Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Rouen : le montant des dégâts de l’avenue Pasteur

Rouen : le montant des dégâts de l’avenue Pasteur

Les dégâts occasionnés par les chasseurs, lors de la manifestation de samedi 17 décembre, avenue Pasteur, sont chiffrés par la ville à plus de 100 000 euros. Selon la mairie : « La Ville est décidée à tout mettre en oeuvre pour que soit reconnue la responsabilité de l’État ("délits commis à force ouverte ou par violence par des attroupements" contre les personnes et les biens). » La commune se porte partie civile contre les auteurs des délits. La violence a été telle, lors de cette manifestation, qu’un engin incendiaire lancé contre la Préfecture a atterri sur le lit du fils de trois ans du directeur de cabinet du Préfet. L’enfant était, heureusement, absent. Difficile de comprendre comment la défense de ce qui n’est qu’un loisir, la chasse, peut conduire à de telles extrémités.

[MAJ mardi 20 décembre 2005 à 16h] Les dommages subis par la Ville de Rouen s’élèvent précisément à 187 000 euros TTC. Ils seront pris en charge par les assurances de la Ville, sous réserve d’une franchise de 10 000 euros.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • (---.---.22.119) 22 décembre 2005 14:54

    C’est bizarre, point de Sarkozi à Rouen pour stigmatiser ces comportements.


    • frans (---.---.31.66) 22 décembre 2005 16:52

      Vraiment curieux en effet que ces violences ne soient pas médiatisées et punies comme elles devraient l’être. Je ne m’explique toujours pas pourquoi nos gouvernants continuent à choyer ces chasseurs qui utilisent la violence pour n’importe quelle raison ; qui a peur de cette minorité d’écervelés dangereux pour la population ? n’y a-t-il pas plus d’électeurs non chasseurs que de chasseurs ?


      • Pascal (---.---.154.225) 22 décembre 2005 18:31

        Je pense qu’il est relativement aisé de comprendre l’utilisation de la violence dans ce type de manifestation car, pour plagier un slogan très entendu dans les tribunes des stades de foot, « qui ne casse pas n’est pas entendu ». C’est malheureusement un cas de plus en plus répandu : violences urbaines, manifestations des agriculteurs, des chasseurs. A qui le tour ? A quand une manifestation des occupants d’une maison de retraite, à coup de canne sur les casques des CRS....

        Quand à la réaction de Frans qui consiste à traiter les chasseurs de « minorité d’écervelés dangereux pour la population », il faudrait peut être qu’il se renseigne sur cette population qui, dans sa très grande majorité, participe activement à l’entretien des bois et taillis, à l’indemnisation des agriculteurs touchés par des dégats provoqués par des sangliers, cerfs et autres chevreuils. Tous ne sont pas des écervelés et je lui souhaite de pouvoir encore longtemps se balader dans les bois et forêts.

        Pascal


        • frans (---.---.31.66) 23 décembre 2005 11:09

          187000 euros de degats pour se faire entendre sur « l’interdiction temporaire d’appeaux », comment peut-on justifier çà ? C’est complètement disproportionné, et ça prouve bien qu’on ne peut pas discuter avec des gens comme ça. Quand à l’argument du chasseur-écolo ami de la nature et bienfaiteur de nos campagnes, je ne peux évidemment pas l’admettre, essayez de vous balader dans les bois quand la chasse est ouverte...


        • Pascal (---.---.154.225) 23 décembre 2005 13:17

          Le fait de comprendre pourquoi cette violence lors d’une telle manifestation n’est en aucun cas une justification. Je ne trouve pas que ces agissements soient de nature à provoquer un mouvement de sympathie envers les chasseurs et je ne veux pas cautionner ces écervelés.

          Par contre, je ne pense pas avoir parlé de chasseurs écolos mais tout simplement du boulot qu’ils pouvaient faire. Je pense que le fait d’épargner aux contribuables de rembourser les dégats provoqués par des animaux est plutôt une chose qui devrait être appréciée : il ne faudrait quand même pas dire que les chasseurs sont responsables du fait qu’il y ait encore des animaux capables de créer des dégats et leur reprocher de gérer ce cheptel afin d’en limiter l’influence. Il ne faudrait quand même pas oublier que les conducteurs sont aussi victimes de ces animaux.

          Enfin, essayer de se balader dans les bois quand la chasse est ouverte n’est pas impossible, par contre, sans chasseurs, beaucoup de bois ne seraient plus accessibles sauf à ce que les pouvoirs publics emploient les grands moyens pour nettoyer, tout ceci à la charge des contribuables, bien sûr.

          Au fait, et pour conclure, je ne chasse pas, mais je sais ce qu’ils font.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès