Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Loi LRU : le second souffle vient des IUT du grand ouest

Loi LRU : le second souffle vient des IUT du grand ouest

Alors que le mouvement des universités entre dans sa sixième semaine de contestation contre la loi LRU, les IUT du grand ouest ont finalement décidé de s’y rallier activement. Si la loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités est en cours de réécriture, les actions conjointes des enseignants-chercheurs, élèves et personnel IATOS poursuivront la grève illimitée tant que tout ne sera pas remis sur la table.

La loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités, plus connu sous le nom de loi d’autonomie des universités ou loi pecresse, inquiète. Alors que le paysage de la recherche française est déjà bien dégradé, cette loi touchera de plein fouet les enseignants-chercheurs : budget, recrutement, moyens matériel, représentation au CA,...
Si on parle beaucoup des litiges que suscite cette loi au niveau des facultés, on parle beaucoup moins de ses effets sur les instituts.

Plébiscité par les recruteurs, le Diplôme Universitaire Technologique est une formation qui demande beaucoup de moyen : matériel de maintenance industriel, parc informatique, équipement de télécommunications, ustensiles de chimie, appareil de mesure physique et j’en passe ... De plus les IUT sont souvent de petites structures, ayant peu de moyens de pression pour se faire entendre.

Le nouveau moyen de calcul des budgets universitaires, nommé SYMPA, impact les porte-monnaies des Instituts Universitaires Technologiques de -25 à -40%. Devant l’ampleur du trou monétaire que représente cette braderie de l’enseignement supérieur, les IUT appel à des mouvements "PAS SYMPA", par le port ou l’affichage de smiley pas content :(.


Dans le cadre de l’ultimatum "Le 10 mars, les IUT s’arrêtent", les IUT de Brest, St-Malo, en passant par Rennes ou Morlaix ont décidé d’effectuer des actions ciblées dans leur ville. Barrages filtrants à Nantes, Morlaix et St-Malo, investigation de grandes surfaces à Rennes et Lannion.



A Vannes une action originale a été proposée : "L’IUT à 60%". Dans l’optique de démontrer l’absurdité de réduction de budget de 40%, deux des 4 départements de l’IUT appellent à :

- maintenir des cours en amphithéâtre

- faire des Travaux Dirigés à 50 étudiants (2 groupes en 1)

- effectuer les Travaux Pratiques à 25 étudiants (2 demi-groupes en 1)

- de supprimer les supports de cours (crédits épuisés)

- de suspendre navigation internet dans les salles

- de supprimer la maintenance du matériel (Créduits épuisés)

- de rentabiliser les locaux en ouvrant le samedi

La Coordination grand ouest invite les 115 IUT de France de rejoindre le mouvement.


"Il était temps" confie un étudiant de Nantes, où le blocage de l’université dure depuis 5 semaines. Devant la faible médiatisation de ce mouvement d’ampleur national, et devant les intimidations des RG et de la police, certains commençaient à baisser les bras.

Intimidations policières ? RG ? Malheureusement, je ne l’aurais pas cru moi non plus si je n’en avais pas été le témoin ce matin (10/03)même. Arrivant à 7h45 sur le parking de l’IUT de St-Malo, un homme brun cheveux gominés façon superman guette de sa petite voiture bleu : "Vous êtes venu en vélo, vous l’avez volé ?", "Bon, sinon, vous avez prévu des actions quelque part ?", des réflexions assez hallucinantes, sans compter la prise des noms de certains étudiants.
Ensuite durant la distribution de trac sur la voie publique, la police est arrivé (jusque là rien à dire, leur présence évitant tout débordement), mais bien vite le chef de brigade a menacé les manifestants titulaires du permis de leur retirer pour "entrave à la libre circulation". Un comble quand on sait que St-Malo est régulièrement victime de congestion routière : pas besoin de petits universitaires en gilet jaune pour que le périph’ soit bouché...Les plaques d’immatriculation ont été relevé accompagné de menace de trois ans de prison ferme, sous l’œil du journaliste d’un grand quotidien qui n’a pas sourcillé.

"Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit !". C’est sûr qu’avec ce genre de propos, ainsi que du blackout des médias traditionnels, il faut s’attendre à des actions toujours plus dures, empêchant toujours plus d’honnêtes travailleurs d’arriver à l’heure au travail.
Depuis novembre 2008 les universitaires (cela comprend également les IUT, ainsi que les écoles d’ingénieurs publiques) tentent de sensibiliser la population au danger de cette réforme, telle qu’elle est écrite à l’heure actuelle...et rien, 3 lignes dans un journal régional, un passage flash dans le 6 minutes,...

En attendant d’autres actions sont à prévoir en Bretagne/Pays de la Loire, ainsi que dans la France entière. Rappelons que le 19 mars 2009 est organisé une grève interprofessionelle contre la marchandisation des travailleurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 20 mars 2009 23:43

    Je suis un ancien DUT. Et Breton, comme vous. Dites-nous comment vous aider dans votre mouvement.


    • StayInContactWith 21 mars 2009 12:52

      Bonjour,
      en fait cet article a été proposé le 10 mars, date du début du mouvement en Bretagne. Le 20 mars la loi devait être discuté par Précresse : le but de ce mouvement était de faire un maximum de bruit jusqu’à cette date. Ensuite cela n’est plus du ressort de simples étudiants^^
      Mais merci de votre intérêt pour ce mouvement !


    • Christoff_M Christoff_M 21 mars 2009 16:07

       lamentable nous manquons terriblement de techniciens et ingénieurs qualifiés dans de nombreux secteurs de pointe de l’industrie.... cette madame Pécresse de bonne volonté mais peu compétente et terriblement inexpérimentée comme bcp dans ce gouvernement du jeunisme...

      je crois qu’il faudrait envoyer nos chargés de l’emploi en stage dans les pays nordiques !!

      notre apprentissage a toujours été une catastrophe, l’alternance commençant fébrilement à se démarrer...
      mais dans notre pays de grandes écoles difficile de comprendre à certains bac+5 ou plus de comprendre qu’ils doivent travailler avec des gens bien formés à tous les niveaux !!

      tant qu’il regnera ce régime de caste dont mme Pécresse fait partie, incapable dans le dialogue de se mettre à la portée des problèmes pratiques, l’enseignement scientifique s’effritera, la recherche également...

      Nous avons vu ce que des généralistes et des gestionnaires donnaient dans l’industrie...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès