Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Sondage et fusions-associations de communes

Sondage et fusions-associations de communes

Sondage et fusions-associations de communes

Les sondages méritent qu’on y regarde toujours à deux fois, avant de prendre pour argent comptant ce qu’on croit pouvoir y lire au premier regard.
Vous savez, par exemple, que la façon de poser une question influe forcément sur la réponse qui est donnée. L’art de poser la bonne question, pour obtenir la réponse que l’on souhaite, est un art largement pratiqué lorsque le sondage doit servir non pas à établir une photographie de l’opinion, mais à établir que la vérité en laquelle on croit est juste.

Malheureusement, la mairie de Rouen vient de nous en donner une illustration particulièrement frappante. La mairie a voulu montrer que les habitants de Bihorel et de Bonsecours étaient favorables à une fusion-association avec Rouen, alors que les élus de ces deux villes ont montré leur désapprobation. Quelle technique a été choisie ? Occulter, simplement, le terme de fusion, et ne parler que d’association. D’où la question suivante : "Avez-vous entendu parler d’un projet d’association entre Bihorel, Bonsecours et Rouen ?". Toutes les questions suivantes porteront sur un projet d’association, et non sur un projet de fusion. S’opposer à une association, ou à une fusion, vous conviendrez que ce n’est pas exactement la même chose.
Et les personnes interrogées répondent bel et bien en fonction de la question posée, et non de leur connaissance du dossier. La preuve ? 36 % des personnes interrogées n’ont pas entendu parler du projet. Mais seulement 10% se disent sans opinion quand on leur demande si elles y sont favorables ou opposées ! Restent 26 %, qui n’ont jamais entendu parler de cela avant qu’on leur pose la question, mais qui vont quand même donner leur opinion, sur une simple association, et non sur une fusion... Avouez que vouloir tirer une conclusion de tels résultats sera tout de même un peu osé. Mais peu importe, puisqu’on arrive à ce à quoi on voulait arriver : 51 % des habitants de Bihorel et 68 % de ceux de Bonsecours se disent favorables à une association avec Rouen.

Vient se greffer un autre point qui a son importance : la taille de l’échantillon interrogé. Il s’agit, pour chacune des deux communes, de 300 personnes. D’où une marge d’erreur importante, sur laquelle, évidemment, on ne communiquera pas : 51% de 300 personnes, si l’on tient compte de la marge d’erreur, cela veut dire, scientifiquement, entre 45,2% et 56,8%. Autant dire honnêtement qu’on ne peut tirer aucune conclusion d’un tel chiffre. Les mêmes modes de calcul donnent une fourchette comprise entre 62,6% et 73,4% pour le résultat donné de 68%. Là, oui, le résultat pourrait paraître sans appel... si la question n’avait été biaisée dès le départ.

Qu’on repose la question, en remplaçant le mot association par le mot fusion, et qu’on pose la question à un échantillon plus représentatif de la population, les résultats ne seront évidemment pas les mêmes. Mais sur ces résultats-là, on ne pourra pas fonder une communication efficace.

Pour calculer la marge d’erreur d’un sondage, je vous recommande cette page Web.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès