Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Stif : où en est-on ?

Stif : où en est-on ?

Le Stif, le syndicat des transports d’Ile-de-France,doit passer, à partir du 1er juillet, sous le contrôle de la régionIle-de-France, loi de décentralisation oblige. Ce ne sera pas le cas, les élusde gauche ayant refusé de siéger au conseil du Stif, tant qu’ilsn’obtiendraient pas de la part de l’Etat une compensation financière. L’Etatpropose 900 millions d’euros dont 380 millions pour la prise en charge des retraitesde la RATP. La Région réclame 730 millions d’euros de compensations pour lescollectivités, dont 200 millions pour le renouvellement du matériel, 185millions pour financer les tarifs sociaux prévus par l’Etat et un fonds deroulement de 400 millions d’euros. Ce sont ces 400 millions qui font défaut etqui provoquent la grogne de la majorité régionale de gauche.

Roger KAROUTCHI, le président du groupe UMP à la région,propose que la réunion de la Commission d’Evaluation des charges consacrée auSTIF soit avancée. Prévue le 6 octobre 2005 pour faire le point sur l’ensembledes compensations financières de l’Etat pour le transfert du Syndicat desTransports d’Ile-de-France, elle pourrait se tenir au mois de juillet ou audébut du mois de septembre de manière à donner son avis de manière objectivedans le débat financier et demande au gouvernement, sur le sujet du matérielroulant, un geste financier volontaire et complémentaire en direction desmillions de franciliens qui utilisent au quotidien les transports publics.
Par ailleurs, le préfet d’Ile-de-France, encore à la tête du Stif jusqu’au 1erjuillet, vient de faire adopter par le conseil d’administration le principed’un « service garanti » en cas de grève des transports publics.
Ce service garanti oblige la RATP à assurer 50% dutrafic sur son réseau et la SNCF 33% sur le secteur francilien pendant lesjours de grève. On ne s’en plaindra pas. Mais à partir du 1er juillet,plus de maître à bord, on ne gèrera que les affaires courantes tant qu’il n’yaura pas accord. Qu’en sera-t-il du bus de traverse, y aura-t-il du retard à samise en service ? Il faut espérer que non.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès