Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Le service citoyen volontaire de Sarkozy

Le service citoyen volontaire de Sarkozy

Nicolas Sarkozy utilise les Hauts-de-Seine pour tester sa dernière grande idée : la constitution de groupes de "citoyens volontaires" pour aider les forces de l’ordre à assurer la sécurité publique ! Après le SAC (service d’action civique) de Charles Pasqua, il y aura désormais le SVC (service volontaire citoyen) du ministre de l’intérieur, président de l’UMP et président du Conseil général des Hauts-de-Seine.

La maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, suppléante de Nicolas Sarkozy à l’Assemblée nationale, s’est aussitôt empressée de publier dans le magazine municipal ("Puteaux infos" d’octobre 2006, p. 59) un appel au recrutement de ces "citoyens volontaires de la police nationale". Ceux-ci seront des bénévoles recrutés "à l’issue d’un entretien et d’une enquête administrative". Ils pourront participer "à des actions de soutien et de renforcement de l’autorité parentale, d’accueil et de suivi des victimes, de prévention, de médiation et d’explication de la loi dans le cadre de structures scolaires". Les postulants sont invités à retirer un dossier d’inscription au commissariat de Puteaux.

Je vous propose de surveiller très attentivement la mise en place de cette mesure à mon avis dangereuse pour plusieurs raisons.

Pourquoi, premièrement, faire appel à des "bénévoles" pour assurer la sécurité publique ? L’Etat n’a-t-il plus les moyens de le faire ? Il y a déjà la police et la gendarmerie, mais aussi les polices municipales, les adjoints de sécurité, les médiateurs, etc. Pourquoi ce nouveau statut ?

Sur quels critères seront recrutés ces bénévoles ? Qui décidera de leur intégration ou de leur non-intégration ? Qui contrôlera ce recrutement, ainsi que l’exécution des missions de ces "volontaires" ? Qui fera le bilan de cette expérimentation ? Le ministre de l’intérieur lui-même ?

A quelles informations auront accès ces "bénévoles" qui - parce que simples "citoyens volontaires"- ne seront soumis - contrairement aux fonctionnaires - à aucune obligation de réserve ou de confidentialité : la CNIL a déjà repéré le danger en voulant s’assurer que "les personnes agréées pour le service volontaire citoyen de la police nationale n’accéderont pas, dans le cadre de leurs fonctions, aux traitements, automatisés ou non, de données à caractère personnel de la police nationale". Autrement dit, comme s’assurer que ces "volontaires" n’auront pas accès aux données personnelles : adresses, fichier des immatriculations, casier judiciaire...

Quels moyens humains ont été prévus pour la mise en place de cette mesure ? Les "volontaires" seront-ils systématiquement et en permanence encadrés par des policiers ? On nous dit que ces "volontaires" recevront une "information" avant leur première mission, portant "sur le cadre institutionnel, partenarial et juridique de l’action policière". Avant chaque mission, le "volontaire" recevra aussi une "information opérationnelle" sur "les objectifs attendus et les méthodes". Qui dispensera ces "informations" ? Des policiers ? Cela veut-il dire que des gardiens de la paix passeront leur temps à assurer des formations, au lieu d’accomplir leurs missions normales ?

Un véritable temps de "formation", de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois, ne serait-il pas plutôt nécessaire pour remplir des missions complexes, qui demanderont des connaissances légales pointues et des capacités psychologiques importantes, puisqu’elles concerneront -nous dit-on- l’"autorité parentale", le "soutien des victimes" ou bien encore "l’explication de la loi" aux jeunes ?

Face à l’échec de ses méthodes au ministère de l’intérieur, Nicolas Sarkozy met en place dans les Hauts-de-Seine, et donc à Puteaux, des mesures qui par leur impréparation, leur démagogie et l’absence de moyens dégagés, risquent de provoquer plus de problèmes que d’en régler. Dans une ville comme Puteaux, je vois bien le danger de la création d’un tel groupe de "citoyens volontaires" qui pourrait rapidement se transformer en "milice privée". Imaginez le profil des gens qui vont se proposer !
Plus que jamais, la surveillance citoyenne est effectivement nécessaire, mais pour s’opposer à cette politique de "rupture" qui est en réalité une politique de "démolition" des principes démocratiques et républicains.


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (142 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • (---.---.19.11) 6 novembre 2006 13:07

    Entierrement d’accords , rien que aprés la lecture de quelques lignes, le terme de « milice » m’est tout de suite venu à l’esprit (terme repris à la fin de l’article).

    Pour avoir la vrai recette de la future dictature Sarko 1er : ajoutons à cela quelques pincées d’encouragement à la délation , une autre petite louche de lois liberticides (officiellement on invoquera la lutte antiterroriste) , une autre cuillérée de controle des médias supoudré d’un projet de controle de l’internet (celui de RDDV sur l’information par exemple).

    Bon appétit tout le monde smiley


    • gwen (---.---.181.24) 24 mars 2007 21:08

      bonjour à tous,

      Je tenais à réagir par rapport à vos commentaires que je trouve un peu crus pour des personnes qui ne connaissent pas réellement le fonctionnement du citoyen volontaire. Moi même je suis citoyenne volontaire dans un commissariat, je veux donc vous expliquer en quoi consiste nos missions. En fait, nous sommes chargés de régler des conflits de voisinnage ou litiges familiaux qui peuvent nous ammener à faire différentes choses comme des placements sous tutelle par exemple. Je trouve que le bénévolat est une façon de permettre aux citoyens qui ont l’envie d’aider leurs concitoyens, de le faire. Bien sûr, il est évident que n’importe qui ne peut exercer cette fonction c’est pourquoi il y a une selection faite à partir des casiers judiciaires à la fois des personnes volontaires et de leur famille proche. Nous avons également subi une sorte d’entretien d’embauche à la suite duquel nous avons eu une formation faite par un commandant reserviste. Personnellement, je suis étudiante en droit et en plus de faire ce qui me tient à coeur (aider du mieux que je peux mes concitoyens) cela me permet d’acquérir une connaissance plus pratique du droit pénal. De plus, contrairement à ce qui a été dit dans l’article nous sommes soumis au secret professionnel ; en fait nous sommes soumis aux mêmes obligations que les resservistes mais nous avons moins de droits. Voilà j’espère avoir répondu à certaines questions que vous pouviez vous poser tout en ayant remis les pendules à l’heure. Je trouve en effet dommage de souiller ainsi les efforts faits par des volontaires bénévoles qui donnent de leur temps libres pour régler des affaires, si minimes soient elles, pour la paix du voisinnage et des ménages. Sur ce je vous souhaite une bonne journée et vous encourage à mieux vous renseigner avant de prendre pour acquis tout ce qu’on vous dit dans un article, qui même s’il comporte des informations exactes, n’est ni complet ni totalement juste. Peut être l’auteur aurait dû prendre soin de justifier son article par des témoignages par exemple, c’est chose faite vous avez le mien désormais.

      Gwenaëlle, citoyenne volontaire


    • christophe93 30 juillet 2007 23:24

      Après lecture de votre activité au commissariat, vous semblez faire le travail d’un APJA 21 : vous faites le constat de nuisances sonores, de troubles du voisinages, apparement vous rendez compte au ministère public via l’OPJ tc... etc... vous êtes des policiers sans le fling, sans le nom, sans les « attributions », sans l’uniforme... voila la recette pour diviser le nombre de fonctionnaires par deux : faire le travail des agents de force public par de simples citoyens. Avantage : pourquoi recruter et payer des fonctionnaires de police alors que l’on peut avoir des « bénévoles » pour faire le travail de surveillance de voies publiques.


    • christophe93 15 août 2007 20:28

      Ancien policier auxiliaire, je me permet d’ajouter mon expérience personnelle. En effet, notre mission principale était « d’aider les services actifs et/ou administratifs de la police nationale ». Aussi, nous réalisions des missions d’ilotage et de prévention de la délinquance. Malgré notre travail rigoureux dans ce domaine, notre action a été totalement innefficace. Pourquoi ? la réponse est très simple : pour que notre action soit efficace, il faut qu’elle soit suivi d’effet par l’autorité publique. Le citoyen volontaire ne pourra pas se subtituer à l’inertie des services de police (refus de faire d’eventuelles procédures car procédures non revalorisantes ou non gratifiantes pour leurs promotions) voir du laxisme du ministère public (mêmes raisons que les précédents). Je pense que les volontaires risques de voir le côté « sombre » de la police (laxisme, inertie, j’en foutisme de certains OPJ, etc.) et ce malgré leurs bonnes volontés. Ne serait-il pas plus intelligent de rendre la police au service du citoyen et non au service de nos dirigeants ? si des réformes doivent être entreprises, je pense qu’un bon coup de karcher serait déjà utile au sein de la police nationale...


    • Adama La queue pensante 6 novembre 2006 13:37

      Vous êtes décidément un anti-Sakorsien hargneux et opinâtre !

      Il est vrai que de Puteaux on lorgne sur Neuilly, ça rend jaloux et fébrile.

      J’oubliai bien sûr, la délinquance est un mythe !

      Au lieu d’éructer des insanités contre sarko, engagez-vous et protégez Puteaux de la racaille...


      • Adama La queue pensante 6 novembre 2006 13:40

        opiniâtre,excuse me.


      • Savapa (---.---.110.14) 6 novembre 2006 16:21

        Moins 12 !!!!

        Voilà ce qui arive lorsque l’on pense avec sa queue...


      • Savapa (---.---.110.14) 6 novembre 2006 16:31

        Sarko est un saint !! Il vient enfin de trouver une occupation pour les retraités du baby-boom qu’on aurait pas eu la place d’entasser dans des maisons de retraite : tous dans la rue et avec une matraque, svp !!!


      • Depi Depi 6 novembre 2006 13:59

        Pourquoi pas non plus nous sortir le terme de SS ?

        Il est de bon ton de critiquer des initiatives qui sont au terme d’expérimentation. Avant de nous pondre des articles irréfléchis, où on ne sent poindre que l’antipathie envers une personne et la politique qu’il met en oeuvre, il faudrait un peu réfléchir au système politique dans lequel on vit.

        Il y a la justice, la Conseil constitutionnel, la CNIL, la Cour des comptes dans une moindre mesure, le Parlement, le Gouvernement, le Président de la République, etc. qui sont là pour s’assurer que ce qui est fait est en accord avec la loi. Si cette expérimentation est concluante, cela ne le sera que si les personnes « recrutées » sont vraiment impliquées dans ce qu’elles font et qu’elles en ont les compétences et les capacités de part leur expérience personnelle et professionnelle.

        Il faut arrêter de voir le mal partout, et de brandir les lois liberticides et la dictature à tout va.


        • simplet simplet 6 novembre 2006 14:11

          quand elles seront bien impliquées comme il faut on pourra leur filer une arme...chouette

          nan c’est sans doute « la solution » au problème de l’insécurité et je ne comprend pas qu’on est pas pensé à former des milices privées plutôt...


        • Depi Depi 6 novembre 2006 14:23

          Quelle pertinence.

          Si on suit votre raisonnement. Pourquoi continuer à promulguer des lois puisque, si c’était vraiment pertinent et utile, on y aurait déjà pensé pardi !

          Quel raisonnement implacable, nous n’avons qu’à tous nous rhabiller car nous ne pouvons avoir de meilleures idées que ce qui a déjà été fait par le passé. Nous ne sommes que de pâles copies, peut-être reprenez vous par là l’idéosphère de Platon à demi-mot ?

          Toutefois pour répondre « à mon avis » à votre troll, je dirais que les milices privées sont justement privées cela ne correspond donc pas au « SVC ». De plus, le port d’arme es très réglementé en France, tout comme l’utilisation d’une arme à feu par les forces de l’ordre.

          Mais voyons vraiment en quoi ça consiste :

          "Ce service volontaire citoyen de la Police Nationale adonc été institué, sans qu’il s’agisse pour autant de créer une nouvelle force de sécurité intérieure à côté de la Police Nationale ou des Polices Municipales ou encore de concurrencer l’activité des entreprises de sécurité privées.

          En quoi ça consiste ?

          Ce service volontaire citoyen est une structure ouverte à tous les citoyens français et à tous les ressortissants d’un Etat membre de l’Union Européenne, volontaires, âgés au moins de 17 ans au jour de la signature de l’engagement, issus de la société civile, en activité ou non et remplissant des conditions d’aptitude correspondanyt aux missions du service volontaire citoyen.

          L’accès au service volontaire citoyen est soumis à un agrément préfectoral qui peut être suspendu en cas d’urgence ou de nécessité tenant à l’ordre public et qui peut être retiré lorsque son titulaire cesse de remplir les conditions d’aptitude ou que le besoin qui a nécessité que son recrutement cesse.

          L’engagement contractuel est de un à cinq ans renouvelable par tacite reconduction. En contrepartie de son engagement, lors de lm’exécution des missions qui lui sont confiées, son titulaire est considéré comme collaborateur occasionnel du service public. L’engagement peut être rompu à l’initiative soit de l’intéressé, soit de l’administration.

          Quelles sont les Missions confiées ?

          Elles ne sauraient comporter l’emploi de prérogatives de puissance publique, judiciaires ou administratives. Ces missions seront centrées sur le domaine de la prévention (par exemple dans le cadre des structures scolaires), de la médiation sociale et de la sensibilisation au respect de la loi (par exemple dans les initiatives de soutien et de reforcement de l’autorité parentale), de la solidarité (par exemple à l’accasion de l’aide et l’appui aux victimes, en complément de l’intervention des travailleurs sociaux et des psychologues). Elles pourraient aller jusqu’à recueillir les doléances des habitants en matière de sécurité afin d’enrichir la réponse publique et renforcer le lien entre Nation et Police Nationale.

          Quelles formalités ?

          Le volontaire citoyen sert sur tout le ressort territorial de la Direction départementale de la sécurité publique dans laquelle il a signé son engagement. Il est tenu de respecter le code de déontologie de la police nationale et doit se conformer à toutes les prescriptions ministérielles, règlements et consignes en vigueur dans la police nationale. Les volontaires citoyens sont vêtus d’un blouson et d’un insigne distinctif permettant leur identification immédiate, d’un titre de reconnaissance officiel attestant de leurs compétences et d’un document fixant l’étendue de leur mission.

          Afin d’équilibrer le retour en sécurité intérieure et les coûts de gestion et d’encadrement opérationnel, un nombre minimal d’heures ou de journées d’engagement peut être fixé en fonction des missions et des besoins. Bénévole, cette participation au service volontaire citoyen n’en comporte pas moins la possibilité de défraiement des frais engagés à l’occasion de l’exercice du service (repas, transport). Elle doit également assurer aux volontaires et à leurs ayants droit la continuité des prestations sociales dont ils jouissent en dehors du service."


        • Anthony Meilland Anthony Meilland 6 novembre 2006 14:25

          Ouverture du marché de la sécurité !

          Chouette, je cours m’acheter un flingue, et je me lance !

          Pour ceux qui ont un peu peur, évitez les rues de Grasse ce soir smiley


        • pipotron (---.---.46.219) 6 novembre 2006 15:14

          « Il y a la justice, la Conseil constitutionnel, la CNIL, la Cour des comptes dans une moindre mesure, le Parlement, le Gouvernement, le Président de la République, etc. qui sont là pour s’assurer que ce qui est fait est en accord avec la loi. »

          La justice est débordé et peut mettre deux bonnes années à régler une affaire de base. La CNIL, ils ne sont à peine qu’une vingtaine (et je crois que je compte large), vu le nombre de base de données qui se crée par mois, et vu le nombre de cas qui requiert leur « jugement » ça n’est franchement pas assez. Pour en être certain, il suffit de voir l’affaire vitale 2, ou comment diffuser une carte soit disant sure, qui utilise un algo de chiffrage cracké depuis 10 ans. La cour des comptes n’a pour seul pouvoir que de faire des rapports (aucune sanction) Je n’irais pas plus loin dans la critique des institutions (président parlement, gouvernement, et conseils) car ce ne serait pas très constructifs. Bref tout ça pour dire qu’avoir une confiance aveugle dans les institutions me paraît être une douce folie. Donc au delà de l’anti-beepsisme du rédacteur, il me semble intéressant et du rôle du citoyen de souligner les dérives possibles , qui grâce à notre vigilance resteront dans l’ordre du possibles smiley


        • Depi Depi 6 novembre 2006 15:26

          Les institutions sont loin d’êtres parfaites, mais il me semble que la France tourne quand même un peu et ça pourrait être pire.

          Des dérives sont toujours possibles mais il y a de nombreux moyens d’y remédier ou tout simplement de les dénoncer. Je n’ai jamais indiqué qu’il fallait faire une confiance aveugle aux institutions mais un moyen simple reste quand même le médiateur de la République et le Conseil d’Etat. Après il y a la création d’associations, le recours au média, etc, etc.

          Dénoncer une idée simplement parce que ça vient du ministère de l’intérieur, ça ressemble à de l’inquisition. Très intéressant je trouve pour les soit-disant pourfendeurs d’un certain « obscurantisme ».

          Vive la démagogie.


        • cheops (---.---.15.139) 7 novembre 2006 00:59

          Où est la différence avec les milliers de bénévoles, médiateurs, animateurs qui oeuvrent de cette façon mais A L’INITIATIVE DE LA SOCIETE CIVILE (associations) ???? Vont faire mieux les autres PARCE QUE SOUS COUVERT DE LA POLICE ??? Déjà qu’il confondait les légitimités justice/intérieur le Sarko, voici qu’il confond la légitimité élective/ service public/ société civile...

          En tous cas cela semble parfaitement anticonstitutionnel (relire la Constitution !)


        • Petit 6 novembre 2006 14:00

          Moi je veux bien faire le service citoyen volontaire pour faire président smiley

          Comment ça non c’est pas dans le programme de sarko ?


          • simplet simplet 6 novembre 2006 14:08

            une fois de plus le sinistre de l’intérieur lorgne sur les idées novatrices de son hégérie Dobble iou...

            des bonnes milices faites de gens bien choisis par la police et le conseil municipal ouaiiii...

            et pi à un moment on leur filera un port d’arme et des flingues parce qu’ils ne se sentiront plus en sécurité de part leur mission, et on finira par les voir patrouiller le long des frontières pour chopper les clandestins qui franchiront le mur construit par sarko pour empêcher les sans papiers de traverser les pyrénées, la mer ou l’océan...

            bienvenue dans un monde en rupture... çà donne envie !

            vivement 2007 !!


            • Emile Red Emile Red 6 novembre 2006 22:12

              Tu oublies les impers « colombo », les chapeaux mous et les tractions avant...


            • Emile Red Emile Red 6 novembre 2006 22:22

              Adolph a été élu démocratiquement et a créé tout autant démocratiquement une milice de citoyens volontaires : la gestapo...


            • Depi Depi 7 novembre 2006 09:20

              Merci pour cette leçon d’Histoire qu’il faudrait revoir tout de même.

              La création de la Gestapo en 1933, il s’agit simplement de la transformation de la police politique créée en 1919 sous la République de Weimar pour chasser les communistes. Gestapo tout d’abord placée sous le contrôle du chef des services de police du ministère de l’Intérieur, puis sous le contrôle direct de Göring avant de passer la main à Himmler.


            • Depi Depi 7 novembre 2006 09:21

              J’ajouterais également que la Gestapo était donc à l’origine composée de policiers professionnels avant de laisser place aux nazis.


            • Emile Red Emile Red 7 novembre 2006 11:31

              Dès 1933 Adoph « dénormalisa » la police politique qui ressemblait fortement à nos RG en police régulière pour l’intégrer à la SS en 1934, en 1933 c’est Hermann Goering qui créa la Gestapo en y intégrant des civils issus d’abord du partis et ensuite recrutés parmi les détenus qui faisaient allégeance au reich, elle fut également intégrée à la SS en 1934.


            • (---.---.45.34) 6 novembre 2006 14:13

              S’agit-il de milices destinées à chasser « le noir » ou « l’arabe » ? Car selon Sarkozy :

              Sarkozy : « Les Noirs plus violents que les Arabes » Le Gri-gri international rapporte des propos prononcés fin novembre, par le ministre de l’Intérieur après trois semaines de violences dans les banlieues françaises.

              Dans son édition du jeudi 1er décembre, le Gri-Gri international - qui se présente comme un « quinzomadaire satirique françafricain » - révèle des propos prononcés par le ministre de l’Intérieur après trois semaines de violences urbaines en France. Selon le journal, Nicolas Sarkozy a affirmé « fin novembre, lors d’un déjeuner » que d’après les rapports de ses services, « ce sont curieusement les Noirs plutôt que les Arabes qui sont violents ». Plus particulièrement « les Ivoiriens et les congolais », a précisé le ministre, toujours selon le Gri-Gri. Le journal ajoute que selon Nicolas Sarkozy, la violence serait « culturelle » dans ces pays d’Afrique. http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=societe/20051201.OBS7208.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/


              • cumulus (---.---.46.24) 6 novembre 2006 14:36

                Quitte à contredir les commentateursb, je ne trouve pas que c’est une mauvaise idée.

                - ça peut aider la police à maintenir l’ordre,
                - ça peut faire faire des économies au budget de l’état,
                - beaucoup de personnes en situation d’insécurité seront heureuses d’aider,
                - ca évite de laisser se développer des milice privées d’auto-défense non controlées.

                Seul réserve, s’il faut que ces citoyens aient une arme pour pouvoir se défendre (je ne sais pas si c’est le cas), que se passera-t-il en cas de bavure ?

                Il faudrait une loi pour ne pas voir se développer des attaques en justice incessantes de la part des délinquants.


                • Petit 6 novembre 2006 15:05

                  Et su je te disais que pour faire des économies on allait employer des volontaires bénévoles et non qualifiés dans ; le nucléaire, l’enseignement, l’armée, les services secrets, l’administration pénitentiaire, [...] ,

                  tu viendrais encore dire que c’est une bonne idée ?


                • michel (---.---.179.250) 6 novembre 2006 14:47

                  La tarentule tisse sa toile. Il faudra bien des milices pour faire appliquer les lois d’exception en préparation. Les collaborateurs du nazillon ont déjà commencé l’appel à la délation et la livraison des prétendus coupables à la vindicte populaire comme M. Marseaud par exemple. La censure est déjà omniprésente y compris sur le net et ce n’est pas l’AFP qui le contredira. Le tyranneau n’est pas encore élu qu’il s’y voit déjà et a commencé à mettre en place sa méthode de gouvernement. Bien du plaisir pour les années à venir s’il réussit son coup d’état (avec la complicité des électeurs, hélàs)


                  • Remidoubi (---.---.205.34) 6 novembre 2006 15:55

                    >>Ils pourront participer « à des actions de soutien et de renforcement de l’autorité parentale, d’accueil et de suivi des victimes, de prévention, de médiation et d’explication de la loi dans le cadre de structures scolaires ».

                    Dans l’exposé des motifs, ça ressemble bigrement à des « grands frères »institutionalisés (et à ce que je sache, c’est la gauche qui encense tout le temps les grands frère et leur statut de référent dans les cités). Je ne vois pas qu’on parle de combattre la criminalité.

                    Avant de parler de milice, il faudrait attendre de voir comment ça se goupille. L’action citoyenne n’existe pas qu’au états unis, ou des anciens militaires se prennent pour des flics. Ca existe aussi en Scandinavie (eh oui.).

                    Il faut surveiller l’expérimentation. A priori ça peut être une bonne idée, mais ça peut aussi dériver. J’espère que l’enquête administrative préalable rejetera les exités skin, Tagar, tribu Ka et autres milices déjà existantes.


                    • Wells 6 novembre 2006 16:53

                      Idée intéressante. Les personnes concernés ne seront pas et ne seront jamais armés donc pas de risques de bavures. De plus dans le tout répressif actuel une touche de prévention faite par gens communs pour des gens communs ce n’est pas plus mal.

                      C’est le principe des grands frère a une échelle nationale.

                      Je vois pas ou tt le monde vois le mal la dedans.


                      • Fred (---.---.155.75) 6 novembre 2006 17:05

                        Le civisme ca serait d’eduquer les parents de ces jeunes qui n’ont aucun respect pour autrui ou les biens publiques. Il faut commencer a rendre les gens responsables de leurs actes ; la societe a bon dos pour etre responsable de tous les maux.

                        ps : je ne suis pas pour des milices, ca va etre le debut de reglements de compte legalises.


                        • Leonid Bronstein (---.---.212.37) 6 novembre 2006 18:46

                          Je trouve que c est une très bonne idée ! Nous allons enfin recontrôler nos rues nos parcs et nos jardins. Cette création va de pair avec l idée d un controle citoyen qui permettra d instaurer un commissariat du peuple. L ensemble est en fait très cohérent avec l idée que je me fais d une démocratie participative. A tout cela il manque la faccette « Education du Peuple ». Finalement j ai bien fait d attendre (depuis 1917 !) , les Francais sont des gens passionnants !


                          • fawad 6 novembre 2006 20:34

                            Comme d’habitude dans la bouche des gens de gauche, des contre-sens continu. Je cite le lien que vous avez glissé, entre parenthèse votre site (belle pub), celui de l’opposant politique a Nicolas Sarkozy dans son département, VOUS.

                            "Cette mesure est contestable à plus d’un titre :
                            - Nicolas Sarkozy est en train de créer une « milice » (« troupes organisées pour veiller à la sûreté publique et au maintien des franchises de la cité »),
                            - il existe déjà les adjoints de sécurité, les médiateurs, etc. Pourquoi ce nouveau statut ?"

                            Donc vu que cela existe déja et que c’est la même chose, vous voulez dire que les adjoints de sécurité et les médiateurs sont des milices ? Qui les a mis en place, et qui demande leur retour depuis des mois et des mois ?

                            Ce que Nicolas Sarkozy fait ? Il teste la possibilité de mettre des civils bénévoles (donc non rémunéré au résultat, ce que vous critiquiez il n’y a pas si longtemps), accompagnés de policiers, car avant ils ne l’etaient pas, donc ne pouvait jamais intervenir... que l’on soit clair, uniquement pour ceux connaissant les quartiers dits « sensibles »...

                            Enfin bref, soit-disant NS est démago, je ne suis pas certains que beaucoup connaissent la signification de ce mot ???


                            • eric (---.---.252.18) 6 novembre 2006 21:29

                              Je suis bien d’accord avec vous ! Si on remplace dans l’article les benevoles citoyens proposes par Sarkozy par les animateurs socio-cul, mediateurs associatifs, soutiens scolaires benevoles, intermittent du spectacle en banlieue, on obtient exactement le meme resultat, la meme possible condamnation. Les arguments sont aussi efficaces sinon probants. Essayez.

                              Pourquoi faire appel a des amateurs citoyens benevoles ? L’Etat n’a t il pas les moyens ? Pour qui roulent ces associations ? Pourquoi du soutien scolaire dans les quartiers alors que les citoyens n’ont certainement pas les competences pedagogiques des profs de l’education nationale etc...

                              On voit bien que l’auteur condamne l’initiative essentiellement parce qu’elle touche a la securite et provient de Sarkozy. Oublions ces deux mots.

                              Il me semble qu’il y a ici une innovation Sarkozienne importante.Dans sa proposition, est prevue une coordination entre les citoyens benevoles et les services publics specialises, des controles, des procedures, une definition des roles droits et devoirs.

                              Dans la logique qui est celle de l’article, (laissons faire l’Etat) cela representerait un net progres par rapport a la situation des associations sus nommees qui bien souvent se suffisent de recevoir des subventions sans auncun controle, aucune coordination et aucune evaluation des resultats.

                              Il n’est paradoxale qu’en apparence que l’auteur denonce violemment une initiative citoyenne organisee dans une collaboration transparente avec le service public. Sa pensee est elle meme paradoxale. Il est en effet a la foi partisant d’initiatives citoyennes financees sur fonds publics (voir son site et ses demandes de subventions aux associations citoyennes) mais sans controles democratiques et en meme temps que d’un service public fort interventioniste et explicant la vie aux citoyens qui n’ont pas les competences requises (juridiques, psychologiques etc...).

                              Maintenant, sur le fond, organiser une collaboration entre police et citoyens, pourquoi pas, mais si il est bien une fonction regalienne qui se partage pas c’est bien l’usage de la force et la frontiere devra etre extremement claire.


                            • joseW 6 novembre 2006 21:10

                              Après le « Média Citoyen », le « Service Citoyen », qui plus est cette fois-ci « volontaire » : Mais jusqu’où iront-ils, tous ces gens qui pensent à nous généreusement ?

                              Non je plaisante bien entendu, il n’y a pas grand chose de commun entre les 2, du moins jusqu’à très récemment.

                              Evidemment que cette mesure de SWC sent l’électoralisme à plein nez...

                              Merci au correspondant putoléen mais malheureusement strauss-khanien de nous informer sur ces projets que Le Maréchal n’aurait pas dédaignés.

                              Sinon je me demande à quoi aurait ressemblé un SCI, Service Citoyen Involontaire ?

                              Peut-être aux « Malgré Nous » ?


                              • thomas (---.---.153.54) 6 novembre 2006 21:28

                                Après le Betar grandement toléré Sarkozy de nagy de bosca, y va de son tour et créé une milice bravo. Bientot les puces Rfid sous la peau, vive le fascisme.


                                • Sam (---.---.197.45) 6 novembre 2006 21:35

                                  Merci pour cette info.

                                  Décidément il est difficile de croire que SDNB ne veuille pas nous transformer tous en flics, pendant qu’il préfère payer des amendes plutôt que de construire des logements pour les plus pauvres. Ce qui n’est que le moindre de ses méfaits.

                                  Méfaits exercés à l’égard de son propre camp, tant ses canines sont aiguisées, lui qui commença par tailler ses petits camarades de gamelle, sous publication déguisée, pour assumer en grand chef ses commentaires malveillants à l’égard de ses propres camarades de combat politique.

                                  Ce type est un danger majeur pour la démocratie et les valeurs de liberté, de responsabilité comme de pouvoir du citoyen.

                                  Il faut le sortir du jeu politique, déjà extrèmement malsain.

                                  Il faut le renvoyer à une position où il n’aura plus l’opportunité de nuire au peuple français.

                                  En 2007 un sursaut citoyen s’impose. smiley


                                  • Depi Depi 9 novembre 2006 14:55

                                    Merci pour le C/C de mon commentaire.


                                  • Emile Red Emile Red 6 novembre 2006 22:23

                                    Adolph a été élu démocratiquement et a créé tout autant démocratiquement une milice de citoyens volontaires : la gestapo...


                                    • gigi432 (---.---.67.183) 6 novembre 2006 23:20

                                      salut,

                                      programme de JMLP, notre futur président de la république : constitution d’une garde civile. Beaucoup plus démocratique que la solution de Sarkozy.

                                      Sinon, Jean-Francois Kahn se lache en off (le directeur de marianne, dépêchez vous, ca va pas durer (info france-echo, l’info ... la vraie) : http://www.dailymotion.com/video/x3a9m_13112005-jf-kahn-sur-limmigration

                                      JMLP 2007 !!! vite !!!


                                      • Christophe Grébert (---.---.189.182) 6 novembre 2006 23:42

                                        Je ne suis pas plus favorable au systeme des « grands freres ». Quant au soutien scolaire, dont parle Eric, cela revient plutot à du partage de competences. Cela n’a pas grand chose à voir avec une mission de sécurité publique.

                                        Mais vous avez raison Eric, je regrette globalement que l’Etat doivent faire appel a des « bénévoles » pour ses missions : eduquer, proteger....

                                        Je regrette surtout que les citoyens se defaussent de leurs responsabilites individuelles, en acceptant la formation de quelques groupes de « costauds ». Pour faire quoi ?

                                        - Si vous etes parents, n’est ce pas a vous d’expliquer la difference entre le bien et le mal a vos enfants ?
                                        - Si un ami est victime d’agression, n’est ce pas a vous de le soutenir ?
                                        - Si un voisin est agresse, ne tenterez vous pas d’intervenir ?

                                        Nous sommes tous responsables. Par consequent pourquoi creer des groupes de citoyens « volontaires ». C’est à chacun de nous, et à toute la societe dans son ensemble, d’agir.


                                        • crou (---.---.58.196) 7 novembre 2006 00:36

                                          Je trouve qu’il y a, dans cette proposition, une contradiction insoluble.

                                          Ce type de mission demande un investissement en temps important et aussi une grande exigence de résultats. Ce qui signifie, des contrôles très stricts et très réguliers des bénévoles. Je ne crois pas un seul instant que « bénévolat » puisse faire bon ménage avec « gros investissement en temps » (et dans la durée qui plus est), « grosse exigence de résulat » ainsi que « contrôles très stricts et réguliers ».

                                          Ca me parait, on ne peut plus évident.

                                          De telles contraintes ne peuvent qu’être rémunérées.

                                          Pour faire un parallèle, on pourrait voir ce qui se fait pour les assistantes maternelles de la DDASS. (des familles, contre rémunération, accueillant des enfants en difficultés dans leur famille). Il s’agit clairement d’un travail, au même titre qu’un éducateur dans un foyer de la DDASS et surtout pas d’une adoption. Et la rétribution permet justement de bien fixer ce cadre : les devoirs et les limites qui en découlent. C’est très surveillé, très encadré et très contraignant aussi. Et ça fait très longtemps que la DDASS a compris que ce ne pouvait pas être du bénévolat.

                                          Je pense que dans l’investissement en temps, en énergie, que dans les contraintes fortes et au final dans l’exigence de résultats attendus, ce parallèle me parait assez juste.

                                          En résumé, sans contrôles stricts, c’est le risque de milices. Ce qui n’est bien sûr pas envisageable, ni envisagé : je ne fais pas ce procès de mauvaise intention. Mais par contre, avec ces contraintes et contrôles stricts, pas de possibilité de bénévolat...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès