Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Paris : des voies pour vélos en dépit du bon sens ?

Paris : des voies pour vélos en dépit du bon sens ?

Boulevard Magenta, on a connu pendant plusieurs mois les affres de travaux d’envergure. Mon propos n’est pas ici de critiquer la politique Delanöe en la matière. Mais plutôt, de m’interroger sur la pertinence des aménagements pour les vélos, et des dangers induits pour les piétons.

A l’heure où la Mairie de Paris lance un campagne (utile) sur la sécurité routière (piétons, vélos, voitures, bus) à Paris, un petit reportage en direct :

Je descends du bus boulevard Magenta, hop, je pose le pied par terre, les portes du bus se referment. Et ziouffff, le vélo me frôle à toutes berzingues. Echappé belle ! Je m’apprête à traverser le boulevard Magenta, à l’angle de la rue Lafayette. Je me positionne donc sagement au seul endroit possible, pour attendre le feu rouge, re-ziouffff ! Un autre vélo me frôle à toutes berzingues. Echappé belle ! Mince, à cause du panneau publicitaire, une « sucette » Decaux, que ça s’appelle, je ne l’avais pas vu arriver et lui non plus.

Alors voila : vous comme moi, nous sommes des gens normaux et censés. Enfin je crois. On se dit : moi, je peindrais la voie des vélos d’une couleur spéciale, en vert par exemple, c’est tendance, pour bien la matérialiser sur toute sa longueur. Elle n’est pas réellement séparée du reste du trottoir, alors rien ne la différencie aux yeux des pauvres passants, des étrangers, ou des riverains. La presse s’en ai largement faite l’écho ! C’est une évidence absolue. Certes, il y a un marquage au sol, de temps en temps, mais c’est fait exprès : il n’est jamais là où vous vous trouvez. Il est avant, ou après. Bien trop espacés les uns des autres, prodigieusement inefficace ! Stupéfiant d’absence de jugeotte, quoi.

Les vélos eux, ne connaissent pas souvent le code de la route, et pourtant, on leur donne tous les droits ou presque. Un feu rouge ? Connaissent pas. Mais mettons-nous à leur place : souvent, rien ne leur indique qu’ils arrivent à proximité d’un arrêt de bus ou d’un point dangereux. Pourquoi aucun panneau à leur intention, sur leur voie ? « Vélos ralentissez », je ne sais pas moi, je ne suis pas poète de l’asphalte, j’ai des idées bêtes, mais bêtes...

Bref, la grande question, c’est celle-ci : les agents de la voirie, qu’ont-ils dans leur tête ? ne font-ils pas d’études ? Il y a des diplômes pour ces branches ? Les évidences, pour vous ou pour moi, ne sont-elles pas les mêmes pour eux. Je m’inquiète. Je m’interroge. Marquer le sol, placer des panneaux, séparer les voies, de manière claire et permanente, alerter, clignoter, sécuriser, éduquer, informer...


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (104 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Lercam (---.---.4.4) 1er mars 2007 13:49

    « Les vélos eux, ne connaissent pas souvent le code de la route, et pourtant, on leur donne tous les droits ou presque » N’exagérons rien : actuellement, je constate plutôt beaucoup plus de droits aux automobilistes et aux piétons en ville, et si les pistes cyclabes sont de plus en plus nombreuses, dans certaines agglomérations (dont la mienne) celà reste marginal. Quant au manque de discipline et de civisme, je ne pense pas que la proportion soit plus forte chez le cycliste que chez le piéton ou l’automobiliste, simplement lorsqu’on voit le nombre d’autos stationnant sur les pistes cyclabes, les difficultés et les dangers pour un cycliste à circuler dans un milieu ou rien (ou très peu) n’est fait pour lui, on peut comprendre certaines « libertés » de sa part. Ceci dit, je suis d’accord avec votre dernière phrase, mais il reste encore beaucoup à faire (dans les villes ...et dans les têtes) avant d’en finir avec les guéguerres autos-vélos-piétons.


    • Davidlu Davidlu 1er mars 2007 14:11

      Bien sur, les voitures font encore la loi. Mais ce que je voulais dire, c’est que de nouveaux dangers sont apparus, pour les piétons surtout, liés aux vélos. Les vélos, dans la mesure où ils s’intègrent (et ce n’est que justice) toujours plus et mieux dans le monde merveilleux des voitures et des bus, doivent donc aussi en appliquer les règles : s’arrêter aux feux rouges, ne pas rouler sur les trottoirs (sauf voie de vélos squattée par une méchante voiture etc.). Des vrais nouveaux comportements (de tous, mais vraiment de tous) doivent découler de la multiplication des aménagements dédiés. La mairie de Paris lance d’ailleurs une bonne campagne pour tous et je salue cette initiative.


    • Marschupp (---.---.198.58) 1er mars 2007 16:49

      En l’absence de piste cyclable, le vélo n’est-il pas autoriśe à circuler aussi bien sur le trottoir que sur la chaussée ? Et c’est encore la majorité des cas.


    • gigli (---.---.152.56) 1er mars 2007 23:45

      Normalement les vélos sont tolérés sur les trottoirs à la condition de circuler à la vitesse des piétons.


    • jade (---.---.56.19) 4 mars 2007 10:12

      Vous avez déjà vu ça ? Il ne roulerait pas. Je vous signale qu’à Tokyo, les pistes cyclabes sont sur les trottoirs. Et les voitures n’ont pas le droit de stationner sur les routes ;


    • tovara (---.---.149.182) 9 mars 2007 16:44

      Moi je trouve les vélos beacoup moins gênants que les planches à roulettes et autres rollers, sans parler des scooters qui pétaradent et prennent souvznt les sens interdits. Français, encore un effort pour finir par accepter le vélo !


    • gerardlionel (---.---.27.14) 1er mars 2007 14:08

      Ayant moi-même habité Bd Magenta, je suis plus que satisfait des nouveaux aménagements !

      Bien sûr les couloirs réservés aux vélos sont discutables, mais rappelons une chose : nous devons tous partager consciemmentl’espace public et sortir autant que faire se peut de nos individualismes ; aux cyclistes de prévenir les piétons, aux piétons de se rappeler qu’il y a des pistes cyclables !

      Avec le temps ces désagréments devraient disparaitre. Et rappelez vous « l’enfer » d’avant ces aménagements !


      • Calmos (---.---.104.3) 1er mars 2007 14:47

        A Mr Davidu...

        Votre article me fais penser a un article qu"aurait pu écrire le grand reporter TinTin....

        « Tintin à Paris » aurait du etre le titre de votre article...


        • Davidlu Davidlu 1er mars 2007 16:53

          Mon idée était de lancer une discussion, évitez ce genre de propos sans intéret. Et vous voyez, exception faite de votre message, ceux des autres internautes permettent de débattre et ont un contenu... smiley


        • fred007 (---.---.42.54) 1er mars 2007 15:06

          Bien mal avisé est celui qui s’attaque aux services de la Ville qui s’arrachent les cheveux depuis 5ans pour partager l’espace public en prenant en compte les demandes de l’adjoint qui veut moins de voitures et plus de vélos, Mme Michu qui veut pouvoir sortir de chez elle et avoir le passage pietons ou l’abri-bus au droit de son pas de porte, Robert le boulanger qui refuse de voir installé face à sa devanture un collecteur de verre, etc....

          Les Ingénieurs ont dans la tête le nombrilisme et le « j’en veux bien chez les autres mais pas chez moi » ou « NIMBYSME » des parisiens....

          Il faut quand même reconnaitre un manque total de sensibilisation et d’éducation à l’usage de la voirie. A Paris, le code de la route n’est respecté par aucun usager : pietons, 2roues, auto, moto ou taxis sont dans une bulle et vivent l’usage de l’espace public comme une agression permanente.

          C’est facile de s’en prendre à ceux qui tente au jour le jour d’améliorer la situation et d’offrir des conditions de circulation a peu près tranquille pour tous.

          Il est vrai que l’aménagement du boulevard Magenta prete à bcp de polémique, notamment au regard du pullulement des sucettes DECAUX et autres panneaux de jalonnement, qui entre les arbres polluent l’espace visuel.

          Pour finir, je ne suis pas ingénieur, mais je bosse avec eux, en tant que cadre dans un groupe de services aux collectivités, et je peux vous assurer que les ingénieurs de la Ville se mettent autant que possible à la place de chacun des parisiens qui, comme vous, arrivent très bien à voir midi à la porte....

          En tant que webmaster du site de la Région IDF, vous savez comme tous ceux spécialisés en developpement territorial et en mobilité en IDF que la Région et la VIlle se sont lancés de facon volontaire dans la mise au point de schémas directeurs cyclables...

          Il manque encore une fois la partie verbalisation et éducation à l’usage de la voirie. Cessons de voir chacun le pb par le bout de notre petite lorgnette, et penchons nous sur l’usager. Pourquoi met-il systématiquement en cause l’ingénieur de la ville ou le politique alors qu’il fait aussi partie de la problématique de facon centrale....


          • Davidlu Davidlu 1er mars 2007 17:07

            Dénoncer des choix absurdes, rechercher le bon sens, s’étonner du manque de jugeotte de certaines décisions, bref garder un esprit critique, n’est pas interdit même à une personne qui travaille dans une collectivité quelle qu’elle soit, donc même à moi. Ne mélangez pas tout, et ne vous drapez pas dans le « il est interdit de critiquer les services de la ville ». Il est toujours utile de le faire, à partir du moment où cela est constructif. Je crois que je propose des réponses, comme d’autres internautes qui ont donné leur avis. C’est ça qui compte, et pourquoi pas tirer les oreilles de ceux qui prennent des décision imbéciles ou dangereuse ? Nous ne sommes pas passifs, à regarder les trains et les vélos passer. Avant d’avoir tel job, je reste un riverrain de base qui prend le métro et parfois la voiture et parfois son vélo. Pour conclure, mon coup de gueule ne consistait pas à m’en prendre de manière globale à tout ceux qui travaillent à aménager notre superbe ville, loin s’en faut, alors ne faites pas d’un chou, un potager.


          • Gaby Geek (---.---.0.57) 1er mars 2007 15:12

            S’il n’y avait que les voies de vélos... !

            L’incompétence et le jemefoutisme en cascade des décisionnaires et des exécutifs de la ville, sont doublement gerbants, scandaleux et pénalisant :

            - vis-à-vis des lésés de prime abord, à savoir les autres usagers (autos, bus, motos, piétons, ...) que ceux (vélos) censés bénéficier du nouveau partage de la voirie.

            - vis-à-vis des vraix faux bénéficiaires qui voient empirer leurs conditions de pratique par des aménagements coupe gorge inconsidérés, bâclés et rédhibitoires, ce qui est un comble.

            Résultat : une mandature pour rien sauf pour les entrepises de BTP qui vont pouvoir compter sur de prochains budgets pour revoir leurs copies et bis repetita (la gestion administrative de l’argent public peut se permettre des largesses et des erreurs qui décimeraient toute entreprise ou compte privé), au pire un grand lessivage électoral pour virer haineusement les fautifs, et repartir en sens contraire avec l’opposition en embuscade jusqu’à la prochaine alternance qui détruira le chantier doctrinaire précédent pour recommencer de même à l’envers (ex : le tramway).

            C’est ce cycle infernal de gabegies hypocrites que les citoyens ne supportent plus, les systèmes ne dégagent plus d’élites dévouées ou à la hauteur, mais des opportunistes qui soignent la surface mais se foutent du fond le temps de se remplir les poches ou celles des petits copains.

            Si les responsables s’il s’en trouve, avait à subir au quotidien les négligences et bourdes qu’ils imposent aux faire-valoir de leurs slogans politiques attrape nigauds, il y aurait moins d’abus, de gaspillage et de guignols au pouvoir.

            On devrait obliger les architectes à vivre dans leur cages à lapins, les ingénieurs des ponts à circuler sur leurs routes tordues, les ministres à habiter dans les quartiers sensibles, les profs à envoyer leurs enfants dans les ZEP, les industriels de la bouffe à manger leurs surgelés, etc...

            Le monde serait beaucoup plus sain et harmonieux.


            • (---.---.27.25) 1er mars 2007 15:22

              On devrait obliger les architectes à vivre dans leur cages à lapins, les ingénieurs des ponts à circuler sur leurs routes tordues, les ministres à habiter dans les quartiers sensibles, les profs à envoyer leurs enfants dans les ZEP, les industriels de la bouffe à manger leurs surgelés, etc...

              Le monde serait beaucoup plus sain et harmonieux.

              >>>> Dite moi vous faite quoi vous comme boulot histoire de savoir ou on vous envoie ? ... j’espere que ca sera loin !


              • (---.---.107.65) 1er mars 2007 15:25

                Vous devriez aussi proposer de supprimer ces sucettes Decaux, puisque dans votre exemple (et dans d’autres), c’est l’origine du problème... L’espace visuel est encombré de toutes ces choses inutiles.

                Etant principalement cycliste, je me fais souvent la réflexion que les piétons (enfin, certains) font parfois aussi n’importe quoi. Certains se déplacent presque uniquement à l’oreille : ils n’entendent pas de voiture arriver donc ils traversent la rue sans regarder à gauche ou à droite. Et bim, ils se prennent des vélos qui arrivaient sans bruit. La présence potentielle des vélos n’est pas souvent bien intégrée dans l’esprit des gens (automobilistes ou piétons), il y a beaucoup de travail à faire pour améliorer la vigilance des gens, alors que cette vigilance à tendance à se réduire lorsque le code de la route est trop présent justement (ex : le feu est vert, j’avance, en pilotage automatique, sans regarder nulle part).

                Je ne veux pas me faire l’avocat du diable en revendiquant le grillage de feu rouge à vélo où le roulage en sens interdit (que je pratique allègrement par ailleurs, je l’avoue), mais les cyclistes sont en général beaucoup plus vigilants que les piétons ou les automobilistes. De mon côté, je m’efforce d’enfreindre le code de la route uniquement lorsque cela ne gêne personne (par exemple, lorsque je peux tourner à droite mais pas les voitures (file bus+vélo) mais qu’il n’y a pas de flèche clignotante orange pour tourner alors qu’il y en aurait une assurément si les voitures pouvaient tourner). Rappelons que le code de la route a été inventé à partir du moment où le trafic est devenu ingérable autrement à cause des voitures, et que c’est donc frustrant pour un cycliste de devoir le respecter tout le temps (même si c’est nécessaire pour que les choses se passent bien).

                Un juste milieu à trouver, en somme...

                Dans l’idéal, il faudrait :
                - Plus de vigilance de la part de tout le monde
                - Plus de respect pour les piétons et les cyclistes de la part des automobilistes


                • tovara (---.---.149.182) 9 mars 2007 16:56

                  Il y a un comportement aberrant et trés fréquent des automobilistes (et des piétons du reste) que je voudrais signaler : j’ai remarqué que souvent les voitures s’arrêtent systématiquement lorsque des pétons traversent n’importe comment hors passage piéton ; en revanche, nombre de fois j’ai eu maille à partir avec des automobilistes qui ne voulaient pas s’arrêter , en traversant pourtant sur le passage « clouté », le pire étant lorsqu’il y a des feux de circulation que le piéton active lui même : avant que le feu ne passe au rouge, il y a toujours un deux voire trois véhicules qui ACCELERENT, car, ayant vu le piéton faire le geste d’appuyer sur le bouton, ils essaient de passer avant que les feux ne se mettent au rouge.


                • fred007 (---.---.42.54) 1er mars 2007 15:41

                  Vous voyez vous êtes déjà dans une réflexion qui aboutit à dire « c’est la faute à qui ? pas aux vélos en tout cas »...

                  Vous ne devriez pas enfreindre le code de la route, les cyclistes sont des usagers de la voirie soumis au même titre que les autres aux regles du code de la route.

                  Si chacun respectait le code, automobiliste, vélo ou piétons, nous n’aurions pas cette discussion....

                  La frustration est partout et du même dégré pour tous les usagers de la route. Maintenant c’est à chacun de transformer cette frustation en civisme pour montrer à tous le monde qu’on est capable de réagir par rapport à l’ensemble des usagers, et pas dans le cadre d’une rivalité vélo contre voiture...

                  A vouloir opposer les deux, on alimente la frustration, voire parfois la haine....

                  Sur l’histoire des sucettes DECAUX, l’origine du pb est bien plus simple que ca : elle vient de notre incapacité en tant qu’homme à se déplacer dans une ville sans avoir à faire systématiquement appel aux panneaux pour se déplacer. Si on préparait un minimum nos déplacements, ou que l’on faisait un réel effort de localisation et d’orientation, les panneaux de direction et de jalonnement seraient bcp moins nombreux...

                  On traite le problème au bout de la chaine, alors qu’on devrait le traiter au début, c’est à dire avant le déplacement. Voilà ce sur quoi devraient porter nos reflexions..... Il faut réfléchir en amont à notre déplacement, quel que soit le mode privilégié.


                  • (---.---.107.65) 1er mars 2007 16:03

                    Je suis d’accord avec vous, dans l’idéal il ne faudrait pas créer de rivalité vélo contre voitures. Mais dire cela, c’est en quelque sorte légitimer le statu quo, c’est-à-dire la domination de la voiture, quand certains estiment au contraire que cette domination devrait être mise à mal.

                    Vous dites : « Si chacun respectait le code, automobiliste, vélo ou piétons, nous n’aurions pas cette discussion.... ».

                    Mais dire « S’il n’y avait pas de voitures, nous n’aurions pas cette discussion.... » est tout aussi valable d’un point de vue logique.

                    Avec des si, on peut tuer n’importe quel débat.

                    La clef passe effectivement par le respect de l’autre, mais avant de respecter l’autre, il faut le reconnaître. Or l’organisation des villes est faite avant tout pour la voiture, qui est considéré comme la seule légitime sur la chaussée, les autres ne sont que tolérés (je n’ai jamais vu un automobiliste garé sur une piste cyclable se faire verbaliser... que dirait-on si je garais mon vélo au milieu de la route ?).

                    En ce qui concerne les sucettes Decaux, ce sont des panneaux publicitaires et non des panneaux de direction, donc vos propos sur ces panneaux sont un peu hors-sujet. Je trouve de mon côté que les panneaux d’orientation sont plutôt trop peu nombreux. Ils sont de toute façon nécessaire en voiture, car même quand on sait précisément localiser sa destination, rater une seule rue peut se solder par un très long détour à cause des nombreux sens interdits, des impossibilité de faire demi-tour dans une file de voiture,... En vélo, aucun problème, on peut hésiter comme on veut, faire demi-tour comme on veut, etc... Dans ce cas, « préparer son déplacement » nécessite en fait de connaître à l’avance l’itinéraire idéal, compte-tenu de toutes les interdictions, pour y arriver...


                  • tovara (---.---.149.182) 9 mars 2007 16:59

                    Les panneaux Decaux et les 3/4 du mobilier urbain sont des nuisances , qui gênent tout le monde, et surtout les piétons.


                  • fred007 (---.---.42.54) 1er mars 2007 16:15

                    « En ce qui concerne les sucettes Decaux, ce sont des panneaux publicitaires et non des panneaux de direction, donc vos propos sur ces panneaux sont un peu hors-sujet »

                    Faux, les panneaux directionnels sont commandés par la Ville à DECAUX qui a obtenu le marché des panneaux de direction, parallèlement à celui de l’affichage publicitaire. Pardon malgré tout pour la confusion « Les Sucettes Decaux », qui pour moi englobe la pub+le directionnel.

                    Les voitures stationnées sur les pistes cyclables se font verbaliser, même s’il faudrait que la préfecture accelère la cadence... ; quand bien même il n’y ait pas de séparateur entre la piste et le reste de la chaussée.

                    Sur les « si », je suis d’accord avec vous. « Si » votre propos souhaite aboutir à la reflexion qui consiste à dire qu’il ne faut plus de voiture en ville, c’est un point de vue que je ne partage pas. Il faut raisonnablement remettre en cause sa place, c’est un fait.

                    Enfin, ayons à l’esprit que la politique des déplacements à Paris, malgré les critiques, l’incompréhension qu’elle provoque est archi-volontariste, globale et courageuse. Vous trouverez rarement des élus locaux qui vont au bout de leurs idées. Ca ne retire en rien le dogmatisme qui animait au départ ceux qui l’ont initié. Aujourd’hui, la position est moins raide et plus constructive.

                    Le plus gros manque : l’absence totale de sensibilisation et d’éducation à la circulation et à la sécurité routière. LA campagne de com actuelle arrive bien tard et ne met pas l’usager face à ses responsabilités. Elle ne s’attaque pas au pourquoi du comment : le non respect des feux par les piétons et vélos, la mauvaise utilisation des carrefours faite par les automobilistes, etc...


                    • Marschupp (---.---.198.58) 1er mars 2007 16:44

                      Le jour ou tout les trottoirs seront divisés entre les piétons et les vélo, tout le monde comprendra que le gros trait blanc au milieu n’est pas là que pour faire joli, mais délimite les espaces de chacun. Mais il est vrai qu’il y a des progrès à faire. Par exemple, faire passer la piste cyclable entre l’arrière de l’abri-bus et le trottoir, lequel abri-bus protégeant ce qui attendent ou descendent du bus. Eviter aussi les pistes le long des parkings sur le bas cotè : une porte qui s’ouvre, c’est un cycliste par terre. Il y a beaucoup de petites choses à penser, mais je pense que l’on progresse.


                      • Davidlu Davidlu 1er mars 2007 17:14

                        Je pense que l’énorme intérêt de la campagne de com est de lancer le débat et surtout de faire que ceux qui la voient, se mettent d’un coup à penser au problème. C’est déjà avancer vers des solutions : la prise de conscience ! Alors je dis bravo (n’en déplaise à certains commentaires) à Paris, pour cette démarche.


                      • Gasty Gasty 1er mars 2007 19:37

                        Poil au bras !


                      • Le Vieux Sage (---.---.169.95) 1er mars 2007 19:40

                        Bonjour, Concernant « Magenta », je suggère de prolonger les passages piétons (bandes blanches) sur la piste cyclable elle même. Cette matérialisation connue de tous avertirait les cyclistes de la traversée possible des piétons kamikazes qui osent s’aventurer sur la piste pour rejoindre le trottoir ! J’ai osé faire remarquer hier à une jeune bobo à vélo qui me passait devant le nez, téléphone à l’oreille, que le feu était rouge et que ce n’était pas pour les pigeons. J’ai eu le droit, d’un air excédé, à un péremptoire : Vous ne voyez pas que vous êtes sur la piste ! Sans commentaires... Et pour finir sur un peu d’humour vachard, Mr.Baupin devrait installer un permis de vélo et des radars sur les pistes ; Il pourrait financer sans difficulté ses projets dans boboland, mais avec l’argent de ses ouailles. Bien à vous, LVS


                      • Gasty Gasty 1er mars 2007 20:00

                        La preuve est malheureusement que les piétons ne sont pas plus à l’abri dans un passage piéton que sur un trottoir.

                        Depuis l’installation des pistes cyclables trop de cyclistes pensent être en sécurité ! Et bien il faut qu’ils se rendent compte qu’ils sont toujours parmi les piétons d’un coté et les automobilistes de l’autre.C’est primordiale qu’ils perdent cette prétention d’être des pionniers de la nouvelle circulation urbaine.

                        Certains remontent les pistes cyclable en sens interdit, j’ai eu a renverser un cycliste parce que sachant la rue en sens interdit, je me suis préoccupé avant tout du sens de circulation. Sans gravité mais le pire aurait pu se produire si celui-ci s’était étalé sur la chaussée.


                      • gem gem 1er mars 2007 20:38

                        @gasty

                        « progresse », ça ne rime pas avec bras ...  smiley

                        bon, OK, je sors, et je m’auto-attribue un -1


                      • Gasty Gasty 1er mars 2007 21:10

                        Non ! mais essai encore. smileyAvec le post de Davidlu à 16h 53.

                        Je te dirais si c’est bon.


                      • Utopiste (---.---.168.252) 1er mars 2007 20:31

                        Bonsoir, Je me demande si il existe des « règles » d’urbanisme qui aident les municipalités à construire les aménagements ou si chaque municipalité doit faire sa propre expérience.

                        J’ai habité divers endroits et, en tant que cycliste, j’ai gardé un excellent souvenir de Grenoble et de la Hollande.

                        J’habite aujourd’hui Bordeaux (à mon sens dangereux pour les vélos) et j’ai l’impression (mais je peux me tromper) qu’on pourrait facilement faire mieux en utilisant des recettes éprouvées ailleurs.

                        Quelqu’un sait-il si ce partage des « best practices » existe au niveau des villes ou communes ?


                        • Tarouilan (---.---.167.241) 1er mars 2007 23:07

                          Les vélos en ce moment........ (je suis cycliste à Paris)..... font l’objet d’une pression intolérable de la maréchaussée, ces malheureux sont l’objet d’une incroyable prévention de la police au-delà de tout entendement, alors que les voitures, pestilentielles et bruyantes, qui sont à l’origine de tous les maux de cette grande agglomération, sont oubliées par ces même pandores.

                          Les contraventions tombent drues :

                          Feu rouge ; absence d’arrêt, en l’absence de circulation, je suis extrêmement prudent, je passe, deux policiers à moto, font un demi-tour acrobatique, faisant eux, par contre, prendre des risques importants aux véhicules alentours, pour m’appréhender, un pandore place sa moto en travers devant moi, l’autre derrière, cette pratique en réduisant la voie, gène la circulation, mais qu’importe, je suppose que mes 30km/h en pointe de vitesse, à la force de mes mollets..... nécessite impérativement de prendre ces mesures intimidantes, des fois que je veuille m’enfuir ... Ils passent un quart-heure à me sermonner, en cherchant vainement, un numéro sur mon vélo... PV... 90€ ...

                          Pour un ami, encore pire, un PV........ pour éclairage clignotant...... c’est interdit ...... on peut confondre un vélo et véhicule de pompier, c’est l’évidence....

                          Dans le même temps, la sécurité en France, notamment dans les banlieues à problème, régresse, mais qu’importe, des personnes âgées, n’osent même pas sortir de leur domicile le soir, aucune importance, les forces de police, doivent se concentrer sur ..... les vélos....

                          Nous faisons l’objet de surcroît, d’une haine féroce, de la part des automobilistes irascibles, j’ai pris un violent coup dans le dos, par un plombier depuis son véhicule, éructant que je devais emprunter le couloir à vélo, encombré de nombreuses voitures et camions le rendant obsolète.

                          Reprenons nos esprits ....... Les lois et règlements sur les vélos, datent de 1893 pour la plupart ou reprennent l’esprit dans leur rédaction de ces lois, le grelot perceptible à 50 mètres, klaxon interdit par contre, des éclairages obligatoires ou mais ceux qui sont efficaces sont interdits..... tout cela pour flatter l’ego de l’automobiliste qui nous transforme les villes en cloaque infecte, il est même attesté que dans certaines voies ou la circulation est dense, nous pouvons tomber malade, si nous restons à respirer les miasmes des voitures, plus d’une demi-heure.

                          Nous ne pouvons mettre sur le même plan, une voiture ....... et un vélo.

                          · La loi devrait donner priorité, d’abord au piétons, ensuite au vélo, qui n’est qu’une extension de l’usage de la jambe du piéton, et après au véhicules motorisés.

                          · Des feux jaunes clignotants à tous les carrefours à faible circulation, à l’attention des vélos.

                          · Une modernisation des lois concernant le vélo, éclairage clignotant (plus visible et économisant les piles) et klaxon autorisé, casque par contre obligatoire, les voitures sont tellement dangereuses.


                          • Gasty Gasty 2 mars 2007 08:35

                            @ Tarouilan

                            Pot de terre contre pot de fer, y’en a qui prennent des risques stupides par bravades, voir à ralentir la circulation en se disant « il osera pas m’écraser, je vais prendre mon temps ». N’est-ce pas !

                            Les lois sont à jour pour les automobilistes, effectivement pour les vélos , un cycliste qui roule sans éclairage est aussi dangereux qu’un alcoolique avec 4g dans le sang.

                            Mais uniquement pour lui -même (et encore).


                          • tovara (---.---.149.181) 9 mars 2007 17:07

                            Votre message est frappé du coin du bon sens, et le comportement des flics ne m’étonne pas. Il y a en France une agressivité vis à vis du vélo (sauf quand il s’agit des champions « cocorico » évidemment)hallucinante, à tel point que j’ai décidé de m’en passer : je me souviens qu’ado, je faisais de longues promenades à vélo en province, de jeunes c.s me dépassaient en bagnole, me faisaient des queues de poisson, des bras d’honneur, etc. ; ensuite, j’ai eu plusieurs vélos, ils ont tous été volés.J’ai tiré un trait.


                          • tovara (---.---.149.181) 9 mars 2007 17:13

                            @Gasty : ah ouais et les automobilistes qui se collaient derrière toi alors que je rasais littéralement le trottoir avec mon vélo,je ne pouvais pas faire plus ce n’etait encore pas assez ? ils croyaient sans doute que j’avais les mollets de Superman et que j’allais démarrer mon turbo à 80 à l’heure ? je comprends dans ces conditions que beaucoup de cyclistes empruntent les trottoirs ! et en général ils essaient au maximum d’éviter les piétons, car en cas de chute , ils souffriraient beaucoup plus que ces derniers !


                            • Ander et le chantier libre-service express (---.---.0.56) 2 mars 2007 03:38

                              http://www.20minutes.fr/articles/2007/03/01/20070301-Paris-Quatorze-mille-biclous-et-un-gros-probleme-de-place.php

                              Delanoë est un ex cadre publicitaire, ce qui l’intéresse, ce sont les apparences et la dépendance des gens au Capital, surtout pas leur émancipation ou leur épanouissement personnels.

                              Toutes ses actions, son bilan, ses décisions, sont dictés par ces préceptes élitistes et fondamentalement hypochrites comme toute réclame.

                              Pas besoin de commander des expertises ou subventionner des manifs promotionnelle factices à prix d’or, pour savoir que ce qui freine le vélo à Paris : c’est d’une part, mettre en danger sa vie, d’autre part, le manque de confort pour ses fesses et de sécurité pour sa monture.

                              Plutôt que de développer un réseau attractif, lisse et sécurisé, de même que des parcs surveillés pour abriter son vélo (stationnement sévèrement réprimé dorénavant avec la complicité de la préfecture : la faute à l’administré, pas à l’administration), les cerveaux municipaux, préfèrent la carte postale vendeuse des cyclistes à deux balles (principalement les touristes) occasionnels et productifs d’intérêts, pris en otages qu’ils seront entre les panneaux Decaux en veux tu pas en voilà quand même, et le paternalisme médiatiquement triomphant de la Mairie, plagiant lamentablement Lyon.

                              Il vaut mieux en effet payer 30 euros par an (plus les suppléments pour dépassement de la 1/2 heure de self transport), une occasionnelle ferraille lourdingue qui va partir en vrille à la moindre queue de poisson d’un taxi-bus teigneux, que 50 euros à vie un vtt suspendu flambant neuf tout équipé made in carrefour china, antivol et pompe inclus.

                              A bas la propriété, l’initiative, la responsabilité individuelles, vive le collectivisme stalinien, l’infantilisation boboïde et l’esclavagisme moutonnier.

                              La technique de Delanoë pour se faire réélire (pour ne pas dire éviter une éjection qui se profile à grands coups de pied), c’est de distiller dans l’urgence juste ce qu’il faut d’illusion et d’acquis pour entretenir une « frustration positive », sans pour autant accorder au petit peuple le progrès auquel il aspire et qui se réalise partout ailleurs (benelux, londres, rome, suisse, allemagne, pays nordiques...) qu’à Paris, la ville des « Lumières » soi disant.

                              Il faudrait à Bertrand pour qu’il comprenne la portée de ses actes, le même stage de vérification pratique auquel s’adonna l’adjoint Contassot lorsque ce dernier se fit renverser par une moto alors même qu’il étrennait tout fier son couloir (de la mort) de bus rue rivoli.

                              Si le ridicule ne tue pas en l’occurence, le cocasse peut finir par étrangler.

                              N’oublie donc pas, cher Maire exemplaire, de bien visser ta selle le jour de la photo inaugurale pour les unes de presse.


                              • Tarouilan (---.---.167.241) 2 mars 2007 12:37

                                Savez-vous que :

                                · Pour traverser Paris, expérience que j’ai réalisée à vélo, à plusieurs reprises, avec évidemment une circulation dense, je vais beaucoup plus vite que n’importe quelle voiture, aussi vite qu’un gros scooter d’un ami, le plus puissant actuel, c’est étonnant non.

                                · Oui mais à Paris, contrairement au bon sens, l’usage du vélo pour ce déplacer ou pour le travail, a encore une image sulfureuse, les cyclistes sont toujours dans l’inconscient collectif, des êtres anormaux, une résurgence décalée de beatniks, des êtres inquiétants et marginaux, au point de nous condamner parfois, à cacher notre vélo, arrivant à destination ou d’utiliser (à notre grand désespoir) des véhicules motorisés.

                                · Grâce au vélo, j’ai pu faire baisser de deux points mon hypertension, sans faire appel à des médicaments.

                                · L’abandon dans un premier temps de l’usage quotidien du vélo par la population chinoise, au profit des voitures a entraîné une explosion des maladies cardio-vasculaires et de l’obésité, mais eux, contrairement à nous (éternels indécrottables) ont réagit très vite, l’explosion extraordinaire des ventes des vélos pliants en ville est un phénomène étonnant la-bas.

                                · Avec le vélo, on ne perd pas de temps, on évite des déplacements ridicules en 4x4 pour rejoindre une salle de sport, deux heures de 4x4 pour 3/4 d’heure de vélo immobile... êtes-vous bien sensés......

                                · Le vélo devrait faire l’objet d’une promotion de la part des pouvoirs publics.... Or c’est le contraire qui se produit, avec la politique répressive de la police à Paris, ciblant en priorité les cyclistes, le cycliste nouvelle vache à lait ... la France va droit dans le mur......


                                  • c florian (---.---.162.38) 2 mars 2007 16:12

                                    l’action entraine forcément des erreurs, la création de pistes cyclables s’accompagne forcément d’une période de rodage pendant laquelle la municipalité et les usagers vont rencontrer quelques problémes. étant à la fois cycliste et piéton, je me rend compte des risques découlant de la coexistence de différents moyens de transport. les pistes cyclables ne sont pas toujours facilement repérables pour les piétons, notamment blv magenta, et on peut se demander pourquoi ne pas vraiment différencier cette piste par une couleur distincte, ou même une couleur commune pour toute la capitale. il est vrai aussi que les piétons ne sont pas encore habitués aux vélos et même au blv richard lenoir ou la piste cyclable n’est clairement pas une partie du trottoir, des piétons s’y balladent ou traversent sans se soucier de ce qui arrive. pour ce qui est du code de la route, il est sur que les cyclistes, tout comme les piétons, se donnent beaucoup de liberté dans son application. on se fie plus souvent au visuel pour traverser une route plutot qu’aux indications de police. le code de la route a pour but de limiter les accidents et fluidifier la circulation. doit il s’appliquer tel quel aux cyclistes ? les piétons qui ne respectent pas les feux doivent ils également être sanctionnés ? le service de la voirie devrait de toute façon revoir quelques points comme l’absence de feux vélos sur les blv neufs des maréchaux ou la présence de deux feux à certains endroits qui ne sont de la même couleur.


                                    • 2nib (---.---.37.55) 3 mars 2007 00:16

                                      Quitte à séparer chaque catégorie d’usager, pourquoi on ne séparerait pas les trottoirs en deux voies : une montante et une descendante comme ça y n’y aurait plus de collision de pieton ! Encore mieux : le trottoir côté pair est réservé à la voie montante et impair, descendante !! Bien sûr il y a pv en cas de contrevenant. Il faudrait obliger la voie vélo à circuler en sens inverse des piétons pour éliminer les risques de collision. Pour la tranquilité des passants, il faudrait aussi séparer le trafic des hommes et des femmes, voir même une voie pour les couples parce qu’ils prennent plus de place. Je me demande si une voie pour les chiens ne serait pas utile aussi. Le bilan maintenant, on a 1 voie voiture, 1 voie bus/taxi (ceux là on pourrait les séparer), pour chaque trottoir, 1 voie chien/chat (oui je sais on devrait séparer), 1 voie femme, 1 voie homme, 1 voie couple. Etant expert urbaniste, je peux avancer facilement une largeur de 1m pour ces dernières voies : il va falloir les interdires aux obèses (sinon pv) et interdire les arrêts (obligation de marcher sinon pv). J’avais pas pensé : et pour ceux veulent rentrer chez eux ou acceder aux magasins ? des souterrains bien sûr !!! Comme quoi en poussant la stupidité jusqu’au bout et en augmentant les menaces et contrôles, en divisant pour régner, on peut aller loin !!! Hey bertrand, je plaisantais !!! ( y serait capable de le faire... ) ps : sinon j’en ai d’autres : on remplace les trottoirs par les caniveaux (on récupère la place des caniveaux) et on circule en barque, les souterrains seraient remplacés par des pont-levis : c’est t’y pas écolo ça ? le retour au moyen age !

                                      signé 1 qu’a pas les moyens d’habiter à Paris et qu’y peut pas se payer 120€ de taxi pour rentrer à 2h du mat. et qu’y faut bien qu’y prenne sa voiture !!! alors pourquoi pas dépenser ces budgets sur des transports en commun digne de ce nom ? mais bon, c’est moins démagoécolo..


                                      • (---.---.161.32) 3 mars 2007 12:04

                                        Que Paris,ma capitale,est belle,sans voitures !!!!!!!!!


                                        • idealo (---.---.250.222) 3 mars 2007 12:37

                                          A trop vouloir ne pas mécontenter certains ou rester sourd aux avertissements a priori qui deviennent critiques a posteriori, on se met à dos tous les électeurs.

                                          La politique de la voirie de Delanoë est la pire au monde en termes de résultats, comparée à d’autres capitales qui ont pris le taureau par les cornes, de façon certes moins démagogique et plus attentionnée.

                                          C’est donc qu’il faut changer les moyens et les hommes.

                                          Quand cessera-t-on de croire et de faire croire qu’il y a de l’herbe verte, de l’air pur et du soleil au sud pour tous les nouveaux arrivants ?

                                          Quand on aura défoncé le mur sans doute.

                                          Alors allons-y gaiement : bâtissons, contre l’avis de la population, des tours hlm et des bureaux inhumains, faisons des ponts d’or aux délire d’architectes (Cf. le nouveau quartier Magenta : quel scandale, quelle laideur, quelle déprime) et aux rétro-commissions, plus on est entassé les uns sur les autres, plus on sera heureux de payer nos taxes locales et de voter populo...

                                          Pendant ce temps, gymnases, parcs, piscines, crèches, transports civilisés, places libres et autres améliorations de la qualité de vie, peuvent se carrer l’oignon.


                                          • candidat 007 (---.---.41.75) 3 mars 2007 15:38

                                            Mamère va extrémement vite en vélo. Et même vent de face, il n’a pas l’air fatigué.

                                            de fait comme Mamère je considère qu’un velo c’est pas fait pour rouler. Le mien est toujours suspendu à l’arrière de mon 4/4 avec celui de mes enfants. Et je ne gêne personne. j’ai esayé d’accrocher mon 4/4 à l’arrière des velos. Ca marche moins bien forcément.

                                            En revanche, dans mon salon, j’ai des vélos de gym. c’est trés bon pour le coeur, mais on va pas trés loin et on arrive toujours en retard aux émissions télé, ce qui serait impardonnable pour un écologiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès