Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Lorraine : Le 8ème RA de Commercy dissous dans moins d’un an (...)

Lorraine : Le 8ème RA de Commercy dissous dans moins d’un an !

Les habitants de Commercy ont dernièrement manifesté contre la dissolution du 8ème Régiment d’Artillerie programmé dans le cadre des iniques et odieuses restructurations militaires dès juillet 2013 (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t444-restructurations-militaires-en-lorraine).

En 2008, l’annonce de la dissolution du 8ème RA avait fait grand bruit dans ce bassin d’emploi, où le chômage atteint déjà 12,5 %, qui verrait ainsi disparaître du jour au lendemain 10 % de ses 12 500 habitants (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/06/24/restructurations-militaires-commercy-attend-toujours/). Face à la contestation locale et aux enjeux économiques, il avait finalement été décidé de suspendre la décision « tant qu’une solution équivalente en emplois ne serait pas trouvée ». Depuis novembre 2011, la cité des madeleines a appris qu’elle accueillerait une nouvelle usine du groupe aéronautique et de défense Safran (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/02/03/une-usine-safran-a-commercy/) qui devrait créer 200 emplois en 2014 et peut-être le double d’ici à 2017. Mais il ne s’agit en aucun d’une compensation et de toute manière le compte n’y est pas.

Pour Commercy, la dissolution du 8ème RA est catastrophique. Les militaires et leur famille injectent en effet 20 millions d’euros par an dans l’économie locale.

L’une des premières décisions de François Hollande, fraîchement élu à la présidence de la république française, a donc été d’entériner pour juillet 2013 ce que même Nicolas Sarkozy n’avait pas osé faire. Le coup de poignard est d’autant plus dur pour le maire de Commercy qu’il appartient à nouvelle la majorité gouvernementale. Dans la ville, les pancartes des commerçants sont sans équivoque : « Moi président, je ne ferai pas de Commercy un désert économique. Moi président, je respecterai la parole et les écrits de l’Etat ». Cela donne l’impression que François Hollande ne maîtrise pas l’Etat-major.

Les Meusiens ont tant donné au cours des deux guerres mondiales. Pour quelle ingratitude en retour : dissolution des régiments, enfouissement des déchets radioactifs (voir : http://blefondation.e-monsite.com/pages/cercle-de-reflexion/dechets-nucleaires.html) et du CO2 des hauts-fourneaux dans leur sous-sol !


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 4 octobre 2012 10:15

    l’armée n’est pas une variable d’ajustement économique.


    • esteban 4 octobre 2012 19:32

      Ola, en tout cas elle l’est plus que les dividendes des actionnaires !

      Il y a des choses importantes, et d’autres beaucoup moins !


    • Plum’ 4 octobre 2012 11:46

      Je suis pour une réduction sensible, très sensible même, des effectifs et budgets militaires. J’estime toutefois qu’elle peut être modulée selon certains principes d’ajustements socio-économiques, notamment en faveur des petites collectivités locales, telles que Commercy. Et effectivement, merci de l’avoir rappelé, il convient de ne pas oublier que c’est un symbole des communes qui ont beaucoup donné lors des dernières mondiales. Le point de vue militaire pur ne doit pas primer. Je vous remercie donc pour cet article et je vous soutiens.


      • Plum’ 4 octobre 2012 13:57

        « Le robinet à pognon de la guerre froide est à présent fermé. » : cela m’apparaît hors de propos pour le cas de Commercy. Je ne vois pas en quoi le fait de garder des régiments dans de petites communes ferait vraiment tort à l’armée, en portant l’effort de réduction sur les plus grandes communes (où le coût de vente des terrains pourrait être juteux...). Ca serait même plutôt bon pour le moral des troupes...


      • hans 4 octobre 2012 17:53

        Sur ce coup là je ne vous suit pas, 1 militaire en moins est une bonne nouvelle en soi, vous auriez dû y penser depuis longtemps, plus de militaires en europe mais basons les sur leur champs d’action, afga, cote d’ivoire etc ... et faisons les financer par ceux à qui ils servent

        par exemple areva  smiley


        • Spip Spip 4 octobre 2012 19:27

          Ce n’est pas une nouvelle très gaie pour les gens de Commercy (et, nostalgie, pour moi qui y avait fait mes trois jours...) mais il y a une première réalité, purement militaire.

          Toutes ces garnisons groupées dans l’Est n’avaient qu’une raison d’être : faire face au Pacte de Varsovie. Depuis la chute du Mur et les bouleversements qui ont suivi, les militaires ont bien été obligés de changer d’horizon, c’est l’évidence, et il n’y a pas que Commercy qui est concerné.

          D’un point de vue matériel, par exemple, nous nous retrouvons avec un gros paquet d’équipements inadaptés aux conflits d’aujourd’hui (ex : le char Leclerc de 56 tonnes) dont on ne sait que faire. Une fois revendus, ça impactera aussi l’emploi chez ceux qui les entretiennent et la liste des villes concernées sera longue : Bruz, Muret, Nimes, Besancon, Lyon, etc.

          La « démilitarisation » de la Lorraine était prévisible et est entamée depuis un bon moment déjà. Il ne faudrait pas amalgamer plans de réorientation de l’Armée et désindustrialisation, ce n’est pas la même chose. Cette dernière avait commencé bien avant...


          • COVADONGA722 COVADONGA722 4 octobre 2012 20:14

            yep , sauf erreur la population vote pour moins d’impots , sauf erreur les français ont applaudis la disparition du service nationnal dispensant maintenant les armées de faire de l’amenagement du territoire.Ils est toujours rejouissant de voir des partisans« voir les apparentements des notables locaux  » du moins d’état moins d’impots raler quand c’est chez eux que se pratique les coupes.Yep s’agissant d’unités d’artillerie et de techniciens l’éparpillement s’avere ingérable et trop couteux la logique veut que ces unités soient regroupées proches de leurs écoles d’application, de zone dépeuplées pour un entrainement realiste et de bases logistiques pouvant assurer leurs projections ;Commercy est disqualifié
            à ces trois titres .
            Asinus : ne varietur


            • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 9 novembre 2012 22:08

              Restructurations militaires : le 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat de Rouvres menacé

              Le 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat (3ème RHC), basé à Rouvres-en-Woëvre près d’Etain, est menacé de fermeture. Une présentation du budget du ministère français de la défense fait en effet mention des principales opérations d’infrastructures en cours, à Pau et à Phalsbourg, qui abritent également des régiments d’hélicoptères de combat. Ces sites sont « destinés à accueillir des hélicoptères de nouvelle génération », c’est-à-dire des Tigres et des NH-90. Une note de bas de page affirme que pour Rouvres « les travaux sont suspendus depuis une décision prise en 2008 ». Les Gazelles du 3ème RHC ne seraient par conséquent pas remplacées.

              Le 3ème RHC a déjà rendu 200 militaires par rapport à l’effectif de 2008. Il en a encore perdu 50 autres cet été. Le départ des militaires et de leur famille fait baisser les effectifs dans les écoles du secteur, qui risquent à leur tour de fermer.

              L’Etat français avait pourtant assuré, entre 2002 et 2006, qu’il équiperait le 3ème RHC de Tigres. 400 militaires supplémentaires devaient également arriver. Mais la France n’a bien évidemment pas tenu ses promesses.

              Un comité de défense s’est créé. Des actions et des manifestations sont d’ores et déjà prévues pour maintenir la situation socioéconomique du secteur.


              • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 18 novembre 2012 22:23

                Près de 300 personnes ont dernièrement manifesté au centre-ville d’Etain pour protester contre la fermeture à moyen terme du 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat (3ème RHC). Forte de 1 100 hommes, sans compter leurs familles, la base est un véritable poumon économique pour cette petite ville de 3 800 habitants, située à une vingtaine de kilomètres de Verdun, dans le Nord meusien. La commune est plongée dans le flou artistique depuis quelques temps et le silence radio du ministère de la défense, ce qui n’augure rien de bon. Afin de ne pas être mis sur le fait accompli, les élus veulent désormais obtenir des réponses claires du gouvernement avant la prochaine loi de programmation militaire. Basée sur le Livre blanc à l’origine des iniques et odieuses restructurations militaires, celle-ci sera normalement votée au premier semestre 2013. La commission chargée de ce travail devrait rendre ses conclusions à la fin de l’année.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès