Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Les commerçants oubliés

Les commerçants oubliés

Une conséquence inédite des blocages induits par le CPE, place de la Sorbonne : depuis deux semaines, des commerçants ouvrent tous les jours leurs boutiques sans recevoir le moindre client, ou si peu...

Que l’on remonte la rue Cujas en direction de la Sorbonne ou que l’on tente d’entrer en empruntant la rue de la Sorbonne, la situation est la même, et bien compréhensible : les deux rues sont barrées par des gardes mobiles de la police comme de la gendarmerie, tandis que les ouvertures sont obstruées par des grilles... Il s’agit d’éviter une prise d’assaut en règle des manifestants contre les locaux de l’université.

Pourtant, lorsqu’on demande si on peut entrer dans le périmètre surveillé afin de se rendre dans un bar ou dans une librairie de la place, la réponse est souvent la même : "Tout est fermé", nous dit-on, "Le quartier est bouclé !".

Cependant, avec un peu d’obstination ou de chance, les forces de police parfois vous laissent entrer, "pour voir", disent-elles, afin qu’on puisse vérifier par nous-mêmes l’état des lieux. Quelle n’est pas alors notre surprise en découvrant les différents commerces ouverts : des bars-brasseries vides, des librairies ouvertes, avec leur personnel attendant un éventuel client. Quelques personnes se pressent dans ces lieux déserts, des personnes âgées pour la plupart, peut-être parce qu’elles ne ressemblent pas à des manifestants... Avisant la librairie philosophique qui jouxte la rue Champollion, je demande étonné au premier vendeur que je rencontre : "Ah, vous êtes de nouveau ouvert !", tandis que celui-ci, surpris, me répond : "Mais non, nous le sommes toujours depuis deux semaines, nous avons simplement été fermés samedi dernier... Mais on ne voit personne !".

On ne peut être qu’étonné devant un tel paradoxe : voilà précisément des gens que les services de sécurité laissent entrer chaque matin et repartir chaque soir, sans même s’interroger sur la possibilité que ceux-ci aient des clients... iIs les condamnent donc pratiquement au chômage technique... Sans doute à cause d’une mauvaise coordination des ordres de la préfecture ou d’une coopération inefficace entre les différents services chargés des lieux, et de peur sans doute de laisser passer quelques étudiants...

Il est pourtant urgent de permettre au quartier de respirer, en informant les forces de police sur place que la vie économique doit continuer, même dans ces zones protégées, afin d’ailleurs de faire découvrir aux éventuels chalands les curiosités surréelles d’un environnement recomposé et peut-être déjà historique...


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • invité ne commerçant pas (---.---.28.210) 31 mars 2006 14:27

    La gauche en générale est épidermiquement allergique a tout ce qui est « business » dont les commerçants sédentaires (par opposition aux marchés !)

    Donc il est normal qu ils souffrent !

    Dans les quartiers dits « verts » ceux ou il y a de + en + motos ( smiley , la aussi les commerçants commencent aussi a souffir !!

    100% de fonctionnaires voilà l’avenir


    • Adrien (---.---.39.73) 31 mars 2006 15:12

      Ce qu’il faut pas entendre. Ou lire plutot. T’as raison, la gauche est contre les librairies, contre les bars, contre les boulangeries, les charcuteries.

      Tiens la gauche est aussi contre les FNAC, les supermarchés et les stations essences. Ils sont pour un retour à l’antiquité. D’ailleurs les gens de gauche ne lisent pas, n’écoutent pas de musique, ne mangent pas, ne boivent pas, et n’utilisent pas de voiture. Jamais.

      Faut évoluer hein, même les extrêmes ne proposent plus les kolkhozes et les sovkhozes depuis longtemps.


    • Adrien (---.---.39.74) 31 mars 2006 15:08

      On m’a laissé passer sans problème. La différence entre moi et un étudiant de la Sorbonne n’est pourtant pas flagrante, voir inexistante.

      Les CRS m’ont simplement demandé ou j’allais.


      • Danisnoop (---.---.205.171) 31 mars 2006 20:38

        Il me semble qu’il manque une donnée essentielle dans votre article : les touristes...

        Bien que me considérant plutôt de gauche (même si je ne suis pas vraiment aidé par les « politiques » sensés me représenter, loin s’en faut...), bien que méfiant vis-à-vis des complaintes des malheureux commerçants qui ne gagnent plus assez leur vie alors que dans le fond être commerçant c’est juste pour moi se procurer un produit pour le refourguer à un prix plus élevé avec le sourire afin de faire du bénéfice, rien de productif donc...

        Bref, bien que tout celà, ne croyez pas que j’abbhore « le commerçant » pour autant... chacun sa fonction, je travaille et je n’ai pas le temps d’élever un cochon ou un boeuf pour le tuer et le découper en vue de me nourrir, je n’ai pas le temps de faire pousser des tomates ou des patates dans un jardin (que je n’ai pas) pour me nourrir, je n’ai pas le temps ni les vignes pour faire du raisin pour me faire du vin pour boire un coup, je n’ai pas le temps ni les moyens de faire des études de médecine ou pharmacie pour comprendre ce que j’ai quand je suis malade et fabriquer les médicaments qui vont me soigner...

        Bref, le commerçant, comme le policier ou le pompier ou le militaire ou le médecin ou l’enseignant ou le maire ou le député ou l’astronome ou le marin ou le pécheur ou l’agriculteur ou le tennisman ou le controleur des impots ou le controlé des impots, le commerçant donc, n’a pas à mes yeux à subir les conséquences d’évènements dont il n’est pas directement responsable... D’ailleurs il y a des commerçants qui sont « de gauche », la question n’est pas de savoir pour qui ils ont voté ou non, savoir de quel « bord politique » ils sont ou non.

        En ce qui concerne les commerces du quartier de la Sorbonne il faut bien voir que l’essentiel de leur clientèle est soit estudiantine (donc pas vraiment en train de faire les boutiques en ce moment) soit touristique (et donc absente on comprend aisément pourquoi en ce moment).

        Pour en revenir à l’article, je ne vois pas en quoi les forces de police pourraient permettre au quartier de mieux respirer... Les « estudiantins » ont d’autres préocupations et les touristes n’ont pas besoin de l’avis de leurs ambassades pour comprendre que ce n’est pas le meilleur moment d’aller se promener par là...

        J’imagine bien que les pertes peuvent vite devenir critiques pour les commerçants du quartier, je pense que c’est dans un premier temps à la mairie de leur arrondissement à les aider à ne pas couler, quitte à redéfinir les responsabilités et le financement des pertes engendrées par ces évènements par la suite. Il me semblerait normal et juste que les commerces lésés par ces évènements puissent retrouver leur situation d’« avant » sans à avoir à subir les conséquences.

        Je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible, les étudiants comme les touristes reviendront aussi vite que les évènements se termineront...

        Ne pleurons pas trop pour ces commerçants (le quartier de la Sorbonne c’est pas Sarcelles non plus), mais ne les laissons pas non plus perdre leur commerce qui ne profite pas qu’à eux en temps normal mais bien à tous, étudiants, touristes, promeneurs, habitants du quartier...

        Il est normal que les commerçants de ce quartier s’inquiètent, il est normal que les pouvoirs publics s’en préoccupe, et surtout s’en occupe...

        Maintenant je vais faire un petit aparté de « gauchiste de base » : quand on connait les loyers et les galères pour trouver un apart vers la Sorbonne, quand on sait ce que c’est de vivre au SMIC voir moins, quand on connait Paris et ce coin là en particulier, on a du mal à pleurer quand même...

        Le quartier de la Sorbonne n’est plus accessible, tout comme la plupart des quartiers parisiens d’ailleurs, qu’aux riches et aux gosses de riches... et bien sur aux touristes qui ont eu les moyens d’arriver jusque là...

        Je connais moins Sarcelles que la Sorbonne, mais je pense que cette complainte lassera certains beaucoup plus amers que d’autres.

        Bien à vous.


        • Marie (---.---.18.96) 2 avril 2006 18:24

          Les prix excessifs et le temps (facteur très important pour bon nombre d’achat) ne sont pas plutot les principales causes. Car j’ai entendu le même discours dans me ville breton comme quoi les anti CPE allaient faire couler le commerce !!! Pourtant ici on peut circuler librement... Mais ça marche pas non plus !!!

          Peut être que les Français ont tout simplement un pouvoir d’achat qui s’amoindrit...


          • Et aprés (---.---.28.210) 21 avril 2006 11:07

            les français ont la mémoire courte : La preuve Villepin porté aux nues lorsqu il luttait contre le méchant Bush, est maintenant dans le caniveau ! les étudiants auront des diplomes au rabais car les profs examinateurs vont faire preuve de solidarité , comme d’hab !!!

            Mais les commerçants , eux les méchants qui font trop de marge , la perte de x semaines de chiffre d’affaires va en envoyer certains peut etre au chomage , car les touristes après avoir vu leurs téles (comme nos télés le font aussi chaque fois pour critiquer les américains en autres) ont montré ce qu elles ont vu, des émeutes en automne , des émeutes au printemps..... Comme disait les média etrangers , pour votre Week end romatique de printemps choisissez plutot Bagdad à Paris, ou Tianamen à Paris ! Vous avez dit ridicules ? il n’y a que certains français qui ne s en rendent pas compte !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

CPE


Palmarès