• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Lettre ouverte à Mr Richert, président du Conseil Régional Grand Est, sur (...)

Lettre ouverte à Mr Richert, président du Conseil Régional Grand Est, sur le projet de gare TGV-TER de Vandières

Le feuilleton de la gare d'interconnexion TGV-TER de Vandières en Meurthe-et-Moselle connait aujourd'hui un nouveau chapitre. Pour rappel, la localisation de la gare TGV, aujourd’hui, de Louvigny ne permet pas de raccorder cette ligne au réseau TER. Elle devait être une gare provisoire en attendant la construction de la gare sur la commune de Vandières, caractérisé par une succession de villes le long de la Moselle et ayant une connexion directe avec le réseau TER.

Nous avons interrogé Stéphane LEONARDI, candidat EELV aux législatives dans la 6eme circonscription dont Vandières fait partie, qui milite pour la construction de cette gare.

La gare de Vandières permettra de compléter le rabattement TER des lignes de Neufchâteau et Longwy, et ainsi créera un point d'entrée stratégique pour l'aménagement de l'espace central et le développement d'une Métropole Lorraine. Elle permettra de lutter contre les déserts ruraux qui s’installent dans notre région.

Aujourd'hui, le candidat a envoyé une lettre ouverte à Monsieur Richert, président du Conseil Régional du Grand Est afin de rouvrir ce projet dont voici une copie :

Monsieur le Président,

 Le candidat aux Législatives d'Europe Ecologie les Verts dans la 54-06 Stéphane Léonardi et sa suppléante Claudie Picard vous demandent de bien vouloir rouvrir, dans les meilleurs délais, le dossier de la gare d'interconnexions de Vandières.

  L'enquête publique ouverte en 2009 aboutit à un avis favorable, suivi par la signature d'un décret déclarant « d'utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la création de la gare d'interconnexions TGV/TER de la région Lorraine Vandières »
  Un décret du 28 mars 2011 autorise la réalisation du projet de la gare de Vandières (L'Etat assurera son financement via une taxe sur les produits pétroliers).
  Le 1er février 2O15, l'ex-Président du Conseil Régional Masseret organise une consultation publique des plus contestables, car la participation atteint à peine 10%. Malgré la demande des écologistes, il refuse de faire voter le Conseil et, en pleine illégalité, impose son option négative.
  Le 11 décembre 2O16, Michel Vogt, au nom des usagers, signale la situation à Christian Eckert, secrétaire d'Etat auprès du Ministre des finances et des comptes publics.
  Deux cent deux maires de Moselle, Meurthe et Moselle, Vosges et Meuse demandent la l'exécution du projet.
  Le 3O mars 2017, Mathieu Klein, Président du Conseil Départemental de Meurthe et Moselle, sollicite à son tour la réouverture du dossier.
  Le 2O avril, enfin, le Conseil Economique social et environnemental (CESER) vote en faveur de cette gare d'interconnexions de Vandières.

  Sachant que des travaux conservatoires d'un montant de 23 millions d'euros ont d'ores et déjà été effectués, il est absurde et choquant de ne pas achever les travaux envisagés. Connectée à l'axe ferroviaire Nancy-Metz, la gare TGV/TER Lorraine de Vandières donnera directement accès aux trains TGV se dirigeant vers Strasbourg et l'Europe ainsi que vers Paris, Lille, l'ouest et le sud-ouest.

  Le Grand Est est probablement la seule région de France à ne pas avoir de gare d'interconnexions ferroviaires. Renoncer à la gare de Vandières serait la vouer à un repli sur soi grandement dommageable sur le plan économique, politique, social et environnemental.

  Vous remerciant de l'attention que vous voudrez bien porter à ce problème crucial et urgent, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre considération respectueuse.

 Nancy, le 1er juin 2017

 Stéphane Léonardi
 Claudie Picard

 

Le choix électoral de Juin sera clairement décisif pour relancer ce projet nécessaire à une région sinistré par la perte de son industrie.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 juin 09:56

    Le nom des TGV va être remplécé par « inOui ».

    C’est la dernière trouvaille marketing de l’équipe de M. Pépi qui a d’autres chats à fouetter que l’aménagement du territire !
    Il faut vous faire à l’idée que ceux qui prennent le train ne sont plus des usagers mais des clients et que la SNCF n’est plus un service public, mais une entreprise commerciale.
    C’est une des conséquences de l’obligation faite par l’UE de mettre en concurrence l’offre de toute marchandise et service et de casser les monopoles des états qui doivent disparaitre.
    Les enjeux dépassent les élections législatives, ou alors il faut voter pour un candidat qui représente une organisation politique qui se soit clairement prononcée pour une sortie de l ’ UE.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 juin 10:44

      @Jeussey de Sourcesûre

      La loi du 4 août 2014 a mis fin à l’aberration de la séparation entre RFF et la SNCF. Les élus, régions, entreprises, organisations syndicales, usagers sont « associés » au devenir du système ferroviaire grâce à la création du Haut comité du ferroviaire. Mais les régions ne peuvent créer qu’une infrastructure d’intérêt régional. La mission commerciale des liaisons nationales de la SNCF échappent à ce cadre :

       »Les régions sont compétentes pour créer ou exploiter des infrastructures de transport ferré ou guidé d’intérêt régional. Pour l’application du présent article, l’intérêt régional se comprend étendu aux départements limitrophes, sous réserve de l’accord des conseils régionaux concernés. Le présent article n’est applicable ni à la région d’Île-de-France, ni à la collectivité territoriale de Corse.« 

      Or les visions des anciens dirigeants de la SNCF formatés par Centrale, Mines et Polytechnique ont été remplacées par celles des nouveaux dirigeants formatés par HEC, Science Po et l’ENA (le passage par »young leaders n’est pas indispensable pour le transport ferroviaire, mais presque...).


    • JL JL 2 juin 10:53

      @Jeussey de Sourcesûre
       

      ’’Il faut vous faire à l’idée que ceux qui prennent le train ne sont plus des usagers mais des clients et que la SNCF n’est plus un service public, mais une entreprise commerciale.’’
       
      Cela fait bientôt 30 ans que ça s’est passé comme ça, quand Les PTT ont été éclatés en France Télécom et La Poste (1991). Les syndicats ont beaucoup râlé à cette époque, notamment sur le fait qu’à France Télécom, la notion d’usagers perdrait son sens au profit de celle d’usagers.

    • jef88 jef88 2 juin 19:20

      @JL
      Je suis bête !
      Je ne comprends pas «  la notion d’usagers perdrait son sens au profit de celle d’usagers. »


    • JL JL 2 juin 19:46

      @jef88


       la notion d’usagers perdrait son sens au profit de celle de client..

    • Salade75 2 juin 11:01

      Bonjour,
      L’expérience d’autres gares TGV montre que la création d’une gare ne crée pas le développement, mais peut amplifier un développement important pré-existant.

      Cela veut dire que ce genre de projet, sauf à avoir aussi un intérêt pour l’exploitation ferroviaire, est juste un gouffre financier, si l’endroit ou on l’implante n’est pas déjà très actif.

      Mais il est vrai que pour les politiques, l’argent des autres (l’impôt) n’a pas de valeur et peut donc être jeté au vent pour favoriser une élection.


      • Rock 2 juin 11:08

        @Salade75
        Donc il vaut mieux laisser nos régions se faire déserter en regardant les loyers dans les métropoles toujours augmenter ...


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 juin 11:09

        @Salade75

        Il est clair que le système TGV accentue l’écart de développement entre les « métropoles » qui sont desservies et les secteurs ruraux qui ne sont ni desservis ni connectés.

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 juin 11:21

        @Rock

        cette vision « métropoles/désert » est une application directe de l’idéologie productiviste prônée par les technocrates de l’UE au service des investisseurs boulimiques. Je répète que la seule option électorale susceptible d’enrayer cette catastrophe consiste à donner sa voix à un candidat clairement anti-UE (je ne parle pas du FN qui n’est pas anti-UE contrairement à ce que beaucoup croient).

      • Salade75 2 juin 12:40

        Bonjour @Rock

        Je dis juste qu’une gare TGV n’amène pas le développement économique par magie.
        Ce n’est que si tous les éléments sont réunis au préalable qu’elle aura cet effet.

        A défaut, c’est juste une nouvelle gabegie dont sont friands les politique en période électorale


      • Salade75 2 juin 12:46

        @Jeussey de Sourcesûre
        Vous avez raison : le TGV améliore ce qui va déjà très bien, et donc participe à la concentration de l’économie sur des métropoles constituées et actives

        La solution au développement des régions n’est pas le TGV.
        Elle est avant tout politique.
        Par contre, une fois l’action politique lancée, le développement du TER et du fret ferroviaire pourrait certainement y contribuer significativement


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 juin 14:53

        Richert s’en fout :
        le projet n’est pas en Alsace.

        Comme les Mosellans sont contre, car Vandière n’est pas en Moselle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Rock


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès