Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Où l’on reparle de tours à Paris...

Où l’on reparle de tours à Paris...

Le maire de Paris relance actuellement l’idée de réaliser des tours dans quelques lieux de la périphérie de la capitale.

Il paraît tout a fait compréhensible de vouloir doter l’agglomération parisienne de réalisations architecturales contemporaines de qualité à l’instar d’autres capitales. La solution est-elle pour autant d’édifier quelques opérations ponctuelles y compris des tours dans plusieurs arrondissements périphériques un peu plus éloignés que la tour Montparnasse, mais finalement d‘un impact visuel presque aussi important ?

Il existe déjà dans la proche périphérie de Paris l’opération lancée dans les années 1970 de La Défense, qui est une réussite indéniable par son accessibilité en transports collectifs, son mélange de bureaux, commerces et logements, mais aussi par le paysage urbain créé par la perspective poursuivant vers l’Ouest la voie triomphale. Le regroupement de tours autour de cet axe permet de créer un véritable paysage de qualité qui ne défigure pas le paysage parisien et qui permet de donner une image plutôt moderne aux visiteurs.

Les grandes réussites urbanistiques et architecturales en matière de tours proviennent généralement de leur regroupement, par exemple à New York, mais aussi plus récemment à Shanghai ou Singapour.

Plutôt que de disséminer quelques tours dans les arrondissements périphériques de Paris, ne vaudrait-il pas mieux les regrouper, même si cela devrait être hors du territoire parisien. Cela permettrait de mieux les desservir par les transports en commun, en situant l’opération sur le futur transport orbital inter-banlieue et de donner enfin aux nombreux habitants du grand Est parisien la possibilité d’accéder à des activités plus proches que celles offertes par La Défense.

Cela nécessite aussi en matière d’urbanisme que l’on aborde enfin les grands projets parisiens en liaison avec les communes situées au-delà du boulevard périphérique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Manuel Atreide Manuel Atreide 28 novembre 2007 14:25

    @ l’auteur ...

    Je trouve dommage que vous ne soyez pas allé plus loin dans la reflexion sur ce sujet, pourtant intéressant. Vous êtes architecte et urbaniste selon votre carte de viste agoravoxienne, vous êtes donc tout particulièrement qualifié pour parler et animer un papier et des commentaires sur la réemergence des tours dans le paysage parisien.

    Las, vous vous contentez de quelques phrases, brossant un tableau succint et incomplet de la situation parisienne, et vous bâchez la critique en deux coups de cuillère à pôt. Pourquoi ne pas creuser le sujet et nous livrer une véritable reflexion, en autres en abordant les points suivants :

    1/ Pourquoi ressort-on ces études, reflexions, projets ?

    2/ Quels sont les problèmes qu’on essaie de résoudre par ces propositions ?

    3/ Que se pass-t-il dans les métropoles comparables à Paris confrontées au memes problèmes ?

    4/ Quel est l’apercu des autres solutions possibles ?

    Bref, faire un vrai papier. Là, désolé de vous le dire, c’est juste bon à lire dans un torchon du genre matin plus ou direct-soir. j’attends mieux d’agoravox. Et donc de vous

    Manuel Atréide


    • La mouche du coche La mouche du coche 28 novembre 2007 21:55

      l’auteur « Plutôt que de disséminer quelques tours dans les arrondissements périphériques de Paris, ne vaudrait-il pas mieux les regrouper »

      C’est une bonne idée de les regrouper, et l’on pourrait donner un nom à ce lieu. Je propose LA DÉFENSE. smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 2 décembre 2007 15:32

      @ l’auteur,

      La Défense est une réussite smiley Vous êtes dans votre bulle. Essayez de faire l’effort de remarquer que le prix du loyer des logements à la Défense est très bas. Ce n’est donc PAS une réussite.


    • Trick Trick 28 novembre 2007 17:13

      « Les grandes réussites urbanistiques et architecturales en matière de tours proviennent généralement de leur regroupement, par exemple à New York, mais aussi plus récemment à Shanghai ou Singapour. »

      Pour le coup, New York n’est-il pas un mauvais exemple ?

      Il y a le regroupement des tours du Financial District (avec les disparues du WTC) et il y a un autre regroupement du coté de midtown (avec l’Empire State Bulding). Les deux sont séparés par des immeubles de moindre hauteur (Chelsea, Greenwich et East Village, SoHo...).


      • blaz 28 novembre 2007 19:05

        « des tours dans plusieurs arrondissements périphériques un peu plus éloignés que la tour Montparnasse, mais finalement d‘un impact visuel presque aussi important ? »

        moui alors l’argument de la tour montparnasse me paraît ici un peu fallacieux. Effectivement la tour montparnasse s’insère dnas le quartier gaité/montpar avec la grâce d’un pylône EDF au milieu du lac léman. C’est vrai on a rasé un quartier typique avec ses habitants, sa culture locale pour y construire un centre commercial surmontée d’une tour passablement amiantée soit dit en passant.

        Hors les quartiers ou les tours sont proposées sont des « non-quartiers » : des zones où de toute façon il n’y avait rien et où il ne pousse rien. La porte de bercy est un plat de nouilles d’échangeurs routiers entre le périphérique l’A4 et les voies sur berge, auxquels il faut ajouter les rails du TGV, du RER D, des ateliers SNCF et les boulevards des maréchaux. La porte de la chapelle est un éhcangeur de rail entre le faisceau de la gare du nord, de l’est, des ateliers SNCF (encore eux) le périf, et l’A1. La zone tolbiac est une friche industrielle traversée par les voies du RER C, le traffic de la gare d’austerlitz, le périf (toujours) et de l’autre coté, un incinérateur, un leroy merlin monstrueux, et des entrepots SNCF. Ces trois zones là sont quasi inhabitées (sauf la porte de la chapelle certes mais il faut voir les taudis verticaux qui s’y entassent) et surement inhabitables snas une opération d’urbanisme lourde. Et c’est là que le concept de tour est intéressant, car vu la masse inhumaine de ces non-quartiers (rails, entrepots, gigantesques échangeurs etc) , il faut des immeubles à l’échelle des infrastructures existantes. Vous imaginez une zone pavillonnaire au milieu de la porte de bercy ??? Des bâtiments donc à l’échelle, donc grands forcément et tant qu’à faire capable de cacher la laideur d’un périf, d’une zone de fret et de faisceaux de rails. D’où l’intérêt de tours à ces endroits, capables de rendre ses quartiers vivables , et en les implantant dans des zones restructurées (on construit une dalle sur les rails, ex quartier BNF), on recouvre le périf, et on met des jardins dessus (exemple porte des lilas-porte de bagnolet) etc.

        Dire « non non pas de tours dans paris, sinon on va raser le boulevard haussman pour y reconstruire sarcelles » est un argument un tantinet démagogique. Il n’est pas question dans le projet cité de construire des immeubles de grande hauteur ailleurs que dans les non-quartiers, zones qui par excellence se prête à l’expérimentation urbaine.

        Enfin, paris et la conurbation ne pourront échapper à la verticalité, car la densification est uen réponse nécessaire à l’étalement urbain ayant pour conséquences : temps de trajets à rallonge, pollution, incapacité à déssercir correctement les zones éloignées en transports en commun et en infrastructures en général.


        • tvargentine.com lerma 1er décembre 2007 23:57

          Vous dites « La Défense, qui est une réussite indéniable par son accessibilité en transports collectifs, son mélange de bureaux, commerces et logements, mais aussi par le paysage urbain créé par la perspective poursuivant vers l’Ouest la voie triomphale »

          Nous sommes nombreux à penser le contraire.

          C’est horrible,triste,bétonné de partout,sale,insécurisé et triste,sans parler des courants d’air

          Bien sur il y a le RER ,mais ça craint quand on sait que la Défense est devenu le point de rencontre de bandes de voyoux qui parfois viennent régler leur compte et il ne fait pas bon sortir le soir pour raison d’insécurité.

          Les sociétés modernes avec l’informatisation (adsl,mondialisation....) ,n’ont pas besoin de tour mais de décentralisation en agence locale afin de mieux répondre aux besoins des clients.

          L’informatisation décentralisée et la miniaturisation du matériel l’autorise

          A quoi bon construire des tours ?????????

          C’est pas très humain et c’est vraiment une pollution visuelle SI encore ces tours avaient la nuit des illuminations spécifiques comme la tour bleue à Bruxelles ?

          Même pas !

          NOn,on ne veut pas de tour à Paris ou autour de Paris


          • Sébastien Galliot Sébastien Galliot 2 décembre 2007 09:41

            Paris nécessite sans doute de grands ensembles verticaux, notamment à l’Est. Avec la future ligne TGV Est, la zone proche de la gare de lyon nécessite les infrastructures mixtes bureaux/habitations/commerces/ qui seront demandées par les provinciaux (dont je fais partie :).

            Mes voeux pour ces nouveaux ensembles :

            - La mixité avant tout Mélanger commerce/habitation/bureaux permet d’économiser temps, place et énergie... et évite les erreurs du passé (quartiers dortoirs, ZAC-déserts sociaux...)

            - Végétaliser au maximum. L’exemple de la Défense, univers minéral absolu, est d’une tristesse incroyable. On veut du vert ! Des arbres, des murs végétaux, de l’eau qui coule....

            - Un peu d’humilité

            La Défense, c’est pour moi l’ultime exemple d’une architecture pompeuse, prétentieuse (bling-bling ?).. J’aimerais des constructions moins écrasantes, sans ce petit coté ’c’est moi qui ai la plus grande’ :).. et qui ne sont jamais originales...


            • Fergus fergus 2 décembre 2007 09:42

              Désolé, mais je ne peux pas laisser dire que La Défense est une réussite. Professionnellement, j’y ai envoyé à de nombreuses reprises des stagiaires vers des organismes de formation qu’ils ont eu toutes les difficultés du monde à trouver, faute de maîtriser la géographie et la signalétique du lieu. Globalement très laid, cet environnement est en outre déshumanisé par le remplacement des rues par des dalles ou des éléments de voirie superposés qui ne se croisent que pour mieux rendre fou l’imprudent qui s’y aventure. Tati pas mort ! Non aux tours parisiennes. Elles ne sont pas nécessaires et enlaidiraient à coup sûr la capitale comme nombre de villes qui ont construit ce type de chancres aux portes de leur centre historique. Singapour, que je connais bien, est une exception car la ville s’est aussi construite en préservant jusque dans son coeur de larges voies généreusement bordées d’arbres sauvegardés.


              • Nicolas C. 2 décembre 2007 13:35

                Et surtout je rajouterai que concentrer autant de bureaux avec une aussi mauvaise desserte en transport en commun est une assez mauvaise idée. On se retrouve avec une ligne de RER A bondée de monde au quotidien, avec une dizaine de minutes de marche sur la dalle pour acceder au bon immeuble. Ca me semblerait plus pertinent de refaire des tours dans un endroit bien mieux deservi, et si possible proche de lieux d’habitations et de commerces...


              • AR75 4 décembre 2007 23:36

                Le tours c’est comme le sexe, ça déclenche toujours des débats passionnés et pleins de non/faux sens... il doit y avoir un rapport, assez facile à établir entre une tour et le sexe.

                La Défense est un bel endroit (je le pense mais c’est subjectif) et c’est une bonne idée d’avoir en effet construit le CBD (quartier d’affaire) le plus important d’Europe en dehors de notre centre ville, le seul des très grandes villes européennes épargné par la deuxième guerre mondiale et donc présentant une unité architecturale hors normes.

                Mais la Défense n’est pas une réussite : comme pour tout, on l’a fait à la française, à notre façon, très belle très futuriste, très fonctionnelle (sur le papier). Mais les loyers y sont bas car personne ne veut y habiter, mais la construction sur dalle empêche un développement simple et rapide du quartier (il faut à chaque fois reconstruire une dalle), mais les moyens de transports sont insuffisants et surtout argument pécunier non négligeable : les entreprises ont leur adresse « Paris la Défense » mais la ville de Paris ne touche aucune taxe professionnelle.

                Alors oui il faudrait plus de coopérations, il faudrait le grand Paris... mais avec tous ces échelons (maires, conseillers généraux, région, arrondissements, cantons) ce n’est pas près d’arriver.

                Donc oui c’est un bonne idée de faire des tours à la périphérie de Paris dans les marges d’arrondissements qui sont déjà moches et que ça ne peut qu’embellir. C’est bien de faire des tours directement sur la rue comme à New York ou Shanghai et non sur dalle comme à Beaugrenelle ou Olympiades. C’est une très bonne idée d’essayer de les faire esthétiques même si les canons de beauté évolueront aussi vite que les modes dans les vêtements, c’est très bien de les faire écologiques.

                Ça serait encore mieux de les faire plus nombreuses et plus hautes et d’y consacrer des quartiers entiers comme porte de la chapelle et d’aubervilliers et leurs hectares de voies SNCF et d’entrepots connus pour leur beauté.

                Qu’on entre enfin dans le XXIe siècle, ce qui ne signifie pas modernisme absolu mais surtout modernisme, réalisme écologique et protection des patrimoines de qualité. Je pense que Paris peut relever ces défits et servir d’exemple à suivre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès