Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Le maire de Paris bride le WiFi

Le maire de Paris bride le WiFi

400 bornes WiFi à Paris, bonne nouvelle ou arnaque ?

Les élections municipales approchant, Bertrand Delanoë mutiplie les initiatives pour faire plaisir à ses administrés. En plus d’un réseau de location de vélos, la mairie de Paris va confier à SFR la mise en place de 400 bornes d’accès WiFi dans diverses administrations, bibliothèques et jardins de la capitale. Ces bornes permettront de surfer gratuitement sur Internet, d’envoyer des mails, de s’échanger photos et vidéos, de jouer en réseaux... Les possibilités et applications sont nombreuses. A première vue, cela apparaît comme une véritable avancée...

Mais si on y réfléchit un peu, c’est en fait un mirage, voire une arnaque. A cela il y a deux raisons :

1. Pourquoi ne pas attendre le WiMax ?

Technologie bientôt opérationnelle (actuellement testé en France dans le Loiret), le WiMax offre une zone de couverture et des débits 10 à 20 fois supérieures au WiFi. Déja, tous les grands fabricants d’éléctronique grand public (ordinateurs portables, téléphones, PDA...) se préparent à fabriquer des appareils compatibles avec cette technologie. Monsieur Delanoë aurait pu attendre sa probable réélection et mettre en place un grands réseau WiMax sur tout Paris (ou pourquoi pas l’IDF ?), ce qui nous aurait donné de l’avance sur les autres grandes capitales mondiales. Au lieu de ça, quand le WiMax se généralisera (d’ici 3 ou 4 ans maximum), personne ne voudra en installer un à Paris, puisqu’un réseau WiFi existera déja.

2. Pourquoi brider les bornes WiFi ?

Quand j’ai lu ça, j’ai d’abord cru à une blague :

La disponibilité de ces connexions sans fil sera alignée sur l’ouverture des lieux en question et ne débordera pas aux alentours. C’est-à-dire que vous n’aurez droit à cet Internet gracieux et sans fil qu’à l’intérieur des endroits concernés durant les horaires d’ouverture.

 !?!

En somme, pour 2,5 M€ + 500 000 € par an, on va disposer d’un réseau WiFi qui ne marchera que dans les administrations municipales et uniquement pendant leurs horaires d’ouverture (donc, déja, pas le dimanche et pas la nuit...). Alors que ça ne couterait pas plus cher de les laisser “déborder” aux alentours et de les laisser ouverts 24h/24.

Quelle est la raison invoquée pour ce bridage technologique ? Ne pas faire concurrence au FAI et aux bars, cafés ou hôtels qui proposent des accès WiFi privés à des prix exorbitants... Pas très compréhensible de la part d’un maire qui se veut progressiste. Encore plus étonnant quand on sait que SFR (qui va installer et gérer les bornes) est actionnaire majoritaire du FAI Neuf Cegetel

La technologie, ça se partage

Petite anedcote qui, je pense, vous fera réfléchir : en face de la faculté de Tolbiac, il ya un Mac Donalds et, juste à côté, une bibliothèque municipale. Mac Do a mis en place un réseau WiFi pour ses clients, qui peuvent surfer gratuitement sur le Net pendant qu’ils déjeunent. Pensez-vous que Mac Do, limite cet accès WiFi à son restaurant ? Pas du tout, on peut tranquillement en profiter dans la bibliothèque municipale située à une vingtaine de mètres du fast food... et j’imagine que c’est pareil pour les habitants de l’immeuble au dessus du restaurant... Mac Do fait-il concurrence au FAI ? Oui, mais en partageant une technologie qui permet de recevoir et de diffuser des connaisances, de la culture...

Au lieu de faire installer un résau aussi cher pour le brider autant que ça, il aurait mieux valu développer des réseaux ou technologies déja existants, comme FON, ou Erevia. Avec cette annonce, Paris est loin de devenir une ville du XXIe siècle...

Espérons que les Parisiens sauront se mobiliser pour faire débrider ce réseau.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (98 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Stephane Klein (---.---.19.227) 26 février 2007 12:32

    Mdr de chez mdr, et il compte empecher comment les ondes de sortir de ses bibliotheques, le ivanoe de pacotille ?

    Outre le fait que je d’accord a 100% sur la promotion du wimax, ces socialos sont miserables d’ideologisme et de mediocrite : les premiers a denoncer les exclusions et les premiers a exclure : « il ne faudrait pas qu’on capitaliste fasse des economies sur le dos du bon peuple, ha mais ! ».

    Quand est-ce que cette municipalite va enfin travailler ses dossiers et pas avec un but clienteliste mais dans un but prospectif ?

    Faire le parallele avec la politique tout-anti-bagnolle : quand dans quelques annees nous aurons des voitures electriques ou hydrogene, on se rendra compte que cette politique aura ete inepte.

    Mais bon, la methode reine de la gauche c’est raser gratis ou taper a cote, au choix.


    • Nicolas Gosset 26 février 2007 12:59

      On peut diminuez la puissance borne WiFi pour limitez la distance a laquelle ils émettent.

      Pas trop d’accord avec le parallèle concernant la politique de transport par contre...


    • pascal perez (---.---.172.36) 26 février 2007 12:39

      Si vous pensez normal que la ville de Paris installe et opère des services d’accès internet, vous interrogez vous en quoi ces activités relèveraient de l’initiative publique ? En droit européen et français, elles relèvent de l’initiative privée. Comme vous le soulignez, rien n’est gratuit. en l’espèce, la mairie ne fera pas faillite si son service est sous utilisée. A mes yeux, la risque de faillite inhérent à l’initiative privée est la meilleure garantie d’un investissement et qu’un service soient opérées sérieusement.En France, j’observe tous les jours des services qui devraient relever de l’initiative privée mais qui sont mal rendus et à grand frais par des machins publics. Au final, l’Etat ne rend plus trés bien non plus les missions essentielles qui assurent la pérennité et l’avenir de la nation.


      • slybibi (---.---.86.91) 27 février 2007 08:13

        Il ne faut pas oublier que depuis 2004 les collectivités locales ont le droit de devenir opérateur de communications electronique et que cette loi a justement pour but de développer l’accès au haut-débit de quelque manière que ce soit. Je ne vois donc rien de choquant dans cette initiative. Espérons juste qu’ils reviennent sur terre et qu’ils soient bien conseillés pour débrider leurs hotspots .... Cordialement,


      • (---.---.37.71) 26 février 2007 12:57

        Il est anormal que la mairie de Paris fasse de la concurence déloyale aux entreprises du privé avec de l’argent public. J’espére qu’elles vont porter plainte et obtenir des dommage et interet, ainsi que la supression de cette activité marchande interdite à la municipalité.


        • Nicolas Gosset 26 février 2007 13:01

          Lol, si a chaque fois qu’une administration public ou un organisme d’état prend une initiative il ne doit pas faire concurrence au privé on va bien rigoler...

           smiley


        • (---.---.138.115) 26 février 2007 18:24

          « Il est anormal que la mairie de Paris fasse de la concurence déloyale aux entreprises du privé avec de l’argent public. »

          Faudra t’il fermer les bibliothèques pour ne pas faire de concurence aux librairies. Ou encore limiter la lecture des livres dans l’enceinte de la bibliothèque, pendant les heures d’ouverture uniquement ... smiley


        • Helios (---.---.188.79) 26 février 2007 18:28

          La secu fait une concurrence déloyale aux assurances, la police aux entreprises privées de sécurité, l’education nationale aux ecoles privéesnb etc...

          belle mentalité ça ! Encore un qui a voté OUI a la constitution européenne. Hé, mec, quand t’auras un cancer, que tu ne bosseras plus et que tu ne pourras plus payer ton medecin, tu te souviendras, avant de crever, que les entreprises privées n’ont pas eu de concurrence déloyale !


        • boboland (---.---.163.23) 26 février 2007 13:00

          http://www.canardwifi.com/index.php?2007/02/19/1713-los-angeles-sera-sans-fil

          Cette mandature est une escroquerie moderne axée sur les coups de pub qui masquent les coups en douce, savamment décriés au début pour se démarquer des soi-disantes vieilles pratiques chiraquiennes (le fameux audit qui a fait la fortune de son prestataire de service), puis discrètement classés sans suite après (à casserole, casserole et demie).

          Les exemples d’erreurs, de gabegies et d’incompétences coûteuses, en opposition avec les intentions annoncées et servilement reprises dans la presse sans vérification, s’accumulent.

          Le dernier en date : la remise en pavés (même les voitures n’en veulent pas, alors les circulations « douces » vous pensez !) pour les piétons et les cyclistes d’un « réseau vert » complètement détourné de son objet utilitaire, sauf pour les entreprises de construction qui auront récolté les fonds.

          Les contrats publics sont impunément livrés aux petits copains du CAC40, l’amnistie n’a servi à rien d’autre qu’à optimiser et rendre plus opaque encore les circuits de la corruption politico-financière.

          Y’aura-t-il enfin un candidat de la vraie transparence qui lavera plus blanc que blanc ?


          • Tiflopin (---.---.36.123) 26 février 2007 13:05

            Prendre McDo comme exemple, ça me fait rigoler bien jaune. Surtout comme modèle de partage des connaissances et de la culture ! Tu aurais pu trouver mieux, car pour appuyer tes propos, tu prends une des entreprises que je considère des moins éthiques du monde. Il suffit de regarder l’uniformisation de la nourriture et de la manière de manger qu’ils proposent.

            Toujours est-il que du WiFi dans divers administrations et dans quelques parcs, ça ne fait pas un gros budget. Les gros travaux du WiMax ne me semblent pas compromis. En plus ton point de vu est consumériste car il implique d’attendre que tout le monde achète la nouvelle carte WiMax, ou que tout le monde se dise « Oh, mon ordinateur est dépassé, je n’ai pas le WiMax pour surfer dans les parcs, je vais en racheter un autre ... » Et hop environ 500Ko d’équivalent carbone dans la nature au prix d’une fabrication qui bafoue souvent(pour ne pas dire toujours) les droits de l’homme.

            Que la mairie se soucie des autres personnes qui vivent de l’internet me semble être une démarche raisonnable (McDo n’aurait que faire de s’embarrasser à réfléchir à ces problèmes) même si j’aimerais aussi qu’internet soit accessible gratuitement par tous.

            Tiflopin


            • ropib (---.---.27.229) 26 février 2007 14:31

              Certes. Je crois que l’auteur démontre juste le manque de mise en perspective. Il y a des projets wifi intéressants comme Ozone ou FON pour ne citer qu’eux qui ont une grande capacité d’évolution. Là c’est nada, c’est de l’internet à la sauce téléphonie mobile, c’est pas si mal mais dans quelques années quand ce sera dépassé il faudra remettre de l’argent dans de nouveaux projets.


            • (---.---.91.56) 26 février 2007 13:58

              Moi je me pose une question : et la sécurité dans tout ça ?? Il n’y a aucun contrôle d’accès ? Qu’est ce qui empêche un pirate de se connecter aux buttes chaumont, de diffuser un virus sur internet, et de rentrer tranquilement chez lui pour regarder le résultat aux infos de 20 h ?


              • telecoms (---.---.54.190) 26 février 2007 14:11

                en effet, SFR est actuellement majoritaire de neufcegetel et rachètera peut etre(?) les parts détenues par le groupe louis dreyfus ?,

                choisir d’abord SFR et son wiwfi permettrait peur etre à la mairie de paris de confier par la suite le projet du wimax à... SFR (après intégration de neuf cegetel) ?, ce qui stratégiquement n’est pas improbable et ne manquerait pas en tout cas de cohérence...


                • chuil (---.---.131.181) 3 mars 2007 22:48

                  La mairie de Paris n’aura meme pas besoin de confier le deploiement du WiMAX a SFR, cette derniere detient deja ce droit par le biais de SHD (9 CEGETEL + SFR) qui a deja obtenu la frequence WiMAX pour un deploiement sur l’ile de France et la region PACA.


                • ropib (---.---.27.229) 26 février 2007 14:26

                  Si Free lance un jour comme ils l’ont dit un abonnement gratuit avec un débit pas trop naze on peut imaginer un réseau FON derrière gratuit lui-aussi.

                  Que les politiques ne se rendent pas compte que les opérateurs type SFR ne veulent rien proposer, dans le but de freiner au maximum la remise en cause de leur modèle économique est une chose. Se brider au niveau du service rendu c’en est une autre... c’est quoi ce service publique pas très publique et encore moins serviable ?


                  • Waylandes (---.---.74.208) 26 février 2007 16:04

                    « Oui, mais en partageant une technologie qui permet de recevoir et de diffuser des connaissances, de la culture... »

                    Bin c est 3ans de prison et 300 000 euro d amende grace a notre sinistre de la culture. partager la culture et les connaissance vous avez vu la vierge non ?


                    • éclaireur (---.---.85.227) 26 février 2007 16:05

                      C’est étonnant que personne ne cite les expériences du même type à l’étranger, à San Francisco ou autre grande ville Européenne. Les gens en charge de ces dossiers se sont ils souciés d’un léger débordement du Wifi sur une sphère privée ?

                      L’initiative est bonne et d’autres villes Françaises devraient poursuivre cette initiative. Concernant le WIMAX, nous l’attendons tous mais free, seul titulaire d’une licence nationale, a mis le frein en 2007.

                      Maintenant il faut espérer que les courageux qui oseront sortir leur PC au milieu des jardins ne soient pas victimes de tentative de vol. Reste le pda ou l’ultraportable plus discret. Et puis subsiste l’éternel problème de l’autonomie.

                      Si les prix de chargeur solaire pour PC portable pouvaient baisser (600 euros pour le moment), ça pourrait en partie participer d’un confort supplémentaire. Merci de relayer cette requête.


                      • ropib (---.---.27.229) 26 février 2007 16:34

                        Je crois sincèrement que ce n’est pas la technologie qui pose problème mais le modèle. Je n’ai pas vérifié mais je doute très fort que les villes qui disent être couvertes par le wifi dans le reste du monde se limitent autant (et par la même occasion se foutent de la tronche des contribuables).


                      • Nicolas Gosset (---.---.154.46) 27 février 2007 09:37

                        On voit de plus en plus de gens sortir leur ordinateur portable dans le métro/RER ou les lieux publics...


                      • jamesdu75 jamesdu75 26 février 2007 16:37

                        Mon commentaires ne va peut être pas être trés constructif mais :

                        Pourquoi taper toujours sur ceux qui prennent des initiatives.

                        Regarder le lien a été mis plus haut, quand Gooogle veut mettre Los Angeles ou New York en Wifi intégral, tout le monde s’extasie devant cette initiative. Mais quand la france prend l’initiative c’est forcement mauvais. Le fait que l’accés soit fermé n’est pas nouveau car Mcdo pour reprendre l’exmple ne diffuse rien quand il fermé. C’est normal d’un point de vue legal, pendant une nuit un pirate se met a porteé et pille le fichier d’autres reseau et sans que la securité en soit informé.

                        De toute façon c’est trés Français et de critiquer ce qui est nouveau. Aprés sur le fait que c’est du Wifi et Wimax, y’a déjà suffisement de personnes qui ont un reseau chez soit pour que ca créer un trou. Comme quoi avec le temps on en veut plus, il y à quelques années quand les bibliotheque ecole ect.... ont mis le net chez eux. Personne ne s’est plein que le RNIS existait alors qu’eux était en RTC.


                        • (---.---.91.56) 26 février 2007 16:51

                          D’accord avec vous pour les critiques à 2 vitesses ; par contre, je vois pas ce qui empêche un pirate de profiter de la connection de mcdo (ou de la ville de Paris) en pleine journée pour effectuer ses méfaits...


                        • ropib (---.---.27.229) 26 février 2007 16:58

                          C’est peut-être très français aussi de faire du foin au sujet d’un truc qui sera un quart utile. Voilà, à Paris on invente le wifi intégral pas intégral, je trouve ça fort.

                          C’est comme SFR qui m’envoie un courrier en me disant que le tribunal qui les a déclaré coupable d’entente illégale pour me faire payer plus cher (lettre envoyée avec l’argent que je leur donne) n’est qu’un méchant. Ben moi je critique, si. Et même je me critique de ne pas m’être porté partie civile, et je me critique aussi de ne pas les attaquer pour ce courrier qui est une véritable insulte.


                        • gem gem 26 février 2007 17:14

                          1. Pourquoi ne pas attendre le WiMax ?

                          Parce qu’à force d’attendre on ne fait jamais rien ! Il y a toujours un autre truc mieux qui arrive derrière et qu’on pourrait attendre ...

                          2. Pourquoi brider les bornes WiFi ?

                          Parce que le français est un râleur jaloux, et que si les voisins des buttes Chaumont ont de facto un accès WiFi gratuit, la mairie sera soumis à une pression intenable pour donner le même avantage à tout le monde.

                          Parce qu’il est plus facile d’ouvrir lentement un robinet que de le refermer quand on l’a ouvert trop largement au départ. Or couvrir seulement les parcs et lieux public implique un trafic raisonnablement faible, alors que si les bornes couvrent des zones résidentielles parisiennes (à raison de plus de 20 000 hab/km²), elles risquent un bel embouteillage...

                          Parce qu’on ne rase pas gratis, et que d’une façon ou d’une autre (taxe d’habitation, taxe de séjour) il faudra bien le payé, l’abonnement WIFI.


                          • Fred (---.---.26.108) 26 février 2007 18:01

                            Tout à fait d’accord ! Et l’article illustre bien ça. Des acces WiFi gratuits sont mis à la disposition des gens allant bosser en bibliotheque (ce qui permet quand même de profiter des bouquins, des infos sur le net, de pouvoir dialoguer avec ses contactes...) et la premiere reaction est de demander pourquoi, quand on reside à coté, on ne peut pas profiter de l’aubaine... C’est allucinant. smiley


                          • Nicolas Gosset (---.---.154.46) 27 février 2007 09:39

                            Justement, si il faut payé pour avoir un accès WiFi à Paris, autant en avoir pour son argent, c’est à dire un accès non bridé géographiquement et ouvert 24/24


                          • Helios (---.---.188.79) 26 février 2007 18:57

                            A ceux qui se posent des questions sur des exemples de Wifi municipaux... Il existe ici, au Chili, plusieurs projets en phase de définition et/ou de tests pour couvrir une cité d’un service WiFi 54g gratuit ! (Puerto Mont et Salamanca) Cela permet deux choses importantes :

                            — - éviter les infrastructures materielles lourdes (cablages, routeurs, etc.. donc ceci est excellent pour les pays dont la « boucle locale » est faiblement développée et hautement degroupée....)

                            — - éviter le monopole de la ligne téléphonique fixe obligatoire, donc un abonnement supplementaire dans les familles. (Ceci est paradoxalement, mais objectivement, encouragé par les sociétés de téléphonie qui préfèrent vendre des forfaits portables aux coûts de communications exhorbitants plutôt que des lignes fixes, onéreuses en entretien et de faibles rentabilités)

                            La gratuité et la liberté d’accés n’est pas tout a fait complete. Les modalités de la gratuité sont associées a la residence, à la « taxe d’habitation » qui s’appelle ici « contribucion » et se pratique sur des valeurs techniques de bases, comme le débit (256kbps pour Puerto Montt)et (probablement) la volumetrie genre 3Go/mois. La liberté d’accés est bien limitée en ce sens que l’utilisateur reçoit un user/password associé a une clé Wep ou Wpa. Les logs permettent ainsi de responsabiliser l’utilisateur au même titre qu’une connexion adsl fixe.

                            Le wimax est a l’étude également dans le sud du pays.

                            Rien ne nous empecherait, en France, d’« illuminer » une ville d’un reseau complet WiFi, Wimax ou quoi que ce soit, sans fil sans rencontrer de problèmes techniques ni légaux, sans pour autant empieter sur la sphère de l’entreprise privée. Par exemple, on pourrait limiter la vitesse et la volumetrie à des valeurs de « service public » laissant les performances a des services privés et payants... comme le font « la poste » et « chronopost ».

                            Pour ceux qui lisent l’espagnol :

                            http://www.diariollanquihue.cl/prontus4_nots/antialone.html?page=http://www.diariollanquihue.cl/prontus4_nots/site/artic/20050714/pags/20050 714224233.html

                            http://www.atinachile.cl/node/16373


                            • lucrezia (---.---.150.51) 27 février 2007 10:37

                              Si Delanoe, croit que les Parisiens ne vont pas le virer aux prochaines élections municipales, grâce à 400 bornes WIFI, il se fourre le doigt dans l’oeil !


                              • (---.---.107.65) 27 février 2007 11:11

                                C’est quoi l’intérêt d’aller dans un parc si c’est pour s’enfermer sur son petit ordi et jouer à des jeux en réseau entre cyborgs ?

                                Les technologies numériques, c’est bien (la preuve, je suis ici). Mais ne croyez-vous pas qu’il serait plus sage que l’action publique fasse en sorte de ne pas encourager l’intrusion de ces technologies dans notre quotidien plutôt que de toujours agir de façon à augmenter leur emprise sur nos vies (cf également le projet honteux et pitoyable de télévision pour tous sur téléphone portable dans le métro parisien...) ?

                                N’y a-t-il pas une réflexion à mener là-dessus, quand on connaît l’addictivité (bien éprouvée hélas) des technologies internet (forums, chat, jeux en réseau...) ? Les Français (et en général, l’humanité) ont-ils besoin de plus communiquer « virtuellement » (via internet) ou bien « réellement » avec leurs voisins immédiats (par exemple dans le métro, dans les parcs,...) ? Faut-il encourager l’hyperconnectibilité numérique à outrance ou plus simplement la convivialité (le « vivre ensemble ») ?

                                J’ai l’impression que l’on encourage le progrès pour le progrès, sans se rendre compte que ce n’est pas de cela dont on a besoin.

                                Pourquoi cette réflexion (avons-nous besoin de tout ça ?) est-elle systématiquement esquivée ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à sortir de ce système de société de consommation ?


                                • Béné (---.---.110.3) 27 février 2007 17:57

                                  Déjà, cet « article » fait plusieurs erreurs factuelles : par exemple, SFR n’est pas actionnaire de Neuf Cegetel, c’est le contraire ! Le groupe Neuf Cegetel (fusion de 9 Télécom de R.Louis-Dreyfus l’ex-patron de l’OM et de Cegetel liée à Vivendi l’ex-boss du PSG smiley) est l’actionnaire majo de SFR, avec l’anglais Vodafone.

                                  Passons. Une municipalité, comme tout autre collectivité locale en France (intercommunalité, département, région...), n’a tout simplement PAS LE DROIT DE CREER UNE COUVERTURE WIFI de toute une Ville ! C’est la loi, rien que la loi. Elle doit se limiter aux espaces municipaux ou assimilés. Et 400 bornes, c’est déjà beaucoup, ca fera, de loin, de Paris la ville la mieux couverte de toute l’Europe dès l’été 2007 (alors que San Francisco qui a annoncé sa couverture en 2004 n’a rien vu venir et qu’elle veut le faire avec les géants type Google etc). D’après ce que j’ai lu à plusieurs sites et médias pointus, ils mettront évidemment des systèmes permettant l’usage en toute sécurité. C’est d’ailleurs l’une des raisons du coût annuel de 500.000 euros.

                                  Rien n’empêche le déploiement futur du wimax, qui arrivera ensuite et dont l’usage est réservé (2 licences sur la Région Ile de France et la licence nationale Free), mais très peu de gens aujourd’hui ont du matériel compatible avec le wimax, alors que le wifi est déjà assez répandu. Le wimax n’est pas utilisable actuellement par le grand public. Tout comme arrivera plus tard les nouvelles versions et normes permettant l’usage mobile (et pas seulement nomade) du wifi ou du wimax.

                                  Ce n’est pas parce que l’on en pas avoir tout de suite, que l’on ne doit rien avoir dès 2007 !!! Delanoë a il me semble bien annoncé ce programme durant le 1er semestre 2006 (avec aussi le très haut-débit par fubre optique dans les immeubles en 2006, et ca commence, on ne va pas s’en plaindre !) et a mlancé ses appels d’offre : plueisurs prestataires ont concourru, SFR a gagné voilà tout, mais ca auarit pu être Orange ou Free. Au passage, si des élus de droite UMP et UDF de Paris s’étaient un MINIMUM occupé du web avant 2001 (je me souviens de site de leur mairie avant, sous l’URL super sexy « www.paris-france.org » : minable, laid, ni réactif ni intuitif, très peu mis à jour et sans aucune téléprocédure, bref une vitrine froide et sans contenu. ca ca a bien changé je crois), la ville serait + en pointe et sans ces retards. Tout Paris est déjà couverte par le haut-débit ADSL, demandez à vos potes c’est pas le cas dans toutes les moyennes et grandes villes. San Francisco, jugée à la pointe du hi-tech, n’a pas du tout sa couverture wifi, même s’ils essaient, c’est loin d’être réglé.

                                  Rendez-vous au moment de la mise en place, et en marche, effective des bornes, jhe sui spur certain que parisiens, franciliens et touristes y trouveront leur compte !

                                  Ensuite si Paris respecte strictement la loi, c’est après avoir consulté l’ARCEP (autorité qui délivre les autorisations pour ce genre d’ondes et réseaux) et ils vont je crois au maximum de ce que la loi autorise, voilà tout.

                                  Quandd ils ont annoncé ces 400 points wi-fi gratuits, ils ont tjrs dit que ce serait DANS les lieux que la Ville gère, là où ils ont le droit. Donc qd ce lieux seront ouverts ! Par définition, si les pelouses des Invalides, le jardin des halles ou le parvis de hotel de ville (2 endroits centraux) sont couverts par leurs bornes, comme c’est ouvert aux 4 vents ca marchera 24h/24...

                                  Donc ici, rien ni personne n’est bridé volontairement, va se créer une offre très nouvelle, un service utile, unique et gratuit, avec certes des contraintes : celles de la loi.

                                  Dans une ville qui s’est tristement illustrée des décennies en ne respectant PAS la loi comme la justice l’a déjà montré (fuax électeurs, emplois fictifs, marchés truqués...), c’est quand même vital !

                                  Béné


                                  • Béné (---.---.110.3) 28 février 2007 10:39

                                    La France est soumise à un Code de la Concurrence très explicite, qui s’applique notamment aux collectivités territoriales, donc à la mairie de Paris.

                                    Si le Mac Do (peu suceptible d’être soucieux du bien public, à commencer par la santé des jeunes vu la « qualité » de ses produits à haute dose...) de Tolbiac laisse vraiment son signale partir dans la rue cela n’est PAS volontaire et c’est que son hotspot est mal réglé car normalement Mac Do fait très attention de ne donner l’accès à son wifi qu’à ses clients -donc ILS PAIENT pour chaque utilisation- (souvent dans l’arrière salle de son restaurant) justement pour éviter que des « non clients » s’amusent à disposer du wifi gratos.


                                  • (---.---.110.3) 27 février 2007 18:20

                                    c’est exact : si une ville ou une région couvrait une zone dense avec de solides infrastructures, ce serait de la concurrence totalement illégale et elle serait condamnée de suite. Son réseau devrait même être détruit. bonjour le gâchis ! un avocat.


                                    • Dryss (---.---.52.140) 3 mars 2007 16:08

                                      Au final, je pense qu’on peut dire que cet article n’est que un récit d’inepties d’après les commentaires que j’ai lu ... Le WiMax, c’est bien mais je pense qu’il faudrait attendre au moins 2012 avant de l’avoir

                                      La mairie n’a pas le droit de mettre le wifi hors des établissements municipaux d’après la loi. Le McDo, normalement, ne laisse pas son wifi dépasser l’enceinte de l’établissement donc les 3 arguments sur lesquels s’appuient l’auteur sont faux(pas complètement pour le WiMax mais bon...)

                                      Mais même sans cela, on dirait que l’auteur n’est pas parti avec une objectivité totale car, si l’on est aussi critique que lui, car ce sont effectivement des points de détail(oh ! mince, je vais CARREMENT devoir faire 20m et entrer dans la bibliothèque pour avoir le wifi ; c’est honteux !!), le mieux est de ne rien faire car l’on trouvera toujours des critiques à faire.


                                      • armand (---.---.195.67) 4 mars 2007 18:22

                                        Franchement, j’en avais déjà marre des accros du téléphone portable dans les transports, les bistrots et même les restos, alors ajouter l’ordi c’est vraiment le pompon. Et puis surfer en mangeant, n’importe quel nutritionniste vous le dit, c’est mauvais pour la digestion.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès