Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Le Mirail bloqué, l’Arsenal vote la grève

Le Mirail bloqué, l’Arsenal vote la grève

L’université toulousaine du Mirail a été ces dernières années une des facultés les plus vite et les plus fréquemment bloquées. La mobilisation contre la loi Pécresse n’a pas fait exception. Pourtant l’UT1 dite de "l’Arsenal", plus discrète, tenait ce mardi 13 novembre sa troisième assemblée générale. 350 étudiants se sont réunis de 12h30 à 14h10 pour discuter de la loi sur la réforme de l’université de sciences sociales et de droit, et soumettre au vote la reconnaissance ou par l’AG de la grève contre cette réforme.

A l’entrée de la faculté, des vigiles privés contrôlaient les cartes d’identité des étudiants qui se présentaient, refusant les étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques dont les locaux se trouvent pourtant de l’autre côté de la rue, et de l’Institut Universitaire de Technologie, et qui tous deux dépendent de l’université des sciences sociales. Habillé en costume-cravate et m’étant présenté par une entrée secondaire, les vigiles n’ont même pas jugé nécessaire de vérifier mon appartenance à l’université ou mon identité.

Dans une atmosphère relativement sereine, et très au-dessus des standards de respect généralement observés dans les AG de facultés de Lettres ou de personnels administratifs, s’est déroulé un débat contradictoire entre partisans de la grève et leurs opposants.

Les questions et interventions avaient un air de « déjà-vu » pour qui a assisté aux mobilisations anti-CPE. Peu de remise en cause du mouvement contre la loi LRU sur le fond, mais beaucoup de questions sur la légitimité de l’AG, ou de la signification de son vote. Il fut dit que les AG étaient trop peu représentatives en nombre, 350 personnes étant présentes sur les 17 000 étudiants. A quoi il fut répondu que tous pouvaient venir faire entendre leur voix et leur vote et que la petitesse, réelle, de l’amphi limitait les capacités d’accueil. Par ailleurs, le Bureau clamait sa bonne foi en expliquant que les AG précédentes n’avaient pas abouti à un vote de la grève, justement pour cette volonté de légitimité. Le classique « essayons la LRU et voyons » n’a pas convaincu l’assemblée, il est vrai majoritairement opposée à la loi Pécresse. Le débat a raté la question de savoir ce que l’orientation de l’université vers l’entreprise, voire même une privatisation partielle, pourrait apporter aux étudiants, et quels étaient les vrais inconvénients de cette réforme. Faute d’avoir assumé l’orientation libérale du texte, les antigrévistes, hors sujet, n’ont rien apporté au débat alors qu’ils n’auraient pas manqué d’arguments.

Notons néanmoins que le blocage ou non de la faculté n’étant pas à l’ordre du jour, c’est une AG apaisée qui a été menée à terme, et que les radicaux des deux camps se tournaient plus en ridicule qu’autre chose. Deux étudiantes portant le foulard rouge d’un BDE se demandaient même à quoi servait cette mobilisation puisque les locaux n’étaient pas occupés. A la sortie de l’amphi, elles n’en animaient pas moins une table d’antigrévistes en détournant des chansons populaires. L’enjeu comptait plus que le jeu, et l’enjeu étant moindre, les passions et l’affluence étaient retombées. Une fois la grève validée (majorité écrasante pour la grève, une petite dizaine contre, votes "abstentions" et "ne participe pas au vote" marginaux), c’est un amphi nettement vidé qui a débattu des mandats à accorder aux représentants près la coordination nationale et des prérogatives du "comité de grève" en charge des actions.

Les deux représentantes choisies pour la coordination sont toutes les deux syndiquées. Je me tournai alors vers mes voisins :
- Vous avez besoin des syndicats pour vous représenter ?
- Il n’y a qu’eux qui se sont présentés de toute façon.
- Et pourquoi pas toi, ou ta voisine ?
- Nous on ne peut pas. On a trop de travail, et puis ça coûterait trop cher d’aller à Tours.

Retour à la réalité. Quelle marge y a-t-il en France pour une représentation hors des partis ou des syndicats établis ? Combien de portes restent-elles fermées si on n’a pas le sésame politique qui débloque les fonds ?

Les participants des deux bords ne réalisent pas que les AG spontanées peuvent être le point de départ de la réappropriation durable de la réflexion et l’expression politique. Les universités se bloquent et se libèrent de la même façon : le mot d’ordre est d’oublier le fond et de mobiliser le plus intensément possible. Bizarrement ce sont précisément ces AG qui "ne servent à rien" qui sont en réalité les plus fécondes, parce qu’on a l’occasion de ne pas parler de la grève (ou non) ou du (dé)blocage, mais du sujet du débat.

L’AG est trop souvent l’affrontement de deux blocs préconstitués et au jeu de la mobilisation, l’intérêt des étudiants passe au second rang. Il ne reste que deux plus-values démocratiques : parfois quelques masques tombent et le cynisme des leaders se dévoile. Parfois quelques rencontres se font et des associations naissent, loin de l’UNI et de l’UNEF...

Crédit Image : Eric Cabanis AFP/Archives ¦ Plus d’un millier d’étudiants de l’université Toulouse-Le Mirail manifestent dans les rues de Toulouse, le 8 novembre 2007.
Source  : 20minutes.fr

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Johan Johan 14 novembre 2007 14:18

    @ Demain,

    Mais bien sûr... smiley


  • tvargentine.com lerma 14 novembre 2007 14:56

    Encore une fois,il faut que les étudiants non grévistes se battent en obtenant la fin des blogages des universités par des ultra et minoritaires qui entendent imposer leurs idées réactionnaires et anti-républicaines de la liberté.

    Les troskistes de la LCR font tout pour installer un climat de haine ,mais cela ne fonctionne pas (NANTERRE)

    Les jeunes prennent consciences qu’ils ne sont plus manipulables et que le gouvernement fait un vrai et bon travail pour la jeunesse

    L’instrumentalisation sectaire des gauchistes n’amenera rien de bon si le PS cherche à courir après l’extreme gauche


    • TrégoDan 14 novembre 2007 16:56

      C est fou quand même de taper sur les militants de gauche en les qualifiant d extrêmes et en déniant leur utilité pour lancer un mouvement socila que d autres comme toi entre autres sont incapables d initier. Alors je dis merci a la LCR puisque le PS est soluble dans le libéralisme absolu, bien que je préfererai que ce soit des partis autrefois estampillés à gauche qui fassent ce boulot. Fait attention en tenant un tel discours tu risques aussi d accréditer la thèse selon laquelle le combat est perdu et qu il ne faut pas suivre ceux qui osent y aller.


    • Bouli Bouli 14 novembre 2007 17:23

      Et puis qui installe un « climant de haine » ? Les étudiants non grévistes de Nanterre ont chanté la Marseillaise et encouragé les CRS aux cris de « Allez les bleus » et ils ont applaudi quand les casqués ont chargé et matraqué les étudiants grévistes ! Ils ont applaudi ce déchaînement de violence, ils ont crié leur joie quand les coups se sont mis à pleuvoir !! Mais où va-t-on ?

      Qui se complaît dans la haine, alors ?


    • Fred 15 novembre 2007 10:39

      « Et puis qui installe un »climant de haine«  ? Les étudiants non grévistes de Nanterre ont chanté la Marseillaise et encouragé les CRS aux cris de »Allez les bleus" et ils ont applaudi quand les casqués ont chargé et matraqué les étudiants grévistes ! Ils ont applaudi ce déchaînement de violence, ils ont crié leur joie quand les coups se sont mis à pleuvoir !! Mais où va-t-on ?

      Qui se complaît dans la haine, alors ?"

      c’est triste d’en arriver là, c’est clair. Ce qui est dommage aussi est le fait que les étudiants qui bloquent les facs ne réalisent pas qu’ils sont dans l’illégalité et que c’est donc punissable par la loi. Ils ont le droit d’exprimer leur mécontentement mais ils doivent respecter les lois.


    • judel.66 14 novembre 2007 21:57

      bouli.... bien sur , l’intervention des crs n’a pas été une bonne chose mais , pouvait on laisser une poignée de gauchistes , pseudo littéraires ,futurs ratés , futurs chomeurs , empécher des etudiants sérieux de suivre leurs cours ....

      bien sur lorsque les facs seront autonomes ce ne seront pas les facs de lettres qui seront sponsorisées par des entreprisesqui n’ont rien a faire de bons a rien prétentieux se présentant avec des maitrises totalement creuses et inutilisables d’emblée ....


      • snoopy86 14 novembre 2007 22:42

        350 étudiants sur 17000

        tout est dit...


        • Johan Johan 15 novembre 2007 02:04

          @ Snoopy

          Pas tout. Après tout l’amphi était effectivement bondé, personne n’a été refoulé, les cours et TD continuaient, il n’était pas question d’un blocage...

          Le vote de la grève n’a en effet aucun impact, sinon symbolique. C’est simplement la reconnaissance par une AG où chacun peut se faire entendre et où son vote vaut celui de n’importe qui d’autre.

          C’est justement ces AG apaisées par le manque d’enjeu qui sont potentiellement les plus constructives.

          Même si on peut discuter de la cause choisie, c’est déjà se réapproprier l’expression politique hors des appareils.


        • manusan 15 novembre 2007 06:12

          imaginez la scène en mai-juin, 350 en amphi et 16650 à bronzer sur les pelouses.


        • grangeoisi 14 novembre 2007 23:35

          Ces salauds de grévistes voulaient empêcher les CRS de venir faire le stage universitaire d’application au matraquage pourtant prévu dans leur formation continue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès