Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Silence de la campagne : un lycée rural passé au Karsher

Silence de la campagne : un lycée rural passé au Karsher

Dans le silence de la campagne électorale, la mise au pas de la jeunesse avance. Les élèves du lycée public de Tréguier (Côtes d’Armor) ont fait les frais d’une opération coup de poing dirigée contre eux le mardi 6 mars. Comme de nombreux autres lycées ruraux, les consommateurs de « matières illicites » ont été mis en fiche. Objectif avoué : impressionner les jeunes.

Échos d’une actualité régionale qui passe inaperçue en temps de campagne : mardi 6 mars, 170 élèves du lycée public Savina de Tréguier (côtes d’Armor) sont en cours quand ils subissent un déploiement de gendarmes dans le plus pur style des opérations coup de poing du ministre Sarkozy. Une vingtaine de gendarmes accompagnés d’un chien renifleur prennent position autour du lycée avant d’investir l’établissement. Élèves mis au pas, alignés dans un ordre militaire dans les couloirs, avant de se voir intimé l’ordre de rentrer en classe sans toucher à leurs effets personnels. Là, un par un, chacun est soumis au flair du zélé auxiliaire policier. Sacs et vêtements sont considérés comme des éléments suspects par ces visiteurs de choc. Au passage, quelques-uns ne résisteront pas aux crocs et griffes... La même opération se déroule dans les chambres de l’internat où les effets personnels sont soumis sans ménagement au même traitement. Après le départ des inquisiteurs, les lycéens abasourdis essaient de comprendre pourquoi leur statut de jeune les rend d’emblée suspects aux yeux de la loi... Dans les salles de classe, c’est la consternation. Les rumeurs vont bon train ; une vingtaine d’élèves manqueraient à l’appel... Les comptes exacts seront plus précis mais tout aussi inquiétants, parmi les lycéens mis en cause, plusieurs sont notoirement connus pour n’avoir jamais été tentés de consommer une de ces matières non taxées par le ministère des Finances. En fait, 15 lycéens ont été appréhendés et 6 d’entre eux ont été reconnus possesseurs de substances coupables. Des élèves, encore traumatisés par ce qu’ils viennent de subir sans comprendre ce qui s’est passé, informent leurs parents. Ces derniers interrogent la direction de l’établissement : comment cette incursion violente des forces de gendarmerie a-t-elle pu se produire dans un lycée réputé pour son calme ? Pourquoi une telle mise en scène alors que le sujet de l’addiction aux drogues douces et alcool n’a jamais fait l’objet d’actions concertées avec les élèves, enseignants et parents ? La proviseure de l’établissement n’entend pas répondre aux questions des représentants des parents d’élèves. Elle réserve sa version des faits pour la presse. Sa justification ne manque pas d’inquiéter à propos de l’exportation des thèses du « tout Karsher » vers des espaces scolaires que l’on espérerait être préservés de ce traitement musclé. Inaptes à assurer leur mission éducative dans l’accompagnement et la concertation, certains gardiens du « temple de la République » n’hésitent plus à justifier leur posture au nom de l’effort fait pour l’assainissement de la société scolaire qu’ils régentent. Cette étrange reproduction du discours sécuritaire entendu en d’autres lieux accompagne le communiqué de presse des responsables du lycée. Le lecteur des quotidiens régionaux apprend ainsi que « à Savina, on lutte contre. Ce n’est pas un lycée où l’on fait semblant d’ignorer » et « qu’il y en a marre de fermer les yeux. Pas uniquement à l’école, mais dans toute la société ». La vertu des pourfendeurs de « racailles » peut-être adeptes de fumettes suspectes s’étale sans pudeur assénée avec un bon sourire paternaliste affirmant que ce lycée est fréquenté par « de bons enfants ».

Il pourrait s’agir là d’un écho isolé de la vie rurale. Mais ce type d’opérations perpétrées selon le même scénario pénalisant les conduites non conformes au modèle de la bonne éducation se banalise dans les établissements ruraux. En Bretagne, la presse régionale relate des faits similaires depuis plusieurs mois. Nous sommes loin de la répression des trafics de stupéfiants annoncée dans les statistiques du ministère de l’Intérieur. Sont stigmatisés ici ceux qui, justement, sont censés être protégés des trafics et faire l’objet de l’attention de la communauté éducative. Mais les temps ne sont plus à la discussion, il sont à l’action déclare-t-on en haut lieu du côté de la place Beauvau. Il faut faire du chiffre, être efficace, montrer la force, faire des exemples, frapper les esprits, médiatiser le juste combat mené contre l’altération de l’ordre. Alors qui se plaindrait de cela dans la société de l’ordre et du travail méritoire ? Qui irait se demander pourquoi même les « bons enfants » donnent parfois des signes de désaffection vis-à-vis de l’idéal de société qu’on leur promet ? Le silence de nos campagnes s’installe, on y veille dès l’école.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (306 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • Marie Pierre (---.---.150.233) 19 mars 2007 12:04

    Eh oui, de nombreux lycées bretons ont été l’objet de telles descentes. Avant, les contrôles avaient lieu autour des établissements.

    Aujourd’hui, les policiers sont obligés de faire du chiffre, nombre d’arrestations obligatoires par mois. Ils tirent tous azimuths. Comme ce sont les préfets qui lancent de telles opérations, que tous les départements bretons en ont été la cible, faut croire que l’ordre vient de très haut.


    • Panda (---.---.243.114) 19 mars 2007 12:09

       smiley non mais je rêve là ! C’est quoi ce délire ! Ils n’ont que ça à faire les gendarmes... envoyé les chiens dans un lycée. Le procédé me semble tous droit sorti d’un esprit a tendance fascite. smiley


      • (---.---.20.213) 19 mars 2007 15:12

        Si la France choisit d’élire Sarkozy, elle va aller de surprises en surprises. Si cela commence même avant l’élection, cela promet pour la suite !


      • tovara (---.---.149.182) 21 mars 2007 14:38

        Malheureusement comme la discipline ne régne pas dans nombre d’établissements scolaires (souvenons nous du « happy slapping » de profs qui a défrayé la chronique dernièrement) malheureusement, je dis bien MALHEUREUSEMENT car moi aussi j’ai été jeune et tel que j’étais à l’époque, je n’aurais pas apprécié,Sarkozy ou pas Sarkozy, à la fin la gendarmerie est amenée à faire le boulot de l’Education nationale (mais entre nous mettre les éléves en rang çà devrait être le cas en temps normal, si il n’y a eu que çà, il n’y a pas mort d’homme). Puisqu’aujourd’hui tout tourne autour de la campagne présidentielle (ce qui est malsain), j’invite la gauche ou les bayrouistes à trouver des choses plus sérieuses à reprocher au ministre-candidat, tiens, continuez à nous soûler avec bATTISTI...


      • Leonard (---.---.77.200) 19 mars 2007 12:12

        Ah ca fait du bien de lire un article digne de ce que devrait etre « un journalisme citoyen » sur Agoravox. Bravo Tregondan pour l’intelligence de ton analyse. Ce genre d’informations, qui restent cantonnées dans les journaux régionaux, dans lesquelles elles sont souvent relatées comme des faits divers sans portée ideologique (comme un simple controle alcootest par ex.) sont effectivement symptomatiques d’un certain climat dans nos campagnes. j’ai personnellement vu la meme chose se dérouler en 1992 dans un autre lycée en Bretagne, avec perquisitions a leur domicile et mise en garde a vue d’eleves le lendemain a 6h du matin. Sans commission rogatoire ni quoi que ce soit, juste sur la denonciation de parents d’eleves... Résultat : 2 grammes de cannabis saisis. Et un souvenir « imperissable » pour les eleves...


        • LE CHAT LE CHAT 19 mars 2007 12:15

          je m’interroge quand Sarko dit que le F.N n’est pas dans le camp républicain ou de la démocratie ! est ce que les méthodes du mégalo à talonettes en sont plus représentatives ?


          • hubert (---.---.98.85) 19 mars 2007 12:41

            Il y a aussi une volonté affichée de la part de notre -toujours ministre de l’intérieur- de faire du repérage d’enfants dits « violents »(?) jusque dans les écoles maternelles, à partir de l’âge de 3 ans donc... et les descentes de flics dans les pouponnières, c’est pour quand ?


            • Bob (---.---.34.107) 19 mars 2007 12:49

              Comme dit quelqu’un ici, « faut faire du chiffre », alors ce qu’on peut dire c’est que c’est simplement moins risqué et moins fatiguant d’aller terroriser des p’tits lycéens fumeurs de joints peinard que les vilains méchants de banlieue qui leur balancent des pavés à la tête.


              • (---.---.192.187) 19 mars 2007 19:58

                Dans ces conditions faudra pas s’étonner le jour ou les lycéens peinards se mettrons eux aussi à jouer du pavé...


              • TL (---.---.231.1) 19 mars 2007 12:54

                Ok, c’est peut etre un peu impressionant, mais bon sang, c’est quand meme interdit, aujourd’hui en France, de possèder ces fameuses « substances illicites ».

                Oui ouvrons les yeux, la drogue est dans nos lycées. Et oui, les descentes de police ça existe. ok, c’est unpeu impressionant et musclé, mais ceux qui n’avaient rien n’ont pas eu de problèmes ! Qu’on arrete de souhaiter le beurre et l’argent du beurre. « Mais que fait la police pour protéger nos enfants de la drogue ! » et en meme temps « Nos enfants sont traumatisés par les descentes de polices dans leurs lycée ! »

                Il ne manquerait plus que l’Education nationnale offre des subventions pour que les charmants petits partent en classe verte histoire de se remettre de leurs émotions.

                On croit rêver.


                • gui (---.---.92.168) 19 mars 2007 14:19

                  le cannabis s’est banalisé c’est un fait. Et effectivement il faut rappeler a tout instant que c’est une drogue qui peut avoir des effets dévastateurs tout comme l’alcool...deux drogues dont l’usage est particulièrement répandus chez les jeunes bretons (je le sais j’en suis justement un de jeune breton consommateur occasionnel de drogue licite ou pas smiley ) Mais bon sang ! Des gendarmes dans le lycée ! Y’a des limites quand même, il serait peut être plus intelligent, surtout lorsque l’on s’adresse a des ados de faire des campagnes de prévention honnêtes ne tombant pas dans la diabolisation excessive du cannabis (tous les jeunes fumeurs de joints ne deviennent pas des décérébrés amorphes ne sortant pas de chez eux ! Même si cela arrive et qu’il faut le prévenir) De telles actions ne peuvent que conforter les jeunes dans leur rejet du système.


                • Fred68 (---.---.64.1) 19 mars 2007 14:27

                  « Ce qui n’avait rien n’ont pas eu de problèmes ». Qu’est ce que j’aime ce genre de logique. C’est tellement réfléchit..


                • (---.---.20.213) 19 mars 2007 15:29

                  TL (IP:xxx.x5.231.1) nous dit : ...mais ceux qui n’avaient rien n’ont pas eu de problèmes !...

                  Je note tout de même qu’il y a eu 15 lycéens arrêtés et que seuls 6 (soit moins de la moitié) ont été trouvé en possession de substances illicites (je préfère dire substances non taxées fiscalement, parce que, supposons une taxe sur le cannabis, du jour au lendemain il devient légal).

                  Imaginons le traumatisme subi par le 9 lycéens arrêtés qui n’avaient rien à se reprocher ?

                  Pour que les choses soient claires, je dois dire que je suis un papy de 66 ans, je n’ai jamais fumé, ni tabac, ni quoi que se soit d’autre, je ne prends aucune drogue, en dehors d’une demi bouteille de bon vin le dimanche. Je décourage fortement quiconque de toucher, même pour voir, à une quelconque drogue, y compris le tabac.

                  Je trouve totalement scandaleux que la police se comporte de telle façon, simplement pour flatter la paranoïa d’un candidat à une élection. Cela ne changera en rien mes intentions, je n’avais strictement aucune envie de voter pour Sarkozy, à la limite, Le Pen me paraît plus convenable : il dit où il veut aller, cela ne me plait pas plus, mais au moins il est franc.


                • equité (---.---.18.77) 19 mars 2007 19:05

                  Pourquoi fumer de l’herbe c’est dangereux ? Je suis d’avis d’interdir l’alcool ou la cigarette car il y a plus de morts avec ça qu’avec l’herbe. Mais il n’y a pas de taxe sur l’herbe. Bref, sarko = fascho et les gendarmes obéissent. Comme Papon d’ailleurs, un simple fonctionnaire qui fait son travail, on ne va pas leur demander de réfléchir puisque même les journalistes sont aux ordres (sauf sur Agoravox)


                • Cosmo le Rebelle (---.---.174.19) 19 mars 2007 21:13

                  Pourquoi fumer de l’herbe c’est dangereux ?

                  Ca bouffe les neurones et à te lire, on en a la confirmation.


                • (---.---.247.32) 19 mars 2007 13:06

                  Un controle de police doit etre dument justifié.

                  Traiter l’ensemble des lycéens de cette facon revient à mettre tous les jeunes dans le meme panier.

                  De plus, les fumeurs d’herbe ne sont pas la priorité dans un pays aux 12 millions de crimes et delits.

                  Au lieu de s’en prendre aux violeurs, racketeurs, à ceux qui organisent des trafics de drogue, armes, prositution, on traite ces jeunes sans menagements comme si c’etait des delinquants avec un passé tres lourd.

                  Tout cela c’est allé à l’encontre des valeurs republicaines de respet de la personne et des libertés individuelles, les gens qui sont derrieres tout ca sont donc anti republicains. C’est de la bonne racaille aux meme titres que ceux qui foutent la merde dans les cités.

                  Retrouvons notre identité, nos valeurs, nos libertés et ne nous trompons pas d’ennemis.


                  • Romain (---.---.10.200) 19 mars 2007 13:58

                    A tout ceux qui trouvent normal de fouiller tout un lycée sans raison ou parcequ’il y a certains trafiquants. Trouveriez vous normal de fouiller votre maison parcequ’il y a des trafiquants dans votre quartier ? Ceux qui me répondront « oui si on a rien à se repprocher » ne sont clairement pas républicains ni pour la liberté et la démocratie.


                  • (---.---.74.206) 19 mars 2007 16:00

                    ehh

                    savais tu que maintenant les dealers mélangent de minuscules billes de verre à leurs produits pour le rendre plus brillant et attractif ( plus de poids aussi )

                    en fumant le verre passe bien chaud dans les poumons !!!


                  • (---.---.74.206) 19 mars 2007 19:59

                    rigolez pas des billes de verre ou verre dans le cannabis ou le hash .

                    renseignez vous ce n’est pas un hoax . c’est de l’info !

                    bien malheureusement


                  • avi (---.---.240.178) 20 mars 2007 11:51

                    euhhh ... faites excuses mais ça les arrangerait pas juste un peu que les jeunes y fument ? simple question ...

                    en fait, ce genre de descente obéit à 2 impératif : 1.faire planer l’ombre de la loi pour a,terroriser un peu plus les terrorisables b,radicaliser un peu plus les radicaux ... ...tout le monde est content, mais rien ne change au delà de l’apparente diversité, sclérose générale nécessaire et suffisante au pouvoir. 2.focaliser l’individu sur une fausse piste : lui faire croire qu’on surveille sa liberté individuelle induit une existence consistante, objective de celle-ci alors même que cette liberté est inexistante sur les grands et réels de la société, éducation, partage des richesses, géopolitique, orientation de l’humanité. cordialement !!


                  • avi (---.---.77.204) 20 mars 2007 13:21

                    dans le même ordre d’idée, la drogue rapporte beaucoup à très peu. Si c’était libéralisé, ça ferait des frais et le bénef serait redistribué un poil plus largement, et où va le bénef ? c’est pas les quelques saisies ici ou là qui empêchent quoi que ce soit, ça permet surtout de perpétuer une interdiction juteuse comme le traffic d’armes ... yen a qui bouffent à tous les rateliers. ça permet aussi d’avoir sous la main des ’hors la loi’ utile dans certains cas ... dans tous les cas, le maitre mot est manipulation, division et stagnation de la chienlit pour que les Chirac coulent des retraites paisibles dans leurs hlm. « ils n’ont pas de pain ? donner leur du gâteau » (Marie Antoilette)


                  • gem gem 19 mars 2007 13:16

                    Ce qui mériterait un article, ce n’est pas tant cette descente (encore que l’article soit interressant pour nous en informer), c’est ce genre de réaction !

                    Déjà, au moyen âge, l’Université tolérait beaucoup de choses (les étudiants étant des fripons bien connus, c’est dans Rabelais !) mais pas les descentes des archers du Roi... A l’époque, l’Université avait d’importants privilèges judicaires.

                    Les profs ont toujours cette même mentalité. On a aboli les privilèges (il y a deux siècles !), mais apparemment les profs n’ont toujours pas compris (et ne veulent pas comprendre) ce que ça implique en terme légal : que la police peut débarquer exactement comme dans une entreprise, un logement, etc. Au lieu de s’en offusquer, l’auteur ferait mieux de s’offusquer de l’existence de trafic qu sein même d’une école !


                    • tregodan (---.---.214.150) 19 mars 2007 13:47

                      La question des espaces pédagogique ne peut pas être occultée en disant qu’il n’y a pas de raison que l’école comme l’université doivent être traitées comme n’importe quel autre espace de la société.

                      Pourquoi être ainsi choqué de ce qui se passe dans un lycée ?

                      Parce que le lycée comme l’école maternelle, comme l’université sont des lieux de maturation des jeunes où ils exprimentent la vie protégés par les pédagogues (ceux qui montrent la voie). Alors, quand sans crier gare, ces pédagogues démissionnent et font appel aux force externes de la répression ordinaire comment les jeunes peuvent-ils leur faire encore confiance. C’est cela le problème : la démission de l’éducatif au profit du répressif.

                      Le problème n’est pas uniquement celui de l’école, c’est celui d’une société qui répond toujours de la même façon avant même de chercher d’autres voies. Ce qui se passe dans ce lycée illustre une transformation de la société vers la réponse unique du tout répressif, c’est pourquoi ce cas est un symbole.


                    • ratatouille (---.---.124.203) 19 mars 2007 13:48

                      « la police peut débarquer exactement comme dans une entreprise »

                      Elle est bien bonne celle-là. Je ne crois pas que la gendarmerie ait pour habitude de débarquer au siège social d’une entreprise du CAC 40, mettre tous les cadres en rangs d’oignons, les passer aux chiens renifleurs, embarquer les cocainomanes et quelques autres au passage. Ce n’est pas pourtant qu’ils n’en trouveraient pas.


                    • (---.---.192.187) 19 mars 2007 20:08

                      Moi c’est des réactions comme les votres Gem qui me font peur... il ne s’agit pas d’impunité, mais de respect.

                      Les crimes violents augmentant massivement dans notre pays et la police ne trouve rien de mieux à faire que boucler le quartier du QG de campagne d’un ministre candidat et faire des descentes dans les lycées tranquilles de province pour récupérer 3 grammes de shit et arrèter 6 pauvres gars (et 9 innocents) contre lesquels il ne sera jamais rien retenu devant les tribunaux (sauf à être en possession d’une énorme quantité et de faire du trafic, ce qui jusqu’à preuve du contreire n’était pas le cas).

                      Ce sont des dérives purement totalitaires et dangereuses pour la société tout entière car cela installe un climat de peur et de frustration très dommageable. Le jour ou ces jeunes et moins jeunes, agressés par l’état (car ce n’est rien d’autre qu’une agression) pour des motifs futiles viendront casser voitures et villas, au moins on pourra dire que la police s’intéresse à eux pour quelque chose de valable... en oubliant bien que l’état est responsable à 100% de cela !


                    • gem gem 20 mars 2007 12:17

                      @ tregodan et (IP:xxx.x63.192.187) le 19 mars 2007 à 20H08

                      Il ne me semble pas que l’équipe enseignante, personnel de surveillance inclus, est compétente (aussi bien au sens légal qu’au sens technique et qu’au sens symbolique — respect et confiance, comme vous dites) pour procéder aux recherches et aux fouilles que nécessite la répression de trafic de stupéfiants. Donc l’alternative c’est : impunité ou appel aux flics. Votre choix ? Nier le problème et affirmer que la confiance, le respect, le « tout éducatif » etc. suffisent à résoudre le problème ? La réalité vous contredit gravement, car 6 sur 170, c’est beaucoup de jeunes consommateurs...

                      Vous manquer de dialectique : répression et éducation, contrôle et confiance, etc. tout cela va par paire et ne peut exister ni dans l’excès ni dans l’absence d’un des termes.

                      Le rejet absolu de la repression ne peut qu’avoir pour effet de susciter son grave excès. Le « tout repressif » (assez phantasmatique, reconnaissez-le) est la conséquence nécessaire de l’angélisme, aussi surement que le pacifisme de 1936 est une des causes de la catastrophe de 1939-1945.

                      « Totalitarisme » ? contresens, le http://fr.wikipedia.org/wiki/Totalitarisme c’est autre chose que la répression même excessive ou que l’usage du pouvoir à des fins personnels.

                      Et puis

                      On accuse fréquemment l’école d’être responsable du « manque de repères » des jeunes. Le procès est excessif et injuste, car il dédouane les parents qui ont pourtant la part principale, mais l’école ne peut pas non plus totalement se déclarer vierge et pure et par conséquent injustement agressée par la police ou trahie par des enseignants qui font appel à la police...

                      @ ratatouille l’équivalent du « siège social », ce n’est pas une école ordinaire, c’est le ministère ; des descente de police limitée ont déjà eu lieu dans des ministères, sauf erreur (c’estrare, évidemment). Des siège sociaux ont déjà été perquisitionné, certes pas pour y trouvez de la drogue, mais la nature du délit est-elle vraiment importante ?


                    • Joe Staline (---.---.94.94) 25 mars 2007 16:50

                      Bravo Gem. Enfin un peu de clairvoyance au milieu des cris d’orfraie des bobos. Ca commence à devenir gavant ces piailleries à la vue d’un képi. Il y a en france des lois, on les respecte. Si on ne les aime pas, on vote pour quelqu’un qui les remplacera. En attendant, on respecte la démocratie et le choix, différent du vôtre, des électeurs.


                    • Charles Martel (---.---.250.222) 19 mars 2007 13:46

                      Voila qui est bien !

                      Quand dans un tas de pommes il y en a qui sont pourries, le paysan qui veut faire du bon cidre, retire les pommes pourries pour éviter de gâter le reste !

                      Dans la lutte anti drogue, c’est pareil.

                      Les dealers n’ont rien à faire dans les lycées... Cette opération est salutaire...

                      Bravo aux responsables d’établissement et aux gendarmes : Heureusement qu’il en a qui ne se laissent pas démonter par les réactions inopportunes des gochos alliés aux trafiquants de drogue...

                      Il s’agit de la sauvegarde de notre jeunesse mise en danger par les salauds....


                      • Charles Martel (---.---.74.108) 19 mars 2007 13:49

                        Au fait « monsieur le prof » qui roule en 104 ? Je suppose que vous devez apprécier vous aussi que l’on vous évite la destruction par la drogue des gamins qu’on vous confie ?

                        Si ce n’est pas le cas, faut apprendre l’espagnol et aller chercher de l’embauche à Medellin !


                      • tregodan (---.---.214.150) 19 mars 2007 13:51

                        Tu aurais raison s’il s’agissait de cela. Les économies souterraines qui vivent de la drogue ne promettent rien de bon pour la société. OK Mais ici ce sont les victimes qui sont regardée comme coupables et désignées commes des délinquants. Quand tu t’empoisonne avec ton Coca ou ton Pastis trouverais-tu normal que ce soit toi que l’on mette en taule ?


                      • Romain (---.---.10.200) 19 mars 2007 14:06

                        Les dealers n’ont rien à faire dans les quartiers quels qu’ils soient. A quand des opérations coup de poing avec fouilles de quartiers en entier avec chiens flics et mamies les mains sur la tête ? Non mais on croit réver !


                      • (---.---.74.206) 19 mars 2007 15:17

                        tu as du oublier de prendre tes beta bloquant ce matin !!!

                        tu dérape aussi !


                      • (---.---.74.206) 19 mars 2007 15:21

                        c’étais pour pt’i charles


                      • (---.---.110.25) 20 mars 2007 11:34

                        Le coca un poison, je veux bien, mais le pastis...Je suis pour la protection de l’eau jaune. On est écolo ou pas.


                      • gem gem 20 mars 2007 12:22

                        @ tregodan (IP:xxx.x22.214.150) le 19 mars 2007 à 13H51

                        Tu aurais raison si il y avait d’un coté les consommateurs et de l’autre les trafiquants ; or l’expérience prouve que bien rares sont les consommateurs qui, à leur tour, ne dissémine pas leur vice. L’analogie, c’est plutôt du coté de la médecine qu’il faut la cherché : un consommateur n’est pas une « victime », c’est un malade contagieux, et il est légitime de le rechercher pour le soigner s’il ne se présente pas lui-même.


                      • (---.---.208.56) 19 mars 2007 13:49

                        @l’auteur

                        Votre aticle est jeuniste déloyal et malhonnête ....Pourrais-je vous demander si les pittbulls qui fréquentent de plus en plus les portails des lycées ne vous inquiètent pas trop ?. Serait-ce parce qu’ils vous reconnaissent ?

                        Cette question est déloyale ....à l’image de votre article.


                        • hubert (---.---.103.137) 19 mars 2007 14:34

                          @208.56

                          Dites-moi quels sont les lycées où l’on trouve encore des pittbulls aux portails, que j’aille les prendre en photo... Et de toute façon vous faites effectivement un amalgame malhonnête entre ce qui se passe dans l’ensceinte d’un établissement scolaire et à l’extérieur, les deux cas ne relèvent pas de la même approche sociologique ni de la même justification d’une intervention des forces de l’ordre. Votre comparaison est non seulement déloyale mais aussi absurde.


                        • Atarax (---.---.56.207) 19 mars 2007 14:05

                          Drogue - Corse - Pasqua - Sarkozy


                          • DEL (---.---.144.7) 19 mars 2007 14:31

                            J’y étais et je peux vous dire que les propos tenus dans ce papier sont totalement exagérés voire complètement faux. Qu’on n’aime pas Sarkozy, chacun est libre. Mais aller de cette façon raconter n’importe quoi, c’est du mysticisme très dangereux.


                            • tregodan (---.---.41.1) 19 mars 2007 14:56

                              Eh bien on aurait pu se rencontrer... Je ne me suis pas contenter de lire les communiqués de presse pour rédiger ce papier, j’ai aussi fait mon enquête, rencontré les parents d’élèves. Et plus j’en apprends, plus j’ai l’impression que j’ai édulcoré la réalité. Devrais-je aussi parler des nouveaux communiqués parus dans la presse locale visant à renforcer la stigmatisation des lycéens supects ? Devrais-je rappeler que cette opération « éducative » se traduit par un conseil de disciplone pour les lycéens fumeurs ? Devrais-je aussi parler de la fin de non recevoir de la direction qui a été sollicitée pour faire du conseil de discipline un lieu de vrai dialogue...

                              Alors avant de distiller de telles réactions, vous n’avez qu’à m’en parler directement je serais intéressé d’entendre une version différente...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès