Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Les 4 fantastiques lorrains ne veulent pas se laisser faire

Les 4 fantastiques lorrains ne veulent pas se laisser faire

Superbement oubliées par la réforme des collectivités locales du comité dit Balladur qui préconisait la création d’ici 2014 de 11 métropoles d’au moins 500 000 habitants qui seraient dotées de compétences accrues, les quatre principales du Sillon Lorrain, à savoir Metz, Nancy, Thionville et Epinal sont bien décidées à créer la toute première « métropole multipolaire », afin de pouvoir être reconnu et « exister entre Paris et Strasbourg ».

Les Lorrains ne veulent ainsi pas cette fois rater le rendez-vous de la compétitivité nationale et internationale. Les quatre villes disposent déjà d’une offre crédible en matière d’enseignement supérieur, de transport, de culture et de santé. Prises séparément les aires urbaines de Metz et de Nancy n’obtiennent pas la taille critique exigée par le comité Balladur. Mais, si l’on y ajoute celles de Thionville et celle d’Epinal, l’ensemble compterait plus d’un million d’habitants et pointerait à la 8ème place du classement établi par ce même comité. Le Sillon Lorrain a beau être un modèle atypique, il possède tout de même de sacrés atouts pour se faire valoir dans le domaine de l’enseignement supérieur avec l’Université Lorraine qui devrait voir le jour en 2012 et qui compte 67 000 étudiants et une centaine de laboratoires de recherche, de la santé avec le centre hospitalier universitaire de Nancy, reconnu comme l’un des tout meilleurs de France, et avec le centre hospitalier régional de Metz-Thionville, des nouvelles technologies avec les technopoles de Metz et de Brabois, ainsi que les réseaux Lothaire pour les universités et Quattronet pour les entreprises. Enfin, les secteurs du tourisme et de la culture ne sont pas en reste, avec par exemple l’ouverture prochaine du Centre Pompidou-Metz, l’Orchestre National de Lorraine, l’Opéra National de Lorraine, le centre dramatique national de Thionville et la cité de l’image à Epinal.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 15 octobre 2009 13:13

    156 km entre Epinal et Thionville tout de meme


    • Hapower 15 octobre 2009 16:32

      ’Superbement oublié’ LOL


      Pourquoi pas créer un silo Karlsruhe - Strasbourg - Colmar - Mulhouse - Bâle ?
      Comme ça avec ses 3-4 Millions d’habitants, il n’y aurait enfin plus aucune place pour les lorrains (et à juste titre d’ailleurs)
      S’ils commencent à nous pondre des pseudos métropoles distant de 160Km, dans ce cas, toutes les villes de France pourront exactement faire pareil et devenir une métropole :rire :

      Restons sérieux, seul Strasbourg dans le grand Est mérite une telle promotion.

      • sophie 15 octobre 2009 16:57

        Arrétez de pondre des articles sans jamais répondre aux questions, POURQUOI LES UMP FONT ILS DE TELS SCORES EN LORRAINE ???????????????????


        • french_car 15 octobre 2009 22:36

          Aaaahh bon parce-que les mines et les hauts fourneaux auraient été conservés si le gouvernement avait été de droite ? Il est vrai que Sarko a sauvé Gandrange smiley.
          Et puis Nancy et Metz ont toujours été des villes de gauche, avec Mondon puis Rausch (quoique ... Rausch a fini par céder Metz a la gauche ...), JJSS, Coulais, Rossinot, de dangereux gauchistes aussi ... Séguin, Longuet, l’ineffable Masson, Bigeard ... Et maintenant Morano après Bigeard.
          Si l’on suit votre raisonnement c’est aussi à cause de la gauche que le Luxembourg a également perdu sa sidérurgie ?
          Et ne crachez pas sur les Antillais au passage.


        • Citrouille belkacem olivier 16 octobre 2009 08:33

          Je savais pas que les lorrains pouvaient être aussi violents... parler de gauche ou de droite dans le contexte de globalisation, c’est surréaliste. Toute région a un potentiel, la proximité avec d’autres pays est clairement un avantage. Mais peu de régions frontalières l’exploitent. Belfort par exemple n’exploite pas du tout sa proximité avec la Suisse. Le mieux serait de voir où ces proximités frontalières ont fonctionné et pourquoi ? il est vrai que le poids de l’histoire dans cette région est encore important. L’Alsace a su jouer cette carte. Elle s’est même dotée d’une structure indépendante de l’état pour faire venir les entreprises étrangère sur son territoire. Il est difficile de passer d’une mentalité primaire à une mentalité tertiaire. (production/ communication)


          • mike57 16 octobre 2009 11:10

            Il serait déja urgent que le sillon mosellan se dote d’un réseau autoroutier digne de ce nom.
            Il y a plus de cinquante ans que des portions à 2X 6 voies existent aux USA.
            Je roule toute l’année sur l’A31 .Ca roule trés bien entre Nancy et Epinal,au nord c’est la catastrophe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès