Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > On parle de MonPuteaux.com : interview sur les blogs locaux

On parle de MonPuteaux.com : interview sur les blogs locaux

Hubert Guillaud, du blog LeRomanais (un blog sur Romans-sur-Isère, dans la Drôme), prépare un article sur le phénomène des blogs locaux. Il m’a posé plusieurs questions par mail. Voici ce que cela donne. Je voudrais bien avoir votre avis :

- Qu’est-ce qui te fait continuer à "bloguer local" ? Étais-tu déjà bien installé dans la communauté locale avant que de commencer à prendre la parole sur l’internet ?

Ce qui me fait continuer, c’est ce qui m’a décidé à me lancer : je milite pour l’engagement citoyen individuel et collectif. La démocratie n’existe que par la volonté des citoyens. Ce sont eux qui la font vivre. Sans eux, la démocratie n’existe tout bonnement plus.
A chacun d’agir, comme il le peut, selon ses possibilités et son envie.
- Individuellement : j’ai créé ce blog pour faire circuler l’info locale dans ma ville, et pour offrir aux Putéoliens un lieu de débat.
- Collectivement : je milite aussi à Puteaux au sein de la section locale socialiste.
Avant de lancer MonPuteaux.com, j’habitais Puteaux... en m’intéressant à ce qui s’y passait. Mais je ne participais à l’activité d’aucune association, je ne faisais partie d’aucun groupe... J’étais un simple spectateur. J’ai décidé de devenir acteur.

- Quel est le papier que tu as écrit qui a eu le plus d’impact sur MonPuteaux ? Celui que tu regrettes le plus ? Celui que tu préfères ? Le plus commenté ?

Un jour, je publie un papier avec une série de photographies pour montrer l’état lamentable dans lequel se trouve ma rue : des trottoirs défoncés, des plots cassés, et par conséquent dangereux pour les piétons, des ordures stockées dans un coin... Il faut savoir que Puteaux est l’une des villes les plus riches de France ! "Où passe l’argent ?", je demandais. Dans les deux jours, comme par miracle, des ouvriers débarquaient dans ma rue pour tout refaire. J’ai pu ensuite publier sur MonPuteaux.com les photos Avant/Après... :o)

Je n’ai pas en tête un papier précis que je regrette. J’en ai publié environ 3000, pourtant ! Mais disons que j’ai parfois écrit des billets en voulant exprimer un point de vue, et ça été perçu totalement autrement par les lecteurs. Mais sur un blog, cette incompréhension peut-être levée via les commentaires : j’ai la possibilité de répondre en direct aux personnes qui m’interpellent...

Celui que je préfère.... sans doute un de ceux de la rubrique Histoire de Puteaux : j’aime parler du passé de ma ville. Même si je ne suis qu’un Putéolien d’adoption (j’y habite depuis 1991), j’ai l’impression vraiment de faire pleinement partie de cette communauté. J’aime Puteaux, avec ses qualités et ses défauts. Le nom de mon blog MonPuteaux exprime justement cette notion : ce n’est pas possessif, mais affectif... c’est ma ville, la ville où je vis, la ville que j’aime. A ce propos, je vous recommande la visite de Bonjour de Puteaux... et aussi des Enfants de Puteaux !

On ne sait jamais si un billet va être commenté ou non. C’est la surprise ! Parfois un billet qu’on a mis une heure ou plus à écrire semble n’intéresser personne. Et puis vous publiez une note de cinq lignes rédigée en deux minutes, et celle-là va engendrer une discussion pendant plusieurs jours.
Je me rappelle un billet simplement composé d’une photo d’une corbeille de fleurs accrochée à un réverbère. Je trouvais cela beau. S’en est suivie une discussion entre plusieurs visiteurs, sur le fait que cette corbeille de fleurs placée à un carrefour gênait dangereusement la visibilité des automobilistes. Qui aurait pu penser à cela ?

- Tu as constaté un développement des blogs locaux à Puteaux ? Mais va-t-il au-delà de ceux que tu références, et sur des thèmes pas forcément politiques ?

Les habitants de Puteaux bloguent en effet pas mal ! Il y a les blogs persos bien sûr, mais aussi plusieurs blogs politiques ou associatifs : par exemple le blog de l’association SACSO, créé pour essayer de sauver un parc voué à la destruction : la mairie y construit un parking...
Des militants politiques ont aussi lancé leurs blogs : Nadine Jeanne du PS, Franck Lévêque de l’UDF...
C’est à ces blogs politiques et associatifs que je m’intéresse le plus. Je dois en référencer une petite dizaine sur MonPuteaux.com... pas mal, pour une commune de seulement 40 000 habitants !

- Tu as eu une grande influence sur la blogosphère locale. Quel regard portes-tu sur les autres blogs locaux ?

Je le dis et le redis : il n’y en a pas assez ! Pourtant, dans chaque petite commune de France, dans chaque quartier des grandes villes, il se trouve bien un internaute qui pourrait consacrer un peu de son temps à publier des nouvelles locales : que se passe-t-il dans ma rue ? un chantier de la DDE, un nouvel immeuble, un square qui ouvre, une fête dans une école, une expo au centre culturel, un nouvel arrivage de livres à la bibliothèque municipale ?
Ne laissons pas uniquement les mairies communiquer l’info locale... Ce n’est pas leur rôle. Imaginez que notre seule source d’infos nationales soit le Journal Officiel ou le site internet de Matignon !
Donnons notre propre vision citoyenne de l’actualité locale. Faisons-le, car personne d’autre ne le fera. La presse régionale ne peut pas couvrir correctement la vie de nos quartiers, cette information coûte trop cher à produire, elle n’est pas commercialement rentable. Avec les blogues, cette info de proximité a trouvé son support.
Ne vous laissez pas décourager par ce qui vous semble être un travail énorme. Bloguez à votre rythme. Commencez par des infos modestes (comme rappeler les horaires d’ouverture d’un commerce ou de la permanence de votre association de quartier), utilisez la fonction photo de votre téléphone mobile, achetez un petit enregistreur pour podcaster vos balades...
Petit à petit, vous allez créer autour de vous une communauté de visiteurs. Une discussion au fil de l’eau s’engagera. L’info remontera.
Vous verrez que des débats se lanceront, pas obligatoirement là où vous vous y attendez. Le secret réside peut-être ensuite dans la capacité à animer ce débat dans la durée, pour le rendre utile aussi.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Didier (---.---.28.51) 26 novembre 2005 19:45

    Christophe, vous savez bien que je partage votre point de vue puisque j’essaie de faire pareil dans le 9ème.

    Je pose la question qui tue : mon expérience n’a que 6 mois, c’est peu, mais je sens une chose très désagréable - la plupart des gens attendent, veulent recevoir mais ne donne rien. Au mieux ils sont passifs, au pire ils ralent mais ne veulent rien faire. Je ne sais si je traverse une phase « dépressive », mais je m’interroge.


    • Christophe Grébert Christophe Grébert 26 novembre 2005 20:50

      6 mois c’est peut-etre un peu tot pour faire un bilan. Perseverez ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès