Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Les grandes marées saigonnaises

Les grandes marées saigonnaises

Ça faisait longtemps… !
 
C’est en ce moment la période des grandes marées au Vietnam et aussi des typhons, la rivière de Saigon est donc pleine, prête à déborder à la moindre goutte en trop. Rajoutons à cela l’urbanisme déchaîné à Saigon depuis quelques années et un système d’égouts construit au début du siècle, avant l’explosion de la population, devenu depuis largement insuffisant… Bref, ça n’a pas loupé, nous avons de nouveau été inondés hier soir ! Évidemment juste quand mon mari est en France, comme ça c’est plus drôle, au cas ou je me serai ennuyée toute seule avec les enfants, ce dimanche soir…La date un peu spéciale du 10/10/10 y est-elle également pour quelque chose ?
 
Il s’est mis à pleuvoir des cordes vers 15h30 et cela a duré non stop toute la nuit… je ne sais plus trop à quelle heure l’eau a commencé à monter dans la maison par derrière, sous l’escalier, par le carrelage de la cuisine et de la pièce de Kim Anh… mais je sais qu’à 18h15, Nasir et Léa étaient la en train de m’aider à écoper… peine perdue car la pluie battait de plus belle et l’eau rentrait sous la porte d’entrée comme si un robinet avait été ouvert… donc en gros plutôt l’impression d’écoper dans le vide ! Le gardien Mr Son, est gentiment venu plus tôt pressentant qu’il y allait avoir du boulot… Nous avons énergiquement écopé tous les deux pendant 3h non stop, avec des seaux, des bassines, des pelles, un pot de peinture vide… Entre temps la pluie avait faibli, heureusement.

Ça faisait depuis 1 an et demi que l’eau n’était pas montée comme ça… plus qu’en mars 2009, mais moins que les 30cm d’il y a 3 ans (voir ici). Dans le feu de l’action, en plein boulot d’écopage, je me demandais vraiment pourquoi on tenait à rester dans cette %$#@*&^%% de maison ! :-)
 
Au passage quelques infos chiffrées intéressantes  : Ho Chi Minh compte actuellement 9 millions d’habitants et la population de la région d’Ho Chi Minh pourrait atteindre les 20 millions en 2020. La ville de Ho Chi Minh est située sur les rives du fleuve Saigon et possède un littoral d’une longueur de 15 km. La ville s’élève en moyenne à 19 mètres au dessus du niveau de la mer.
 
Selon l’OCDE, Ho Chi Minh est l’une des 10 villes les plus touchées par les effets du réchauffement climatique : entre 1960 et 2005, la température s’est élevée en moyenne de 0,02 °C par an. Une augmentation du niveau de le mer d’1m provoquerait la salinisation de 1000km2 de terres arables ainsi que la perte de 2500km2 de mangrove. Les inondations d’Ho Chi Minh et les crues du fleuve Saigon se multiplieraient... et oui nous sommes en plein dedans.
 
Selon les prévisions du Centre international de gestion de l’environnement, le nombre de quartiers victimes d’inondations serait de 177 en 2050 soit 61% de la superficie totale de la ville (contre 145 aujourd’hui).
 
L’urbanisation se fait ici à un rythme effréné, sans contrôle, parfois même sans permis, des zones entières de canaux et d’arroyos sont asséchées ou remblayées… sauf que quand il pleut, l’eau doit bien se frayer un chemin malgré tout… c’est là ou les dégâts arrivent, la ville se noie en quelques heures.
 
En gros, si la ville ne prend pas les mesures nécessaires de façon très ferme en terme de gestion urbaine et de développement des infrastructures d’évacuation des eaux., les inondations ne feront qu’augmenter chaque année davantage….
 
Dès le lundi soir, Mr Son et moi avons mis des briques sous les meubles, car je craignais une récidive le soir même… mais en fait, ouf, depuis rien !
 
(Sources : Courrier du Vietnam, http://www.geo.fr)

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • spartacus1 spartacus1 27 octobre 2010 09:59

    En gros, si la ville ne prend pas les mesures nécessaires de façon très ferme en terme de gestion urbaine et de développement des infrastructures d’évacuation des eaux., les inondations ne feront qu’augmenter chaque année davantage….

    Comme vous le dites vous -même, la ville est à 19 m. d’altitude et à environ 100 km de la mer. Cela fait une pente de 0,019 % (et même si la ville n’est qu’à 50 km de la mer, la pente n’est que de 0,038 %). On estime que la pente minimum pour un écoulement des eaux est de 1-2 %, c’est-à-dire une pente pratiquement 50 fois plus forte !

    Avez-vous une solution technique pour résoudre l’écoulement des eaux dans ce cas de figure ?
     Si oui, je pense que les autorités de la ville seraient enchantées que vous leur en fassiez part.
    Avant de critiquer à tout va, encore faut-il avoir un minimum de connaissances techniques.

    À mon avis, la seule solution envisageable, serait de créer d’immenses bassins de rétention de plusieurs dizaine (voire centaines) de km carrés, est fonctionnant comme tampon, un peu comme le Tonlé Sap, tampon naturel du Mékong, au Cambodge. Mais que faire de tous ces km carrés, totalement inutilisable pour l’agriculture, construire des habitations sur pilotis, les habitants étant sur un lac une partie importante de l’année ? Pourquoi pas ? Mais de toute façon, il s’agit d’investissements extrêmement importants.


    • Marc Blanchard Marc Blanchard 28 octobre 2010 04:41

      A Binh Thanh. prés du pont de Saigon. Pas besoin qu’il pleuve pour être inondé. Ca remonte tout seul.

      Je ne sais pas comment HCM peut s’en sortir avec son urbanisme. Il faudrait presque tout casser et tout recommencer, mais ce n’est pas possible. Une amie ingénieur en urbanisme me disait que la politique du gouvernement consistait à développer des lieux de vie en banlieue. Ce qui devrait ne pas arranger la circulation déjà catastrophique.


      • Defrance Defrance 28 octobre 2010 08:36

        Les égouts datent de l’époque d’occupation française et n’ont pas été entretenus depuis .... probablement les année 60, le fric a ensuite servi a faire la guerre ! De plus les promoteurs detruisent TOUT, même les petits carrés de verdures qui amenaient un peu de lumière et de gaité pour bâtir des tours gigantesques, très souvent vides . Durant la construction , tout ce qui « gene » est éliminé, y compris les égouts qui servent alors de nids pour les rats que l’on voit sortir a la nuit tombante !

        Le responsable est aussi la mondialisation qui fait que beaucoup désertent les campagnes pour venir se rendre esclaves de la FRICOCRATIE crée par les fabriques de chaussures, textiles ....... .. revendus chez nous mais dont le bénéfice ne sert pas a entretenir et rénover le réseau d’évacuation des eaux !

        A Binh Thanh. prés du pont de Saigon : Il suffit de regarder autour, dans le Kilomètre avoisinant, les tours ont poussée depuis le début du siècle, sans se soucier de l’infrastructure ! Les vietnamiens sont en train de creer les problemes a venir dans 20 ou 30 ans , quand ces logement deviendront insalubres, et a détruire, comme chez nous !

        Le boulevard Nghuen Hue était un canal d’irrigation au début du 20 eme siècle, il a été rebouché a la hâte et on y a construit des maisons qui descendent parfois subitement d’un étage !

         Pour ce qui concerne la pente , ce n’est pas le probleme, la ville est la depuis longtemps, mais le draguage de la riviere Saïgon se fait de moins en moins souvent .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès