère des langues minoritaires, comme le Breton. Et se sont encore une fois les révolutionnaires qui introduisirent une politique de préférence à l’égard de la langue française par rapport à ce qu’ils nommèrent “patois”. Selon eux, en effet, les monarchistes préféraient les langues régionales de manière à garder les masses populaires et paysannes mal-informées.

Après la Révolution de 1789, l’histoire de la Bretagne, sa langue et sa culture furent étouffées, exterminées et extirpées des livres scolaires et des classes des écoles publiques, pour près de 200 ans. Autre exemple du déshonneur que durent subir les Bretons pendant plusieurs décennies : les affiches dans les rues bretonnes aux slogans humiliants, tels que : “Il est interdit de cracher dans la rue et de parler Breton !”

LA CULTURE BRETONNE N’EST PAS MORTE

Les Bretons ont toujours été fiers de leur terre, de leur langue et de leur culture. Et leur courage est aussi bien connu : les Bretons ont beaucoup émigré partout dans le monde, à diverses époques de leur histoire. Saviez-vous par exemple que la majorité de l’armée de Guillaume le Conquérant qui envahit l’Angleterre en 1066 était en fait bretonne ?

A travers l’adversité, les Bretons ont toujours gardé leurs traditions et leur culture vivantes. Cela les a d’ailleurs rendu plus fort. En 1897, François Jaffrenou écrivit l’hymne de la Bretagne, le “Bro Gozh ma Zadoù” (“Vieille terre de mes ancêtres”). La musique est du Gallois James James. En 1923, Morvan Marchal créa quant à lui le drapeau de la Bretagne, le Gwenn-ha-du (ce qui signifie blanc et noir en Breton).

COMMENT LA FRANCE DIVISA UN PEU PLUS LA BRETAGNE…

En 1941, la majorité de la France était occupée par les Nazis. Le régime de Vichy du Maréchal Pétain (dictateur collaborationniste qui offrit la France à Hitler), créa les “régions” françaises. La Bretagne fut alors amputée d’1/5 de son territoire et perdit la région nantaise qui avait toujours fait part de son territoire historique. Nantes fut incorporée dans une nouvelle “région” créée pour l’occasion avec d’autre provinces historiques. Le gouvernement fasciste créa alors “Les Pays de la Loire”… Et il faut avouer qu’il paraît bien étrange que cette création pétainiste existe encore aujourd’hui !

Après 200 ans de souveraineté française, l’unité bretonne devint quelque chose du passé…

(à suivre…)

* * * * * * *

“Bro Gozh ma Zadou”, par Tri Yann
(l’hymne national breton)
 

* * * * * * *


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 12 octobre 2009 11:37

    Il manque une allusion au rattachement de la Loire-Atlantique, mais cela doit apparaître dans « la suite »...
    http://geographie.blog.lemonde.fr/2009/03/06/cccxlvii-village-gaulois-des-arguties-autour-du-rattachement-de-la-loire-atlantique-a-la-region-bretagne/


    • LE CHAT LE CHAT 12 octobre 2009 11:55

      “Il est interdit de cracher dans la rue et de parler Breton !”

      on a eu interdit de cracher par terre et de parler flamand en Flandres françaises  , rattachés à la France beaucoup plus tardivement encore que la Bretagne .


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 octobre 2009 12:27

        C’est peut être à cause de ça qu’il y en a UN qui vient cracher sa HAINE içi !


      • Antoine Diederick 12 octobre 2009 15:39

        Verdomme ! Gij wil vlaams spreken nu ?


      • Antoine Diederick 12 octobre 2009 15:43

        ja, Sint Amands....

        il y a bcp d’autres Saint Amand en Belgique....

        mon arrière grand père est né à Saint Amand les eaux....


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 octobre 2009 12:26

        J’aime bien cet hymne, bien que ce ne soit pas du METAL !

        Je dois avoir une part celtique enfouie dans mon subconscient ...


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 octobre 2009 15:43

          En fait, ça me donne carrément la chair de poule quand je l’écoute : le Breton est une langue bien plus harmonieuse que le Français !

          Je vais finir par regretter que Vercingétorix n’ai pas foutu une branlée définitive à César !


        • citoyen 12 octobre 2009 13:44

          bof, bof , bof........


          • Merlin Merlin 12 octobre 2009 14:50

            « Que » depuis 477ans, en effet...
            Et vous savez que les dinosaures vivaient sur Terre il n’y a « que » 2 Milliards d’années, alors que Sarko n’a fait « que » 2 ans de mandat ??

            Désolé mais oui, nous étions au courant des turpitudes des contours frontaliers hexagonaux.
            Vous savez que Nice n’est rattaché à la France que depuis 1860 ? Vous connaissez l’histoire de la Bourgogne ?

            Donc :

            - Oui, la Monarchie puis la République ont « francisés » de nombreuses régions, ce qui fut bon pour l’existence la naissance du concept de nation

            - oui, la culture locale en fut meurtrie, et il ne faut jamais l’oublier i.e. cours historiques et linguistiques + mise en valeur du patrimoine

            - mais définitivement non à l’altermoiement et aux tentations de repli communautaire...

             

             



             


            • YMB 12 octobre 2009 17:52

              Mmmm... Les dinosaures se sont éteints il y a environ 65 millions d’années, pas 2 milliards. Je ne sais même pas si il y a 2 milliards d’années, il y avait des organismes pluricellulaires.


            • DIMEZELL 12 octobre 2009 19:50

              Il était rare d’attendre plus de cinq ’réactions’ à un article évoquant l’histoire, la culture ou l’actualité de l’Alsace de la Corse ..ou de la Bretagne pour lire ’ repli communautaire ’ il y a quelques années. C’est évident, quand on sort de la plusss belle avenue du Monde, de la ville Loumière et de tout le tralala, on est dans un abominable repli communautaire. On a lu ça assez souvent grâce à la grande énergie employée par les groupuscules nationalo- jacobino machin chose qui regroupent des copains de Mélanchons et de De Villiers réunis. Mais, c’est plus difficile de faire passer ça aujourd’hui surtout en Bretagne dont les habitants vont dans tous les coins du monde, sont au front de toutes les associations d’aide aux plus défavorisés, et accueillent sans discernement les arrivants quelque soit la couleur de leur peau. Sauf peut être la Communauté des parisiens et des racistes franchouillards !


            • citoyen 13 octobre 2009 10:08

              Quelle hostilité, quelle méchanceté , DIMEZELL . Heureusement que tous les bretons ne sont pas comme toi . ayant vécu en finistére plusieurs années , je confirme que 90 pour cent des gens y sont super , seuls 10 pour cent sont -en effet- un peu dans du repli communautaire. Légérement , je ne trouve pas le mot , ostracisant , je dirais . Ils peuvent être un peu casse-pieds . Pas trop si on les recadre poliment-fermement . Le tout c’est de ne pas se laisser marcher sur les pieds . Ce n’est que 10 pour cent , c’est tout . Ayant vecu egalement plusieurs années en IdF , évidemment , il n’ y a pas en IdF ce genre de soucis , il y en a d’autres , différents , c’est tout .
              à 90 pour cent également , les franciliens sont super ; merci Paris et l’IdF.


            • plancherDesVaches 12 octobre 2009 15:35

              Hhmm... le français existait déjà sous forme de langue d’Oïl et langue d’OC.

              Concernant Dol. Y-a-t’il un rapport avec le dol originaire d’une loi napoléonienne.. ???

              Pour la « conquète » des Bretons en Angleterre, les Normands ont fait bien plus et bien mieux.


              • Antoine Diederick 12 octobre 2009 15:40

                A l’auteur, ok, l’année prochaine pour le festival de Lorient, ce sera le moment d’inviter tous les Avoxiens à la découverte de la culture celte....


                • Artorix 12 octobre 2009 15:57

                  Le chant des BretonsLanguage : French
                  Oui, nous sommes encor les hommes d’Armorique, La race courageuse et pourtant pacifique, La race sur le dos portant de longs cheveux, Que rien n’a pu dompter quand elle a dit : je veux.

                  Nous avons un coeur franc pour détester les traîtres ; Nous adorons Jésus, le Dieu de nos ancêtres. Les chansons d’autrefois, toujours nous les chantons. Non ! non ! non ! nous ne sommes pas les derniers des Bretons.

                  Le vieux sang de tes fils coule encor dans nos veines, O terre de granit, recouverte de chênes ! Pays des vieux Bretons, à toi seul notre amour ! Des bois sont au milieu, la mer est à l’entour.

                  (Charles Le Goffic)


                  • PhilVite PhilVite 12 octobre 2009 16:55

                    ’’ ...francisèrent les gens qu’ils employaient ou touchaient d’une autre façon.’’

                    Arrrh...Ne me parlez plus de tourisme sexuel !!


                    • chlegoff 12 octobre 2009 18:25

                      Les bretons aiment leur pays et leur culture, c’est tout. Aucune espèce de sentiments de supériorité ou de fierté, simplement l’attachement à leurs racines.

                      La découverte ou l’ignorance


                      • YMB 12 octobre 2009 18:26

                        Dire que l’indépendance de la Bretagne a pris fin seulement en 1532 est franchement forcer le trait. Dès le milieu du XIIe siècle, la Bretagne a été assujettie puis intégrée à l’Empire Plantagenêt. En effet, le Duc Conan IV fut placé en 1154 sur le trône de Bretagne par Henri II (d’Angleterre, de Normandie, du Maine, d’Anjouet de Touraine), et le successeur désigné de Richard Coeur-de-Lion à la tête de l’Empire était Arthur de Bretagne... petit-fils du même Henri II.


                        Un peu plus tard, en 1212, une fois l’Empire Plantagenêt décomposé, le Philippe-Auguste imposa à la duchesse Alix de Bretagne son époux, le cousin dudit Philippe, afin de s’assurer de la fidélité du duché à la France, et montrant une nouvelle fois l’énorme influence qu’ont eu les voisins de la Bretagne sur celle-ci.

                        • chlegoff 12 octobre 2009 18:53

                          @YMB

                          Vous faites référence à l’époque féodale où les alliances par mariages ou ententes faisaient partie intégrante de la politique. D’où les notions de souverains, suzerains et vassaux. Il semble me souvenir que le parlement de Bretagne était favorable au rattachement à la France. D’ailleurs la noblesse bretonne était fier de parler le français, c’était le snobisme de l’époque en Bretagne, alors que le peuple continuait à rester breton. Avant ce rattachement, là encore si ma mémoire ne me fait pas défaut le roi de France était le suzerain du duc de Bretagne et non le souverain.


                        • Radix Radix 12 octobre 2009 18:40

                          Bonsoir

                          La Bretagne était beaucoup plus étendue que votre carte ne le montre.

                          Non seulement elle comprenait la Loire Atlantique mais aussi une bonne moitié du Maine et Loire ainsi que la partie nord de la Vendée.

                          Le découpage en départements avait déjà rogné beaucoup et Pétain a finit le travail !

                          Mais il en a été de même pour toutes les anciennes provinces.

                          Radix


                          • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 19:55

                            Il n’y a rien à reprocher à cette carte, qui montre le périple des peuples celtes Grande-Bretagne, et leur aire d’arrivée, où ils eurent une influence.

                            Cette carte n’est donc pas une carte de la Bretagne, c’est une carte de la partie bretonnante, du moins, qui va le devenir suite à l’apport Britto-romain.

                            Le reste, c’est la Bretagne Gallo.

                            Typhon


                          • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 19:47

                            Prolongeant le commentaire plein de bon sens de YMB, je rappellerait que la logique actuelle de l’état-nation unifié et souverain découle du traité de Westphalie, et n’avait pas de sens dans l’Europe féodale du moyen-âge et de la renaissance. Parler de l’indépendance de la bretagne et de la date à laquelle elle a cessé de l’être devient tout de suite bien moins aisé.

                             On peut tout aussi bien considérer que la Bretagne a cessé d’être « indépendante » en 942, quand le duc Alain prête hommage à Louis IV d’Outremer, roi de Francie.

                            Ou bien, qu’elle a cessé d’être « indépendante » quand Philippe Auguste l’a fait tomber hors du giron anglais dans son giron capétien.

                            La vérité, c’est que les bretons n’ont jamais été une nation, au sens où on l’entend actuellement. La bretagne est un pays qui a été soumis a des influences anglaises à plusieurs reprises, avant de devenir définitivement français, mais dire, je cite textuellement :

                            "La Bretagne n’est donc française que depuis 477 ans !« 

                            Ça n’a pas plus de sens que de dire »La france est française depuis seulement 1166 ans« .

                            Tiens, ça me motive, je vais repérer les autres déclarations à la noix de cet article.

                             »Saviez-vous d’ailleurs que le Breton est beaucoup plus ancien que le Français ?« 

                            C’est faux. En premier lieu, le breton (avec une minuscule. En français, les majuscules aux gentilés désignent des personnes), c’est une notion des plus floues.

                            Ensuite, l’affirmation »telle langue est plus vieille que telle autre« n’a absolument aucun sens, parce que dater une langue avec un peu de précision, c’est un calvaire.

                            Il est vrai que le traité de Verdun, que j’évoquais un peu plus haut avec mes 1166 années arbitraires, a été rédigé en deux langues. Mais, CE N’ÉTAIENT PAS l’allemand, et le français, c’étaient le tudesque et le roman. Deux langue qui ont donné naissance respectivement aux deux premières, mais qu’il serait bon de ne pas confondre.

                            De même, peut-on assimiler le breton d’un »néo-bretonnant« ou même d’un bretonnant »classique« à celui qu’on trouve dans le traité rédigé en 590 que l’auteur évoque ? Non, évidemment, non.

                             »Après 200 ans de souveraineté française, l’unité bretonne devint quelque chose du passé

                            Parce que, bien évidemment, la division Basse-Bretagne contre Haute-Bretagne n’a jamais existé, le gallo non plus. Ou alors, vous racontez des billevesées...

                             L’unité bretonne n’est pas une « chose du passé », c’est une notion purement mythologique. 

                            Il n’existe pas de « nation bretonne ». Pas plus qu’il n’existe de « nation picarde » ou de « nation alsacienne ».

                            La « bretagne indépendante » aussi.

                            L’histoire de la bretagne peut se résumer comme suit :

                            -peuplement préhistorique et civilisation des mégalithes de Carnac.

                            - Invasion Celte, et division de la péninsule entre différentes tribus. La seule tribu intéressante étant les Vénètes.

                            - Invasion romaine et assimilation subséquente à l’Empire.

                            -Migration britto-romaine importante et création d’une myriade de petits royaumes. Période durant laquelle une partie du territoire breton passe des mains de Syagrius aux mains des barbares qui font tomber l’empire, les Francs, les Wisigoths

                            - Fondation du duché de Bretagne par Nominoë. Celui-ci comprend non-seulement la bretagne, mais aussi la touraine.

                            - destruction de l’état précédemment mentionné par les invasions vikings.

                            - Allégeance de la Bretagne à la France

                            - Problèmes posés pendant quelques siècles (première guerre de cent ans) par la double allégeance de l’ouest de la France à la couronne Capétienne et à la couronne Anglaise.

                            - Philippe Auguste enlève aux anglais leur souveraineté sur le quart nord-ouest, ce qui inclus la Bretagne, désormais uniquement sous influence de la couronne Parisienne.

                            - La guerre de cent ans est l’occasion pour la Bretagne, au cours d’une guerre de succession, de revenir à ses amours d’outre-manche, brièvement.

                            - Au cours du XVème siècle, la Bretagne passe définitivement dans notre escarcelle.

                            - Les privilèges de la province de Bretagne disparaissent quand cette entité disparait. Désormais, tout les Français paieront les mêmes impots, la révolution réorganise la France d’une manière juste, et égalitaire. En théorie.

                            - La France centralisée impose à tout les Français de parler une seule et même langue, toujours dans l’optique d’unifier le pays.

                            - La France devient un pays mou, incapable d’empêcher des imbéciles de revendiquer des inepties, comme l’indépendance de la Bretagne ou de la Corse, et ces cons en profitent pour récrire l’histoire, de préférence en omettant de mentionner tout ce qui ne cadre pas avec leur vision des choses aberrante.

                            Typhon


                            • DIMEZELL 12 octobre 2009 20:08

                              Ce n’est pas parce que vous étalez avec beaucoup de délicatesse votre ignorance des ’choses ’ de l’Histoire qu’il faut injurier les gens. Votre résumé de l’histoire de mon pays n’est même pas un résumé, c’est une injure à l’intelligence et vous osez traiter de c.... les autres. Très moche.
                              Il existe pourtant de belles références historiques qui traitent aussi bien du Haut Moyen Age que des temps préhistoriques et bien d’autres encore et ils évitent en premier lieu les raccourcis ! Evitez les résumés de raccourcis, vous éviterez ainsi de faire rire toute la Bretagne.
                              A wech all, marteze .


                            • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 21:08

                              Mais ce n’est pas un résumé de l’histoire de « ton pays », c’est un résumé de la vraie histoire de la Bretagne. La différence entre la Bretagne et « ton pays », c’est la différence entre la mongolie et le royaume du prêtre Jean.
                              La première existe depuis près de mille ans, le deuxième est quelque chose de mythique, de légendaire, qui n’a d’autres existence que dans les esprits peu informés tels que le tiens.

                              Typhon


                            • octavien octavien 12 octobre 2009 23:10

                              Bravo Rorschach
                              je ne vois rien à ajouter
                              Que tous les sous régionaliste irrédentistes (occinatistes, bretonnant, etc...) en preine de la graine


                            • citoyen 13 octobre 2009 10:27

                              pas la Touraine , Herman , plutot le Maine . A part cela , oui , il n ’ y a pas de langue bretonne unifiee , sauf de « reconstruction » , de « synthése » artificielle. Les vrais bretonnants , il en reste bien peu , se divisent entre léonards , trégorrois , cornouillais , etc.. langues apparentees mais mutuellement aussi différentes que les diverses langues latines le sont entre elles . les léonards ne comprennent pas en « breton » , les trégorrois , par exemple . tout au moins pas plus - ni moins- que moi , je ne comprends ce que me dit un espagnol . il n’ y a pas de UNE langue bretonne ( sauf de reconstruction), mais DES parlers bretons.


                            • blurpy 30 décembre 2009 10:27

                              Monsieur Rorschach !

                              Le début de votre commentaire parait objectif. Au début on ne comprend pas le but de votre démarche car tout en sembant critique, il ne va pas du tout à l’encontre des opinions exprimées par l’auteur dans l’article, mais la fin tourne à l’abject ! Apparemment vous pouvez vous imposer quelques minutes une attitude « raisonnable » mais le naturel revient au galop.
                              A la manière totalitaire, vous vous servez de n’importe quel argument flou et peu approprié au sujet en cours pour nous imposer vos idées nauséabondes !
                              (Peut-être auriez vous eu besoin des soins du célèbre médecin dont vous avez emprunté le nom.)


                            • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 2 janvier 2010 14:06

                              Merci de qualifier mon message « d’abject » et de « totalitaire », j’ai toujours été très sensible à la flatterie.

                              Néanmoins, je verrais avec faveur que tu isoles précisément ce que tu me reproche, et que tu m’explique précisément, avec des références à l’appui, et une argumentation lisible en quoi j’ai tort et ce qui m’a, d’après toi, échappé.

                              Attaquer le ton sur lequel quelque chose est dit, ou la personne qui le dit, c’est lâcher la proie pour l’ombre. Beaucoup de vérités sont dites par des salauds sur un ton déplaisant. Elles n’en sont pas moins vraies. Donc, si vous avez une remarque de fond à faire, faites là, sinon, taisez vous.

                              Typhon


                            • Brath-z Brath-z 2 janvier 2010 23:14

                              Ce n’est pas en soufflant dans une brouette qu’on fera avancer le shmilblik.


                            • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 20:00

                              Juste parce que je ne peux pas me retenir d’être méchant :

                              "Après la Révolution de 1789, l’histoire de la Bretagne, sa langue et sa culture furent étouffées, exterminées et extirpées des livres scolaires et des classes des écoles publiques"

                              ...Au point que même les Bretons ne connaissent plus l’histoire de la Bretagne, ne savent plus qu’il y a deux langues bretonnes au minimum, et quant à la culture...

                              Typhon


                              • Radix Radix 12 octobre 2009 20:59

                                Dis donc Triphon...

                                ... tu pousses le bouchon de l’ignorance un peu trop loin !

                                Le Gallo étant un mélange de Breton et de Latin il est logique qu’il se retrouve aux frontières de la Bretagne, où les peuples se mélangeaient et vivaient ensemble.
                                Les frontières hermétiques, c’est très récent et je sais que celà te chagrine...

                                Radix


                              • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 21:04

                                Le gallo n’est pas un mélange de breton et de latin, c’est une langue d’oïl. C’est à dire qu’il est plus proche du picard (improprement désigné sous le nom de « Ch’ti ») que du breton.

                                Typhon


                              • Radix Radix 12 octobre 2009 21:19

                                Ton inculture n’a d’égale que ta suffisance !

                                Radix


                              • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 21:25

                                Ce n’est pas en m’insultant que tu prouvera que j’ai tort. Si tu donne des références, des exemples, que tu argumente ton point de vue, alors, je serais prêt à reconnaitre, si j’ai tort, que j’ai tort.

                                Mais bon, tout ça c’est fatiguant, c’est tellement mieux d’étaler ta vacuité intellectuelle dans des messages monolignes.

                                Au moins, on ne perd pas de temps à les lire.

                                Typhon


                              • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 12 octobre 2009 21:23

                                « Le régime de Vichy du Maréchal Pétain (dictateur collaborationniste qui offrit la France à Hitler) »

                                Ça aussi j’adore, parce que ça montre à quel point vous méprisez votre lectorat, en sous-entendant qu’ils pourraient ne pas savoir qui était le Maréchal (la majuscule est de vous).

                                Typhon


                                • jullien 12 octobre 2009 22:17

                                  L’auteur pourrait avoir l’honnêteté de dire que cet article est une traduction d’un article paru sur AgoravoxUs (la version anglophone d’Agoravox) il y a quelques mois.


                                  • Fergus Fergus 13 octobre 2009 09:13

                                    Bravo et merci pour cet intéressant article sur une région que j’apprécie tellement que j’y vis depuis 10 ans bien que n’étant pas breton.

                                    Concernant l’hymne, à notre cette faute d’orthographe que l’on voir partout :
                                    « Bro Goz Ma Zadou » (Vieux pays de mes pères) devrait s’écrire « BroGoz Va Zadou », le M mutant en V lorsqu’il n’est pas en début de phrase.

                                    Ce qui signifie que si l’on veut simplement dire « Mes pères » (comprendre ancêtres),on écrira « Ma Zadou » et non « Va Zadou » !

                                    A wech all ! (A la prochaine) 


                                    • K K 13 octobre 2009 10:23

                                      Très bon choix que celui de Bleunwen Mevel pour interprèter le Bro Gozh ma Zadou. Avec Tri Yan certes mais c’est Bleunwen qui chante ! Et son frère Konan est le sonneur smiley


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 13 octobre 2009 11:01

                                        Bleunwen Mevel a t elle une discographie qu’on peut se procurer : je trouve qu’elle est talentueuse ( bien que ne faisant pas dans le Metal )

                                        Je n’ai rien trouvé sur youtube !


                                      • Paul Muad Dib 13 octobre 2009 11:07

                                        salut , breton immigre en Irlande, pour incompatibilité d’humeur avec le dictateur hongrois et toute sa meute, je considère que être breton c’est comme une notion géographique avec un langage propre,avec des variantes, ma mère originaire du centre Bretagne avait du mal a comprendre le breton de Lorient pourtant a 60 km seulement,ainsi que celui du Léon, mais avec de la patience ,ca le faisait.. une musique aussi qui parfois ressemble a des mélodies berbères,si si..bienvenu dans la diversité que cherche a éradiquer les névrosés accultures du pouvoir.
                                        c’était aussi le travail en commun dans les fermes l’été, enfants inclus, purée noyée dans le beurre et saucisses de la ferme, et ensuite le fameux fest-noz le soir, cidre a volonté..car dans les années 65 les vergers étaient encore très nombreux, avant que l’horrible agriculture moderne ne« bétonne » les champs et détruise les talus..le règne de la laideur physique et morale s’accélérait..
                                         toute ma famille parlait le breton, certains cousins le pratique encore dans la région carhaix et gourin, mes enfants l’ont appris a l’école, ici en Irlande ils apprennent l’irlandais ,dont l’enseignement est obligatoire, certaines écoles sont même uniquement en irlandais..
                                        moi petit, mes parents parlaient breton entre eux. car c’était leur langue maternelle en 1930, contrairement a ce que certains béotiens affirment ici..
                                        ils ne m’ont jamais appris le breton car , a l’école il avaient subit des sévices physiques pour ne plus jamais parler le breton, un des effets des peuples colonialistes..toujours a utiliser la violence, .une voix ,une tête, bête et méchant quoi !
                                        .la seule région opposé majoritairement a sarkozy, de trop peu selon moi..c’est déjà un signe de vigueur intellectuelle,non ?
                                        voila, donc je suis breton géographiquement ,chose évidente , je me rappelle encore ma mère en larmes me racontant les sévices a l’école française....
                                        Sinon les gens ouvert sont de partout, quoique en ce moment , je me pose des questions, je rejette tout nationalisme, émanation des puissants, il est malsain que la société marchande essaye de détruire les cultures, aussi inutile que barbare, ce monde moderne avec son magasin GIFI qui vends la même sous merde chinoise partout...
                                        déjà vire de l’armée française pour inaptitude a la vie militaire, une gloire personnelle !! je n’irais jamais défendre une idée nationaliste même bretonne, mais toute cette histoire d’indépendance a été largement exagérée , d’ailleurs nous avons aussi de très bon exploiteurs bretons,
                                        reste la musique issue des fest noz, le fest noz endroit idéal pour draguer,super..a condition de ne pas trop boire...
                                        Le nationalisme disparaîtra un jours, lorsque l’intelligence remplacera le QI..c’est pas pour aujourd’hui..ni pour demain...
                                        merci a l’auteur...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès