Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Rentre dedans ! (réforme « du temps de l’enfant... »)

Rentre dedans ! (réforme « du temps de l’enfant... »)

ÉCOLE

NON à une réforme des rythmes INUTILE, INADAPTÉE, INJUSTE et menée par des INCAPABLES !

Je n’envoie pas mon enfant à l’école l’après-midi !

JPEG - 1.1 Mo
école désaffectée

INUTILE ? Pourquoi ne pas s’en tenir à la demi-journée de temps scolaire rétablie après sa suppression par le ministre Darcos ? Et à la rigueur, pourquoi ne pas revenir sur les 27 heures hebdomadaires quand on constate le niveau médiocre de la France par rapport aux autres pays de l'OCDE ? Pourquoi s'en tenir seulement aux avis des chronobiologistes ? 

 

INADAPTÉE ? On pourrait penser, avec 5 millions de chômeurs et malgré tout, à Mayotte, un noyau familial plus dense, susceptible d’aller chercher et de garder les enfants même si la journée d’école commence plus tard et finit plus tôt, que les nouveaux horaires décalés et les obligations professionnelles des parents ne sont pas incompatibles. En fait les problèmes de garde viennent encore grever les possibilités des parents actifs (indisponibilité, frais supplémentaires).

 Qui plus est, à Mayotte, cette réforme des rythmes est vraiment malvenue parce qu’elle ne tient pas compte de la réalité climatique (on commence et finit la journée plus tôt dans les pays chauds, c'est un plus par rapport à la poussière en saison sèche, à la boue en saison des pluies, aux économies d'énergie... si les brasseurs d'air fonctionnent, etc.). Faut-il rappeler aussi les conditions matérielles (80 % des locaux hors normes, le manque de classes, la vétusté, le parc informatique théorique car défaillant ou... volé, les wc bouchés, les rats, pas d’ombre dans les cours, des préaux insuffisants, des collations non équilibrées [sucre en trop dans les jus de fruits, chaîne du froid non prise en compte...])

 

INJUSTE ? Des dérogations ont été accordées en métropole (15 communes de ce qui est encore la région Limousin) pour des raisons telles que : « fatigue des élèves, contenu du périscolaire, coût de l’opération, qualification des intervenants » (source « La Montagne »). Des dérogations ont été accordées dans un département comparable (mai-juin 2014), celui de la Guyane (pbs de restauration scolaire ou de transports) ?

 Et à Mayotte, les serviles transmetteurs de la raison d'Etat auraient même imaginé une adaptation saucissonnée pour les salles qui accueillent deux classes dans la journée : 

classe A de 7 à 10 heures et de 13 à 15 heures

classe B de 10 à 13 heures et de 15 à 17 heures !

Ainsi la classe A bénéficierait peut-être du bonus des heures favorables des chronobiologistes le matin et la B l'après-midi ! Merci pour cet esprit de justice et d'égalité des chances madame le vice-recteur !

 

Les INCAPABLES ? Primo, une réforme qui ne parle ni des programmes, ni des méthodes, ni des enseignants ! Secundo, des ministres qui défilent sur leurs chaises musicales (concomitamment à cette réforme) : Peillon langue de peilha (de serpillière pour ceux qui ne connaissent pas l’occitan), Hamon en coup de vent, Vallaud-Belkacem (langue de vipère ou de naja...) Donc des hauts fonctionnaires tout puissants, une administration État dans l’État, des promotions pour récompenser l’obéissance absolue des NOMENKLATURISTES... avec pour conséquence « il faut appliquer la réforme venue d’en haut » comme a osé l’asséner l’inspectrice de secteur (Sada) en argument massue ainsi que la nouvelle vice-recteur ! Donc de la part de notre « Haute » administration, le travers antirépublicain de ne jamais écouter la plèbe, de ne jamais faire remonter les problèmes des citoyens de base !

 

Conclusion : comme l’a résumé le philosophe Onfray, ce n’est plus la démocratie, ce n’est pas la dictature mais une « tyrannie douce » (il donne en exemple le vote contre l’Europe non respecté !) (à podcaster sur France Culture).

 

PS bien qu’hors sujet 1. le porte-parole annonçant la nomination de Macron a fourché (sa langue de couleuvre) en prononçant « Macro »... et pourquoi pas « maquereau pour ceux qui prononcent les "E" ? . 

2. En d'autres circonstances et si la représentativité du peuple signifiait quelque chose, je ne me serais pas laissé aller à des jeux de mots douteux... mais cette oligarchie fascisante ne mérite pas notre respect. Alors à la guerre comme à la guerre... dehors les collabos de la raison d'Etat et vivement la VIème République !

 

PS bien dans le sujet : 1. la rentrée encore empêchée : LES PARENTS BLOQUENT LES ÉCOLES ! 

 

2. Lu dans le JDM d'aujourd'hui mercredi 27 août : " « Il faut changer les habitudes », maintient Nathalie Costantini, des habitudes qu’ont pris les instits de n’enseigner qu’en demi journée ce qui prive les enfants d’un temps de scolarité égal à leur copains de Métropole."

MORALITÉ : les vice-recteurs passent et les MENSONGES des APPARATCHIKS restent serait-ce dans le respect de la parité, n'est-ce pas madame le vice-recteur ? Pardon de faire dans la comparaison avec l'ère soviétique mais alors que tout est tombé en URSS en 1991, dans notre cher pays toujours en avance d'une guerre (celle que les fachos veulent faire à la Russie de Poutin), tout fait penser à l'application d'un énième Plan toujours plus loin vers le désastre qui pointe depuis près d'un demi-siècle (sans parler de la catastrophe à propos de l'Ukraine) ! 

JPEG - 1.2 Mo

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 28 août 2014 10:52

    Je m’en veux de m’en prendre aux personnes mais puisqu’ils font passer leur fonction, leur carrière, leur sécurité (1) (la démocratie s’en trouvant dévoyée)... Et ce, d’autant plus que les griefs contre eux sont fondés : sans revenir sur l’insulte faite aux enseignants, madame le vice-recteur avance des données chronobiologiques favorables à l’après-midi.
    Or, Claire Leconte qui justement, en 1998, a lancé un appel pour une « chronopsychologie anti-gourou » appelle pour une matinée plus longue que l’après-midi, commençant le plus tôt possible, après un petit-déjeuner de qualité... Cela ne relève-t-il pas de la responsabilité des parents (niés par la réforme) et d’un bon sens à la portée de tous ? ... Exception faite des élites censées nous conduire et qui en tiennent une couche pas piquée des vers !!!
    Nous faut-il toujours subir de la part d’une oligarchie d’incapables ? Assez de ce mépris généralisé ! Assez des insultes gratuites contre des enseignants qui ne feraient qu’une demi-journée ! Ne tolérons pas la tartuferie d’une administration qui impute aux autres ses propres déficiences !
    Madame Nathalie Costantini, le vice-recteur de Mayotte ne mérite aucun respect de notre part pour l’attitude honteuse et bornée qu’elle affecte en tant que servile courroie de transmission du pouvoir central !

    (1) Un inspecteur m’a répliqué qu’un enseignant n’avait pas à tenir compte de son honnêteté mais seulement de sa sécurité ! (1992)


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 28 août 2014 11:17

      Il reste quand même quelque chose de la démocratie, presque un trop-plein de démocratie même, puisque des milliers de textes et de vidéos officiels peuvent nous submerger via l’internet. 
      Ainsi Public Sénat a mis en ligne les travaux liés à la mise en place de la réforme.
      En regrettant que l’audition de B. Hamon fraîchement nommé ministre de l’EN (avril 2014) soit à ce jour fermée, notons que l’intervention de Claire Leconte, infirmant pour une bonne part le bien fondé de la réforme « des rythmes » est, elle, disponible :

       

      http://videos.senat.fr/video/videos/2014/video21859.html Madame Claire Leconte.


      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 29 août 2014 05:11

        L’audition de B. Hamon disponible aujourd’hui.

        http://videos.senat.fr/video/videos/2014/video22629.html


      • Batrolo 28 août 2014 13:10

        Les écoles sont bloquées. De plus en plus de communes suivent le mouvement ! N’acceptons pas l’inacceptable !


        • Robert GIL ROBERT GIL 28 août 2014 14:05

          pour illustrer le probleme de l’ecole aujourd’hui, cette simple photo vaut mieux qu’un long discours...

          voir : https://www.facebook.com/470279756351891/photos/pb.470279756351891.-2207520000.1409227459./759423594104171/?type=1&theater


          • xael 28 août 2014 16:41

            La situation de Mayotte m’intéresse au plus haut point Monsieur Dedieu mais votre article est symptomatique, il va dans le sens de ceux comme moi qui pensent que 50% du problème de l’éducation à Mayotte est : les PROFS

            Votre article est juste... illisible, et je reste poli.
            A qui vous adressez-vous ici ? c’est AGORAvox pas PROFSvox

            Deja essayez de vous faire comprendre par votre auditoire. 


            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 28 août 2014 17:45

              Xael, merci pour vos réactions même si elles doivent me remettre en question. Je veux bien être coupable d’une phrase bancale et d’une autre trop longue mais si c’était aussi illisible que vous le prétendez, je crois que votre réaction aurait été plus brève.
              Sinon, je ne crois pas que les profs soient à mettre à l’index... il y a du mauvais, du bon et du moyen, comme dans toutes les professions. Les mauvais exemples viennent de plus haut, de nos dirigeants que la mission politique devrait rendre plus modestes, et de cette caste inamovible d’énarques plus ou moins dans l’ombre mais qui mènent le pays. 


            • xael 28 août 2014 17:20

              Vous pronez un combat de la plèbe contre une oligarchie fascisante, je vous rejoint tout à fait, mais quand je lis : « dehors les collabos de la raison d’Etat et vivement la VIème République ! »
              Là je me marre, hahaha !
              Comme si la constitution de la cinquième république, petit bijou issu du CNR était le problème...
              La 5ème est bafoué tous les jours par cette oligarchie que vous dénoncez qui se torche toute la journée le c.. avec la loi suprême des français. (l’avez vous seulement lue ??)


              J’ai envie de vous demander, ok, vous allez mettre quoi dans votre 6e republique ?
              Et puis le peuple vous les profs vous vous mettez dedans ?
              Parceque je suis tout à fait d’accord avec vous, les écoles sont... on ne peu même plus dire délabrées, mais plutôt en ruine...
              Mais vous savez, des chiottes, ça se débouche, des ampoules ça se change, des feuilles ça se ramasse.

              Quand on refuse un collège aux habitants de Koungou, ils vont pas pleurnicher chez mayotte hebdo, ils vont dans la forêt couper des bambous, et ils la construisent eux-même leur école. Une leçon d’humilité pour nous tous.

              Si votre souci c’est vraiment les enfants, et pas d’avoir des demi-journées de libre pour faire des pique nique entre profs sur la plage, relevez vos manches et prouvez-le, et en temps qu’entrepreneur je serai le premier à venir vous prêter main forte, comme tous les gens du village ça ne fait aucun doute.

              La 6eme republique, lol


              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 28 août 2014 18:24

                xael, libre à vous de ricaner de la Vième République puisque vous pensez que la Vème donnant le pouvoir à un président (servi par une majorité docile) sert la démocratie. Les circonstances ne peuvent être les mêmes qu’en 1958.
                Quant au contenu, déjà qu’il y ait plus de respect des citoyens, une dignité remise à l’honneur, qu’on ne puisse plus faire carrière en politique (mandats limités), que les démagos qui promettent soient destitués pour manquement à la parole donnée, que l’administration soit plus au service de la collectivité que d’elle même... que les menteurs soient rétrogradés.
                Et puisque vous en avez tant contre les profs, sachez que je l’ai été dans l’esprit que j’aimerais trouver dans un changement de Constitution, dans le plus grand respect de l’enfant, et que j’ai l’âge qui me fait dialoguer avant tout malgré vos propos blessants... J’ai quitté le ghetto mzoungou pour louer chez les locaux le plus vite possible ; je ne donnais pas dans la « consanguinité professionnelle » (vous savez qu’il y avait et peut-être encore la plage « du préfet ») ; d’ailleurs le « clan » disait de moi que j’étais « mahorisé ». Je suis revenu vivre là où j’ai enseigné... 
                Et si j’écris (même mal) c’est pour servir la cause de Mayotte et des Mahorais.
                Pour toutes ces raisons, je ne pense pas devoir être contre vous mais avec les hommes de bonne volonté contre tout ce que le système a de détestable.
                La VIème ? Pourquoi pas ?


              • xael 28 août 2014 19:43

                La 5e donne beaucoup de pouvoir à son président car CDG avait une haute estime de cette fonction, la preuve c’est qu’il n’a pas hésité à démissionner lorsqu’il a perdu la majorité au sein de son gouvernement avec cette phrase célèbre « il vaut mieux partir deux ans trop tôt que cinq minutes trop tard »
                Votre statut, vos médicaments remboursés, vos congés payés, votre prime d’expat c’est à lui que vous la devez alors essayez de ne pas trop cracher dans la soupe.

                Si les français ne passaient pas 4h par jour devant la TV, à gober tout ce qu’on leur envoie d’outre atlantique, mélenchon et lepen y compris, peut-être ne voteraient-ils pas comme des moutons pour un gouvernement qui leur chie dessus.

                Je vous avoue m’en être voulu d’avoir été blessant, mais je suis de caractère assez sanguin, et on ne peut pas modifier son post sur ce forum.

                Je vous suggère de vous renseigner d’urgence sur la perestroika qui règne dans l’union européenne et surtout en France au niveau des partis politiques et des syndicats, je ne parle pas des médias c’est une banalité.

                Sinon ma proposition tiens toujours relevons nos manches et mettons nous au boulot pour rénover ces écoles en ruine, une révolution n’apporterai je le crois sincèrement, qu’un bordel général.


              • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 28 août 2014 21:11

                Il me semble que c’est la quatrième qui est issue du CNR, et non la cinquième, élaborée par CDG.

                c’est bien là notre pb : une constitution prévue par et pour un homme exceptionnel, quels que soient ses défauts par ailleurs.

                Aujourd’hui, nous avons des incompétents et des valets.

                Les présidents incompétents s’entourent de plus incompétents qu’eux pour deux raisons : ne pas paraître ridicule et prendre des politiciens dont la carrière est dépendante de leur chef, non des personnes compétentes qui doivent leur carrière à leurs talents.

                Les sous-incompétents ne feront pas de vague, et les mauvaises décisions jamais critiquées ;

                La quasi-dictature française consiste alors à choisir un personnage d’après un projet qui à aucun moment ne sera suivi, c ar le vrai projet est édité à Bruxelles ou au MEDEF, ou à l’OCDE.

                La pantin change, mais la politique anti-sociale et anti-démocratique continue.

                Il faudrait non seulement changer la république, mais aussi l’UE et en sortir si ce n’est pas possible.

                Bien entendu il faut sortir de l’OTAN qui est en train de fomenter la destruction de l’Europe.

                En ce moment tous les vernis pseudo-démocratique sont en train de craquer, et un monstre immonde apparaît, celui du fascisme, version moderne hyper-libérale.


              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 29 août 2014 04:42

                Merci JPaul pour une analyse que je partage en tous points !


              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 30 août 2014 06:20

                Jean-Paul, vous parlez des politiciens mais nous devons considérer aussi l’activisme décalé par rapport aux réalités des énarques (Haute Administration) et l’obéissance servile et aveugle des services de l’État (« basse » administration).


              • xael 28 août 2014 17:23

                Celà dit je vous rejoint, diviser la journée en deux alors qu’il n’y a aucune cantine, aucune structure c’est juste complètement absurde...


                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 30 août 2014 06:10

                  De la bonne foi de la « Haute Administration ».

                  François Coux, vice-recteur jusqu’en juin 2014, avait promis verbalement que les classes dites « en rotation » (2 classes dans la même salle au cours de la journée) ne seraient pas concernées par la réforme. ce n’est plus le cas parce que ces gens-là n’ont pas de parole ! 

                  François-Marie Perrin, son prédécesseur « malthusien » qui fustigeait l’utérus des Mahoraises et l’accent des Mahorais, a néanmoins déclaré en avril 2011 « Mayotte est hors sujet quant au débat sur les rythmes scolaires. » (Journal L’Alsace)... Les écrits restent...

                  La réunion d’hier n’a rien apporté : l’administration ne veut rien savoir, le blocage perdure, la grève des parents continue parallèlement à celle des enseignants (décidée ce même jour). 


                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 30 août 2014 06:35

                    MAYOTTE : La langue de bois de madame le vice-recteur à propos de la réforme des rythmes :

                    « ... pour donner des repères et garantir à chaque enfant des acquisitions pérennes... »

                    ... des repères et des acquisitions qui, depuis au moins quinze ans, classent les petits Français dans le peloton de queue des classements internationaux !


                    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 1er septembre 2014 08:15
                      Réforme des rythmes / SADA : vendredi 29 août 2014. 1 h 45 minutes d’échanges avec le vice-vice-recteur.

                      Le blocage perdure, la réforme devant être mise en place impérativement de la part des autorités alors que les parents demandent d’en rester à la journée continue tant que les conditions pour la réforme ne sont pas réunies (20 % des établissements aux normes, manque de moyens à commencer par le transport scolaire, ... ). Les parents qui travaillent vont voir leurs frais de garde augmentés puisqu’il faut récupérer les enfants pour la pause « méridienne » et les ramener l’après-midi.

                      Le vice-rectorat manie le bâton : il faut appliquer la loi et toute remise en cause de la réforme relève d’une manoeuvre politique.

                      Le vice-rectorat manie aussi la carotte en avançant que les subventions d’amorçage abonderont les finances communales à partir du mois d’octobre ( toujours la charrue avant les zébus...). Encore à propos de ces fonds, il faut savoir que de nombreux maires métropolitains renoncent à demander les 50 € de la CAF tant la procédure s’apparente à un parcours du combattant.

                      Le vice-rectorat rassure à propos de l’encadrement à la charge des mairies en alléguant qu’aucune qualification n’est exigée (les parents et les maires apprécieront de confier les enfants à... n’importe qui).

                      Suite aux propos autoritaires de la ministre qui précise qu’aucune exception ne sera admise, serait-ce outre-mer, pour Mayotte, il est intéressant de suivre la situation en Guyane où la commune de St-Laurent-du-Maroni (40 000 habitants, 25 écoles) avance que sa journée continue (5 jours de classe, moins de 5h 30/jour, 175 jours de classe/an) reste proche de ce qui est demandé par la réforme.

                      photo autorisée wikipedia
                      Le blocage perdure, la réforme devant être mise en place impérativement de la part des autorités alors que les parents demandent d’en rester à la journée continue tant que les conditions pour la réforme ne sont pas réunies (20 % des établissements aux normes, manque de moyens à commencer par le transport scolaire, ... ). Les parents qui travaillent vont voir leurs frais de garde augmentés puisqu’il faut récupérer les enfants pour la pause « méridienne » et les ramener l’après-midi.

                      Le vice-rectorat manie le bâton : il faut appliquer la loi et toute remise en cause de la réforme relève d’une manoeuvre politique.

                      Le vice-rectorat manie aussi la carotte en avançant que les subventions d’amorçage abonderont les finances communales à partir du mois d’octobre ( toujours la charrue avant les zébus...). Encore à propos de ces fonds, il faut savoir que de nombreux maires métropolitains renoncent à demander les 50 € de la CAF tant la procédure s’apparente à un parcours du combattant.

                      Le vice-rectorat rassure à propos de l’encadrement à la charge des mairies en alléguant qu’aucune qualification n’est exigée (les parents et les maires apprécieront de confier les enfants à... n’importe qui).

                      Suite aux propos autoritaires de la ministre qui précise qu’aucune exception ne sera admise, serait-ce outre-mer, pour Mayotte, il est intéressant de suivre la situation en Guyane où la commune de St-Laurent-du-Maroni (40 000 habitants, 25 écoles) avance que sa journée continue (5 jours de classe, moins de 5h 30/jour, 175 jours de classe/an) reste proche de ce qui est demandé par la réforme.

                      photo autorisée wikipedia" height="357" width="504" />


                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 1er septembre 2014 08:17

                        Vallaud-Belkacem émue que Valls la soutienne en tant que femme qui a un visage ( ???) :

                        « Chers amis, applaudissez cette ministre, parce qu’elle est un des visages, non seulement du gouvernement, non seulement de la République, mais elle est un visage, et comme tous les autres ministres de ce gouvernement, ces ministres sont au service de la France ».

                        Et ce visage menace : « Aucune exception ne sera tolérée", a affirmé la ministre. "La loi s’appliquera partout et il n’y aura pas d’exception. Il relèvera des élus locaux que les choses se passent bien... »

                        « ... Mais je le dis, il y a une obligation scolaire, il faut que les communes respectent la loi et nous ne tolèrerons aucune exception. La loi s’appliquera. Si ce n’est les maires qui l’appliquent, alors ce seront les préfets. »

                        Perfide, bifide, venimeuse, la langue du naja ne paralysera pas les citoyens français et si nécrose il y a, ce sera celle d’un corps gouvernemental dévoyé parce que nous ne saurions accepter celle de la démocratie !


                        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 4 septembre 2014 06:03

                          Le bras de fer imposé par le gouvernement et l’administration met en lumière l’autoritarisme de l’État et la légitimité des revendications des parents.

                          https://www.youtube.com/watch?v=mEEAoXVnIqI


                          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 4 septembre 2014 06:06

                            DÉPUTES ET SÉNATEURS.
                             
                            Par ces temps difficiles, ce ne sont pas nos sénateurs et députés qui se mettent en évidence pour servir la population. Pardon, ce n’est pas le cas du député Boinali Toumbou Saïd qui parle d’appliquer la réforme des rythmes en UTILISANT LES PRÉAUX ! Oh ! suis-je bête en tant que parent d’élève de n’y avoir pas pensé avant !
                            Pas de photo autorisée mais on l’a vu à la télé : il profite bien le bougre !

                            Et Ibrahim Aboubacar, chevalier blanc du petit peuple ?

                            Et Thani Mohamed, si prompt d’habitude à jouer les Zorro ? C’est vrai que celui-là est très occupé à rentrer son argent de poche... surtout qu’il ne table plus que sur 3000 € au lieu des 5000 passés pour compléter ses maigres indemnités et frais de mandat (seulement 13000 euros !).
                            http://www.atlantico.fr/decryptage/ceux-qui-disaient-tout-ceux-qui-restaient-flous-tres-interessantes-lecons-examen-detaille-declarations-revenus-parlementaires-1684421.html#lv1kU37CxyI2FQJJ.99

                            Et Abdourahamane, pourtant ancien instit, si discret à Mayotte depuis qu’il s’est fait blackbouler de la mairie et si transparent au sénat, celui dont une épouse escroquée de 7000 euros a exigé un droit de réponse dans les médias parce qu’il s’agissait de 20000 € !

                            Entendez-les donc ces trois, muets comme des carpes, silencieux comme des muets (« UBURIHA MAURI BUBU ») ! C’est vrai qu’il est moins dommageable de dire des bêtises (URUNGOA MAFITSI) que de les faire (UFANYA MAFITSI) !

                            photo autorisée wikipédia / sculpture d’Idari Jongoro (1594 - 1634) « Les singes de la sagesse ».


                            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 5 septembre 2014 14:28

                              RÉFORME DES RYTHMES / RIEN A NÉGOCIER

                              Nous n’avons rien à négocier !
                              Ce matin, près beaucoup de blabla vaseux sur les classes en rotation, madame le vice-recteur annonce un vrai temps de respiration de 45 minutes en tant que très grande avancée !?!?
                              La respiration, le défoulement des enfants entre les séquences d’apprentissage, cela existe déjà, ce sont les récréations !
                              Restons-en au statu-quo ante pour faire évoluer les conditions. Cela prendrait-il des années, ce préalable s’impose !
                              Non aux marchands de tapis (1) !
                              Nous n’avons rien à négocier !

                              (1) Ce n’est pas une avancée, c’est un croc-en-jambe ! Ils veulent seulement piéger les parents d’élèves ! Cela va dans le sens bêtement administratif, toute honte bue, et certainement pas dans le nôtre ! Ce sont bien eux, les tartuffes, les manipulateurs et pour voir les choses de plus haut, sûr que la démocratie en crèvera si nous laissons faire !


                              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 5 septembre 2014 14:30

                                PROFESSION DE FOI OUI, MAIS

                                OUI MAIS loin des mensonges motivés par le gain d’une élection, serait-ce celle du Président de la République ! OUI MAIS loin
                                du rapport de force imposé, des manipulations honteuses pour une mise en œuvre bornée de la réforme dite des rythmes scolaires.

                                Sur la forme qui se confond tant avec le fond, s’il faut obéir à LA LOI, s’agit-il de la LOI INSTRUMENTALISÉE, avec ces mentions «  applicable à Mayotte » ou « non applicable à Mayotte »... manière de mieux brouiller les esprits ? Parle-t-on de la LOI BAFOUÉE, puisque, selon elle, 80 % des établissements scolaires hors normes devraient être fermés ? Ne constituent-elles pas un AFFRONT fait à la LOI, ces rotations illégales (un seul local pour deux classes) ? Un début de réponse n’a-t-il pas été habilement donné par le nouveau préfet, Seymour Morsy, quand, en brillant orateur, il dit d’abord que la LOI n’a pas a être appliquée de façon rigide sur tout le territoire ensuite, lorsqu’il précise encore que l’État agit « à sa manière » ?

                                Par ailleurs, pour quelles raisons aussi, cette marche vers l’égalité, la conformité devrait se faire jusqu’en 2025 pour les droits (et même 2037 pour le précédent gouvernement !) et être imposée immédiatement concernant les devoirs dont cette lamentable réforme ???

                                Sur le fond se confondant avec la forme, la référence aux chronobiologistes ne peut être considérée comme un dogme absolu ! Du moins celle qui s’appuie sur « la courbe de vigilance » des enfants. Rappelons, à ce propos, l’audition au Sénat, le 26 février 2014, de Claire Leconte, «  chercheur en chronobiologie » d’expérience, qui dit en gros que le matin n’a jamais été l’équivalent de l’après-midi et que, pour « bénéficier de la clarté mentale de la matinée » « il faut les faire démarrer le plus tôt possible » (n’était-ce pas le cas à Mayotte, incontestablement en avance sur la réforme ?). Claire Leconte rappelle aussi la responsabilité des parents concernant le rythme biologique de l’enfant (coucher régulier, suffisance des heures de sommeil, un vrai petit-déjeuner...).
                                http://videos.senat.fr/video/videos/2014/video21859.html
                                Quelle raison motivait cette audition au sénat alors que tout semblait bouclé ? Benoît Hamon (les sénateurs lui ont rappelé cette intervention de bon sens), successeur de Peillon, ne pouvait-il en tenir compte pour infléchir la réforme plutôt que de l’assouplir ?

                                Foncièrement encore, il faut savoir aussi que l’évaluation peu glorieuse de nos enfants au niveau international a été faite auprès d’enfants de 15 ans donc qui avaient bénéficié de la semaine de 4,5 jours ! Sinon les propos (1) du président du programme PISA, Andreas Schleicher sur des réformes « pensées dans le secret des cabinets ministériels par des gens très intelligents et (...) ensuite imposées aux enseignants et aux parents » confirmeraient que c’est d’abord l’institution qui doit se réformer !

                                http://www.ouest-france.fr/education-locde-tape-sur-lenseignement-francais-trop-inegalitaire-2785386

                                Si nos villageois plaisantaient, à une époque où les invalides de guerre ont bénéficié d’un poste de garde-champêtre, sur la loi qui marche droit et le garde qui va de travers, on se demande aujourd’hui ce que va donner la crise avec une institution, des politiques
                                et une administration qui ont perdu le gouvernail...

                                (1) Il ne sera pas inutile de réfléchir à cet avis extérieur.


                                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 septembre 2014 07:29

                                  QUAND LE LÉGITIME PRÉVAUT SUR LE LÉGAL.

                                  Concernant la réforme des rythmes, on dirait que l’administration semble ne plus vouloir camper sur l’argument massue « C’est la loi ! ».
                                  Tant mieux si les « serviteurs » de l’État aident au démarrage de l’année scolaire... Ils ont beau dire qu’eux savent être raisonnables « dans l’intérêt de l’enfant » (comme si les parents étaient sans conscience !), ce sont les parents d’élèves qui leur ont bien forcé la main !
                                   

                                  De toute façon nos enfants auraient fait leur rentrée lundi... à leur manière, parole de parents aussi responsables que monsieur le Préfet quand il commente : « l’État agit à sa manière »... à Mayotte...
                                  Ceci dit, il paraît que si les cours reprennent l’organisation antérieure (de 7 h à midi 15), les parents devront rester sur place une demi-heure... c’est à n’y rien comprendre... Quoi qu’il en soit, attendons lundi car, de la part de ces gens-là (les petits et autres « grands serviteurs » de l’institution) les moyens importent peu... Nous saurons rester vigilants... Madame le vice-recteur n’a-t-elle pas cité la « réforme des rythmes » comme la deuxième de ses sept priorités ? S’ils n’y sont pas arrivés de front, ils chercheront à passer outre la demande légitime du peuple (1), par petites touches de rancune rentrée... Qu’ils y viennent maintenant que les parents sont déterminés à défendre l’intérêt général !
                                   

                                  On m’appelle à plus de modération... vu que l’administration est là pour servir le peuple... Faut-il que nous soyons aussi naïfs que nous l’étions concernant les promesses de campagne ? 

                                  C’est ne pas réaliser, d’abord, que ce corps très hiérarchisé aurait presque tendance à gouverner tout seul quand les politiques défaillent, ce qui est malheureusement le cas aujourd’hui (2).
                                  C’est oublier aussi les leçons de l’histoire puisque sous Pétain, la politique de collaboration n’a pu se faire sans le concours de notre administration et que ce sont les mauvaises herbes, ceux qui ont désobéi, dont Jean Moulin, Préfet de la République, qui ont sauvé l’honneur et le pays ! 

                                  Enfin, plus particulièrement pour Mayotte, je ne parlerai pas de la gestion parfois « post coloniale » du territoire qui ne devrait plus être qu’un mauvais souvenir, avec le nouveau statut de département.
                                   

                                  En conclusion, pour le dire net, si les personnes sont on ne peut plus respectables, si l’organisation est nécessaire pour le bien de tous, ce n’est pas pour autant que nous devons nous départir d’une attention soutenue, d’un regard critique sur un pouvoir exécutif qui a phagocyté les deux autres (législatif, judiciaire). Sur la forme, par exemple, la langue de bois n’est plus acceptable, de la part des beaux parleurs. Pourquoi nous servir la théorie ronflante de « l’intérêt des enfants » ou le verbiage inutile de Madame le vice-recteur, hier samedi, à Dembeni : « Il faut aider les élèves à se projeter et leur permettre d’avancer dans leur parcours en état de prospective et pas seulement en réaction au présent » ? (3)
                                  Franchement... Bien sûr que nous nous devons de rester lucides quand la démocratie et la République sont mises à mal par des incapables et que les raisons de la catastrophe à venir s’accumulent depuis une quarantaine d’années ! 

                                  (1) Vous êtes sûr, monsieur Valls, que cela relève du populisme ? (discours de La Rochelle).

                                  (2) d’autant plus que le régime présidentiel tient beaucoup du monarchisme.
                                  (3) source JDM. 

                                  photo autorisée wikipedia / La Liberté guidant le peuple. Eugène Delacroix.


                                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 8 septembre 2014 09:32
                                    La rentrée s’est faite sans problème à Sada.
                                    D’après le directeur, l’organisation provisoire impose une récréation de 45 minutes au lieu des deux qui coupaient la journée auparavant.
                                    Les autorités qui s’en voudraient de ne pas avoir le dernier mot, serait-il minable, s’accrochent au mot « pause » en attendant de nous fourguer « méridienne »...
                                    Ainsi jusqu’à ce que le conseil d’école se réunisse (parce qu’ILS pensent toujours qu’ils arriveront à nous enfumer), nos enfants auront le loisir de se dépenser pendant 3/4 d’heure pour reprendre en sueur, énervés...
                                    Bon sang est-ce que cela leur écorcherait la bouche de reconnaître que le rythme antérieur n’est pas à blâmer ???!!!
                                    Est-ce que cela leur écorcherait la bouche de reconnaître ce qui ne va pas aussi mal qu’ils le disent ???!!! (pour ne pas dire "mieux qu’ils ne le prétendent !!!).
                                    Et si ces propos passent pour excessifs (du point de vue d’une Administration hautement sournoise et malhonnête) allez donc lire l’édito de Natacha Polony à l’occasion de la nomination de la nouvelle ministre de l’Éducation...

                                    L’ADMINISTRATION SERVILE D’UNE PENSÉE UNIQUE QUI DÉTOURNE LES PRINCIPES DÉMOCRATIQUES A SON PROFIT N’EST PLUS AU SERVICE MAIS CONTRE LE PEUPLE !

                                    Mais Florian, ce matin, a dit « Super ! je reviens à l’école... » Et nous ferons tout pour que cette École de la République l’accueille, le forme dans un esprit citoyen, le guide vers l’âge adulte, faudrait-il pour cela se battre contre la bêtise et l’autoritarisme !

                                    RA HACHIRI ! (Nous restons vigilants !)
                                    L'ADMINISTRATION SERVILE D'UNE PENSÉE UNIQUE QUI DÉTOURNE LES PRINCIPES DÉMOCRATIQUES A SON PROFIT N'EST PLUS AU SERVICE MAIS CONTRE LE PEUPLE !

                                    Mais Florian, ce matin, a dit « Super ! je reviens à l’école... » Et nous ferons tout pour que cette École de la République l'accueille, le forme dans un esprit citoyen, le guide vers l'âge adulte, faudrait-il pour cela se battre contre la bêtise et l'autoritarisme !

                                    RA HACHIRI ! (Nous restons vigilants !)" height="504" width="348" />


                                    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 8 septembre 2014 10:25

                                      Il s’agit bien de « SINISTRES CRÉTINS » !

                                      Dans ce climat de défiance générale, nous devons aussi mettre en quarantaine l’administration centrale qui réforme et promulgue au nom d’une démocratie confisquée. N’hésitons pas à lui signifier que la mise en question qu’ils suscitent peut déboucher sur un combat institutionnel parce que la République ne peut supporter plus longtemps un fonctionnement aussi dévoyé.

                                      A propos des fonctionnaires du ministère de l’Éducation Nationale, je vous suggérais de lire l’édito de Polony... Extraits choisis :

                                      « Quatre ministres en deux ans, des débats indignes ou guignolesques, des rumeurs délirantes et des réformes au mieux insignifiantes, mais commentées deux années durant. Pendant ce temps, les résultats de l’école française sont toujours plus accablants, et ce qui fut un système éducatif formidable poursuit sa descente aux enfers... 

                                      ... /... les choix, rue de Grenelle, sont le fait d’une administration indéboulonnable et figée dans son idéologie depuis le début des années 1980. Mais justement, on aurait pu rêver d’un ministre qui rendît à la politique ses droits. D’un ministre qui s’attaquât aux véritables problèmes, l’évaluation des méthodes d’apprentissage, la formation pluraliste des professeurs, la mise en avant du mérite et de l’effort… Eh bien, à cause de sinistres crétins, l’école, la République, les enfants et la France attendront. »

                                      Vous avez bien lu : la journaliste parle bien de « sinistres crétins » à propos des ministres et de l’administration de la rue de Grenelle !


                                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 15 septembre 2014 10:23

                                        Mayotte en Danger / VENDREDI SOIR UN RUMBU...

                                        Vendredi soir, un rumbu (1) magnifique est monté dans la nuit au-dessus de la baie de Chiconi. Au petit matin, après une interruption sans micro et technique, mais avec les chants, accompagnés au gaboussi, de toute l’assistance, le rumbu s’est poursuivi malgré le soleil. Il paraît qu’un esprit vazaha s’était invité... N’était-ce pas la sorcière du vice-rectorat, avec sa carotte et son bâton, proférant ses menaces à peine voilées ? 


                                        « Abracadabra ! Mais non, seulement une école sur quatre suit la grève ! Hi,hi,hi... Faites-nous confiance : on appâte les maires avec des sous seulement promis... hi,hi,hi... si vous saviez les bâtons dans les roues que met la Caf en métropole au point qu’une majorité de maires renonce à monter le dossier, hi,hi,hi... de toute façon en 2015, plus rien, kavu... hi,hi,hi... On a un autre bâton pour les parents d’élèves, hi,hi,hi... qu ‘ils sachent que tout doit venir de Paris car rien n’est bon à Maoré, hi,hi,hi... et que cela nous débecterait de reconnaître ce qui marche sur l’île comme la journée continue de moins de 5h 15 minutes (2), les 5 jours sur la semaine, les 175 jours sur l’année sur les 180 préconisés (3)... »   

                                        Chante, danse le rumbu, Mayotte, pour exorciser le mépris émanant de ces incapables qui n’ont pour morale que l’obéissance intéressée puisque, dans cette administration irresponsable, complice de la faillite du pays, tout n’est fonction que d’avancement et de promotion ! De la part des donneurs de leçons, tout n’est qu’hypocrisie et agissements répugnants !

                                        RA HACHIRI ! La morale, la légitimité sont de notre côté ! LE COMBAT CONTINUE !  

                                        (1)  Invocation des esprits qui viennent posséder des médiums en transe. Socialement, le rumbu a pour fonction, pour la population, de mieux supporter les injustices, le mépris subi, tant individuellement qu’à l’échelle de la communauté.
                                        (2)  sans tenir compte du climat, bon nombre de pays européens pratiquent la journée d’école continue, les enfants restant libres de suivre ou non des activités péri ou extra-scolaires... Et ils sont loin devant nous, aux évaluations internationales... hi,hi,hi !
                                        (3)  Sachant que les enseignants ne sont payés que 10 mois par an (répartis sur 12 / textes de 1946), il serait illégal d’amputer encore (parce qu’ils l’ont déjà fait !) les 2 mois de grandes vacances à moins de compenser financièrement. 



                                        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 29 septembre 2014 18:13

                                          07 / 20 INSUFFISANT ! DOIT FAIRE SES PREUVES !

                                          Sur le fond, démontrant un autisme certain, l’entêtement du vice-rectorat qui rappelle le sketch des croissants de Fernand Raynaud, joue sur les mots. Ainsi, la pause méridienne, devenue un «  tps de repos », est-elle fourguée à toutes les heures, la rentrée des classes ayant lieu à sept moments différents de la matinée, entre 7 heures et 8h 30 (merci la chaleur !) !
                                          Entre le jusqu’au-boutisme des autorités, le « oui mais » des syndicats, l’inertie, les manœuvres, les volte-face des parents, la réforme des rythmes scolaires semble s’essouffler. Avant de livrer quelques échos qui prouvent que les technocrates doivent revoir leur copie, je n’ai pu m’empêcher de corriger un document produit par l’INSPECTION de l’Éducation Nationale, l’échelon local des donneurs de leçons...
                                          Un plaisir néanmoins gâché puisque nous subissons les conséquences d’une incapacité irresponsable du ministère, tant au niveau administratif que politique. Le classement médiocre dans l’évaluation internationale PISA en atteste, malheureusement...

                                          Voir sur
                                          https://www.facebook.com/MayotteEnDanger ou
                                          http://dedieujeanfrancois.blogspot.com/

                                          photos : 1) document original.
                                          2) correction des six lignes en question... mes anciens élèves de quatrième n’auraient pas fait pire...


                                          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 1er octobre 2014 04:42

                                            Mais pour le préfet et la vice-recteur, TOUT VA TRÈS BIEN MADAME LA MARQUISE !

                                            Suite à une énième réunion préfet-vice-recteur-maires (24 sept.), Anchia Bamana, maire de Sada, a livré son analyse au micro de KweziFM :

                                            « A mon avis pas vraiment d’avancée, à part qu’on nous a dit qu’on va nous écrire pour nous dire qu’on aura les 144 euros par an et par enfant... »

                                            A propos du repas chaud dû aux enfants :
                                            « ... les conditions de mise en place de cette prestation n’étant pas réunies, nous, nous disons donnez nous les les moyens avant sauf qu’on nous dit faites et on verra après... »

                                            Concernant l’encadrement, alors que la CAF semble préconiser 1 animateur pour 12 enfants, le vice-rectorat 1 pour 14 enfants et la DJSS 1 pour 8 enfants (1), madame le maire fait ses comptes, sur la base de 2 animateurs par classe, donc, pour 72 classes à Sada, 144 animateurs sont nécessaires (respect à minima de la réglementation) :
                                            « L’État va nous verser 300000 euros mais un contrat c’est un salaire brut de 618 euros donc 618 x 144, je crois qu’il faut 800 000 euros fois 10 mois enveloppe de 8 millions d’euros. » (2)

                                            Anchia Bamana poursuit :
                                            « Nous n’avons pas cet argent à Mayotte et Sada est parmi les communes sous le contrôle de la Cour Régionale des comptes. »

                                            Le journaliste intervient alors en citant les communes de Bandraboua et Mtsamboro qui ont avancé l’argent voici un an et qui, à ce jour ne sont toujours pas « remboursées » !

                                            La maire de Sada poursuit :
                                            « Cela fait partis des péripéties. L’expérience menée à Mtsamboro et Bandraboua n’a pas du tout été concluante. J’aurais pu vous amener les images prises d’enfants qui mangent par terre. On ne peut pas demander à un maire d’accueillir des enfants dans ces conditions. Et les 144 euros ce n’est que le périscolaire... » (3) Nous continuons à revendiquer les moyens. Chez moi la réforme n’est pas mise en place. En avril, dans un des bâtiments d’une école de Bandrani, le plafond s’est effondré. Les écoles sont dans un état de délabrement très avancé. Quand on vit dan la peur de savoir que cela va s’effondrer sur la tête des élèves... Nous avons demandé une subvention de 1,2 millions d’euros et pas de réponse pour la rénovation... Faire des efforts mais qu’on nous donne les moyens pour la partie garderie, ne parlons-pas encore d’activités périscolaires... Dans certaines communes, les familles donnent le repas, il y a un frigo (Tsingoni) mais cela ne suffit pas. Donnez-nous les moyens plutôt que de dire faites et on verra après... Je n’ai pas mis en place la prestation garderie comme nous le dit madame le vice-recteur pour le moment... Les dix millions dont on parle, on demande qu’ils soient débloqués en 2014 mais j’ai cru comprendre que si on multiplie par le nombre de communes, ce n’est pas du tout suffisant ; j’ai délibéré pour la dissolution du SMIAM, qu’on nous fasse confiance, je suis prête à assumer la construction des écoles. »

                                            (1) Comment peut-on accepter des normes aussi élastiques suivant l’organisme d’État qui les préconise ?
                                            (2) Erreur de l’édile qui se trompe d’un zéro : 88 992 euros représentent la paie des animateurs pour un mois soit 889.920 euros sur les dix mois de l’année scolaire, ce qui dépasse déjà les capacités de la mairie.
                                            (3) Bien sûr, pour la préfecture et le vice-rectorat, TOUT VA TRÈS BIEN MADAME LA MARQUISE !

                                            photos : Mayotte / école abandonnée.

                                            http://dedieujeanfrancois.blogspot.fr/2014/09/mayotte-en-danger-ecole-abandonnee.html
                                            https://www.facebook.com/MayotteEnDanger


                                            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 2 octobre 2014 06:41

                                              †A GRIPPE DANS LES VILLAGES / LES RATS DE LA REFORME

                                              A Chiconi, tout va bien selon le conseiller pédagogique, larbin, s’il en est, de sa hiérarchie. La mairie fait ce qu’elle peut... c’est à dire que ce sont les parents qui assureraient la dînette et qui seraient chargés de la surveillance... Résultat : deux accidents, deux bras cassés dans la semaine... Faut-il s’en étonner ?  

                                              A Ouangani, un bon nombre de gosses traîne dehors (ont-ils quelque chose à manger ?) en attendant la reprise des cours. 

                                              Dembéni : 1 euro a été demandé aux parents pour des assiettes en inox pour compenser le fait de manger par terre... pardon, sur une natte... qui plus est payée par les instits qui se sont cotisés... !!

                                              Une réforme sur le dos des autres, c’est indolore pour ceux qui l’imposent ! 

                                              A Bandraboua dont l’allégeance politique aveugle a fait appliquer les rythmes dès l’an dernier (mais qui n’a rien reçu pour autant), les enfants mangent par terre... mais peut-être que les collations ne sont plus apportées par un camion-benne, comme ce fut le cas par le passé.

                                              A Tsoundzou 2 où la femme de l’inspecteur en lieu et place, nommée comme par hasard « maître + », avait la possibilité de récupérer les gosses, les parents ne supportent plus la réforme « aberrante », qui plus est sans garderie, ni restauration. L’école a donc repris les horaires antérieurs... la vice-recteur l’aurait demandé et toléré pour les dix jours qui restent avant les vacances d’octobre... 

                                              Demain, la maternelle de Mangajou embraye sur la réforme... Ne manquez surtout pas le prochain épisode !

                                              Moralité, il n’y a rien à attendre de « sinistres crétins (1) » au service exclusif d’une administration d’Etat dont le fonctionnement tient toujours du néocolonialisme. Profondément antidémocratique, il consiste à imposer des « oukases »... comme disait l’inspectrice de l’an dernier « Je dois tenir mes objectifs ! ».

                                              « Mayotte est hors sujet quant au débat sur les rythmes scolaires. » (L’Alsace / avril 2011) ; Madame Nathalie Costantini (2) devrait méditer cet instant de lucidité d’un prédécesseur plus connu, il est vrai, pour ses considérations sur l’accent des îliens et l’utérus des Mahoraises, monsieur François-Marie Perrin...   

                                               

                                              (1) on doit ce constat sans fioriture à Natacha Polony (le Figaro) (v. articles antérieurs).

                                              (2) Comme les préfets Degos (18 mois seulement à Mayotte) ou Witkowsky (18 mois aussi) peut-être obtiendra-t-elle un poste au ministère pour services rendus à ces technocrates des cabinets ? Ces « grands » serviteurs qui ne servent que leurs intérêts particuliers et ne savent plus rien de l’intérêt général.

                                              photo : Mayotte / école abandonnée.


                                              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 2 octobre 2014 06:43

                                                Toutes mes excuses... Il faut lire "ça grippe dans les villages / les ratés de la réforme.


                                                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 2 octobre 2014 07:33

                                                  Mangajou : école bloquée !

                                                  Petite dernière :

                                                  BLOCAGE DE L’ÉCOLE DE MANGAJOU CE MATIN A 7 HEURES !

                                                  Mes excuses pour le cadenas flou... la bousculade...

                                                  Commentaires  : ce ne sont pas les 3 huit, mais les 3/3 ! Des gamins hors de chez eux pendant plus de 8 heures... dans les conditions de Mayotte ! Tout à l’heure sur Kwezi, un syndicaliste a lâché, même si c’est exagéré, que la réforme n’est possible que dans le XVIIème à Paris !

                                                  Photos des horaires avec les 3 heures de pause ! et du cadenas flou !  


                                                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 2 octobre 2014 08:12

                                                    1er octobre 2014. Quelques échos...

                                                    Une délégation des parents a été reçue au vice-rectorat... « une période supplémentaire de concertation a été obtenue » Tu parles d’une avancée... le vice-rectorat à la hussarde, droit dans ses cuissardes !


                                                    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 2 octobre 2014 08:22

                                                      Et nos parlementaires ? 8h 20 locales. Le moment d’humour de KweziFM insinue que nos députés et sénateurs ont leurs enfants dans le privé et ne sont pas concernés par les errements chaotiques de la réforme des rythmes à Mayotte !


                                                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 3 octobre 2014 15:34

                                                         LE TEMPS NE FAIT RIEN A L’AFFAIRE... (Brassens)

                                                        Reçue sur KweziFM, le 30 septembre, la vice-recteur CosTEMPStini nous a livré un florilège de langue de bois sauf que le pouvoir anesthésiant de son art oratoire ne fera pas taire le bien fondé de la contestation. Voici, en résumé, ce qu’il faut retenir de son verbiage de douze minutes :

                                                        « On donne le TEMPS à chacune des écoles...
                                                        on donne du TEMPS aux élus on donne du TEMPS aux enseignants...
                                                        on donne aussi le TEMPS aux parents de s’exprimer (1)...
                                                        J’ai donné encore un peu de TEMPS pour que la mairie donne 8 h par semaine...
                                                        aux enfants de comprendre les deux TEMPS de travail (2)...
                                                        on a du TEMPS pour participer de l’éducation...
                                                        rattraper le TEMPS perdu...
                                                        Madame le maire qu’elle ait besoin de TEMPS...
                                                        une surveillance pendant le TEMPS de pause méridienne, eh bien elle prendra le TEMPS pour le mettre en place (3)...
                                                        deux TEMPS de travail et une pause...
                                                        tout en tenant compte du TEMPS de vie des gens...
                                                        un TEMPS avec deux TEMPS de travail et une pause... »

                                                        (1) Mensonge ! Les réunions ont seulement pour but d’imposer le caractère obligatoire de la réforme ! Les parents ne sont pas entendus, le Conseil d’école n’est que l’expression de la démocratie détournée (comme il en est du vote blanc, ou dernièrement de l’élection des sénateurs). Certains parlent de caporalisme et vont même plus loin...
                                                        (2) Faut-il faire comprendre aussi aux enfants que les chronobiologistes qui préconisent de travailler surtout le matin et à la première heure n’ont pas été écoutés malgré leur audition au Sénat (Claire Leconte / 26 février 2014) ?
                                                        (3) Elle aura surtout le TEMPS de constater que l’argent promis n’arrive pas... Demandez donc aux communes de Bandraboua et Mtsamboro combien elles ont touché pour avoir adopté ladite réforme dès 2013 !!

                                                        La seule analyse audible dans la bouche de CosTEMPStini : cette réforme imposée met en relief le laisser-aller des élus locaux qui, depuis des années, ne réagissent pas pour construire dans les normes et font trop peu pour l’éducation des enfants. Mais il faudrait ajouter que lorsque l’État dépense 17300 € pour un métropolitain, cela ne lui coûte que 4700 € pour un Mahorais...

                                                        Mais quand elle lance, deux fois dans l’entretien, « On a fait un grand pas en avant », nous ne voulons pas, à cause de cette réforme inadaptée, inutile et injuste faire le pas de trop vers le chaos, le précipice !

                                                        Photo : Un grand pas en avant depuis le mont Choungui...


                                                        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 4 octobre 2014 10:22

                                                          " Comme là aussi, à Lyon, les caisses sont vides, ce sont les parents qui paieront la note, en fonction d’un quotient familial, bien entendu.

                                                          C’est une remise en cause de la gratuité de l’école.

                                                          En effet, si les activités périscolaires sont de la responsabilité municipale, tout en devant obtenir le feu vert de l’Education Nationale, beaucoup de parents n’ont pas beaucoup de choix.

                                                          Il leur faudra mettre leurs enfants aux TAP ( les Temps d’activités périscolaires) ou alors trouver un mode de garde alternatif.

                                                          Les activités périscolaires sont regroupées le vendredi après-midi donc pour beaucoup de parents, il n’y a pas le choix, ils devront payer entre plusieurs euros mensuels à plusieurs dizaines.

                                                          Que vont dire les chrono biologistes ?

                                                          Monsieur Collomb, côté jardin a choisi pour lui-même et sa famille :

                                                          Ses enfants fréquentent une école privée qui n’applique pas la réforme des rythmes scolaires.

                                                          Cette attitude n’est pas digne d’un maire républicain et laïque !"

                                                          MERCI J.F. CHALOT SUR CE SITE MÊME !


                                                          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 octobre 2014 10:39

                                                            Bonjour,

                                                            Nous sommes des élèves de 1ère S du lycée Gerard de Nerval à Soissons (02). Nous sommes chargés d’une collècte au nom de l’association « Un cahier, un Crayon » pour les enfants de Mayotte. Ce projet consiste à récolter un maximum de cahiers et de crayons, afin de permettre aux élèves de travailler dans de bonnes conditions. Nous avons créé une page Facebook pour présenter l’évènement. Nous aurions besoin de votre soutien dans le but de faire connaître notre page et donc notre cause.
                                                            Pourriez-vous promouvoir notre page en la partageant ? Et peut-être mettre un petit mot de soutien sur notre page ? Cette action nous serait d’une grande aide !

                                                            Notre page : https://www.facebook.com/pages/Un-cahier-Un-crayon-Lycée-Nerval-Soissons/1473319276254370?ref=hl

                                                            En vous remerciant d’avance,


                                                            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 octobre 2014 10:40

                                                              ENCORE ET TOUJOURS LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES........
                                                              Mamoudzou, le 1er octobre 2014

                                                              Le SNUipp-FSU Mayotte :

                                                              - condamne le silence des parlementaires sur les rythmes scolaires qui profitent du bordel ambiant pour se cacher alors qu’ils sont à l’origine de cette difficulté ;

                                                              - dénonce de plus la traîtrise des maires de l’île qui s’appuie sur la revendication des enseignants et des parents d’élèves pour obtenir plus d’aide de l’Etat, et ce, afin de combler leur déficit budgétaire ;

                                                              - déplore l’attitude de la Vice Rectrice qui recourt à différents discours en fonction de ses interlocuteurs... /

                                                              ... Par ailleurs, si certaines écoles se sont engagées dans les rythmes c’est parce que les Inspecteurs de l’Education Nationale l’ont imposés (par le biais des conseillers pédagogiques et avec le soutien de la Vice Rectrice) dans les conseils d’écoles. La Vice Rectrice a néanmoins indiqué que la semaine de 5 matinées de 4 heures et 2 après-midi de 2 heures sera acceptée. Le SNUipp-FSU Mayotte encourage donc les nouveaux conseils d’école qui seront installés le 3 octobre à se positionner sur les rythmes scolaires qui leur conviennent.

                                                              Les parents de Tsoundzou 2 ont d’ailleurs réussi à démontrer que les rythmes scolaires imposés par le vice rectorat ne sont pas adaptés à Mayotte et à imposer le retour aux rythmes scolaires antérieur (7h-12h15) alors que l’école ne connait pas de problème de construction.

                                                              Des parents d’élève continuent à se mobiliser contre ces rythmes et le SNUipp-FSU Mayotte encourage les autres à rejoindre la mobilisation relancée par les parents du Sud afin de faire évoluer la situation. La Vice Rectrice comptait en fait sur le répit ambiant de ces derniers jours pour faire imposer son dispositif à partir du 24 novembre."


                                                              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 octobre 2014 10:41

                                                                Et ça continue encore et encore...
                                                                Infos du 3 octobre : de la minute 7’42 à 9’26, sur l’état des écoles à Mayotte.
                                                                https://www.youtube.com/watch?v=u1k-V2WX4sY


                                                                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 28 octobre 2014 08:30

                                                                  TOUJOURS DES EMBROUILLES !
                                                                  L’embrouillamini abracadabrantesque des chiffres vient encore confirmer notre défiance envers une ploutocratie politico-administrative.
                                                                  Regardons par exemple le nombre d’écoles à Mayotte.
                                                                  Rentrée 2011 : le vice-rectorat informe le Sénat qu’il y a 195 écoles à Mayotte.
                                                                  Une plaquette du vice-rectorat 2014 donne écoles 190 en 2003, 190 en 2014.
                                                                  Le même vice-rectorat a communiqué à l’AFP (sept 2014) : « ... sur les 186 écoles du département... »
                                                                  Il est vrai que 5 écoles type PPF seraient passées sous la coupe des collèges.

                                                                  Ce n’est vraiment pas pour nous donner confiance... concernant l’INSEE qui doit avant tout servir le pouvoir politique, à savoir moins mettre en évidence les chiffres qui fâchent. Essayez donc de décortiquer le nombre d’enfants non scolarisés...
                                                                  Les tableaux donnent 58500 enfants de moins de 10 ans en 2007(ordre de grandeur moyen). Une projection toujours aussi globale sur la base d’une augmentation de 2.7 % de la population par an donnerait 68000 enfants en 2013. Ils seraient donc 18000 non scolarisés, dans la nature, (50000 scolarisés d’après le vice-rectorat), de toute façon, une évaluation à l’usage exclusif des sphères dirigeantes que l’INSEE se garde bien de rendre publique !
                                                                  Par ailleurs, l’INSEE dénombre 191 écoles dans le premier degré en 2004... http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=27&ref_id=edutc07101
                                                                  D’après une MISSION D’INSPECTION RELATIVE AUX CONSTRUCTIONS SCOLAIRES DU PREMIER DEGRÉ A MAYOTTE menée en juillet 2013, « de 1979 à 2012, environ 1 600 classes ont été construites, organisant ainsi un réseau de 194 écoles publiques, précisément 189 écoles maternelles et élémentaires et cinq écoles accueillant les classes dites préprofessionnelles de formation, dont les effectifs sont aujourd’hui comptabilisés dans les collèges

                                                                  Pour finir, d’après l’introduction au rapport de ladite MISSION, la population est évaluée entre 230 000 et 260 000 habitants en 2012 dont 40,6 % d’immigrés clandestins (je vous laisse comparer avec le flou prémédité des chiffres à disposition).
                                                                  Dormez tranquilles, citoyens infantilisés et roulés dans la farine, on ne vous dit qu’à moitié ce qu’on ne vous cache pas...


                                                                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 28 octobre 2014 08:32

                                                                    L’ÉTAT S’ENGAGE ! BRAVO L’ÉTAT ! MERCI L’ÉTAT !

                                                                    1,5 millions sous contrôle pour embrayer sur la réforme des rythmes ! Et 292 CUI !

                                                                    Plutôt que de s’esbaudir niaisement, il ne faut pas se laisser ankyloser ! L’enfumage continue et nos « sinistres crétins » restent sourds, coupables qu’ils sont, par leur engagement dévoyé, de servir seulement les organes administratifs en s’éloignant toujours davantage de l’intérêt général. Toujours aussi bornés, le vice-rectorat et la préfecture font illusion avec des mesures de saupoudrage... et un minimum d’honnêteté devrait leur faire reconnaître que leurs mesures ne s’apparentent qu’à des emplâtres effrités sur des jambes de bois !

                                                                    1,5 millions la belle affaire ! soit moins de 30 euros par enfant scolarisé mais sous contrôle ! Que faut-il sous-entendre ? D’abord qu’il faut tracer l’emploi de ces moyens ? Que ne le font-ils depuis toujours s’agissant d’argent public ? L’autorité a beau jeu de pointer du doigt les déficiences des élus locaux parce que la réforme venue d’en haut, elle, si adaptée, si bien dotée ne saurait être boudée plus longtemps !

                                                                    Quant aux 292 CUI... en gros, des contrats aidés... Inutile de chercher la signification de ces sigles qui apparaissent comme autant de cache-misères toujours renouvelés !
                                                                    Les merdias complices des autorités insistent : « en plus des personnels et moyens déjà alloués... » ! Ils rappellent ainsi l’honnêteté, la bonne volonté des gouvernements successifs. Pour résumer, un « Avec tout ce que la France fait pour toi ! » qui s’offusquerait du « ... qu’elle fait si mal ! » en réponse !

                                                                    Un minimum de réalisme, de décence aussi voudrait que l’appareil d’État se remette d’abord en cause plutôt que de proposer une énième fuite en avant. L’Éducation Nationale ne remplit pas sa mission à Mayotte et l’État en est coresponsable !

                                                                    Pourquoi est-ce si imbécile de focaliser sur une réforme malheureusement multiforme et dont la seule utilité est de remettre la semaine de 4.5 jours ? Pourquoi démontrer des velléités aussi embrouillées plutôt que de reconnaître les échecs initiaux ?

                                                                    Voici, par exemple, comment sont perçues les incapacités des personnes en charge. Elles sont telles désormais, qu’elles justifient une aide qu’on croyait réservée aux pays en voie de développement, avec bien sûr l’illustration innocente de petites bien respectueuses de l’islam, manière de nous faire réfléchir à une causalité directe... que conforterait, malheureusement, les défilés récents d’enfants embrigadés à Mamoudzou...
                                                                    http://www.solidarite-laique.org/Mayotte-les-defis-de-l-education.html
                                                                    « ... Mayotte est en effet un archipel où le niveau des élèves est alarmant : 3 personnes sur 10 n’ont jamais été scolarisées, un chiffre plus important chez les femmes puisque 63% de mahoraises ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. alors qu’au niveau national l’illettrisme touche 10 % des jeunes, ce sont 73% des jeunes mahorais qui sont illettrés... »

                                                                    Votre réforme « à la merde, à la con » (pour reprendre les propos crus mais pleins de vérité de Younoussa Bamana, un des pères du combat de Mayotte pour rester française et de la départementalisation), est nulle et non avenue ! Et avant que de calmer le jeu en missionnant une énième délégation qui ne fera que répéter le diagnostic sans en traiter les causes, référons-nous aux priorités définies par la MISSION D’INSPECTION RELATIVE AUX CONSTRUCTIONS SCOLAIRES DU PREMIER DEGRE A MAYOTTE / juillet 2013

                                                                    «  Recommandation n°1 : Organiser une véritable collaboration entre le vice-recteur et la sous-préfète déléguée à la cohésion sociale et à la jeunesse dans le cadre d’un renforcement de l’action coordonnée de l’Etat.
                                                                    Recommandation n°2 : Installer une commission bimestrielle de pilotage de la programmation, placée sous la présidence du préfet et composée de représentants des maires.
                                                                    Recommandation n°3 : Faire établir par le SMIAM et par le comptable public un état de la
                                                                    trésorerie et des restes à réaliser à l’issue de l’année budgétaire 2013.
                                                                    Recommandation n°4 : Elaborer un plan d’urgence de construction des écoles de Mayotte sur la période 2014-2020 permettant de construire un minimum de 419 classes.
                                                                    Recommandation n°5 : Elaborer un plan spécifique de rénovation des écoles du premier
                                                                    degré en proposant aux communes d’en exercer la maîtrise d’ouvrage... »

                                                                    C’est vrai que la mission n’avait pas à interférer sur la réforme. Il n’empêche qu’en juillet 2013, nous étions en plein dedans et que si aucune allusion n’y est faite, cela en dit long sur l’inutilité du packaging ministériel !
                                                                    Le problème est que chez ceux-là mêmes qui sont chargés de faire avancer les solutions localement, personne ne veut voir que l’État, au contraire, complique la situation ? Et puis nul n’est responsable, personne n’a honte et nul ne démissionnerait !

                                                                    Il faudra donc faire changer ou nous débarrasser de ces mauvais serviteurs trop investis dans leurs plans de carrière... Cette échéance ne saurait tarder avec la catastrophe imminente qu’ils nous préparent depuis trop longtemps !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès