Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Les voeux du préfet Gérault : Sarkozy a un clone en Rhône-Alpes

Les voeux du préfet Gérault : Sarkozy a un clone en Rhône-Alpes

Le préfet Jacques Gérault est, on le sait, un proche de Nicolas Sarkozy. Il en a adopté la gestuelle, mais aussi les tics de langage. Très volontaire, il dit par exemple « j’ai décidé », « il faut que », « on ne peut pas continuer ainsi » ou encore « j’ai retiré une part du fromage aux organismes de formation ? Je sais qu’ils ne sont pas contents, mais je m’en moque éperdument ! ».

La cérémonie des voeux à la presse n’avait donc cette année rien de protocolaire. D’entrée, Jacques Gérault a indiqué qu’il n’était pas question pour lui de se retrancher derrière un devoir de réserve. Il est là pour agir, pour décider et pour obtenir des résultats.
Simple comme un coup de fil
Pour s’informer, il a moyennement confiance en ses fonctionnaires et il ne cache pas qu’il "lit la presse" et qu’ il n’hésite pas à appeler certains chefs de service "sur le mode, vous m’apprenez quelque chose". A une journaliste, il glisse "j’ai beaucoup aimé votre article sur les roms, il était émouvant", avant de demander "mes services me disent que les roms qui sont repartis chez eux (avec un chèque de l’Etat en décembre ndlr) ne sont pas revenus, qu’en pensez-vous ?". La journaliste lui dit qu’ils sont bien de retour dans la région (ils en ont tout à fait le droit puisqu’ils sont Européens).
Une exigence de résultat
Le mot de rigueur est "évaluation". Tout dossier doit avoir des objectifs quantifiables et le préfet veut qu’on le juge à ses résultats. Pour l’instant il est assez fier de lui : en matière de délinquance, "les chiffres ont baissé, plus qu’au niveau national, sauf pour les menaces et les cas de violences physiques non crapuleuses", c’est-à-dire les violences intrafamiliales. Plus de personnes arrêtées, plus de gardes à vues, plus de personnes en prison ! A ce propos, il n’est pas très content des conditions de sortie des prisonniers. "sans vouloir m’immiscer dans les affaires de la justice, je veux qu’on prépare mieux la réinsertion des détenus en fin de peine", assure-t-il.
Sécurité routière, constat d’échec.
A propos des tunnels, des limitations de vitesse, "je sais que mes décisions seront impopulaires, mais je les assume", dit le préfet, qui n’admet pas "qu’on se cache les yeux devant un rapport alarmant sur la sécurité routière". Il faudra "augmenter la répression, mais aussi la prévention pour les deux roues" qui sont les premières victimes des accidents.
L’intégration, une priorité
Le "dada" de Jacques Gérault, c’est l’apprentissage du français. Un étranger ne trouvera jamais de travail s’il ne parle pas correctement la langue, dit-il. Et puis, reprenant un ton très Sarkozyen, "il y a ces femmes qui sont enfermées dans leurs appartements et qui n’ont pas idée qu’elles ont des droits"... "On a identifié 6 000 personnes qui nécessitaient des cours, je les ai fait prendre en charge par des fonctionnaires, y compris des bénévoles, eh bien fin 2008, ces 6 000 personnes auront passé leur diplôme !". Pareil pour les jeunes diplômés : "Comment voulez-vous (il n’a pas dit Mme Chabot, mais le ton y était) que des jeunes qui se sont donné la peine de finir des hautes études se retrouvent sans emploi avec le pote de la cité qui leur rit au nez au volant de sa BMW ?". Le préfet a sur son bureau les CV de 800 jeunes. "J’ai constitué mon petit réseau de chefs d’entreprise. Je ne les lâcherai pas ; nous avons déjà casé 619 de ces jeunes et, en juin, j’aurai accompli mon objectif !". Et ce sera pareil pour l’accès aux grandes écoles : "j’ai demandé que les deux meilleurs élèves de chaque classe de terminale se voient offrir la possibilité d’accéder en classe préparatoire".
De Père Noël en Père Fouettard
Au jeu des questions-réponses, Jacques Gérault s’est révélé moins tendu que son mentor. Au fait de tous les dossiers, on retiendra qu’il veut tout quantifier, du droit au logement opposable (DALO) à la construction de haies dans les campagnes. Tantôt Père Noël, tantôt juge d’application des peines, il se transforme en agent de l’ANPE ou en conseiller d’orientation, mais il n’oublie pas ses prérogatives de représentant de l’Etat : il a le pouvoir de retarder ou d’annuler des décisions. "Je suis contre les résidences étudiantes et tant que je serais là il n’y en aura plus une seule, il faut favoriser la mixité", tranche-t-il. Sur les constructions  : "les banlieues ne souffrent pas de trop de constructions, mais de pas assez", et puis "il faut donner l’autorisation pour rajouter un étage à toutes les constructions en centre-ville"... "cela aura pour résultat de baisser la pression sur les prix, d’augmenter de 15 à 20 % l’offre locative, et puis un étage sur quatre ou cinq, ça ne se voit pas !" ou encore une décision qui risque de faire grincer des dents : "dans les opérations de destruction/reconstruction, je vais demander qu’on arrête de démolir des immeubles avant qu’on en ait construit de nouveaux"...
Une décision qui devrait concerner le 9e arrondissement et le plateau de la Duchère, un secteur emblématique où le candidat pour les municipales n’est autre que... Gérard Collomb.

Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 18 janvier 2008 09:37

    Ce qui serait choquant c’est d’avoir un Préfet valet de chambre comme nous avons connu durant ces 30 dernières années.

    Voila un homme qui veut changer radicalement la société et qui prend la réalité des choses.

    "Comment voulez vous (il n’a pas dit Mme Chabot mais le ton y était) que des jeunes qui se sont donné la peine de finir des hautes études se retrouvent sans emploi avec le pote du la cité qui leur rit au nez au volant de sa BMW ?".

    C’est une réalité que j’ai vu comme tout le monde ces dernières années.

    Quand des jeunes sans boulots,sans formations regardent ,ils ne peuvent que suivre les mauvais exemples.

    Nous avons actuellement une explosion du trafic de drogue sur Paris,il serait temps de changer tout cela

     


    • Djanel 18 janvier 2008 10:39

       

      Je ne sais pas quelle la différence il y a entre un valet de chambre de chambre qui doit l’obéissance à son maître l’employeur et un préfet qui doit l’obéissance à son gouvernement qui l’emploie.

       

      Nous vivons en république et il y a des lois organiques que je ne connais pas puisque je ne suis comme vous qu’un simple citoyen un peu bancal de la cervelle mais je peux quand-même vous dire qu’en France le pouvoir exécutif est contrôlé par les représentants du peuple. Le gouvernement est responsable de ses actions devant les parlementaires qui peuvent s’opposer à sa politique à tout moment en votant une censure.

       

      Les préfets sont des hauts fonctionnaires soumis à une hiérarchie, ils sont donc responsable de leur action devant le gouvernement qui est leur supérieur dans l’administration. Un préfet ne fait pas ce qu’il veut mais exécute les ordres du gouvernement qui est responsable de leur comportement devant l’assemblée. Çà va Lerma, je sens que vous allez attraper une migraine devant cette chaîne de responsabilité.

       

      Pas difficile pourtant de comprendre que les préfets appartiennent à l’exécutif. Je sais que la gauche a aboli l’esclavage mais pour les préfets ni pour les sous-préfets qui sont aux ordres du préfet. Si vous êtes pour l’abolition de l’esclavage des préfets moi je rejoins Brigitte Bardot pour libérer les phoques parce qu’ils sont plus gentils qu’un préfet. 


    • Charles Ingalls Charles Ingalls 18 janvier 2008 12:17

      (Lerma) "C’est une réalité que j’ai vu comme tout le monde ces dernières années."

      Que faisiez-vous dans cette banlieue ? Ne me dites pas que vous consommez des substances illicites ?

      Caroline, envoi l’annuaire j’appelle Nicouille (oui on est un peu pote)...


    • MagicBuster 18 janvier 2008 14:08

      Bien joué Charles, j’te file un coup de main pour couper du bois cet après-midi ?


      • Charles Ingalls Charles Ingalls 18 janvier 2008 22:30

        Trop tard mon brave, et puis cette aprés-midi j’étais en RTT (oui les bucherons aussi ont droit aux RTT)...

        Mais je te remercie, en ces temps sarkozien, il devient difficile de trouver de l’aide...Je ferais appel à toi dés que l’occasion se présentera...


      • moebius 18 janvier 2008 21:06

        ..il louche le prefet , non ! article interessant... rappelez moi le nom de ce prefet "qui prend la réalité des choses"

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LYonenFrance


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès