Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Mobilisation à la faculté des lettres et des sciences humaines de (...)

Mobilisation à la faculté des lettres et des sciences humaines de Limoges

Les étudiants de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Limoges (FLSH) sont remontés. La cause ? Une volonté annoncée par l’administration de l’Université de fermer d’ici peu les bibliothèques de section de la faculté, ces petites unités qui proposent aux étudiants et enseignants, au sein des bâtiments où sont dispensés les cours la documentation et les conditions nécessaires à la recherche. Si les défenseurs de cette idée estiment que l’intégration de ces fonds à la bibliothèque universitaire optimisera les démarches de travail, nombre d’étudiants et personnels s’insurgent contre une décision qu’ils jugent inutile et symptomatique d’une Université qui se trompe de combat dans la quête de l’efficience et de l’économie… J’ai souhaité donner la parole à des étudiants qui ont fait leur ce combat contre une tentation aux «  logiques financières » d’un enseignement supérieur pourtant tellement indispensable.

Riche de plusieurs de ces petites bibliothèques, l’Université de Limoges et en l’occurrence la FLSH a entamé il y a plusieurs années un transfert progressif des fonds documentaires des différentes filières vers la bibliothèque universitaire (BU), au nom du confort et du professionnalisme de ses personnels, quand seuls des étudiants tuteurs et des enseignants fréquentent les bibliothèques de section. Dans sa réponse aux inquiétudes des étudiants, la direction de la faculté insiste en effet sur « la mission de service public » que les employés accomplissent « avec beaucoup de compétence et de conscience professionnelle ». De ça, les étudiants ne doutent pas, mais estiment que ce n’est pas l’intérêt du débat et de leur mobilisation. Très concernés, ils disposent d’un argumentaire assez précis. Marie Toulisse, étudiante en L3 Lettres classiques, sait de quoi elle parle : les ouvrages en question sont essentiels pour « produire mémoires et thèses », et leur relégation « dans les profondeurs des archives de la BU » revient pour elle à une disparition inavouée. Le collectif de défense des bibliothèques explique : « le projet, censé transformer nos bibliothèques en »espaces de travail », ce qu’ils sont déjà, va en réalité déplacer nos livres dans la BU, où ils seront l’objet de désherbage. Le désherbage, en bibliothèque, signifie le redéploiement des collections : autrement dit, nos livres seront placés en magasin, placés sur les étagères de la BU, mais pour beaucoup, ils seront bradés ou jetés à la poubelle. » Faisant allusion à des livres « rares et précieux », de fait encombrants quand l’on cherche la rapidité du reclassement, les étudiants prévoient avec agacement que « la BU n’a ni le temps ni les moyens de conserver, étiqueter et informatiser les milliers d’ouvrages que nous possédons. Beaucoup vont disparaître du circuit et les étudiants n’y auront plus accès. » Et n’hésitent pas à parler de « massacre » annoncé.

La colère a commencé à gronder il y a quelques semaines déjà, mais ne s’est réellement matérialisée qu’en avril, en dépassant le cadre des départements, individuellement, pour s’afficher en compte twitterpage Facebook, pétitions (434 signatures sur la pétition en ligne), échanges de courriels et même un article dans Le Populaire du centre. Les étudiants engagés dans une lutte corps et âmes pour sauver les bibliothèques de recherche ont en effet investi tous les champs possibles de la communication pour présenter le plus clairement possible leurs revendications. Ils se sont constitués en collectif, une structure qui se donne pour objectif de répondre au mieux aux arguments de l’administration, qui face à cette mobilisation peut-être inattendue, a tenu au droit de réponse et à réaffirmer son souhait du dialogue constructif et de l’apaisement. La période actuelle de vacances semble forcer une pause dans le débat – il serait peut-être exagéré de parler d’affrontement, la dimension locale de l’enjeu forçant sans doute la mesure. Pour autant, la détermination demeure. Au courriel envoyé par la direction de la faculté, le collectif, qui entend y répondre point par point, avance ses vérités (« Malgré toute sa bonne volonté, la BU n’est pas extensible à l’infini »), craint pour le devenir d’une partie des fonds et déplore l’absence totale de concertation sur le sujet. Au-delà, il déplore même une tentation de la désinformation : non, des ouvrages ont déjà été rendus inaccessibles, et quoi qu’il en soit, c’est bien de cadres idoines de travail dont on privera les étudiants, étant donné notamment que les personnels de la BU, en dépit de leur bonne volonté, ne sont pas spécialisés sur les ouvrages dont ils auront alors la charge.

Dans les arguments des uns et des autres, on sent parfois poindre une certaine lassitude vis-à-vis de certaines pratiques propres aux secrétariats. Mais plus que d’un agaçant mais commun imbroglio administratif, que l’on retrouve partout, c’est bien aux valeurs véhiculées par ce type de considérations que les étudiants veulent s’en prendre. Le sujet semble de ce fait plus ou moins politique. Le transfert des fonds dans le Service commun de documentation (le réseau des BU de l’Université, ndla) répond à une injonction ministérielle de 2011… A ce titre, il semble bien révélateur d’une certaine conception de l’Université, et en ce sens il dépasse le devenir des bibliothèques de section. C’est en tout cas ce qu’estiment les étudiants que j’ai pu interroger, qui pensent certainement que ce n’est pas la fermeture simple de ces bibliothèques qui condamnera l’enseignement supérieur, mais bien tout un ensemble de décisions néfastes dont celle-ci n’est qu’une petite facette, mais non moins emblématique. Marie fait allusion à d’autres menaces qui pèsent sur l’Université : « des filières sont menacées de fermeture car on trouve trop peu d’inscrits sur les listes », preuve que la malaise est plus large et les préoccupations intégrées à des enjeux plus globaux sur l’ambition que l’on voudra bien avoir sur l’Université du XXIe siècle. Catégorique, le collectif déclare donc qu’avec une telle ambition, « l’Université met un prix sur la culture et le savoir ». Et de dire non sans amertume :«  l‘Université, depuis quelques années, dicte sa conduite selon un chiffrage méticuleux. Or, l’éducation ne se chiffre pas. Les investissements dans des bibliothèques ne se chiffrent pas. Ce sont des investissements sur l’avenir, et la valeur intellectuelle, humaine et culturelle n’est pas une valeur que l’on mesure en euros. […] Le fait que l’on parle de la »performance » des universités est extrêmement révélateur à ce sujet.  » Ainsi, si réunir les fonds dans une seule unité ne condamnera pas la recherche, c’est toute l’image de l’Université qu’ils désirent qui s’en trouvera atteinte. Attachés à ce qu’ils estiment être une richesse dans un établissement qui se doit de « promouvoir l’égalité des chances et l’égalité des étudiants à l’accès à la culture  » et « promouvoir le savoir, la curiosité intellectuelle, la pensée critique  », les étudiants pensent que c’est bien également à ses «  valeurs  » que la fermeture portera «  un coup violent ». Et loin d’eux l’idée de vouer aux gémonies leur université de proximité, dont ils louent et ont conscience des « grands atouts », à savoir le «  suivi personnalisé des étudiants, des équipes pédagogiques impliquées, une atmosphère chaleureuse ». On semble comprendre que les étudiants ne sont pas là pour défendre leur intérêt personnel, mais qu’ils voient aussi plus loin, prenant en considération autant leur devenir que celui des générations suivantes qui auront à cœur de bénéficier d’un enseignement de proximité, dans un établissement à taille humaine, parfaitement adapté à leurs attentes, leur ouvrant de nouveaux horizons et permettant une bonne transition entre l’enseignement secondaire et le monde professionnel…

bs-br-faceook-300x200 dans Haute-VienneCe débat semble susciter des vocations à l’engagement citoyen, et c’est tout à l’honneur de la faculté ! Marie, qui ose encore « espérer que [l'Université] a conscience que son but ultime dépasse l’intérêt purement économique  », s’est surprise à prendre parti. Cette question «  [lui a] permis de [se] sentir plus impliquée dans la vie étudiante et plus citoyenne également ». A l’heure où le destin à moyen terme de l’enseignement supérieur à Limoges, en particulier celui des lettres et sciences humaines dont les effectifs sont à la baisse, est plutôt flou, celle qui se destine à l’enseignement «  [a] l’impression de ne pas agir seulement pour [elle] mais aussi pour les étudiants qui viendront après [elle]  ». Et de rajouter, déterminée, convaincue mais peut-être un peu désabusée : « c’est la conception de l’éducation qui est en jeu dans ce débat ». Cela rejoint les propos de ces étudiants embauchés en tuteurs dans les bibliothèques de section, qui éludent leurs préoccupations financières personnelles que leur engagement aurait pu motiver, en parlant de ces espaces « pour [lesquels ils ont] effectué de nombreuses heures en-deçà de nos heures payées  » par « amour des livres » et de leur cadre d’études. Cette affirmation n’est-elle pas trop appréciable, à l’heure où l’on a de cesse de pointer du doigt le désintérêt des jeunes générations pour la culture, et quand l’éducation semble avoir été érigée en grande cause du mandat présidentiel ?

Si tous sont d’accord pour saluer la bonne volonté de la plupart des acteurs en présence, et réclamer une discussion plus qu’un affrontement, ils semblent aussi partager le même avis sur les fausses bonnes idées et les faux combats sur lesquels s’engagent les équipes dirigeantes, qui pour eux n’ont pas perçu la richesse que constituent les BS dans la dimension socialisante de la recherche. Les tuteurs insistent d’ailleurs sur ce point, parachevant la démonstration de la multifonctionnalité de ces lieux en péril : « Les enseignants savent que la bibliothèque est un point de rencontre et de liaison avec les étudiants, et nous servons d’intermédiaires, les enseignants nous transmettant des exercices que nous faisons faire aux étudiants en difficulté afin de les aider à reprendre pied. Nous sommes aussi des interfaces entre les étudiants et les enseignants vers qui ils n’osent pas toujours se retourner, notamment les premières années de licence.  » Dans leur discours, et à partir de ces propos, transparaît l’effarement, voire l’évidence que l’administration ne peut pas défendre un tel projet sans état d’âme. L’incompréhension réciproque s’est-elle à ce point installée ? Une concertation s’impose. Des enseignants ont déjà fait part de leur soutien aux étudiants mobilisés. Selon une expression décidément à la mode, les étudiants qui m’ont répondu semblent déterminés à ne rien lâcher. Marie avance que « le débat doit porter sur la façon de maintenir les bibliothèques à moindres frais et non pas sur une possible fermeture de celles-ci  ». Le collectif conclue : «  nous espérons et appelons de nos vœux l’annulation de cette décision nocive  ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • gegemalaga 23 avril 2013 16:46

    du mal à lire jusqu’au bout...

    pas du tout convaincu , sinon de 2 choses :

    meme pas besoin de la fac : les potaches savent dejà mieux que leurs maitres.

    il y serait peut temps d’investir dans des distributeurs :

    DE COUP DE PIEDS AUX FESSES.
    gegemalaga

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès