Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Que se passe-t-il au péage autoroutier (ATMB) de Nangy (Haute-Savoie) (...)

Que se passe-t-il au péage autoroutier (ATMB) de Nangy (Haute-Savoie) ?

Tous les mardis matin, depuis un mois, de 6 h à 8 h 30, des usagers de l’autoroute A40 en colère manifestent sur le parking juste après le péage de Nangy en allant vers Genève. Malgré la pluie, la neige et le froid, ils déploient leurs banderoles : « A40 Halte au racket », ou « Télépéage trop cher », « Manifestez www.frontalier.com » Depuis le début de l’opération, plus de 2000 pétitions ont été signées pour alerter les autorités et les politiques sur la décision de l’ATMB d’augmenter de manière scandaleuse le coût de l’autoroute pour les 12 000 personnes qui vont à leur travail tous les jours dans le bassin d’Annemasse/Genève.

Les plus motivés, ceux qui ne sont pas frontaliers, et qui n’ont pour vivre qu’un salaire français, se retrouvent dans des situations dramatiques. En effet, l’ATMB a décidé de supprimer les abonnements qui existaient depuis 30 ans pour les remplacer par un système de télépéage qui va, au minimum, doubler le prix des abonnements lesquels abonnements ont déjà déjà augmenté de 50 % en cinq ans !

À titre d’exemple : une personne habitant la Vallée Verte, et qui se rend à son travail tous les jours à Annemasse (8 km d’autoroute), payait jusqu’à présent 320 € d’abonnement par an pour un nombre illimité de passages, ce qui lui permettait de rentrer chez elle à midi si elle avait des horaires coupés. Avec le nouveau système de télépéage, le prix de l’autoroute, pour se rendre à son travail, va doubler, et même quadrupler si la personne continue de rentrer chez elle à midi. Pour une personne habitant Sallanches, un aller-retour par jour pendant un an (hors vacances) lui coûtera 1900 €, soit un mois et demi de salaire, rien que pour se rendre à son travail !

Le Groupement transfrontalier européen (GTE), dont les membres sont eux-mêmes concernés par ce problème, a décidé d’aider tous les usagers (frontaliers ou non) à se faire entendre. Pour ce faire, ils ont ouvert des pages sur leur site Internet. (www.frontalier.com)

Or, l’ATMB, refuse de voir l’évidence, et conteste l’évolution des tarifs en affirmant que ceux-ci augmenteront, certes, mais dans une proportion très inférieure. Si tel est le cas, comment ses dirigeants expliquent-t-ils qu’en trois semaines plus de 2000 pétitions aient été signées spontanément pour dénoncer ces augmentations !? Les usagers de cette portion d’autoroute ne sont pas en colère pour rien, ils ont simplement pris leur calculette (calculette qui semble faire défaut aux gestionnaires de l’ATMB) et se sont rendu compte qu’effectivement, le prix de leur abonnement allait au minimum doubler.

Soyons clairs, le produit télépéage voulu par l’ATMB propose une réduction de 45 % sur le prix du passage (30 % de réduction ATMB et 15 % subventionnés par le conseil général), or, les usagers et le GTE refusent que cette subvention soit inscrite au prochain budget du Conseil général si elle n’est pas conditionnée à un effort commercial de l’ATMB beaucoup plus important que celui des 30 % de réduction actuelle. Le message que les usagers adressent aux politiques est simple : « Nous vous avons toujours demandé votre soutien pour faire pression sur l’ATMB, nous n’avons jamais demandé d’argent sous forme de subvention, c’est l’ATMB qui est venu avec un projet de participation du CG. Nous ne sommes pas contre cette aide (bien qu’elle soit discutable et à discuter), mais elle doit être validée SEULEMENT ET SEULEMENT SI l’ATMB fait un effort, sinon le CG ne DOIT PAS verser un sou ! » Or, cet effort est possible. Dans des conditions similaires en France, les réductions s’échelonnent de 10 % à la gratuité complète, selon les villes et les sociétés d’autoroute gestionnaires. Rien que pour le tunnel du Mont-Blanc les réductions vont jusqu’à 65 %.

Il y a toujours la solution de prendre la route, mais non seulement tout est saturé maintenant partout (des essais comparatifs ont été réalisés entre la route et l’autoroute : à cause des embouteillages dans l’agglomération d’Annemasse et des bouchons sur les routes nationales, le temps de transport est à peu près doublé), mais en plus il est de notoriété publique que le tronçon Cluses/Bonneville est le plus « accidentogène » du département. Le drame du tunnel a fait 30 morts, combien de morts fera la suppression des abonnements pour les personnes qui ne sont plus assez riches pour pouvoir prendre l’autoroute !? Trois, trente, cinquante par an ? Personne ne peut le dire. Mais cette décision de supprimer les abonnements fera de toutes façons des morts. Y aura-t-il un procès pour ces morts-là !?

L’ATMB est une société privée qui a mission de service public. Les usagers demandent simplement qu’elle remplisse cette mission en octroyant aux personnes qui se rendent à leur travail tous les jours des réductions qui soient en adéquation avec la réalité du coût de la vie et l’évolution des salaires.

Il y a de cela dix ans, l’INSEE prévoyait une augmentation de 54 % de la population dans le bassin d’Annemasse. Or, aucune politique n’a été mise en place pour développer les transports en commun, les parkings péri-urbain, et les axes routiers. Aujourd’hui, l’agglomération Annemasse/Genève est entrée dans un entonnoir infernal que plus personne ne maîtrise. Pour donner une bouffée d’air provisoire à cet imbroglio (ce qui laisserait le temps à tout le monde de réfléchir), le déblocage du péage de Nangy, grâce à des tarifs décents (actuellement c’est 1.60 € en tarif plein pour faire les 8 km d’autoroute pour se rendre à Annemasse), serait le bienvenu.

ADU Coordination

Association de défense des usagers de l’ATMB


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Sylvio (---.---.117.71) 11 décembre 2005 12:10

    Et que pensez des évolutions de prix que nous risquons d’avoir sur les autres autoroutes lorsqu’elles auront été vendu par la France à des sociétés comme l’ATMB...

    Forcément c’est un marché où il n’y a pas réèlement de concurrence (il n’y a pas 2 autoroutes Annecy-Geneve par exemple) à part les nationales qui seraient alors des routes du pauvre (avec des conséquences en terme de traffic dans les villes traversées, en terme d’accidents etc). Sans concurrence, forcément, les prix augmentent.


    • AMR (---.---.120.232) 12 décembre 2005 09:59

      L’autoroute pour les riches, les nationales pour les pauvres ! C’est exactement ça ! De plus, il faut savoir que dans les cartons du néolibéralisme sauvage, il est question de rendre les nationales payantes ! Pour l’instant les députés font barrage, y compris à droite ; mais jusqu’à quand !? Il y a beaucoup de personnes qui pensent que cela n’est pas possible de mettre des péages sur les nationales, ils se trompent. La technique est parfaitement au point et est déjà opérationnelle en Allemagne pour les poids-lourds sur les autoroutes. C’est un système GPS, un petit boîtier que vous avez dans votre voiture et qui, sans que vous le sachiez, vous capte aussitôt que vous passez sur un tronçon payant. Vous recevez seulement la facture à la maison. Pas besoin d’infrastructures, seulement l’obligation d’avoir le boîtier dans votre voiture !


    • (---.---.120.157) 16 décembre 2005 12:03

      Le conseil Général de Haute-Savoie subventionne l’ATMB contre l’avis des usagers !

      Lors du vote du budget, mardi dernier, le Conseil Général a décidé de subventionner l’ATMB pour que cette société privée puisse mettre en place son produit Proximi t destiné à toutes les personnes qui prennent l’autoroute pour aller à leur travail. Les usagers, regroupés au sein de l’Association de Défenses des Usagers de l’ATMB (ADU Coordination) soutenu par le Groupement Transfrontalier Européen, ont toujours été contre cette subvention dont l’idée émane de l’ATMB et non pas des usagers de l’autoroute A40. L’ADU et le GTE avaient demandé lundi dernier, expressément, au Président du Conseil Général, Ernest Nycollin, de ne pas l’octroyer sans garantie de la part de l’ATMB d’ouvrir une véritable négociation avec tous les usagers. Celui-ci n’en a pas tenu compte et a octroyé à l’ATMB cette subvention sans aucune contrepartie.

      Donc, prochainement, l’ATMB va supprimer les abonnements de 6000 abonnés et leur proposer un produit « domicile travail » avec 45 % de réduction (30 % de réduction normale de la part de l’ATMB et 15 % subventionnés par le conseil Général) « agrémenté » de quelques réductions « attrape-nigauds » jusqu’en avril 2006 pour lancer ce produit dont personne ne veut. À ce jour, 2000 pétitions ont été récoltées pour dire à l’ATMB et aux politiques que les usagers n’en veulent pas. Mais il semble que rien n’y fasse.

      Il y a 30 ans la portion d’autoroute Annemasse/Bonneville était entièrement gratuite parce que le Conseil Général en a financé la construction avec nos impôts. Aujourd’hui, sur les 18 000 personnes qui se rendent chaque jour à leur travail dans ce secteur, 6000 sont obligés d’utiliser un système offrant une réduction de 30 % sur le prix du passage à l’unité (les abonnements ont été supprimés en avril 2004 pour les nouveaux clients), 6000 bénéficient encore de l’abonnement (environ 65 % de réduction, comme celle qui est en vigueur actuellement au le Tunnel du Mont-Blanc), et 6000 ne prennent plus autoroute parce qu’elle est déjà trop chers pour eux depuis des années ! Est-il normal que nos impôts aient financé la construction de cette autoroute et qu’aujourd’hui les riverains travailleurs ne puissent plus l’utiliser parce qu’elle est devenue trop chère pour eux ?! Ne restent sur l’autoroute que les camions et les touristes, alors qu’Annemasse est en pleine asphyxie routière. Il est frappant de constater qu’entre 7h30 et 8h30 du matin le péage de Nangy est quasiment vide alors que toutes les routes secondaires sont entièrement saturées dans Annemasse et ses environs. Nous nous retrouvons en pleine logique libérale débridée ou l’autoroute (et donc la sécurité) est pour les riches et les nationales pour les pauvres... alors que l’ATMB a mission de service public !

      Depuis trois ans l’ADU et le GTE tentent de négocier le passage en douceur au Télépéage avec des accords négociés entre l’ATMB, le Conseil Général et les usagers. Enfermé dans sa logique de « fric à tout prix » l’ATMB a toujours refusé un véritable partenariat avec ses clients. Sa politique de communication s’est toujours limitée à de « la langue de bois de haut niveau » imprimée sur papier glacé en couleurs. Son seul objectif depuis 3 ans était de faire financer par le conseil Général à hauteur de 15 % son produit Proximi t voulu par elle ! Objectif réussi... Mais contre l’avis des usagers !

      Il est inacceptable que le Conseil Général subventionne une société privée qui refuse de remplir sa mission de service public. En conséquence l’ADU tient à faire savoir qu’elle désapprouve les conditions de l’attribution de cette subvention à l’ATMB et qu’elle n’en est en aucune manière responsable.

      Alain ROBERT ADU Coordination


      • pacontent (---.---.185.37) 22 mai 2006 23:06

        Je suis tombée sur votre article qui explique bien la situation. Vous pourriez le mettre sur le blog ci-dessous http://blogs.aol.fr/atmba40/USAGERSENCOLERE/ pour info Merci pour les explications.


      • AMR (---.---.100.68) 26 janvier 2006 10:04

        Hier, Jackie, sympathisante de l’ADU et signataire de la pétition me posait par courriel cette question :

        « Faut-il adhérer à la proposition ATMB de Proximi T ? »

        Voici ma réponse :

        Le produit Proximi T est un véritable attrape-nigaud, il ne faut pas le prendre, car vous devez faire 46 passages obligatoires par mois et vous serez facturés que vous les fassiez ou pas ! Avec ce produit on est complètement liés. Par contre avec Trace Direct, celui qui offre 30 % de réduction sur le passage, libre à vous de boycotter le nombre de jours que vous voulez, puisque vous êtes uniquement facturés au passage. Pour ma part, j’ai calculé que Trace Direct avait un coût équivalent annuellement à l’abonnement si je ne faisais que 4 allers-retours par semaine. Donc, en boycottant 1 jour par semaine où on ne prend pas l’autoroute pour aller bosser on se retrouve à un prix équivalent à l’abonnement. Le prix est équivalent, mais pas le service rendu... ça vous l’avez compris ! Mais je vais faire plus pour vraiment montrer que je ne suis pas une vache à lait que l’on peut pomper indéfiniment comme ça. Je vais boycotter 2 jours par semaine, ce qui ramènera le prix de l’autoroute pour me rendre à mon travail équivalent à celui de l’abonnement en 1999.

        De toute façon la seule chose à faire maintenant est de lancer l’opération « Boycott 1 jour » mais pour qu’elle réussisse il faut que tout le monde boycotte le même jour. Nous proposons donc de boycotter le mardi ou plus personne ne prendra l’autoroute pour se rendre à son travail et ira bouchonner dans Annemasse et les communes alentour. Je ne sais pas si les gens suivront... C’est un acte militant.

        Pour résumer et pour mon cas personnel (à chacun d’entre nous de calculer, d’organiser, d’essayer... selon ses contraintes) : 1) Je vais faire renouveler mon abonnement le plus longtemps possible 2) Lorsque cela ne sera plus possible, je ne vais pas me précipiter pour prendre Trace directe pour bien montrer à l’ATMB que je ne suis pas volontaire pour changer de formule. Pendant quelque temps je vais voir si je peux me débrouiller en prenant les nationales et les routes secondaires. Je vais tenter aussi d’organiser un co-voiturage. 3) Si tout ça ne marche pas, je prendrais la formule trace directe que je boycotterai 2 jours par semaine.

        Mais dans tous les cas je ferai en sorte que le coût de l’autoroute pour me rendre à mon travail soit inférieur à ce qu’il est aujourd’hui avec mon abonnement. C’est ce que font d’ailleurs beaucoup de personnes avec la formule Trace Directe. Lorsqu’ils prennent cette formule, le premier et le deuxième mois ils ne font pas attention, mais lorsqu’ils commencent à recevoir les relevés de banque qui montre combien ça leur coûte réellement par mois !... eh bien ils s’adaptent et ne prennent plus l’autoroute que de temps en temps... et vont comme tout le monde embouteiller Annemasse et ses environs : pollution, bruits, énervement, stress... toutes ces choses qui ne sont pas comptabilisées dans ce que nos « élites » et nos « grands décideurs » appellent la rentabilité... Chacun rentabilise son petit commerce dans son petit coin sans aucune vision globale et citoyenne.

        Alain ROBERT ADU Coordination Le 25 janvier 2006

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès