Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Les villes de Lorraine misent sur le développement durable

Les villes de Lorraine misent sur le développement durable

Metz, Nancy et le Pays Haut Val d’Alzette font partie des heureux lauréats du concours EcoCité/EcoQuartier qui découle du « Grenelle de l’Environnement ». La liste a dernièrement été dévoilée à Paris. Rappelons qu’au total, 160 projets avaient répondu à l’appel de la démarche EcoQuartier et 19 pour obtenir le label EcoCité. Au final, 28 projets ont été sélectionnés dans la première catégorie, avec parmi eux, la refonte du quartier de la gare de Nancy, baptisé « Nancy Grand Cœur », qui a ainsi particulièrement convaincu le jury en matière de mobilité, et 13 pour la seconde, dont les projets « Metz Eco Cité 128 » (http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/05/27/metz-et-le-pays-haut-candidats-a-lappel-de-projets-ecocites/), en référence à la base aérienne vouée à disparaître, et celui du Pays Haut Val d’Alzette. Cette annonce constitue une excellente nouvelle pour la Lorraine, qui devrait se voir d’ici peu estampillée « territoire du développement durable », tant les actions et les projets allant dans ce sens y sont nombreux. Revenons plus en détail sur les différents lauréats lorrains ainsi que sur les autres candidats non sélectionnés.

Le projet Metz Eco Cité vise tout d’abord à renforcer l’attractivité de l’agglomération, afin de pallier les effets pervers des iniques et odieuses restructurations militaires. Il s’inscrit par ailleurs dans la continuité de l’écologie urbaine initiée par Jean-Marie Pelt et l’Institut Européen d’Ecologie créé par ce dernier. Pour cela, il réintègrera les 350 hectares de la base aérienne, qui seront libérés par les militaires d’ici 2012. Même si aucune enveloppe financière n’a été fixée de manière générale pour les différents lauréats, l’agglomération messine devrait apparaître comme prioritaire dans les montants attribués en matière de développement durable pour justement tenter de compenser le départ des militaires. Le Pays Haut Val d’Alzette, autre lauréat lorrain du label d’EcoCité, est quant à lui dopé par l’aménagement luxembourgeois à la frontière de notre territoire. Son principal défi résidera dans l’accueil d’une population nouvelle en vue de lui proposer une ville où il fait bon vivre et de mettre en œuvre les actions nécessaires afin d’y parvenir. A noter que la ville de Montigny-lès-Metz concourait également dans cette catégorie. Elle n’a cela dit malheureusement pas été sélectionnée. Cette dernière avait en effet acquis en 2007, après deux ans d’âpres négociations avec l’armée, une partie des casernes du quartier Reymond, dans l’optique d’y implanter son futur quartier écologique conçu sur le modèle de celui de Fribourg. Cette ville allemande a fait du développement durable la base même de la construction. A Montigny, l’armée devait alors conserver les bâtiments de la rue de Nomeny et ceux au fond de la rue Franiatte. De son côté, la ville mosellane devait restaurer au moins trois bâtiments, qui comprendraient notamment une salle de 800 mètres carrés dévolue à la maison de la solidarité, ainsi qu’un grand espace vert comme cadre naturel. Mais depuis l’annonce des restructurations militaires, le dossier a pris une nouvelle configuration, dans la mesure où les surfaces libérables se sont multipliées. La ville s’est alors penchée sur un projet d’une toute autre envergure, puisque c’est désormais l’ensemble du quartier qui va devoir être repensé. Néanmoins, quelle que soit sa configuration et sa superficie, le quartier Reymond se transformera en éco-quartier. Restera encore à régler les détails financiers des acquisitions foncières avec l’armée, même si Montigny entend s’appuyer sur la promesse faite par Nicolas Sarkozy de céder les terrains militaires pour l’euro symbolique.

Dans la catégorie Ecoquartier, celui du réaménagement de la gare de Nancy, baptisé « Nancy Grand Cœur » en raison de sa situation stratégique dans l’hyper-centre, c’est-à-dire dans un espace très dense où convergent tous les flux de communications, a donc été retenu. L’attractivité nécessaire au développement économique de l’agglomération devra y être maximale. Il s’agit pour cela d’harmoniser et d’articuler toutes les modalités de transports, à savoir train, TGV, tram, vélo, bus, voitures en auto partage… Le nouveau centre des congrès (http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/04/27/nancy-le-nouveau-centre-des-congres-comme-vitrine-de-lagglomeration/) sera le fer de lance de ce nouveau quartier écologique qui s’étendra de la place de la République, face à la gare, à l’avenue du général Leclerc, puisque l’ancienne prison Charles III a été rasée. Le futur centre d’affaires s’intègrera au centre de tri, bâtiment industriel conçu par Claude Prouvé et Jacques André qui a été sauvé des démolisseurs après une vive polémique. Les urbanistes s’attèleront ainsi à insérer cet ensemble entre le pôle gare et le nouveau quartier. Un quai vert planté d’arbres et de pelouses sera créé le long de la voie ferrée. Un système de récupération des eaux de pluie est également prévu.

Metz était aussi en lice dans cette même catégorie EcoQuartier avec son projet des Coteaux de la Seille. Ce dernier n’a cependant pas été sélectionné. La ville entend ainsi aménager ces 30 hectares de verdure entre le quartier de Queuleu et la Seille, affluent de la Moselle. Elle prévoit pour cela la construction d’un nouveau quartier de 1 600 logements entre la rue Maréchal au Nord et le parc du Pas-du-Loup au Sud. Il s’agit ainsi d’urbaniser la dernière « tâche » verte de Metz-ville, le tout à proximité immédiate du futur quartier de l’Amphithéâtre. Ce dernier sera un quartier dense, tandis que celui des Coteaux de la Seille le sera nettement moins. Le site sera aménagé de manière à offrir aux futurs locataires et propriétaire de nombreux espaces naturels. Des systèmes de récupération des eaux de pluie en bassin seront par ailleurs mis en place. De même, en matière de construction, des matériaux économes en énergie seront utilisés. La construction de l’écoquartier des Coteaux de la Seille devrait s’étaler sur une dizaine d’années. Parallèlement, la ligne de bus prévue devrait céder la place à une branche du futur busway. Ce nouveau quartier vise en outre à retenir à Metz-ville les primo-accédants et les jeunes couples avec enfants. De tels habitants sont en effet intéressants pour la démographie de la ville.

Enfin, un nouveau quartier devrait sortir de terre d’ici quelques années à Jœuf. Bien que candidat au label Ecoquartier, ce dernier n’a pas été retenu. 400 à 500 logements vont ainsi être construits le site d’Europipe dans le but d’en faire une véritable référence sur le plan du développement durable. Cet écoquartier, dans lequel seront amenées à vivre près de 1 300 personnes, offrira un habitat mixte avec des logements individuels pour propriétaires, des maisons en bandes et des petites résidences locatives n’excédant pas trois étages. Les travaux de démolition des bâtiments restant sur le site, ainsi que le processus de dépollution devraient débuter en février-mars 2010. Le coût du projet est estimé à environ 16 millions d’euros.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 10 février 2013 15:16

    Montigny-lès-Metz veut devenir le Fribourg lorrain

    Montigny-lès-Metz, troisième ville de Moselle en termes de population derrière Metz et Thionville, entend reconvertir les 9 hectares du Quartier Lizé et les 4,2 hectares du Quartier Reymond en écocité (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/11/07/les-villes-de-lorraine-misent-sur-le-developpement-durable/) inspirée du modèle allemand de Fribourg.

    La ville de garnison devrait en effet hérité fin 2013-début 2014 de ces friches délaissées après les iniques et odieuses restructurations militaires (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t444-restructurations-militaires-en-lorraine). Constituées de terrains en jachère, de bâtiments, de jardins, de hangars en tôle et de routes, ces friches doivent également permettre la refonte complète de la ville telle qu’elle existe aujourd’hui en faisant « sauter » les enceintes militaires. L’idée est d’ouvrir ces quartiers, afin que la ville retrouve son unité.

    D’ici 5 ou 6 ans, 700 à 800 logements en réhabilitation ou en constructions neuves, des commerces et des équipements structurants, avec par exemple une médiathèque et une maison médicale, devraient voir le jour au sein de cette écocité verte et aérée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès


Derniers commentaires