Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > La Chine part à la conquête des forêts lorraines

La Chine part à la conquête des forêts lorraines

Les Chinois s’emparent des forêts lorraines. L’an dernier, l’Empire du milieu s’est adjugé environ 60 % des grumes de chênes de notre province, sachant que 13 % du marché part aussi en Allemagne ou en Italie, friande de nos peupliers.

Premier producteur mondial dans l’ameublement, la Chine est devenue le plus grand importateur mondial de bois. Les deux tiers sont transformés et réexportés vers les Etats-Unis, l’Europe et le Japon. La situation inquiète et bouleverse très sérieusement l’économie locale, puisque beaucoup de nos scieries sont menacées. Par ailleurs, les fabricants de parquet ont divisé par deux leur production. C’est tout un savoir-faire qui est en train de disparaître. En effet, le bois est désormais beaucoup plus cher depuis que la Chine fait main basse sur les ventes aux enchères descendantes de l’Office National des Forêts.

Cependant, un tel schéma ne répond à aucune réalité économique. Si on prend en compte le prix d’achat élevé de la matière première et le coût du transport, même avec un coût de main-d’œuvre peu élevé, les Chinois vendent à perte. Peut-être veulent-ils tout simplement, à travers la mondialisation de l’économie, détruire notre outil de production pour définitivement s’emparer du marché lorrain ? En réalité, ils viennent chez nous pour acheter du bois certifié, normé et garantit qu‘il est issu de forêts qui sont gérées durablement. Un label qu’ils ne peuvent obtenir pour leurs propres forêts ou en Russie. Pour faire simple, « ils viennent s’acheter une virginité, sans que nous n’ayons la certitude que ce soit le même bois qui nous revienne transformé ».

Si bien que la Lorraine se comporte ni plus ni moins que comme un pays sous-développé, qui exporte sa matière première. Tout le contraire de ce qui avait été escompté (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/12/13/quand-le-bois-lorrain-souvre-a-la-chine/).

Selon les propriétaires forestiers, les 445 000 mètres cube de bois lorrain exportés pourraient générer d’un bout à l’autre de la chaîne 2 200 emplois s’ils restaient à domicile. Un chiffre qu’on ne peut tolérer compte-tenu de notre situation économique et de notre taux de chômage.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Login Login 7 mai 2011 08:16

      Incroyable !  

    • Ariane Walter Ariane Walter 7 mai 2011 10:06

      Ah ! Les Chinois sont plus tranquilles que les US. Ils achètent le monde tout simplement. Le port du Pirée, les forêts de Lorraine. Les terres d’Afrique. Comme ils n’entretiennent aucune guerre à l’étranger, aucune base, ils sont pleins aux as.
      Que dire ?
      Que certains domaines ne sont pas à vendre , tout simplement.
      Et ce ne sera pas avec un gouvernement libéral !

      il me semble qu’en Thaïlande un étranger ne peut pas acheter de propriété. D’où des mariages. Et des propriétaires qui dépendnat quand même du bon vouloir de leur éppuse...Mais c’est une autre histoire....


      • Julien Julien 7 mai 2011 20:00

        Si j’ai bien compris l’article, c’est le bois coupé que les Chinois achètent, pas les forêts proprement dites. Suis-je dans le juste ?


      • Tarouilan Tarouilan 7 mai 2011 10:32

        La Chine depuis des millénaires a défriché.......pour l’agriculture ! les mongols s’en plaignaient déjà......il y a bien longtemps !

        Aujourd’hui elle fait des efforts incroyables, (qu’aucun pays n’a jamais fait, en la matière) en reboisant des zones d’intérêt réduit pour l’agriculture, donc, elle développe ses propres forêts de façon étonnante, ... :

        Le reboisement dans la province du Sichuan a remporté de grands succès.

        Le reboisement dans la province du Sichuan a remporté de grands succès.

        Le 25 mars dernier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié son rapport 2010 sur les principaux résultats des évaluations des ressources forestières mondiales. Selon ce rapport, la Chine se classe au cinquième rang mondial, après la Russie, le Brésil, le Canada et les Etats-Unis, et a apporté une grande contribution au revirement de tendance à la réduction continue des ressources forestières mondiales.

        Chine : 4 millions d’hectares par an

        Alors que la superficie forestière mondiale diminue de 6,67 millions d’ha par an, la Chine voit la sienne augmenter de 4 millions, représentant 53,2 % de la hausse annuelle mondiale. A présent, sa superficie forestière atteint 195 millions d’ha, et son taux de couverture forestière, 20,36 %, contre 8,6 % au début de la Chine nouvelle.

        Le rapport mentionne que depuis l’entrée dans le 21ème siècle, l’Asie connaît une nette croissance, malgré les réductions des années 1990, et attribue cette performance à la Chine, qui s’est lancée dans l’afforestation d’envergure, contrebalançant la forte réduction continue des ressources forestières en Asie du Sud et du Sud-Est.

        Toujours selon le rapport, ces dernières années, la Chine a reboisé des terrains totalement dépourvus d’arbres, ce qui a augmenté, dans une grande mesure, la superficie des forêts artificielles du monde. Entre 2005 et 2010, la superficie mondiale de forêts artificielles a progressé d’environ 5 millions d’ha par an.

        Entre 1990 et 2010, la superficie mondiale des bandes protectrices a augmenté de 59 millions d’ha, du fait que la Chine, depuis 1990, ne cesse de construire des bois anti-vent, de fixation du sol, de retenue des eaux et d’autres forêts protectrices.

        L’ex-vice-président américain Al Gore a ainsi fait l’éloge de la Chine : « Ces deux dernières années, le nombre d’arbres plantés chaque année par la Chine est 2,5 fois celui du total planté dans les autres régions du monde… La Chine fait figure d’exemple en la matière. »

        Le gouvernement chinois souhaite que le taux de couverture forestière atteigne 23 % en 2020, puis 26 % en 2050. Avec ces objectifs ambitieux, il espère davantage contribuer à l’harmonie entre l’Homme et la nature.

        Des constructions écologiques pour une Chine verte

        La Chine doit la forte augmentation de sa superficie forestière, l’amélioration sensible de son environnement ainsi que l’ascension de son statut international en matière de protection environnementale à la mise en place d’un grand nombre de projets sylvo-écologiques dans le pays.

        Actuellement, la Chine compte 61,69 millions d’ha de forêts artificielles et une réserve de 1,96 milliard de stères de bois, la plus grande superficie mondiale de forêts artificielles.

        Ces dernières années, la Chine n’a cessé de reboiser et de restituteur des champs à la forêt. En 2009, 590 millions de personnes ont participé au reboisement volontaire, plantant 2,48 milliards d’arbres, et à la fin de cette vingt-neuvième année de campagne nationale de reboisement volontaire, 12,11 milliards de personnes avaient planté 56,33 milliards d’arbres. Selon certains experts, environ 0,93 ha de forêt artificielle est nécessaire pour absorber les émissions annuelles de dioxyde de carbone d’un véhicule Audi.

        Ces dix dernières années, le gouvernement chinois a affecté 500 milliards de yuans à six ouvrages sylvicoles importants, ce qui a permis de restaurer une grande superficie de végétation.

        A présent, dans le cadre du Projet du système des bandes forestières protectrices en Chine du Nord, 24,47 millions d’ha ont été reboisés, en une décennie, le taux de couverture forestière dans les zones du projet a plus que doublé, passant de 5,05 % à 10,51 %.

        La Chine a accompli la réduction de la production de bois originaire des forêts figurant dans le Projet de protection des forêts naturelles.

        Fin 2009, les services de sylviculture avaient créé 2 011 réserves naturelles, soit environ 12,79 % de la superficie du territoire national. En 2009, avec le Projet d’aménagement des sources des tempêtes de sable de Beijing et de Tianjin, 1 million d’ha de terres sablonnées ont été aménagées, et 37 zones modèles de prévention et de traitement du sable ont été établies. Le projet de restitution des champs à la forêt est devenu le projet le plus grandiose au monde, en termes de nombre de bénéficiaires et d’étendue des résultats.

         

         


        • Tarouilan Tarouilan 7 mai 2011 10:39

          Aucun pays n’a fait autant et de loin ....que la Chine pour le reboisement...... arrêtons la propagande atlantiste contre la Chine.. !


          Le 25 mars dernier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié son rapport 2010 sur les principaux résultats des évaluations des ressources forestières mondiales. Selon ce rapport, la Chine se classe au cinquième rang mondial, après la Russie, le Brésil, le Canada et les Etats-Unis, et a apporté une grande contribution au revirement de tendance à la réduction continue des ressources forestières mondiales.
          Chine : 4 millions d’hectares par an
          Alors que la superficie forestière mondiale diminue de 6,67 millions d’ha par an, la Chine voit la sienne augmenter de 4 millions, représentant 53,2 % de la hausse annuelle mondiale. A présent, sa superficie forestière atteint 195 millions d’ha, et son taux de couverture forestière, 20,36 %, contre 8,6 % au début de la Chine nouvelle.
          Le rapport mentionne que depuis l’entrée dans le 21ème siècle, l’Asie connaît une nette croissance, malgré les réductions des années 1990, et attribue cette performance à la Chine, qui s’est lancée dans l’afforestation d’envergure, contrebalançant la forte réduction continue des ressources forestières en Asie du Sud et du Sud-Est.
          Toujours selon le rapport, ces dernières années, la Chine a reboisé des terrains totalement dépourvus d’arbres, ce qui a augmenté, dans une grande mesure, la superficie des forêts artificielles du monde. Entre 2005 et 2010, la superficie mondiale de forêts artificielles a progressé d’environ 5 millions d’ha par an.
          Entre 1990 et 2010, la superficie mondiale des bandes protectrices a augmenté de 59 millions d’ha, du fait que la Chine, depuis 1990, ne cesse de construire des bois anti-vent, de fixation du sol, de retenue des eaux et d’autres forêts protectrices.
          L’ex-vice-président américain Al Gore a ainsi fait l’éloge de la Chine : « Ces deux dernières années, le nombre d’arbres plantés chaque année par la Chine est 2,5 fois celui du total planté dans les autres régions du monde… La Chine fait figure d’exemple en la matière. »
          Le gouvernement chinois souhaite que le taux de couverture forestière atteigne 23 % en 2020, puis 26 % en 2050. Avec ces objectifs ambitieux, il espère davantage contribuer à l’harmonie entre l’Homme et la nature.
          Des constructions écologiques pour une Chine verte
          La Chine doit la forte augmentation de sa superficie forestière, l’amélioration sensible de son environnement ainsi que l’ascension de son statut international en matière de protection environnementale à la mise en place d’un grand nombre de projets sylvo-écologiques dans le pays.
          Actuellement, la Chine compte 61,69 millions d’ha de forêts artificielles et une réserve de 1,96 milliard de stères de bois, la plus grande superficie mondiale de forêts artificielles.
          Ces dernières années, la Chine n’a cessé de reboiser et de restituteur des champs à la forêt. En 2009, 590 millions de personnes ont participé au reboisement volontaire, plantant 2,48 milliards d’arbres, et à la fin de cette vingt-neuvième année de campagne nationale de reboisement volontaire, 12,11 milliards de personnes avaient planté 56,33 milliards d’arbres. Selon certains experts, environ 0,93 ha de forêt artificielle est nécessaire pour absorber les émissions annuelles de dioxyde de carbone d’un véhicule Audi.
          Ces dix dernières années, le gouvernement chinois a affecté 500 milliards de yuans à six ouvrages sylvicoles importants, ce qui a permis de restaurer une grande superficie de végétation.
          A présent, dans le cadre du Projet du système des bandes forestières protectrices en Chine du Nord, 24,47 millions d’ha ont été reboisés, en une décennie, le taux de couverture forestière dans les zones du projet a plus que doublé, passant de 5,05 % à 10,51 %.
          La Chine a accompli la réduction de la production de bois originaire des forêts figurant dans le Projet de protection des forêts naturelles.
          Fin 2009, les services de sylviculture avaient créé 2 011 réserves naturelles, soit environ 12,79 % de la superficie du territoire national. En 2009, avec le Projet d’aménagement des sources des tempêtes de sable de Beijing et de Tianjin, 1 million d’ha de terres sablonnées ont été aménagées, et 37 zones modèles de prévention et de traitement du sable ont été établies. Le projet de restitution des champs à la forêt est devenu le projet le plus grandiose au monde, en termes de nombre de bénéficiaires et d’étendue des résultats.


          • oncle archibald 7 mai 2011 10:58

            La problématique traitée par cet article n’est pas la belle santé économique de la Chine, dont personne ne doute, mais celle de l’industrie du bois en Lorraine menacée par l’exportation de la matière première, qui plus est à des fins plus ou moins avouables de « label écolo » si l’auteur est bien renseigné ... Qu’adviendra-t-il des petites industries de transformation locale, scieries et menuiseries, si elles n’ont plus de bois à traiter ?? Quid des hommes dans cette histoire, qu’ils soient Lorrains ou chinois ? Croyez vous que ceux qui vont scier en chine les arbres abattus en Lorraine seront correctement rémunérés ?? Sur toute la planète il va devenir vital de recentrer sur les activités locales et une forme d’entreprise « vertueuse » qui permette aux exécutants de l’ouvrage, ceux qui plantent font pousser et abattent le bois, comme ceux qui en font des poutres ou du parquet, d’en tirer profit, ce qui n’est pas possible dans le cadre d’une mondialisation débridée qui profite aux argentiers et à eux seulement.


          • Tarouilan Tarouilan 7 mai 2011 11:19

            Arrêtons de nous cacher derrières des normes protectionnistes, qui n’ont comme seule et unique fonction que de contrer artificiellement un marché mondialiste, les chinois, sont beaucoup plus « écologistes » vis à vis de la forêt.

            L’emploi en France, c’est un problème politique, pas un problème de marché du bois..... les lorrains ont la mémoire courte.... autrefois, leurs aïeux avaient beaucoup plus de bon sens.... une vraie et profonde conscience politique de terroir, mon grand père était l’un de leur responsables politique..... (malheureusement le vent a soufflé dans le mauvais sens !)

             


          • oncle archibald 7 mai 2011 11:34

            Vous regrettez le temps des grandes industries ou les hommes sont des fourmis laborieuses qui vont engraisser la reine (en l’occurrence les actionnaires), moi je pense que l’avenir est aux activités à échelle humaine en gestion quasiment directe .. Les salades du potager de mon voisin sont plus goûteuses que celles qui poussent sous serre en hollande à grand renfort de chauffage et d’engrais, et mon voisin peut vivre correctement en vendant directement sa production. Deux raisons ce choisir ce système et pas l’autre. L’artisan menuisier du coin m’a fait des meubles de cuisine en chêne massif et sur mesures pour 2000 euros de moins que le « cusinella » ou le « scmitt » de la zone commerciale .. Nous sommes au moins deux à nous en féliciter, le menuisier et moi .


          • Tarouilan Tarouilan 7 mai 2011 12:27

            Ho...... que non,... les meilleures salades, fruits etc... sont ceux et celles que l’on cultive soi-même, j’ai du reste un projet de potager.....

            Mais, les emplâtres sur jambe de bois...c’est du méga-shadoks.... comme les normes européennes par exemple, pour contrer sournoisement le dynamisme économique de la chine......

            Ce qui développera l’emploi, c’est une politique saine, qui ne soit pas celles d’individus qui phagocytent le pouvoir au profit de leur caste et alliés....... et cela n’existera pas en France, tant que de sinistres individus de la caste des DSK et Sarkozy..... seront le choix de pauvres électeurs monoreurones, qui ne comprendrons jamais la problématique la plus basique de leur survie !


          • velosolex velosolex 9 mai 2011 09:06

            Formidable d’apprendre que la chine est une modèle en matière d’écologie.
            Ces tonnes de chiffres ont l’air de venir tout droit de leur polit-bureau.
            Mais abattre un hectare de forêts de chênes ou de châtaigniers et replanter deux hectares de pins sylvestres, c’est un marché de dupes.


          • Mich K Mich K 7 mai 2012 10:38

            Yo !

            Habitant en Lorraine dans une des régions où les plus forestières, je confirme cette info que j’avais entendu il y a quelques mois déjà !

            Et je confirme surtou que les scieries lorraines sont en traoin de fermer les unes après les autres : 2 viennent de fermer en l’espace de quelques semaines près de chez nous, et une 3ème, très importante, et en redressement...

            Continuons à ouvrir les marchés et à promouvoir ce fanatisme européen du libre échange, à ne pas vouloir entendre parler de protectionnisme, et demain les Lepen n’en seront que plus haut... smiley


          • slipenL’air 7 mai 2011 10:47

            On leurs achètent des marchandise pourris et avec le fric
            ils nous achètent le bois pour fabriquer des marchandises jetables
            que l’on va importer.
            logique

            pour ceux qui n’ont pas vu cet épouvantable reportage.
            Âme sensible préparé vos mouchoirs,et pour ceux qui n’ont jamais vu une forêt
            autre part qu’à la télévision ce n’est pas grave continué comme ça.......

            L’erreur BoréaleAlors que le silence et l’ignorance règnent en maître sur nos forêts, et malgré le discours officiel qui nous assure que le patrimoine forestier demeurera intact, ce documentaire choc soulève la question de la responsabilité collective devant la destruction d’un environnement unique au monde. La forêt boréale, cette importante richesse que l’on croyait inépuisable, est-elle réellement entre bonnes mains ?

            Lien 1
            Lien 2
            Lien 3
            Lien 4
            Lien 5
            Lien 6
            Lien 7


            • Tarouilan Tarouilan 7 mai 2011 11:04

              Nous ne faisons pas le 1000ème de ce que font les chinois, pour la forêt, arrêtons ce débat totalement débile !

              Si il y a un marché du bois..... c’est que nous sommes dans un marché mondialisé, installé par des gouvernements successifs...... et DSK et « sa clique de banksters internationnaux, véreux et escrocs » ne fera pas autre chose que d’accentuer cette problématique.....

              Le système français, c’est la confiscation de la capacité d’entreprendre de tous, donc de créer des emplois et de la richesse pour tous, au profit de « toujours le mêmes » qui sont parfaitement identifiés...... c’est la qu’il faut frapper et vigoureusement, ......


              • slipenL’air 7 mai 2011 11:17

                « arrêtons ce débat totalement débile ! »

                Tu peux arrêter quant tu veux TOTO smiley

                et Adieu ,bon vent..... smiley


              • slipenL’air 7 mai 2011 11:14

                l’aspect du gigantisme échappe généralement au français
                Pour ce rendre compte ce qu’est l’industrie chinoise et aussi
                du Négatif quelle produit (déchet pollution etc)

                Paysage manufacturé (a voir tranquillement)

                Lien 1
                Lien 2
                Lien 3
                Lien 4
                Lien 5

                cette vidéo est en train de disparaitre, beaucoup moins de lien
                et la version complète ?????


                • Ariane Walter Ariane Walter 7 mai 2011 11:31

                  Merci pour tous ces liens. une bonne soirée en perspective...


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 mai 2011 11:36

                    Bjr Blé,

                     «  ventes aux enchères descendantes »nous avons nous même fixé la règle de ce jeu de corde du pendu !" depuis le temps que l’on exploite les matières premières des pays en retard, ça nous pendait au nez...

                    Quand vous pensez que les scieries de la forêt de Tronçais, ( plantée par Colbert ) ne coupe plus de chêne local...


                    • oncle archibald 7 mai 2011 11:56

                      Bonjour Lisa, il en est de même pour la vente des poissons en criée ... Ca n’est pas plus brillant !


                      • Gargantua 7 mai 2011 13:40

                        Il faut bien qu’un jour les Français comprenne que veux dire libéralisme, et économie coloniale, eux les donneurs de leçons aux mondes avec leur doctrine frelaté des droits de l’homme, cela va peut être nous réveillez en fins.


                        • Marc Bruxman 7 mai 2011 14:17

                          Et ce faisant ils font le bonheur du département.

                          Cela dit il est fort probable que ce bois ne nous revienne pas mais soit transformé en meubles haut de gamme la bas qui seront vendus la bas.

                          La classe moyenne supérieure la bas a un bon pouvoir d’achat lorsqu’on le raméne au cout de la vie et se paie autre chose que du Ikea ;)

                          A force de trop « taxer » chez nous, même les classes moyennes supérieures finissent par acheter chez Ikea et tout le monde y perd.

                          Mais bon un jour les antilibéraux comprendront.


                          • Jean Lannes Christopher Lings 7 mai 2011 15:59

                            Je suis d’autant plus inquiet que je suis mosellan et toujours fourré en forêt !

                            > Le bréviaire des patriotes


                            • fifilafiloche fifilafiloche 7 mai 2011 17:15

                              Il y a quelques années, les grumiers et plus généralement les propriétaires de forêts se plaignaient du manque de débouchés des forêts françaises, dont les superficies augmentaient par manque d’exploitation. La concurrence des pays asiatiques (indonésie) ne laissait aucune chance au prix de revient du bois made in France.


                              Il me semble que le fait que certains pays s’intéressent à la qualité de notre production est plutôt une bonne nouvelle pour la filière et la pérennité des emplois qu’elle génère.

                              J avoue ne pas bien comprendre la logique chinoise, les forêts sibériennes étant bien plus proches et bien mieux fournies que les forêts françaises, mais le fait qu’elles attirent l’attention depuis si loin est plutôt flatteur.

                              • velosolex velosolex 9 mai 2011 08:56

                                J’avoue ne pas bien vous comprendre.
                                Les chinois avancent patiemment leurs pions.
                                Il s’agit ici d’une guerre économique, dont les intérêts sont mesurables sur le long terme.
                                Et les dommages aussi. Il suffit de se promener dans le nord, le long de ces filatures désertes pour mesurer l’ampleur du désastre.
                                Sans doute que certains à l’époque ont été flattés de voir que les chinois s’intéressaient à nos usines, à nos machines, à notre savoir faire.
                                C’est là un élément pour vous aider à comprendre la logique chinoise.
                                 Un parmi d’autre.


                              • Abou Antoun Abou Antoun 7 mai 2011 17:41

                                Les chinois ont des dollars et des euros en quantité.
                                Ils savent, comme tout le monde, que la première monnaie est menacée d’effondrement la seconde la même chose ou même disparition.
                                La seule façon de protéger leur capital est donc de le dépenser. Nous nous orientons vers une économie de la carence pour tout ce qui concerne les matières premières.
                                IL est donc préférable d’acheter des mines, des forêts, des ports, des terres rares, etc... tout ce qui prendra forcément de la valeur.
                                Ils se comportent en gestionnaires avisés.


                                • Montagnais Montagnais 7 mai 2011 23:34

                                  Espérons que les hauteurs de Dornot et d’Arnaville seront préservées.. 


                                  Gamins, on taguait U.S. Go Home (à cause de Chambley). Maintenant 中国外 ?

                                  Que Dieu préserve nos femme et la Reine, des C.. de Lorraine
                                  car icelles tant grandes étaient..

                                  • Groupe BLE Lorraine BLE 8 mai 2011 11:35

                                    19 340 emplois étaient induits par la filière bois en Lorraine en 2008, un chiffre en baisse de 30 % par rapport à 1998.

                                    Près de 2 300 de ces emplois concernent des exploitants forestiers, bûcherons, débardeurs et exploitants, qui récoltent chaque année 3,2 millions de mètres cube. La première transformation, à savoir les activités de sciage, rabotage, imprégnation de bois et fabrication de panneaux pour l’industrie et la construction, emploie plus de 2 600 salariés.

                                    C’est dans les activités de seconde transformation, à savoir la fourniture de produits semi-finis, tels que charpentes et menuiseries, emballages en bois, papier et carton et meubles, que se concentre le gros des effectifs avec 14 200 salariés.

                                    Enfin, 280 intermédiaires du commerce en bois et commerce de gros et produits dérivés fournissent les industriels de la filière.


                                      • velosolex velosolex 9 mai 2011 08:50

                                        Article intéressant et qui traite d’un sujet bien peu couvert par nos médias frileux. C’est bien assez d’inquiéter le citoyen lambda avec cette foutue centrale qui gâche les ambitions d’areva
                                        . Pourtant il s’agit de nos intérêts les plus vitaux. La désertion de nos politiques est manifeste
                                        . La France n’est plus qu’une entreprise de libre échange. La parole est donné de préférence aux détracteurs des éoliennes, trouvant que ça gâche le paysage. Les arbres peuvent par contre disparaitre. Les abeilles aussi. La vie insidieusement.


                                        • Groupe BLE Lorraine BLE 13 mai 2011 22:05

                                          Les forêts lorraines peuvent fournir près de 500 000 tonnes de bois par an.


                                          • Groupe BLE Lorraine BLE 20 novembre 2011 22:34

                                            La Lorraine compte 300 000 petits propriétaires qui se désintéressent, pour la plupart, de la gestion de leurs parcelles. 40 % de la forêt privée est composée d’unités de moins de 4 hectares.

                                            Par exemple, les Hagis, dans les Vosges, sont d’anciennes terres agricoles plantées en épicéas, il y a 50 ans, et laissées aujourd’hui en friches à hauteur de 76 %.

                                            De manière générale, les propriétaires privés pensent en termes de rentabilité à court terme en privilégiant des plantations de résineux à courte révolution comme des épicéas ou des pins qui sont mauvais pour les sols et pour la biodiversité. Du bois bon marché plutôt que du bois noble. Faudrait presqu’inventer le concept de développement précaire pour la Lorraine, par opposition au développement durable.

                                            L’ONF gère quant à lui à plus long terme et utilise des espèces en adéquation avec les stations (sol, étage, ...). En effet, l’organisme peut se permettre de planter pour les générations futures. Un chêne sessile est exploité à 120-140 ans. Un hêtre vers 120 ans.


                                          • Groupe BLE Lorraine BLE 23 juin 2011 00:11

                                            Le hêtre est de loin l’essence la plus commune en Lorraine et couvre 26,4 % de notre territoire. Les essences feuillues dominent largement en Meuse avec un taux de 85 %, et en Moselle avec un taux de 74 %. Elles couvrent 50 % du territoire dans les Vosges.


                                            • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 8 mai 2012 15:24

                                              Depuis plusieurs mois, les scieries du Pays de Sarrebourg ferment les unes après les autres. Dans leur descente aux enfers, les grandes scieries entraînent les plus petites, dépendantes de leurs carnets de commandes.

                                              La scierie Schenesse d’Haselbourg est la dernière en date. Après 40 ans d’activité, cette entreprise historique des contreforts des Vosges a été balayée, laissant 40 salariés sur le carreau. Elle est symptomatique d’une crise profonde qui affecte la filière bois à l’orée du massif vosgien et qui entraîne de nombreuses suppressions d’emplois.

                                              La plus grande scierie de Moselle, basée à Abreschviller, est quant à elle placée en redressement judiciaire depuis mi-février. Elle emploie 66 personnes. En janvier 2009, cette société avait déjà subi un premier placement en redressement judiciaire. Un groupe de cadres de l’entreprise avait alors proposé un plan de reprise et réussi à préserver l’activité dans la commune du Pays de Sarrebourg. Mais les difficultés économiques les ont depuis à nouveau rattrapés.


                                              • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 29 août 2012 14:52

                                                Cette présence historique et vivace résulte bien évidemment de l’importance de la forêt en Lorraine. Avec 841 000 hectares de forêt, principalement dans le massif vosgien, notre belle province atteint en effet un taux de boisement de 36 %, supérieur au taux français de 29 %. De quoi assurer une production annuelle d’environ 2,7 millions de mètres cubes, qui place la Lorraine au second rang territorial derrière l’Aquitaine. Au total, la filière bois assure un peu plus de 2,5 % de l’emploi en Lorraine. Avec un intérêt social particulier, puisque 31 % de ses salariés sont des ouvriers non-qualifiés, travaillant pour l’essentiel dans les secteurs de la sylviculture et du sciage du bois. Ces activités d’exploitation forestière sont d’ailleurs constituées de très petites entreprises, voire d’entreprises sans salarié, dont le propriétaire, exploitant agricole, bûcheron ou négociant, travaille seul.


                                                • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 29 août 2012 14:52

                                                  En revanche, les industries du papier et du carton sont vitales pour leur bassin d’emploi, à l’image des papeteries d’Etival-Clairefontaine (650 salariés), de Delipapier à Frouard (450 salariés) ou d’Ahlstrom-Labelpack à Stenay (200 salariés). A un degré moindre, l’ameublement suit la même tendance puisque six salariés sur dix travaillent dans une entreprise qui emploie plus de 50 personnes. La construction en bois représente quant à elle un quart des emplois de la filière. Le secteur bénéficie de l’élan impulsé par les politiques publiques, notamment dans le domaine de la régulation thermique. La Lorraine dispose d’une offre d’entreprises importante. Notre province reste en pointe dans ce domaine avec près de 1 300 logements à structure bois construits chaque année. Les entreprises lorraines souffrent néanmoins d’un retard technologique qui maintient une forte pénétration des produits et composants bois d’importation sur le marché régional. Rappelons enfin que si la forêt peut être source de revenus, elle contribue également, en jouant le rôle de puits de carbone, à une amélioration notable du bilan de CO2 de la Lorraine, avec plus de 8 millions de tonnes absorbées chaque année.


                                                  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 20 novembre 2013 22:44

                                                    La forêt lorraine est composée à 75 % de feuillus, dont les essences dominantes sont le chêne, le hêtre et le charme. Les peuplements résineux sont dominés par le sapin et le pin. Le pin Douglas et le pin noir sont également présents. En Lorraine, la forêt couvre une superficie de 869 000 hectares, dont 99 % sont destinés à la production. Le taux de boisement de la région est de 37 %, supérieur à la moyenne française qui est de 29,2 %. Avec 49 % de taux de boisement, le département des Vosges est le plus forestier de Lorraine. La Moselle en est celui le moins fourni avec 29 %. La forêt lorraine représente environ 5,3 % de la forêt française.


                                                    • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 24 novembre 2013 20:58

                                                      Les plaies de Lothar et le désastre provoqué dans les futaies lorraines par le passage de l’ouragan en décembre 1999 mettront des décennies à cicatriser. Aujourd’hui, la production forestière lorraine annuelle reste inférieure à son niveau d’avant 1999, ce qui n’est pas sans causer des problèmes d’approvisionnement pour les entreprises industrielles de la région. Ces dernières sont ainsi toutes obligées d’élargir de 25 % leur rayon moyen d’approvisionnement. Outre la raréfaction de la ressource, la filière subit la pression d’un marché mondial toujours plus boulimique.

                                                      La Chine est notamment soupçonnée de pratiquer du dumping, afin de phagocyter le marché européen. Les Chinois s’approvisionnent en Lorraine. Ils paient les grumes au prix fort lors des ventes aux enchères, les transportent chez eux pour les transformer et nous revendre leurs produits de merde qui font apparaître un coût de transformation nul. Un mécanisme déloyal pour la filière bois lorraine qui dénonce la mise en coupe réglée de notre forêt .

                                                      Face à un tel raz-de-marée, les digues mises en place par les pouvoirs publics paraissent bien fragiles. Et les scieries crient famine quand elles ne ferment pas. Pendant ce temps-là, les Chinois replantent en masse chez eux. La Lorraine est redevenue un pays en voie de développement.

                                                      Deux tiers de la forêt lorraine est gérée par l’ONF. Le tiers restant est la propriété d’exploitants privés qui sont incroyablement morcelés. La plupart de leurs parcelles font en effet moins de quatre hectares, ce qui les rend difficilement exploitables et gérables.


                                                      • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 22 janvier 2014 21:58

                                                        L’ONF gère les forêts publiques. Ces dernières, qu’elles soient domaniales ou communales, représentent les deux-tiers de la surface forestière en Lorraine. L’ONF vend aussi aux plus offrants. Des Luxembourgeois, des Allemands, des Belges et des Français qui, lorsqu’un scieur local débourse 100 euros pour une grume de chêne, en offriront 110 euros. Ces acheteurs européens ne sont rien d’autre que des traders qui spéculent et revendent ensuite aux Chinois. L’ONF doit prendre conscience que l’heure est grave et que dans un an, il sera trop tard. Il lui faut vendre aux locaux, lesquels transformeront avant de vendre à l’exportation.

                                                        Une quarantaine de scieries de feuillus survivent encore en Lorraine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès