Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Le WiFi bientôt gratuit à Paris ?

Le WiFi bientôt gratuit à Paris ?

Pourra-t-on bientôt se connecter gratuitement à Internet sans fil (WiFi) n’importe où dans Paris ? A défaut d’une réponse claire et précise, on peut tout de même se poser la question, à la suite du partenariat fraîchement signé entre le maire de San Francisco et le maire de Paris, Bertrand Delanoë.

Après Toronto et Mexico, c’est au tour de Paris de signer un accord de « jumelage numérique » avec la ville de San Francisco qui jouxte la célèbre Silicon Valley, berceau de l’industrie numérique. Cet accord bilatéral vise à jeter les bases d’une coopération renforcée entre les deux municipalités dans le domaine des nouvelles technologies. Outre les traditionnels échanges universitaires et commerciaux, ce partenariat inclut une collaboration pour promouvoir les arts numériques et le multimédia.

Si l’on se réfère à la récente attribution de l’exploitation d’un vaste réseau Internet Wi-Fi gratuit par la mairie de San Francisco à Google associé au fournisseur d’accès EarthLink, on peut légitimement se demander si Paris ne souhaite pas copier le modèle californien. Rappelons que d’ici quelques mois, les habitants de San Francisco pourront surfer gratuitement sans fil partout dans leur ville. L’idée de Google est de financer l’installation du système WiFi en sollicitant l’internaute nomade avec des messages publicitaires d’enseignes commerciales situées sur son parcours ou dans le quartier qu’il traverse. Avec la signature du partenariat numérique, Paris compte-t-il s’inspirer de cette initiative ? Pas obligatoirement, selon le porte-parole de la mairie, qui précise que « toutes les solutions pour favoriser le déploiement de réseaux numériques à Paris seront étudiées, et qu’il ne s’agit pas forcément de reproduire le projet de réseau sans fil de la ville de San Francisco avec Google ».

L’idée que les citoyens d’une ville puissent se connecter gratuitement sans fil à Internet est certes séduisante mais qu’en est-il des libertés individuelles, si un tel système repose sur la géolocalisation des utilisateurs ? De même, le WiFi gratuit à Paris, bien qu’il soit sans aucun doute une excellente nouvelle pour les Parisiens et les touristes, risque de rouvrir la « fracture numérique » avec les régions mal desservies par le haut débit, qui attendent la mise en place de solutions alternatives. La démarche de la mairie de Paris a tout de même le mérite de relancer le débat. Reste à voir si les opérateurs télécom et les collectivités joueront le jeu jusqu’au bout.


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • who_cares (---.---.54.75) 26 avril 2006 15:57

    Le Wifi présente des avantage c’est sur, mais c’est encore des ondes

    Un rapport intéressant montre les mesures prises suivant les différents pays, concernant justement la prolifération des ondes et la multiplication des antennes relais

    Sinon pr info

    Extrait de cet article  :

    Il est évident que le débit pratique varie en fonction de l’environnement. Le WiFi utilise la gamme de fréquence de 2.4 GHz, la même que celle des fours à micro-onde

    Les conditions techniques à respecter établies par l’ART sont les suivantes : Puissance de rayonnement ne doit pas excéder 100 mW à l’intérieur des murs Puissance de rayonnement ne doit pas excéder 10mW à l’extérieur des murs

    Extrait de cet article  :

    40 000 stations de bases d’antennes relais en France (donc 200 000 à 300 000 antennes). Génération de hautes fréquences (micro-ondes) à 900 Mhz et 1800 Mhz pour les appels GSM, 1900 Mhz pour les DECT et 2100 Mhz pour l’UMTS. Génération de très basses fréquences (ELF) de 0,1 à 1700 Hz pour le contact entre téléphones et antennes-relais

    La puissance maximale d’émission d’une station de base est d’environ 300W à 2500W La puissance du champ électrique d’un téléphone mobile lors d’un appel varie entre 20 et 50 V/m et jusqu’à 200 V/m lors de la connexion La puissance d’émission d’un téléphone sans fil (donc à la maison) et de sa base sont de 10 W/m2 (0,1 W/m2 en suisse et en Italie) au lieu de 0,1 à 2W/kg pour les mobiles.

    Le rayonnement naturel à la surface de la planète entre 890 et 910 MHz est egal à environ 0,0000000005 microwatt/cm2. Le niveau de rayonnement à partir duquel des perturbations sur le cerveau sont constatées est de 0,02 microwatt/cm2. Le niveau de rayonnement d’un portable directement sur l’oreille et le cerveau (en réseau GSM) est de 2000 microwatt/cm2 Une loi Européenne fixe un maximum de 3 V/m pour protéger le matériel électronique contre les champs magnétiques .. pour les humains, la limite est au mieux de 41 V/m ...

    les ELF ont des effets biologiques (troubles du sommeil, effets dépressifs, perturbation de la glande pinéale et de la mélatonine, augmentation du risque cancérigène, ...) et ce pour des valeurs du champ magnétique ELF de l’ordre de 2 à 4 milliGauss (15). On peut rappeler que des extrêmement basses fréquences à un niveau pouvant atteindre 18 milliGauss, sont mises en évidence dans le signal généré par les téléphones cellulaires

    Ou encore voici un extrait de l’appel de Freienbach

    ° Naila, Bavière : triplement des cas de cancers, déclarés 8 ans plus tôt, dans un périmètre de 400 m d’une station GSM (immissions des rayonnements : 0,2 à 1 V/m).

    ° Netanya, Israël : quadruplement des cas de cancers dans les alentours d’une station GSM (immissions des rayonnements : 1 à 1,4 V/m).

    ° Santini, France : dans un périmètre de 300 m des émetteurs GSM, 530 personnes ont présenté des états de fatigue, insomnie, maux de tête, perte de bienêtre, des problèmes de concentration, etc.

    ° WaldmannSelsam, Bamberg : rapport avéré entre les symptômes et les différents niveaux d’expositions chez 356 patients irradiés à long terme par les RNI de < 0,06 V/m à > 0,6 V/m. Une partie de ces nuisances disparaît immédiatement après l’arrêt de l’exposition.

    ° Navarro/Oberfeld, La Ñora, Espagne : dans un rayon de 50 à 170 m de deux antennes GSM, les nuisances ressenties sont bien plus fortes que dans un rayon de 260 à 310 m. Les immissions respectives étaient de 0,6 à 0,9 V/m, et de 0,2 à 0,4 V/m. De plus, il a été établi une claire relation (statistiquement significative) entre les immissions et leur influence pour 13 symptômes courants.

    ° Hutter/Kundi, Kärnten et Vienne : plus on est proche des antennes GSM, plus on constate des problèmes cardiovasculaires. Immissions : 0,15 à 0,7 V/m.

    ° Oberfeld (école à Salzbourg) : un émetteur GSM à 80 m de distance influence les courants électriques du cerveau (divers paramètres EEG) de manière significative à une immission de 1,1 V/m. Bien des écoliers ont des problèmes de santé avec des valeurs audessous de 1,5 V/m.

    ° Etude UMTS, TNO, Hollande : nuisances non seulement pour les personnes électrosensibles, mais aussi pour les personnes non sensibles (!), à une exposition aux rayonnements d’antennes UMTS à 1 V/m (signal « standby  » = activité nocturne).

    ° Avertissement contre l’utilisation des portables par les enfants : l’Association des médecins viennois, ainsi que celle de toute l’Autriche informent : « les enfants endessous de 16 ans ne devraient pas utiliser le portable ». Ils mettent en garde contre l’utilisation générale des portables, sur la base de l’étude REFLEX réalisée dans sept pays européens. Cette étude prouve la nocivité des RNI sur la matière héréditaire (cassures d’ADN). Même les antennes sont considérées par les médecins comme « un sérieux problème de santé ». Il faut maintenant comparer ces valeurs mesurées avec les valeurs limites suisses de 4 à 6 V/m qui devraient mieux protéger la population suisse par rapport à celle des pays étrangers (en France 41 V/m) , qui ont une valeur limite plus élevée. Même à l’étranger, les valeurs mesurées sont presque toujours plus basses que la valeur limite suisse !


    • Talion Talion 26 avril 2006 17:38

      Le problème c’est qu’on n’a pas encore assez de recul pour pouvoir tirer ces conclusions...

      Ca donne une bonne idée de la crédibilité qu’on doit leur accorder...


    • (---.---.2.224) 12 mai 2006 10:13

      La technologie des micro ondes pulsées est une technique d’application militaire. Au départ, elle a commencée pas des objets comme les radars. Tout le staff militaire russe savait dès les années 6O qu’il y avait des maladies liées à l’usage et l’exposition des hommes à ces radars.

      A l’ambassade des US en Russie, plusieurs ambassadeurs et personnels sont morts pour avoir été exposés au nom de l’espionnage russe à des bombardements electromagnétiques.

      En suède, une étude a prouvé le cas alarmant de suicides chez les jeunes utilisant des portables.

      Il est évident qu’on peut arguer qu’on n’a pas de recul puisqu’avec la transmission d’adn dégénéré et détraqué aux nouvelles générations, on ne sera pas là pour voir les dégâts !

      Aucun recul, reste à savoir si recul et bon sens font bon mariage.


    • FrancoisLeg (---.---.17.76) 12 mai 2006 00:19

      Venez découvrir et posez toutes vos questions sur le WiFi lors du Vide-Grenier Numérique : Troc’Matic le dimanche 21 mai prochain entre 13h et 19h. Le boulevard de La-Vilette sera entièrement couvert en WiFi et les principaux acteurs du WiFi seront présents.

      http://trocmatic.crao.net

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

fanch


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès