Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > La réactivité étatique aux urgences : feindre d’observer ce (...)

La réactivité étatique aux urgences : feindre d’observer ce qu’on ne veut pas voir ! Mayotte, France en Danger !

Ce matin, le préfet passe chez Kwezi. Il confirme haut et fort qu’on se bouge vraiment le cul en haut lieu : depuis la métropole, ce sont des missions qui vont défiler, en rafales, comme toujours, et ici, c’est un nouvel observatoire mis en place hier, en grande pompe pour voir si l’immigration se voit ! Citoyens de Mayotte, vous allez voir ce que vous allez voir ! Incroyable ce que le talent oratoire, quand bien même il déraillerait, peut agir comme anesthésique sur les veaux et moutons que nous sommes ! Pourquoi se prendraient-ils la tête puisque nous n’aurions pas de cerveau ???

A l’image d’un Président de la République d’une prétention crasse ("candidat naturel", il va se représenter !) et indécent jusqu’à l’abjection (mensonges, bellicisme, soumission atlantiste, cafouillage sur la déchéance de nationalité, refus de la primaire, et j’en passe), l’État à Mayotte ose mettre encore en place un énième comité théodule, une énième usine à gaz, cette fois, à propos d'une émigration plus que voyante mais qu’il faudrait apparemment observer ! Mais non, mais non, le digne aréopage sûrement pas en quête de jetons de présence tant ils sont déjà débordés dans leurs administrations respectives, tient à nous rassurer en voulant « ... rendre très concret ce nouvel outil pour qu’il ne soit pas une nouvelle machine à pondre des rapports sans lendemain... » Ah bon ? C’est sûr qu’à pondre, pondez donc des œufs... au prix qu’ils coûtent à Mayotte (à 30 centimes l’unité soit le prix métropole multiplié par trois !). Mais je m’égare sur la cherté et un autre observatoire qui ferme les yeux alors que tout augmente sur l’île !!!

Ibrahim Aboubacar, le député hollandien se la joue vraiment : « On vient chercher la réalité des faits et des chiffres ». Inutile d’aller plus loin que Chiconi, un bourg qu’il connaît trop bien pour ne pas savoir que, plusieurs fois par semaine, la navette avec Anjouan arrive, en plein jour. Plus la peine en effet d’aborder la nuit et loin sur une plage isolée. Dans la baie, débarquent en effet des voyageurs, jeunes, vieux, femmes, enceintes, malades, des migrants de plus loin... Rwandais un temps, Syriens aujourd’hui ! Pour la population qui appelle en vain des autorités aux abonnés absents, c’est tout vu ! Ne nous étonnons pas ensuite des « pogroms » spontanés qui mettent les étrangers sur les routes (le dernier d’actualité à Tsimkoura) !

Pour notre cher député, certainement tombé de la dernière pluie (des années antérieures, parce que cette année, on l’attend le kash-kazi, la saison des pluies !), il manque sûrement un consistoire aux vœux pieux et autres moratoires, à l’entendre : « Ces derniers mois, le phénomène migratoire tend à prendre de l’ampleur sur ce territoire et il est plus qu’urgent que nous puissions ajuster nos politiques publiques et que ces politiques ne prennent pas l’eau face au nombre ». L’adepte de Monsieur de Lapalisse nous prendrait-il encore pour des poires ? Et notre benêt de service de poursuivre dans le dilatoire : « Qui sait dans quelles conditions on les accueille dans le système scolaire ? » Or, l’éducation, avec la santé sont bien des domaines où les valeurs de solidarité républicaine prennent encore tout leur sens à Mayotte... Fait-on la classe au rabais en présence de 75% d’enfants étrangers même s’il est légitime de craindre un retard cumulé, année après année, pour les nôtres ? Et puisque ce représentant du peuple français veut « les éléments pour améliorer l’efficacité des politiques publiques », alors que c'est la politique publique qui est défaillante face à tous les voyants allumés, qu’il vienne donc lire MAYOTTE EN DANGER pour des idées. Des économies exponentielles sont réalisables en construisant des écoles, mais pas n'importe où ! Surtout pas ici où il naît chaque jour de quoi former une classe et où nos shadoks, feignent de pomper pour les 500 classes déjà manquantes ! Que notre argent serve donc à Anjouan même, terre désormais ratiboisée comptant plus de BMW que d'arbres encore sur pied ! (v. partage précédent).

Passons sur les références de l’Insee, trop orientées pour être sincères, aux ordres des shadoks. Pour le moins, la présentation des chiffres persiste à en escamoter la réalité (toujours la langue bien pendue mais de bois, toujours... condition sine qua non pour administrer ou faire de la politique !). Alors que les fonctionnaires de la statistique comptent 40 % d’étrangers à Mayotte, tout le monde suppute avec juste raison que sur une population estimée par les gens entre 300 et 400.000 habitants (les importations de riz en attestent !), moins de la moitié, désormais, est française... Faut-il attendre que les autorités daignassent reconnaître le fait comme elles ont finalement été obligées de le faire concernant le ressenti sur la délinquance, d'abord moqué parce que populaire et soi-disant discriminatoire !

De quoi en rester baba et sans voix alors que les inconscients gobent et s’illusionnent. La France est bien sur le Titanic de la Hollando Socialo Line... une minute avant l’iceberg !

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • lsga lsga 21 janvier 19:27

    Pour rappel, 99% des habitants de mayotte sont des étrangers. Mayotte, ce n’est pas la France.


    • Pere Plexe Pere Plexe 21 janvier 20:32

      @lsga
      C’est clairement une survivance du colonialisme.


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 22 janvier 04:26

      @lsga
      Mon pauvre Isga, si tu considères le petit duché du roi de Bourges, je crois que tout ce qui n’est pas le Val de Loire n’est pas la France...


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 22 janvier 04:33

      @Pere Plexe
      même en ne considérant que la définition du colonialisme extrême (XIXème siècle), et seulement la France, ce ne sont pas ces survivances qui manquent : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion... 


    • César Castique César Castique 22 janvier 10:09

      @Jean-François Dedieu


      « ...ce ne sont pas ces survivances qui manquent : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion... »


      Mais, désormais, ça coûte plus que ça ne rapporte. Et de beaucoup ! 


      La bonne affaire, ce serait de se débarrasser de ces dispendieux vestiges, qui ne rapportent à la France que d’occasionnelles médailles olympiques..

    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 22 janvier 14:42

      @César Castique
      ... Années 70 : le copain qui avait eu un coup de cœur pour une Rover, tableau de bord ronce de noyer, etc., a vite compris qu’il valait mieux changer pour une Dyane. En politique et surtout en Histoire, il n’en va pas de même. 
      Ceci dit, César C., le cynisme que vous affectez est aussi partial qu’injuste... les retraités aussi coûtent plus qu’ils ne rapportent... Concernant nos confettis d’empire, nous devons quand même relever que, grâce aux territoires ultramarins, nous avons la seconde ZEE au monde... on prospecterait du pétrole dans le Canal de Mozambique...
      Et puis, si un énième débat sur ces « dispendieux vestiges » reste intéressant, c’est HS. L’article dénonce ces excroissances exerçant des délégations de pouvoir. LCP parle en ce moment du foisonnement des AAI et cela concerne la France, qu’elle soit ultramarine ou continentale...  


    • César Castique César Castique 22 janvier 15:49

      @Jean-François Dedieu

      « .. Années 70 : le copain qui avait eu un coup de cœur pour une Rover, tableau de bord ronce de noyer, etc., a vite compris qu’il valait mieux changer pour une Dyane. »


      Ayant toujours considéré que la bagnole fait partie intégrante de la parade nuptiale de certains hommes, il me paraît évident que, de ce point de vue, la ronce de noyer de la Rover avait plus d’impact que le simili-cuir de la Dyane. Mais bon, c’était aussi fonction du niveau usuel de ses conquêtes.


      « César C., le cynisme que vous affectez est aussi partial qu’injuste... les retraités aussi coûtent plus qu’ils ne rapportent... »


      Oui, mais après 40 piges de bons et loyaux services inverses.


      « Concernant nos confettis d’empire, nous devons quand même relever que, grâce aux territoires ultramarins, nous avons la seconde ZEE au monde... »


      Je sais cela, mais je sais aussi comment ça s’est fini pour le pétrole du Sahara. On investit, on prospecte, on trouve et les indigènes, tournés indépendantistes, se vautrent, dans des transats offerts par nos « amis » américains, au bord de l’oued pour voir passer le cadavre du « colonisateur »


       
      « Et puis, si un énième débat sur ces « dispendieux vestiges » reste intéressant... »


      Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat, mais d’évoquer la solution d’un certain nombre de problèmes majeurs, par l’abandon d’un territoire qui, avec la Guyane notamment, illustre jusqu’à la caricature, la perversité du droit du sol. 

    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 22 janvier 04:55

      C’est un peu court (et assez vain) de toujours considérer Mayotte du point de vue de l’Histoire coloniale... L’article veut surtout dénoncer ces métastases de la gouvernance que sont les comités, consistoires, observatoires, pour l’inertie improductive qu’ils induisent.
      Ce matin aux infos, nous apprenons qu’un comité sécheresse se réunit chaque semaine depuis novembre 2015 ! Or on pourrait penser qu’une coordination par téléphone entre le distributeur d’eau et la préfecture devrait suffire pour interdire le lavage des voitures et l’arrosage des jardins... Est-ce qu’au moins, le comité se réunit à titre gracieux ??? 


      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 25 janvier 04:22

        FAUT LES FOUTRE DEHORS !

        LA POLITIQUE aujourd’hui : beaucoup de bavardages, des comités, des observatoires. Mayot’ News, qui, peut-être, ne devrait pas traiter ce genre de com et d’esbrouffe en info nous en dit tant sur les branleurs de Bandraboua, bien secondés par la préfecture.

        https://www.facebook.com/Mayot-News-738912602843015/?fref=ts

        Suggérons-leur de marcher avec des petits drapeaux et des tambours ça ressemblera à ce qui se faisait jadis en Union Soviétique !
        Une chose a changé néanmoins : à côté des moutons et des veaux (dont beaucoup cliquent « J’aime »), menés par ceux qui auront des miettes en retombées, des commentaires, et pas seulement ceux de Mayotte en Danger, fustigent et dénoncent ces gesticulations qui ne déboucheront sur rien !
        La municipalité élue ou reconduite n’a-t-elle pas inclus ce diagnostic, hormis le dernier nid-de-poule en date, dans son programme ?

        Commentaires : 1 Que du blabla de mbaboufou ! vraiment du foutage de gueule !!! PS ou UMP, la connerie n’a pas de frontières !

        2. Nous sommes sur l’île la plus dignostiquée au monde. Tous les jours, audit, diagnostic, réunions, mission d’information, expertise, observation, rapports sur rapports et les problèmes s’accumulent.

        3. Et cet ancien diagnostic du camion-benne pour la collation des enfants, c’était pas là-bas ? C’était pas cette municipalité hollandophile et à fond pour la pitoyable réforme des rythmes ?

        PS : le maire touche 4070.95 euros mensuels... pour diagnostiquer...

        VRAIMENT, IL FAUT LES FOUTRE DEHORS ! 

        Média/actualités/édition · 10 453 J’aime


        • michel 27 janvier 15:35

          Il bouge, il bouge le Préfet.Il palabre, palabre (paroles, paroles.........) et Mayotte s’endort : DEDIEU tais-toi, KAMARDINE tais-toi, prophètes de mauvais augure !!!!!!!


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 30 janvier 06:59

            Non Michel... Si vous me semblez bien informé en citant les « prophètes de mauvais augure », ne désespérez pas car les oiseaux de malheur, nos shadocks en question ne vont pas tarder à tourner la veste : le temps est venu où pour se maintenir, ils vont inverser le sens de leurs propos lénifiants et faire amende honorable. A nous de les balayer, de changer d’équipe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès