Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Paris refuse de financer l’une des plus grandes découvertes (...)

Paris refuse de financer l’une des plus grandes découvertes archéologiques

La découverte a beau être exceptionnelle, c’est d’ailleurs la plus importante de ces trente dernières années, les fouilles seront recouvertes avec un remblai spécifique avant d’être abandonnées, faute de financement.

L’opération nécessitera l’emploi d’un bulldozer à chenilles larges, afin de ne pas rouler sur le sol meuble de la nécropole. Aux yeux bien tristes des archéologues, ces méthodes de conservations des vestiges constituent la meilleure solution d’attente avant une hypothétique reprise des fouilles. Retour sur un véritable scandale.

A Rosières-aux-Salines, sur une zone de sable s’étendant sur plus de 150 hectares, une gigantesque nécropole gallo-romaine a dernièrement été retrouvée. Près de 300 tombes ont à l’heure actuelle été recensées, de nombreuses autres attendent encore impatiemment qu’on les découvre. Les spécialistes sont absolument convaincus qu’une ville antique dense, comme le Toul de l’époque, devait se trouver à proximité. Or, nul écrit n’en fait mention. La mystérieuse cité reste donc à exhumer. Les archéologues pensent que ses vestiges doivent être enfouis sous la forêt qui jouxte la zone sableuse. La ville disparue devait certainement être située à un important carrefour commercial portant sur le sel, l’or blanc lorrain. La découverte de vases funéraires en provenance d’Italie en est la preuve.

Le problème, c’est que le site a été trop vite classé sans intérêt. Depuis, l’Etat français, bien embarrassé par l’ampleur et le caractère exceptionnel de la découverte, fait la sourde oreille, faute d’avoir provisionné les 800 000 euros nécessaires pour financer une nouvelle campagne de fouilles qui devrait durer deux ans. Et le plan de relance, il est où là ? Si ces fonds ne sont pas débloqués, le site sera recouvert et 90% des vestiges seront perdus. Pourtant, pour sauver ce qui peut encore l’être, les archéologues envisagent de protéger les sépultures par une bâche géotextile, puis de les ensevelir sous un mètre de terre. Le maire de Rosières a décidé d’entamer une longue marche pour sensibiliser les élus du secteur. Pour le moment en vain. Encore un nouvel affront fait à la Lorraine, une nouvelle injure faite à notre passé et à notre patrimoine. Paris ne veut vraiment que nous enterrer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 3 août 2009 11:01

    peut être que si ça avait été les ruines d’une banque , ils auraient trouvé le pognon ! smiley


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 août 2009 18:42

      a prendre au second degré, bien sur ? A moins que, comme les banques, l’archeoologie s’engage a verser un interet et a rembourser le PRET jusqu au dernier cent ? Oui, j imagine que c’est du second degré smiley


    • Paul Cosquer 3 août 2009 11:03

      Il vaut bien mieux sans doute financer des restaurations de monument en Italie sur les décisions capricieuses de Madame Carla.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 août 2009 02:39

        T’es couché, Paul, alors je peux y aller gaiement,

        « Il vaut bien mieux sans doute financer des restaurations de monument en Italie sur les décisions capricieuses de Madame Carla.  » J’ai une bonne nouvelle pour toi, ma Carla, mais le forum de Rome est en travaux depuis deux mille ans...Si Tu arrives à entreprendre ce dossier jusqu’au bout, je veux bien réserver ma place pour la première note du premier concert.

        PREUMS.

        Même juste derrière toi si tu veux, mais je veux te lancer la première note. Ma ptite Carla, pense à moi, personne ne t’a jamais demandé sur ce ton si doux et si engagé que tu ne peux refuser. Ma ptite Gü... heu pardon, ma ptite Carla. .aaah...S’il te plait, je sais que tu suis passionnément les playlists de Paul, ma chérie, je veux passer derrière toi, je te promets, je n’ai pas la grippe AAAAAAAaaaaaaahhhhh.....  !

        Ah, pardon, je ne me suis pas présentéh...http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/ma-thematique-sensuelle-59766

        A propos de l’article, vous n’avez qu’à faire courir le bruit que vous êtes tombé lundi dernier sur tout un faisceau de bip bip, bip tout à fait retentissants...

        Bien à vos pieds, nobles couples...( Et pour le filon, c’est fifty fifty ) L.S.


      • kitamissa kitamissa 3 août 2009 11:56

        pour obtenir du pognon,rien ne vaut le chantage à la bouteille de gaz .....

        > si on n’a pas nos 800000€ ! on fait tout péter !......

        en général ça marche !

        j’y songe ,dans 3 ou 4000 ans, quand des archéologues vont découvrir les vestiges de HLM de la banlieue Parisienne ,qu’est ce qui vont penser les chercheurs ? ils vont tomber sur un vieux stock de came ,sur de vieux scooters volés ,sur des carcasses de Béhêmes et de Mercos....ils vont déclarer ça comme objets du culte ......


        • CHARLY 3 août 2009 12:51

          Le titre de l’article me semble particulièrement ambigu (Paris refuse etc...)
          qu’entendez-vous par Paris La ville ou le gouvernement ? Afin de mettre fin à cette ambiguité il serait bon Monsieur BLE que vous apportiez une précision, dans le cas contraire, on ne m’en lèvera pas de l’idée qu’il s’agit d’une manipulation.


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 août 2009 18:36

            j’avais la meme reaction. Sur la forme et pas sur le fond, mais qu ’est ce que ce titre veut dire ? AUCUNE mise en perspective. Je ne connais pas les actions actuellement entreprises en archeologie, (une partie du ministere de la culture j imagine ?) mais ne peut t on pas imaginer que ces types du Ministere ne sont pas des idiots, qu ils savent evaluer un potentiel, mais que par contre ils doivent aussi faire des choix ? Et le Gouvernement c’est VOUS et MOI, sur le plan pratique, c’est a dire VOTRE argent et le MIEN. C’est pas a « Paris » qu il faut demander son avis, c’est a la France.


          • Antenor Antenor 3 août 2009 13:40

            C’est aux grosses collectivité locales (départements et régions) de s’investir dans la sauvegarde de notre patrimoine. L’Etat hormis pour quelques fleurons n’en a apparemment « rien à péter » et les communes n’en ont pas les moyens.

            C’est pas avec 800 000 euros que l’archéologie va ruiner le pays...


            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 août 2009 18:53

              800 000 euros pour ce qui serait un site exceptionnel ? Et l’auteur de cet article de pester contre le gouvernement au lieu de faire une page Facebook,, de contacter France 3 Lorraine, de monter une ONG d’archeologie qui accueillerait de jeunes etudiants stagiaires, et de demander aux 2,336,500 habitants de Lorraine de verser chacun 34 centimes d’euros pour financer les fouilles ? Faut croire que le mythe d’une Lorraine sur fonctionnarisée est donc vrai ...


            • Massaliote 3 août 2009 13:41

              La Lorraine, beaucoup trop français, pas d’exotisme, pas de bling-bling, ah parlez-leur de Miami ou de DubaÏ, les bobos décideurs seront prêts à s’y intéresser ! Et en plus si vous leur parlez d’Histoire ! Vu le niveau culturel de notre Chef Suprême, c’est une cause perdue.


              • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 août 2009 18:39

                Commentaire etrange, il me semble que le financement de TOUTE la culture est problematique, en ce moment, pas juste en Lorraine, Par contre, donnez un peu une bonne image de votre region et mettez en avant votre sens entrepreneurial au lieu de toujours tout attendre de l’argent des autres. Si ce site est si interessant, pourquoi la Region Lorraine ne leve pas une souscription ou contracte un emprunt bancaire pour creer un futur lieu de tourisme ? Soyez creatifs au lieu d etre passifs !


              • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 août 2009 19:51

                J’y pense ca me fait penser que les Lorrains eux meme trouvent la Lorraine trop peu bling blibg a leur gout. Quand il s’agit d’aller flamber au Lux au volant de BMW d’occasion de 3eme main, endettes jusqu au cout pour le pavillon hors de prix du cote de Yutz ou de Mondorf, la ils repondrent presents les Lorrains ! Les courses au Kirchberg, les vacances sur la Costa Brava, les ecrans plats, la ya pas de problemes, Posez vous des questions sur les preferences de consommation des gens.


              • easy easy 3 août 2009 14:20


                « Paris veut enterrer la Lorraine »

                N’importe quoi, pourvu que ça fasse choc.
                Tout au plus on pourrait écrire que Paris ne veut pas déterrer le passé de la Lorraine.
                C’est cela qui est vraiment proche de la vérité et non celle que vous posez en titre façon scandale.

                Certes, c’est dommage qu’on ne puisse pas continuer ces fouilles, mais quiconque verrait sous les yeux la liste des demandes de toutes parts n’aurait pas idée de crier au scandale parce qu’on renonce à exhumer quelque chose quelque part. Il y a déjà tant de choses exhumées qu’on n’est plus capables de protéger.


                Cela dit, si la Lorraine et ses millions d’habitants, ne sont pas capables de trouver 20 € par personne pour exhumer son patrimoine, je ne vois pas pourquoi les Bretons, les Corses, les Alsaciens et les Basques devraient se voir imposés de mettre 5 € au pot.


                Le pot commun n’est pas inépuisable et en appeler à lui pour des causes particulières ou régionales est un abus, une manipulation. Il est usuel de tenter ces manipulations mais heureusement, les gouvernements n’y cèdent pas constamment


                • Nobody knows me Nobody knows me 3 août 2009 16:14

                  Tout au plus on pourrait écrire que Paris ne veut pas déterrer le passé de la Lorraine.

                  On risquerait de devoir la rendre aux allemands...
                   ; - )


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 août 2009 18:56

                  Meme remarque que vous !


                  800 000 euros pour ce qui serait un site exceptionnel ?

                  Et l’auteur de cet article de pester contre le gouvernement au lieu de faire une page Facebook,, de contacter France 3 Lorraine, de monter une ONG d’archeologie qui accueillerait de jeunes etudiants stagiaires, et de demander aux 2,336,500 habitants de Lorraine de verser chacun 34 centimes d’euros pour financer les fouilles ?


                • Stalker 3 août 2009 14:23

                  Hélas, ce ne sont pas des cultures à la mode. Les élites françaises sont formées à la vénération exclusive, de Rome, d’Athènes, de la Renaissance et du classicisme, à l’exclusion de toute autre civilisation.

                  Les cultures occidentales non gréco romaines sont actuellement méprisées, et même la Gaule romaine n’est pas à l’abri.

                  C’est aussi le signe d’une culture occidentale qui est devenue incapable d’avoir conscience de sa propre grandeur, et pour qui la voie à suivre est de se renier, au profit de cette mondialisation culturelle dont on nous rebat les oreilles.

                  Rien de bon ne peut sortir d’un tel déni de soi, que tous les autres ressentent comme un aveu de faiblesse. Les musulmans, les Chinois ou les Indiens savent, eux, être fiers de leurs cultures passées et de leurs liens avec leurs sociétés actuelles.


                  • Bois-Guisbert 3 août 2009 15:32

                    « Les musulmans, les Chinois ou les Indiens savent, eux, être fiers de leurs cultures passées et de leurs liens avec leurs sociétés actuelles. »

                    A l’ère du politiquement correct, triomphant, être fier de ses cultures passées, c’est être raciste, parce que c’est estimer que ces cultures passées ont quelque chose en plus, que les autres n’ont pas...


                  • Nobody knows me Nobody knows me 3 août 2009 16:07

                    A l’ère du politiquement correct, triomphant, être fier de ses cultures passées, c’est être raciste, parce que c’est estimer que ces cultures passées ont quelque chose en plus, que les autres n’ont pas...

                    Par contre, quand comme vous on estime que ces cultures passées (ou pas) ont quelque chose en moins...


                  • Nobody knows me Nobody knows me 3 août 2009 16:13

                    Les musulmans, les Chinois ou les Indiens savent, eux, être fiers de leurs cultures passées et de leurs liens avec leurs sociétés actuelles.

                    Je n’en suis pas si sûr concernant les chinois. En tout cas, la politique de la Chine est bel et bien de remplacer le vieux par du neuf sans conserver le culturel, notamment au Xinjiang : Menaces sur Kashgar.

                    Cordialement.


                  • Bois-Guisbert 3 août 2009 17:09

                    Par contre, quand comme vous on estime que ces cultures passées (ou pas) ont quelque chose en moins...

                    Pardon ?

                    Comme vous connaissez l’aphorisme de Boileau-Despréaux, je ne me fatique pas à le chercher pour le copier et le coller...


                  • Nobody knows me Nobody knows me 3 août 2009 17:44

                    Mais quel étalage de science !!

                    Vous voulez que je recherche les « superlatifs » que vous utilisez habituellement ?
                    De tête, il me semble avoir lu « peuples apathiques », « stagnants », « foireux », « défauts », « tares », « futiles », « populations médiocres ». Je pourrais en sortir un livre de poche rien qu’avec vos posts sur Avox.
                    Sans compter les formules et images du style « l’os dans le nez », avec le ton méprisant qui vous va si bien au teint.

                    Et c’est pas des jugements de valeurs ça ??


                  • Bois-Guisbert 3 août 2009 20:39

                    Je crois que vous n’avez pas compris que les « cultures passées » dont il était question étaient celles qui ont contribué à façonner l’identité française en général et les diverses identités régionales en particulier...


                  • Nobody knows me Nobody knows me 4 août 2009 11:33

                    Bottage en touche


                  • Tarouilan Tarouilan 3 août 2009 16:28

                    Ne nous affolons pas ; « Les spécialistes sont absolument convaincus qu’une ville antique dense, comme le Toul de l’époque, devait se trouver à proximité. Les archéologues pensent que ses vestiges doivent être enfouis sous la forêt qui jouxte la zone sableuse » donc relativement protégée (contrairement aux zones labourées avec de profonds labours).

                    Quid de la zone sablonneuse, va-t-elle prochainement être transformée en carrière à sable ? dans le cas contraire, l’état a vraiment autre chose à faire de notre argent, dans la situation dramatique de l’économie en France…ce n’est pas des fouilles de sauvetage, je ne comprends pas votre problématique.


                    • Massaliote 3 août 2009 16:46

                      L’ état fait effectivement autre chose de notre argent ! Si on consacrait l’argent dépensé pour mettre hors de portée des quidams notre Conducator lorsqu’il se rend par exemple à une réunion de son parti à autre chose ? Sauvegarder notre patrimoine ?


                    • King Bounty 3 août 2009 16:42

                      oui , enfin , avec le nombre de gens sans emploi vos babioles peuvent attendre !
                      Encore un intello elitiste qui laisserait crever les gens de faim pour ses caprices...
                      .


                      • Cascabel Cascabel 4 août 2009 02:38

                        On doit bien financer les frais de bouche de nos politiciens, il ne faudrait tout de même pas qu’ils crèvent de faim ceux-la !
                        Ca c’est prioritaire, l’archéologie, le patrimoine...pfff !


                      • Loan 9 août 2009 14:53

                        « Un pays qui n’a pas de vestiges n’a pas d’Histoire ». Belles et fortes paroles à méditer ! Notre Zébulon et sa bande veulent effacer notre Histoire. La citation précédente est une phrase de Belkacem, gardien des ruines de Tipaza. ( France5, aujourd’hui, 14H37) 


                      • Massaliote 9 août 2009 15:00

                        « avec le nombre de gens sans emploi »... JUSTEMENT, des vestiges préservés sont un atout pour le tourisme, donc générateurs d’emploi dans une région plutôt sinistrée de ce point de vue.


                      • King Bounty 3 août 2009 16:44

                        quote :

                        Les musulmans, les Chinois ou les Indiens savent, eux, être fiers de leurs cultures passées et de leurs liens avec leurs sociétés actuelles.


                        pour les 2 derniers je veut bien !
                        Quand a la culuture prehistorique des premiers 1.500 ans en retard sur toutes les autres....


                        • z00p z00p 4 août 2009 08:12

                          « Quand a la culuture prehistorique des premiers 1.500 ans en retard sur toutes les autres.... »

                          Et toi tu oublies qu’au Moyen Age, les médecins, astronomes, mathématiciens musulmans ont sauvegardé et amélioré l’héritage de l’Antiquité, là où les mêmes médecins, astronomes, mathématiciens étaient promis au bûcher grâce à l’obscurantisme catholique.
                          Les musulmans ne croyaient pas que la Terre était plate, hein.
                          Et avant de me faire traiter de « panarabiste » ou de « panmusulmaniste » ou d’« anticatholique », sache que je suis athée.
                          Par contre toi, ta « culuture » semble s’arrêter à l’orthographe...


                        • King Bounty 3 août 2009 16:46

                          les cchinois se debarassent des fouteurs de m....
                          quoi de plus normal ??



                          • Tarouilan Tarouilan 3 août 2009 16:58

                            Le problème de l’Archéologie en France est très particulier, c’est la chasse gardée d’une caste antipathique que j’ai côtoyé autrefois ; les archéologues d’état et leurs amis.
                            Face à la politique systématique du gouvernement visant à réserver la quasi totalité des opérations archéologiques aux seuls archéologues professionnels, la défense des bénévoles devient urgente puisque d’éminents archéologues, scientifiques reconnus, se retrouvent écartés des opérations de terrain et des fouilles, au profit de nouveaux archéologues rémunérés.
                            Face à une conjoncture économique désastreuse, le budget de l’état n’est pas extensible, les bénévoles qualifiés écartés avec suffisance par ces fonctionnaires de l’archéologie, qui n’ont plus aucune passion pour leur discipline, je l’ai constaté de visu autrefois est en France une constante stupide et dommageable pour notre patrimoine commun.
                            Prenez que des bénévoles (qualifiés) pour effectuer ces fouilles…… et je vous garanti que l’on sera bien loin d’un budget de 800 000€ ……

                             


                            • Stalker 3 août 2009 23:43

                              La tendance forte à considérer que seuls les personnes avec un statut sont aptes à contribuer à notre patrimoine et à sa connaissance se retrouve également en Histoire, où l’Université considère également qu’elle a un monopole sur la question.

                              C’est intéressant de savoir, grâce à vous, que la situation est similaire dans l’archéologie.


                            • gbe54 6 août 2009 02:20

                              J’abonde dans votre sens. Je suis écoeuré par le gaspillage de ce patrimoine qui devrait appartenir à tout le monde.

                              Pourquoi si peu de publications ? Certainement de crainte qu’un quidam emettent des hypothèses plus pertinentes que ces grands « savants ».

                              Cas d’école qui m’a atterré lors de la visite d’un musée archéologique minable en Dordogne. Minable au sens où il présente trois bout d’os pour 8€. Des archéologues ont découvert une peinture ruspestre qui s’est effondrée il y a bien longtemps. En gros un énorme puzzle. Où se trouvent les pièces ? Dans un carton bien rangé dans une cave... Pourquoi ne pas numériser tout ça et laisser un passionné sur internet reconstruire cette peinture ?


                            • gbe54 6 août 2009 02:24

                              Les historiens étant de loin les pires car ils contrôlent le passé et le travestissent sciament.


                            • Atlantis Atlantis 9 août 2009 23:00

                              impossible. outre le fait que l’on risque de laisser de l’information s’échapper de manière non contrôlée par notre grand sachem et sa tribu, on met surtout le doigt dans un engrenage qui s’appelle décroissance. Un mot clairement tabou, car leurs gentils mécènes anonymes leur ont signifié qu’ils y étaient hautement allergiques. On met le doigt et c’est tout le reste qui y passe, à force d’avoir poussé le balancier trop loin.


                            • Tarouilan Tarouilan 3 août 2009 17:37

                              En 1825, Victor Hugo, scandalisé par la démolition de nombreux monuments médiévaux
                              par des projets de réaménagements urbains, lançait un appel dans son célèbre article :
                              « Guerre aux démolisseurs ! ».
                              Cet appel sera à l’origine de l’organisation, un peu plus tard, par l’écrivain Prosper Mérimée
                              d’un service de protection des monuments historiques ; mais il faudra attendre près d’un
                              siècle pour que, en 1913, une loi, dont l’archéologie ne faisait pas partie, organise
                              véritablement cette protection. Ce seront donc, pendant tout le

                              siècle et les trois quarts du siècle, des archéologues bénévoles qui, sans aucuns moyens et à leurs frais,
                              arracheront quelques bribes de vestiges archéologiques, d’abord aux pioches des
                              terrassiers, et bientôt aux engins mécaniques.
                              Ce n’est qu’à partir des années 1960 que le ministère de la Culture commença à disposer
                              d’un véritable service susceptible, dans chaque région, d’avoir connaissance des
                              destructions en cours et d’y consacrer quelques moyens. On appela donc « archéologie de
                              sauvetage »

                              De nos jours, ce qui devait inévitablement arriver, se produit dans ce domaine, lorsque des fonctionnaires reprennent les choses en main
                              , qui ne devrait être que le fief de personnes passionnés, nous avons installé à la place des pédants, ayant tout du fonctionnaire cupide et rond de cuir et dépensier
                              il faut revenir aux archéologues bénévoles, dans l’esprit d’origine de la démarche, et le patrimoine français sera valorisé en Loraine comme ailleurs.

                               


                              • chmoll chmoll 3 août 2009 18:13

                                déjà l’gus a du mal à financer la ruine de s’pays ,pensez donc pour l’reste


                                • HELIOS HELIOS 3 août 2009 18:40

                                  ... petite reflexion, a propos des premiers commentaires...
                                   
                                  A cette epoque l’Islam n’existait pas, les arabes etaient chez eux en train de bédouiner dans les deserts d’arabie et les mosquées pas encore inventées....

                                  Ne vous bercez pas d’illusion, on n’en trouvera pas, ni en Lorraine, ni ailleurs en Europe, ni nulle part.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès