Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Sauvons le train couchette Latour de Carol - Toulouse - Paris

Sauvons le train couchette Latour de Carol - Toulouse - Paris

Si nous ne faisons rien, bientôt le train de nuit Latour de Carol Paris sera supprimée !

Le lien qui relie la Cerdagne, le Capcir, la vallée du Carol, la vallée de l’Ariège, l’Andorre à Paris va disparaître ! Pour quelle raison ? Parce que cette ligne n’est soit-disant plus rentable !

Si nous ne faisons rien, bientôt le train de nuit Latour de Carol Paris sera supprimée !

Le lien qui relie la Cerdagne, le Capcir, la vallée du Carol, la vallée de l’Ariège à Paris va disparaître !
Pour quelle raison ? Parce que cette ligne n’est soit-disant plus rentable !

Est ce que tous les skieurs qui viennent à Ax 3 domaines, à Granvalira, le plus grand domaine skiable des Pyrénées et à Porté Puymorens veulent qu’on leur supprime ce fantastique moyen de transport écologique qui relie ces régions reculées à Toulouse et à Paris ?

Depuis des années on n’investit plus en maintenance, on refuse de la moderniser et le frêt n’a plus droit de cité depuis 2004 !

Les retards des trains s’accumulent, les horaires s’étirent et font en sorte d’être moins judicieux pour intéresser les consommateurs et les usagers.
Il y a 20 ans, on arrivait à Paris à 6h45, l’horaire idéal pour rentrer à l’hotel, prendre une douche et arriver frais et dispo en réunion ou au bureau !
Maintenant, on arrive, si tout va bien à 7h45 et on a tout juste le temps d’arriver transpirant au rendez vous du matin...

Pourrait-on y voir une perte d’intérêt de l’exploitant qui organise la perte de rentabilité de la ligne pour faire en sorte de justifier la décision à venir de suppression des trains couchettes ? Ce scénario a été tellement joué de fois que le seul moyen de s’y opposer est de le faire savoir et de fédérer les messages

Le tout TGV, la doctrine et maître mot de la SNCF ferait il oublier le confort du voyageur ?
(Ceux qui ont déjà voyagé 5h30 de Paris à Toulouse dans les nouveaux wagons designés par Christian Lacroix, se souviennent de leur  crampes et de leur mal au bas du dos...)

Tout ceci est-il bien honnête ?
Mais qu’est ce que l’honnêteté vient faire dans un débat sur l’aménagement du territoire, sur la rentabilité de la SNCF ou de RFF ?

Alors qu’on est capable de percer un tunnel pour créer une ligne à grande vitesse entre Lyon et Turin, on choisit délibérément d’augmenter la capacité de passage au Boulou pour relier Barcelone au reste de l’Europe. On consent à des investissements colossaux pour percer deux tunnels (le tunnel du Cadi et le Tunnel du Puymorens) mais on oublie que le ferroutage pourrait être une solution de bon sens en passant par des tunnels qui existent depuis les années 1920, que cela existe et que cela fonctionne parfaitement bien quand les politiques en font leur priorité !

Comment ne pas refuser ce qui arrive à grand pas comme un état de fait par la suppression de cette ligne de trains couchettes ?
Comment ne pas s’insurger contre cette logique qui favorise à tout crin la grande vitesse au détriment de la qualité du service, notamment pour les grands trajets supérieurs à 800 km ?
Pourquoi les provinces reculées doivent elles toujours subir le diktat des grandes villes et les oukases des patrons de la SNCF ? C’est peut être parce que François Bayrou dénonce : à savoir que les services publics sont pléthoriques où cela va bien !!!

Alors nous décidons de créer ce blog pour apporter de l’information mais pour en collecter aussi, pour rassembler le cri de révolte des usagers de cette ligne qui sont bien nombreux : les touristes, les sportifs amoureux de la pêche, de la chasse, de la montagne, de la neige.
Mais aussi tous ces salariés qui aiment vivre à la montagne et continuer à avoir une vie professionnelle dans les grandes villes. Parce que les provinciaux aiment aussi monter à la capitale pour un congrés, un festival, pour voir des expositions ou bouger encore plus loin sans que "monter à Paris" devienne le parcours du combattant ! Tout le monde n’a pas 20 ans et peut s’user le dos à trimballer ses bagages dans les escaliers des gares lors des multiples changements...

 à toutes les bonnes volontés, pour dire ce que vous aimez, ce que vous suggérez...

D’avance merci et en devan !


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 21 mars 2007 12:17

    Du vrai et du faux.

    Contrairement au gouvernement Jospin qui avait axé sa politique sur les TER, les gouvernements Raffarin puis Villepin ont relancé le tout-TGV, surtout à l’initiative de M de Robien (UDF à l’époque). On annonce ainsi la construction de tas de lignes qui ne serviront à rien, la première étant Dijon-Mulhouse, qui risque de se faire vraiment, et qui est une aberration en termes de transport.

    De manière finalement assez classique, c’est la droite qui est ici prodigue de l’argent public. Sans doute pour favoriser les bétonneurs. C’est un sujet où il y a eu une opposition claire droite-gauche.

    Mais il n’en reste pas moins que la ligne en question n’a que peu d’intérêt public, car elle est empruntée par très peu de voyageurs sur l’année. Non seulement son intérêt économique est négatif, mais également son intérêt socio-économique, calculé au sens de la circulaire Idrac.

    Dans les dix ans à venir, non seulement cette liaison, mais des dizaines d’autres vont disparaitre.

    Ni la gauche ni la droite n’ont voulu jusqu’ici élaborer une politique cohérente de transports. Il est vrai que c’est un sujet qui a toujours été très politisé.


    • (---.---.185.253) 22 mars 2007 10:17

      « Dijon-Mulhouse, qui risque de se faire vraiment, et qui est une aberration en termes de transport. »

      Si c’etait une aberration, ca ne se ferait pas. Cette ligne permettrait justement de relier l’ICE d’allemagne (Frankfurt) avec le TGV, d’avoir un lien avec la Suisse (Basel) et de relier le plus grand aeroport de fret (Mulhouse)


    • Forest Ent Forest Ent 22 mars 2007 11:34

      « Si c’etait une aberration, ca ne se ferait pas. »

      Ce serait bien si le monde était vraiment comme ça.

      « Cette ligne permettrait justement de relier l’ICE d’allemagne (Frankfurt) avec le TGV »

      Non, ça c’est le Paris-Strasbourg.

      « d’avoir un lien avec la Suisse (Basel) »

      De Dijon ?????????????????????????

      « et de relier le plus grand aeroport de fret (Mulhouse) »

      En TGV ????????????????????????????


    • Ben Paris (---.---.218.123) 22 mars 2007 13:37

      Le plus grand aéroport de fret, Mulhouse ?

      Aux dernières nouvelles, en dehors de la plate forme Parisienne, le plus grand aéroport de fret de France est Toulouse, et de loin !


    • bernard29 candidat 007 21 mars 2007 14:59

      En bretagne ils sont supprimés depuis longtemps malgré des résistances locales. Lorque l’on défendait ses trains de nuit on était considéré comme des ploucs ou comme des arrièrés qui combattaient le modernisme du TGV et qui voulaient revenir à la diligence.

      Pour un provincial qui monte à Paris comme on dit, les trains de nuit présentaient l’avantage de pouoir dormir puis de prendre une douche à l’arrivée dans les gares.

      Aujourd’hui, vous devez prendre le TGV de jour « plus cher » et en plus vous payez une nuit d’Hôtel à prix prohibitif sur paris. En même temps la SNCF supprime les commodités et services dans les gares. "douches et lavabos etc..).

      la SNCF n’est plus un service public depuis longtemps. Ce qui fait que les avancées technologiques au lieu d’offrir un moyen de transport plus fiable, plus rapide, à coût constant n’est pas sa priorité. Chaque avancée technologique est mise « à profit » pour augmenter les tarifs.

      Tout ça fait tourner la machine dite « machine de la croissance ».

      c’est une croissance artificielle qui accroît si besoin était la course à l’argent pour pouvoir ne serait-ce que se déplacer. Mais le problème des résistants c’est que la SNCF fait ses avancées dites modernes , petit à petit, région par région, ce qui empêche une coordinnation des opposants.

      les politiques devraient se saisir de cette question mais ils ss’en foutent car en plus de leurs indemnités scandaleuses ( voir le blog changer la république article Trés chère démocratie), ils ne paient ni le train ni l’avion.

      Il n’y a plus de services publics en france.

      Il y a trois jours, un facteur en zone rurale a été réprimandé (voire plus ) parce qu’il rendait des services gratuits aux personnes isolées. Il n’a pas été réprimandé parce que ce n’est pas bien, mais parce que c’est gratuit ; lA POSTE VA FAIRE PAYER SES SERVICES DE PROXIMITE ? a N’EN PAS DOUTER ; on aurait aimé entendre Besancenot le facteur de service à ce propos. La révolution commence dans ses petits gestes de générosité.

      Bon on peut continuer comme cela . Il y a dix ans on pouvait passer un coup de fil à la poste pour un prix minime. Aujourd’hui il faut prendre une carte 50 unités et aller au point phne dans un bar ce qui fait ( un café + une carte téléphonique pour un coup de fil ) . Et le combat pour la précarité dans tout cela ?

      De m^me pour les bains douches qui étaient présents dans chaque ville moyenne pour un prix symbolique, aujourd’hui pour uriner il faut aller dans une cabine automatique ( quand il y en a ) et payer son du à la société concessionnaire.

      Les valeurs françaises du service public disparaissent, bouffées par la course au profit et à la rentabilité.

      Mais attention, de trop le dire, vous serez taxés de retrogrades et d’hommes de CRO MAGON.


      • rocla (haddock) rocla 22 mars 2007 11:02

        Dans le même ordre d’ idée , il n’ y a pas si longtemps en arrière , on pouvait boire de l’ eau à beaucoup de fontaines dans les campagnes , aujourd’hui une grande partie de ces sources de désaltération sont taries , et dans les villes les points d’ eau sur les places centrales sont supprimés .

        Rocla


      • tovara (---.---.149.181) 23 mars 2007 10:39

        Exact : c’est à cause du fameux « principe de précaution » désormais constitutionnalisé, et appliqué à tort et à travers. Exemple : dans le village où je vais en vacances, sur la fontaine il y a deouis 4 ans en rouge un panneau « eau non potable », en fait elle est toujours aussi potable, mais la municipalité a mis ce panneau au cas -trés hypothétique -où quelqu’un tomberait malade aprés l’avoir bue et poursuivrait la Mairie...


      • tovara (---.---.149.181) 23 mars 2007 10:45

        Tout à fait d’accord. Ceci posé, il y a un problème avec les couchettes : chéres (20 euros de supplément), trés inconfortables sauf à payer un billet de 1ére classe ou un wagon-lit (on entasse les voyageurs à 6 comme des sardines dans un compartiment de 2éme classe, ce sont des normes de confort qui datent de 70 ans, dignes du tiers-monde)-sans parler de problèmes de sécurité (femmes demandant des couchettes monosexes suite à agressions). Peut-être çà aussi a été calculé pour pousser le public à ne plus voyager de nuit.


      • ikoff (---.---.213.209) 24 mars 2007 12:53

        SI vous prenez votre billet 1 mois et demi avant vous pourrez payer votre couchette aller retour à partir de 70€ !!! Aller et Retour !!! Donc à user et à abuser pour le bien de cette ligne, me semble-t-il, non ?


      • TCHOO (---.---.132.251) 21 mars 2007 15:05

        Vous avez effectivement raison, l’abandon des services publics passe toujours par l’étape mauvaise rentabilité organisée. Nous avons cela avec nos Hopitaux de « campagnes », maternité ou autre. On organise le mauvais service, qui engendre la désaffection du public, qui permet de justifier la fermeture du service. Et on demande, à l’Etat, le conseil régional, le Conseil général, la commune, de subventionner pour le maintenir. Par contre la création de couloir à camion, malgré les perspectives de pénurie du pétrôle continue à fonctionner à plein régime !


        • ikoff 22 mars 2007 13:56

          Toulouse - La Tour-de-Carol

          Les problémes de chemin de fer.

          La SNCF tout comme RFF (Réseau Ferré de France) ont toujours de bonnes raisons pour justifier leurs carences et leurs errements depuis plus de 50 ans. Ces bonnes raisons évitent de mettre sur le devant de la scène une évidence : incompétence. Depuis la nationalisation des chemins de fer le 1er janvier 1938, quels progrès y a-t-il eu sur les lignes des Pyrénées tant dans les liaisons internationales que dans les diverses dessertes ? Aucun ! La plupart des lignes ont été fermées ou abandonnées et dans le meilleurs de cas elles sont restées en l’état avec tout juste une remise à niveau pour la sécurité, ce qui fait le bonheur des nostalgiques des chemins de fer du passé.

          Le problème est que, à la veille d’une très probable privatisation et alors que les Conseils régionaux s’intéressent au sujet pour les dessertes des régions en investissant et en ayant leur propre matériel, nous découvrons que la SNCF est incapable de tenir ses engagements contractuels ou de faire face à un besoin et une demande. Jusqu’à maintenant, la facilité était de fermer, et encore fermer sans jamais se remettre en cause. Mais le Conseil régional Midi-Pyrénées a su inverser la tendance et démontrer que des lignes pouvaient être rentables et même se développer dans des proportions très intéressantes. C’est le cas de la ligne de La Tour-de-Carol destinée, par la SNCF, à une mort annoncée. Aujourd’hui cette ligne fonctionne et fonctionne bien. Les rotations entre Toulouse et Ax ont augmenté dans des proportions importantes. Mais les aspects techniques ne suivent pas et la SNCF reste toujours dans sa logique imbécile de fermeture / réduction pour ne rien faire. Qui en subi les conséquences : les clients (qui ne sont plus des usagers). A cela ajoutons les mouvements sociaux alimentés par des syndicats irresponsables à la recherche du toujours plus pour en faire le moins possible. Nous relayons ici la dernière péripétie avant de proposer tout un ensemble d’articles de presse assez édifiant pour ce que nous appelons pudiquement le « service public »

          Toulouse/Latour de Carol « ligne de la malchance

          Depuis le début de l’été, la ligne ferroviaire Toulouse/Foix/Latour de Carol subit d’importantes perturbations. Le 18 juillet dernier, la SNCF a mis en place un programme d’annulation de certains trains réguliers. Et ce jusqu’à la fin du mois d’août. Un nouveau plan de transport est attendu pour la rentrée de septembre. Surnommée « la ligne de la malchance » par le directeur du cabinet régional de Toulouse, M. Munsch, l’axe connaît en outre des mésaventures ces dernières semaines.

          D’abord, lors du passage du Tour de France en Ariège, un manque de places dans les wagons a cloué plusieurs voyageurs sur les quais. Aujourd’hui, une étude en date du 11 juillet décèle une altération de la voie entre Tarascon et Ax-les-Thermes. Le service public s’est vu alors contraint de limiter la vitesse de circulation des trains. De 80 km/h en temps normal, les rames roulent désormais à 60 km/h. Ce ralentissement entraîne un retard de cinq minutes. Décalage qui se répercute sur l’ensemble du réseau Midi-Pyrénées. En conséquence, les horaires et le nombre de trains ont été modifiés. Mais « on ne peut pas transiger avec la sécurité de nos clients », explique M. Munsch. Une prévision du trafic de 48 à 72 heures est assurée. Mise à part les déconvenues de dernières minutes, ce délai serait respecté la majeure partie du temps. De plus, la SNCF s’efforce, toujours selon lui, d’annuler les trains les moins fréquentés afin de permettre aux clients de se rendre sur leur lieu de travail.

          CARENCE EN PERSONNEL De son côté, le syndicat de cheminots SUD-rail dénonce une grave carence en personnel. Il réclame des moyens matériels et humains conséquents. Selon Serge Terrancle, responsable départemental et régional du syndicat, « rien que pour la journée du 3 août, onze trains ont été supprimés. Six étaient prévus dans le programme officiel, mais cinq supplémentaires sont également restés au garage ». Malgré la mise en place d’un service de cars de remplacement sur trois des destinations, les perturbations subsistent. Mais pour ces salariés, le problème majeur reste celui du défaut de personnel. Une réunion nationale du 2 août aurait prévu le rapatriement de personnes en déplacement sur Paris pour y remédier rapidement.

          Par ailleurs, le syndicat accuse la direction de faire preuve d’un manque de communication. Les voyageurs seraient prévenus « au mieux la veille, au pire au jour le jour ».

          Dès la fin de la saison, un service avisera les voyageurs quotidiens par SMS. Des travaux de réhabilitation lourds sont prévus dès 2006 pour rétablir un trafic normal sur l’unique ligne du département de l’Ariège.

          Auteur : Marine Wolf Article paru le 05/08/2005 dans la Dépêche du Midi


        • ikoff 22 mars 2007 14:07

          http://www.intermodalite.com/news/fretlatour/ ce site parle de la possibilité de faire du frêt sur cette ligne, mais de l’absence de volonté de l’exploitant en remontant les tarifs... bonne lecture


        • hurlevent (---.---.44.148) 21 mars 2007 17:14

          Le problème avec les service c’est que tout le monde veut en profiter, mais personne ne veut payer. Les gens exigent des toilettes, mais refusent de payer leur entretien. Ils exigent une ligne de train, mais refusent de payer le cout. Il y a une mentalité bien ancrée qui exigent que les autres paient pour un service que je reçois. Evidemment, ça ne peut pas marcher.

          Maintenant, pour le train couchette Latour de carol - Paris, qu’il soit supprimé par la SNCF ne me choque pas. C’est son train, c’est son droit. Ce qui me choque, c’est qu’aucune compagnie privée n’ai le droit de faire circuler un train couchette de Latour de Carol à Paris, sous prétexte que la SNCF a le monopole. Or, une petite compagnie privée, sans les couts de structure de la SNCF, sans devoir payer les avantages sociaux exorbitants des cheminots, en moyennant une petite aide de la région, pourrait très bien rentabiliser ce train.


          • Forest Ent Forest Ent 21 mars 2007 18:46

            Je peux vous rassurer sur ce point. La SNCF n’a plus le monopole des marchandises, ni des TER, et n’aura bientôt plus celui des grands lignes. En fait, il n’y aura bientôt plus de SNCF.

            Quand à savoir s’il y aura encore des trains ... je pense qu’il y en aura beaucoup moins. Les compagnies privées ne sont pas folles.


          • Gasty Gasty 21 mars 2007 19:54

            Or, une petite compagnie privée, sans les couts de structure de la SNCF, sans devoir payer les avantages sociaux exorbitants des cheminots, en moyennant une petite aide de la région, pourrait très bien rentabiliser ce train.

            Ben voyons ! petit emploi précaire ou smic, petite aide payer avec l’argent de la région ?

            Une petite boite postal comme structure et un petit extincteur pour la sécurité.

            Et juste des petits profits pour la petite compagnie.


          • Gasty Gasty 21 mars 2007 19:58

            On fait dans le grandiose ! L’avenir est vraiment incertain !


          • Marc Bruxman (---.---.48.80) 22 mars 2007 00:12

            "Ben voyons ! petit emploi précaire ou smic, petite aide payer avec l’argent de la région ?

            Une petite boite postal comme structure et un petit extincteur pour la sécurité.

            Et juste des petits profits pour la petite compagnie."

            Et alors, tu préfére surement qu’il n’y ait plus de train ? Il reste des gens au RMI dans ce pays alors autant qu’ils soient payés le SMIC pour conduire un train. Quand il y aura le plein emploi, ce genre de remarques de Bolchevik pourront à l’extréme rigueur être comprises. En attendant non, il faut remettre les gens au boulot et tant qu’à faire qu’ils servent à quelque chose. (Pas les emplois tremplins de la poufiasse royale)


          • Gasty Gasty 22 mars 2007 08:38

            @Marc Bruxman.

            Votre « et alors » pourrait bien laisser présager un futur réseau ferroviaire à l’anglaise.

            Si les trains doivent rouler à n’importe quel prix, je conseillerais aux voyageurs de rester chez eux.

            Des centrales nucléaires géré par du personnel payé au smic aussi, avec Marc Bruxman c’est la cata.


          • ikoff 22 mars 2007 10:51

            trouvé sur : http://www.ariegenews.com/news/news-1-11-1054.html Les tribulations « SNCF...esques » d’un voyageur ariégeois

            Monsieur le rédacteur,

            La récente mésaventure de notre ami Eric en gare de Tarascon-sur-Ariège ne peut étonner que ceux qui n’empruntent jamais le train sur notre bonne ligne Latour-de-Carol Toulouse.

            Voici, les tribulations d’un voyageur de nuit :
            - Tous les soirs, le train Corail Lunéa 3970 quitte la gare de Latour-de-Carol à 20h20 à destination de Paris-Austerlitz. Ce train s’arrête à Saverdun à 22h48 et permet donc aux Saverdunois(es) de voyager de nuit pour gagner la capitale de la France.

            Jusque là tout va bien !

            - En sens inverse, le train Corail Lunéa 3971 quitte la gare de Paris Austerlitz à 21h56 à destination de Latour-de-Carol. Ce train ne s’arrête pas à Saverdun ! Il dessert les gares d’Auterive (05h18) et Pamiers (05h36) comme il le faisait à l’aller.

            En conséquence les Saverdunois(es) qui souhaitent regagner le pays en voyageant de nuit doivent aller jusqu’à Pamiers où, comme chacun sait, il existe de nombreux moyens de transport pour gagner Saverdun à 5h du matin ! Autre alternative, attendre en gare de Toulouse Matabiau le premier train pour Saverdun. Je précise que la gare de Toulouse est fermée à l’heure où arrive le train en provenance de Paris.

            La SNCF interrogée sur cette aimable particularité invoque les raisons suivantes : 1° Un train ne peut s’arrêter dans toutes les gares ! C’est vrai, mais si on s’arrête à l’aller pourquoi pas au retour ?

            2° Il n’y pas assez de passagers qui souhaitent s’arrêter à Saverdun ! C’est peut-être vrai mais n’a rien d’étonnant si le train ne s’arrête pas !

            Ce dernière point soulève une question inquiétante : Que deviennent celles et ceux qui « montent » à Paris par le train de nuit ?

            Se perdent-ils dans les rues de la capitale ? Reviendront-ils un jour ? En d’autres termes, la ligne Latour-de-Carol Paris servirait à dépeupler Saverdun et ses environs !

            Vivement qu’elle soit supprimée ! Et là, on peut vraiment compter sur la SNCF.

            Cordialement Bernard.


          • bernard29 candidat 007 22 mars 2007 12:00

            « Le problème avec les service c’est que tout le monde veut en profiter, mais personne ne veut payer. Les gens exigent des toilettes, mais refusent de payer leur entretien. Ils exigent une ligne de train, mais refusent de payer le cout. »

            Si l’on suit votre raisonnement, la france s’appauvit parce que je vous fais remarquer que ces services étaient assurés, donc payés, auparavant.

            Or je suis certain que vous allez me dire que la France s’est enrichie et que l’on vit mieux.

            Ce n’est donc pas une question de coût mais la question de savoir quelle France on veut.


          • (---.---.72.54) 21 mars 2007 21:51

            en plus c’est tellement chouette comme région. A voir les 3 lacs en partant de Porté Puymorens. Idyllique. c’est loin de Paris mais c’était sympas de voir la destination « la Tour Carol » au départ de la brume d’Austerlitz dans le brouhaha urbain, rien qu’en voyant le nom je respirais mieux. Cela n’apporte rien sinon de se faire du bien, et de regretter de ne pouvoir plus dormir dans ce 20h51....Mélodie


            • Michel (---.---.95.130) 21 mars 2007 22:37

              il me semble que le train de nuit Paris-Briançon est menacé smiley

              à voir sur Agoravox TV sur ce sujet (enfin plutot les lignes regionales) l’avis de Voynet, dont je ne suis pas fan mais dont je partage le point de vue sur la question de la cynique suppression des « petites » lignes.

              http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=17021


              • Rails & Drailles (---.---.20.28) 22 mars 2007 07:37

                Pyrénées - Massif Central, même combat : http://www.massifcentralferroviaire.com/


                • train de nuit (---.---.62.109) 7 avril 2007 18:06

                  Le concept « Paris - Hautes-Alpes Hôtel » qui vise à mettre en service un véritable train hôtel entre Paris et Briançon interesse les élus de Cerdagne.

                  Une étape décisive vient d’être franchie la semaine dernière. Des informations sont disponibles sur intermodalite.com à l’adresse suivante :

                  http://www.intermodalite.com/presentation_siemens.html

                  Un partenaire ferroviaire solide vient de proposer d’intéger le dossier, il s’agit de DB AutoZug qui connaît bien ces concepts.

                  Pour comble d’ironie, c’est un cabinet Ariegeois qui développe ce dossier. Comme quoi, nul n’est prophète en son pays.

                  Il est vrai qu’aprés avoir établit un bras de fer pour sauver la voie, il n’a sans doute pas le temps a consacrer à nouveau au train de Latour de Carol sans volonté affirmée des défenseurs de la ligne.


                  • ikoff (---.---.178.149) 8 avril 2007 12:52

                    Merci pour cette bonne nouvelle. Comme quoi si l’on sort de notre vision Sènèncéèffo-française, des solutions apparaissent qui peuvent générer une vrai rentabilité sur cette ligne  smiley


                  • portepli (---.---.47.116) 16 avril 2007 16:23

                    Plus discret que discret, une suppression de service très discrète.

                    Horaires Toulouse - Latour de Carol. http://www.ter-sncf.com/Images/022%2...cm26-33618.pdf Lunea 3985 : Circule jusqu’au 18 mars Lunea 3971 : Circule du 19 mars au 21 avr. Ne circule pas le 15 avr. Du 23-04-07 au 07-07-07 le Lunea 3971 ne s’arrête pas à Toulouse


                    • Jackie H amatchi 27 novembre 2007 00:04

                      À moi qui viens juste de découvrir, il y a quelques mois, cette ligne de chemin de fer magnifique, c’est une bien mauvaise nouvelle que m’annonce votre article !

                      Et quand j’imagine toutes les voitures qui vont envahir ces hautes vallées pyrénéennes - car le tourisme s’y développe, à voir les constructions qui y poussent plus vite que les champignons - je grince carrément des dents !

                      Les constructions me gênent peu, elles sont de plus en plus respectueuses du cadre naturel, mais les routes, de plus en plus larges, et les voitures, c’est une calamité...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès